Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 13:01
Et toi, pauvre fou, tu l'aimes...



Cette chanson de Dario Moreno, pleine de charme, et de drôlerie, évoque le roucoulement du pigeon destiné à séduire une "belle" : imitant le cri répété du pigeon, le refrain nous entraîne dans une mélodie lancinante et amusante, à la fois...

"Coucouroucoucou !" : on entend, d'abord, une colombe chanter sur une branche ... Et, à côté, un voit un pigeon énamouré, dont on perçoit le désarroi : il bat de l'aile, et il roucoule en vain...


La situation typique de l'amoureux éconduit nous est présentée ici. Soudain, on perçoit l'emploi de la première personne : "et moi, je pense à elle, si peu fidèle..."

Le personnage qui s'exprime se confond, en fait, avec le pigeon du premier tableau...

Le vocabulaire de l'amour apparaît : "fidèle, mon coeur, aime"...

Des clichés sont utilisés : "la blanche colombe", l'image du "printemps qui bourgeonne", les filles et les pigeonnes qui ont la même attitude, qui semblent volages !


"Coucouroucoucou"! Le roucoulement s'impose, alors, entremêlé de cris d'oiseaux.

L'apostrophe "méchante" souligne le comportement indigne de la pigeonne infidèle qui, en plus, chante de bo
nheur, car elle a trouvé un nouvel amour.

Des cris de détresse, "aïe, aïe, aïe, aïe, aïe, aïe" ponctuent le texte, soulignant le désarroi de l'amoureux éconduit.

Le personnage s'invective lui-même, familièrement, comme s'il se dédoublait : "Et toi, pauvre fou, quand même, tu l'aimes."

Les tourments de l'amour sont évoqués, de manière amusante et drôlatique, avec des images conventionnelles...

On retrouve des clichés, la fragilité d'une pigeonne, la beauté d'une autre, sa coquetterie...

Un dialogue s'instaure avec un interlocuteur, comme le suggère l'emploi de la deuxième personne : "ta pigeonne, la tienne", encore des clichés, puisque la femme semble appartenir à l'homme, être sa propriété...


Les deux acolytes pourront mêler leur chagrin, se raconter leurs déconvenues.


Le texte s'achève sur ce cri d'espoir et avec un impératif : "fais qu'elle revienne", comme si le personnage implorait le ciel.


Voilà une jolie parodie de chanson d'amour : constitué de clichés, le texte nous fait sourire souvent et le refrain nous emp
orte dans un tourbillon de cris d'oiseaux...

La mélodie, pleine de gaieté, souligne bien la parodie...

Pour rejoindre l'actualité : dans le cadre de la journée de la femme, des hommes posent non pas avec une pigeonne, mais avec une poule...

http://www.aufeminin.com/news-societe/sexisme-des-hommes-posent-avec-une-poule-pour-le-denoncer-s1276398
.html




http://youtu.be/tMl5WXxGjgs

Et toi, pauvre fou, tu l'aimes...
Et toi, pauvre fou, tu l'aimes...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

ALEA JACTA EST 06/03/2015 15:43

Dario Moreno c' était le bonheur de vivre incarné.Cet homme mérite une statue.Il était à lui tout seul un hymne à la vie, à l' amour et à l' humour...
Il était un artiste complet capable de se transformer en ce que nous désirions illustrant la fameuse phrase de Peter Gabriel " I could be what you want".
Son interprétation est magnifique et demande beaucoup de talent: c' est extrêmement difficile de tenir doucement une note si haut très longtemps( pas donné à tout le monde).
Il y a près de chez moi un ranch mexicain et les fins de semaine on peut aller écouter les mariachis en mangeant du poulet rôti avec du mais grillé...
Voici une de mes chansons préférées du répertoire mariachi: la malagueña salerosa !!!

https://www.youtube.com/watch?v=wZ2EJTThL1c

Cette version là est bien aussi

https://www.youtube.com/watch?v=akiJxGT1BjI

Et une version plus ancienne qui a son charme

https://www.youtube.com/watch?v=Vf4Sbl-r7Tc

Apprécions le moment ou le chanteur fait : " Eres liiiiiiiinda y preciosa"
Sur scène ce passage me donne toujours la chair de poule quand le chanteur tient bien cette note !
Bonne fin de journée l' amie

rosemar 06/03/2015 21:26

Génial, LH : une occasion de revoir un article du Post... une des vidéos n'est plus visible mais les deux autres sont des merveilles...

rosemar 06/03/2015 21:24

Merci pour cette version plus moderne, AJE

rosemar 06/03/2015 21:23

Dario Moreno, un personnage haut en couleurs ! Merci pour les précisions techniques : le "coucouroucoucou" demande une voix à la hauteur... Vive la musique et l'ambiance mexicaine, c'est plein de rythme et de gaieté ! Merci pour les vidéos, ma préférée est la version la plus ancienne avec le son magique des guitares, au début !

Belle soirée, AJE

ALEA JACTA EST 06/03/2015 16:41

Merci L' Hatem, Je viens d' aller voir ton billet.je vois que toi aussi t' es un fan
La version des panchos est super également !!! La Belle Sara Montiel enflammait le coeurs de tous les latinos à l' époque !
https://www.youtube.com/watch?v=IuT7pYKS4E4
Et oui, le falsetto c' est tout une technique( moi je n' y arrive plus du tout...mais vraiment plus depuis très longtemps).Il y a 3 ans j' ai chanté en chorale avec un directeur de chant capable de faire les 4 voix, y compris celle des femmes, celle des sopranos en falsetto...Impressionnant la façon dont il nous dirigeait le mec..il faisait tout en même temps et jouait au piano en imitant chacune de nos voix !
Bonne fin de journée les amis

L. Hatem 06/03/2015 15:58

AJE, regarde mon post sur le sujet :http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2010/11/01/2288703_les-rois-du-falsetto-chantent-malaguena-salerosa.html

ALEA JACTA EST 06/03/2015 15:45

Ah oui, il y a aussi une version KILL BILL de la malagueña salerosa...
https://www.youtube.com/watch?v=x1-mR5lWh5g

L. Hatem 06/03/2015 15:19

Tu ne sembles pas comprendre, toi non plus comme bcp de femmes, qu'elle appatient à l'homme, la femme, puisqu'elle abandonne le patronyme de papa pour celui du mari... :-)) Et elle aime ça ! MdR !

Regarde ce que j'écrivais sur Le Post en janvier 2009 :
http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2009/01/28/1402806_hillary-diane-rodham.html

Et puis c'est une très belle chanson sur un air mexicain...

Bises Rosemar.

rosemar 07/03/2015 18:49

Merci encore, LH pour cet article tiré du Post : et maintenant, tu as pris l'habitude de rouler dans Paris ?

rosemar 07/03/2015 18:47

Merci, LH : là ça se complique vraiment ! Un système assez complexe, avec plusieurs noms, on s'y perd : c'est pire que les rues de Paris !

L. Hatem 07/03/2015 00:39

Et un dernier post sur les rues...
http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2009/11/06/1777939_tout-savoir-sur-les-rues-des-villes-hispano-americaines.html

L. Hatem 07/03/2015 00:03

J'ai encore un post sur les patronymes des Latinos...
http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2009/10/11/1736778_tout-savoir-sur-les-patronymes-composes-des-latinos.html

rosemar 06/03/2015 21:35

Merci pour ces précisions espagnoles, AJE : j'ignorais cette coutume propre à l'Espagne... c'est curieux et plutôt sympa : la femme conserve le nom de son père et de sa mère : c'est assez égalitaire, mais le nom de la mère vient en seconde position, tout de même...

Belle soirée, AJE

rosemar 06/03/2015 21:18

Alors, là, tu as une conception très archaïque du mariage, désormais, la femme peut conserver son nom et l'ajouter à celui de son mari... Merci pour l'article du post : je te rappelle que c'est dimanche, la journée de la femme, preuve qu'il reste encore beaucoup à faire pour les droits des femmes : le sexisme, les inégalités sont encore bien présents...

Bises, LH

ALEA JACTA EST 06/03/2015 16:54

Et oui L' Hatem...Le mot macho est espagnol mais finalement les ibères sont moins machos que les français car une femme nait , vit et meurt avec les deux noms de ses parents contrairement à la France où celle-ci adopte généralement celui du mari...Une espagnole peut se marier et divorcer 50 000 fois sans que ça n' affecte son nom.
Si elle s' appelle Rosa Lopez Garcia, ça signifie que son père s' appelait Lopez et sa mère Garcia...elle ne changera jamais d' identifiant sauf si elle veut inverser les 2 noms et mettre celui de sa mère en premier

fatizo 06/03/2015 14:51

u'on la prenne au premier u au second degré cette chanson reste magnifique.
Et puis quelle interprétation!!!!
Bises et bon week-end Rosemar

rosemar 06/03/2015 21:08

Premier, second degré, oui, on peut l'interpréter de différentes façons, j'y vois surtout une parodie amusante, pleine d'entrain, une façon de se moquer de certains clichés amoureux...

Bises de l'hiver

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/