Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 17:55
Le mot "bravo" nous fait voyager vers l'Italie...

Ce mot qui se termine par la voyelle "-o" trahit bien, ainsi, ses origines italiennes : il semble, en l'écoutant, qu'on entende des "oh" et des "ah" d'admiration.... Issu de l'italien "bravo" qui signifie "beau", il peut se décliner en "bravissimo", superlatif qui marque l'excellence, des qualités d'exception.

On songe à d'autres mots aux sonorités italiennes : "buongiorno, prego, piccolo, meno, un gelato, quattro..."

Ces mots chantent l'accent du sud, ils font naître des paysages ensoleillés, des dédales de ruelles, des îles, le passé somptueux de ce pays, des temples, des statues, des monuments illustres... la Méditerranée, le déroulement infini des vagues...

Le mot "bravo", lui, est associé à des spectacles qui suscitent l'enthousiasme : théâtre, opéras, danse.

L'art mérite souvent des "bravos" : les applaudissements sont nourris, à la fin d'une représentation théâtrale, ils réunissent les spectateurs dans une sorte de ferveur et de communion.

L'art qui est une ouverture sur le monde, un épanouissement, une découverte, sans cesse renouvelée nous offre un émerveillement, une émotion qui peut se traduire par des "bravos !"

L'art, source de réflexion, de culture peut bien susciter cette ferveur.

L'enthousiasme des spectateurs se traduit par des battements de mains ou par des cris de joie, "bravo !"

D'ailleurs, le mot "bravo" s'accompagne, souvent, d'un point d'exclamation qui souligne l'admiration...

Un tel mot nous séduit par ses origines italiennes, ses sonorités éclatantes de voyelles qui constituent autant d'interjections, ses consonnes contrastées étonnantes labiale, gutturale, fricative.

Un tel mot nous fait voyager vers l'Italie, pays de lumières, à la langue qui chante...

Ce mot nous fait entendre des airs italiens célèbres : "o sole mio !" "Funiculi, funicula."

Il nous montre que la langue française a su intégrer des vocables d'autres pays, elle a su se montrer accueillante, elle s'est enrichie de nombreux emprunts, de maints amalgames...

La langue française s'est unie à bien d'autres langues !

Comment ne pas être sensible à ces sonorités différentes, ces mots qui viennent d'ailleurs, qui ont un air exotique et mystérieux ?

Le terme "bravo" nous fait entrevoir, aussi, un certaine façon de vivre, une envie de s'exprimer propre aux italiens, une forme d'exubérance...

Ce mot nous révèle toute une culture, un bonheur de dire, de montrer ses sentiments.

Ce nom nous éblouit de ses sonorités, de son sens élogieux, de l'admiration qu'il traduit...





Cet article a été rédigé dans le cadre de la semaine de la langue française...

Partager cet article
Repost0

commentaires

fatizo 20/03/2015 23:06

Bonsoir Rosemar,
jusqu'à il y a encore quelques jours et ta remarque dans un de tes commentaires, je pensais que bravo était d'origine espagnole. Je ne sais pas pourquoi mais je l'accolais systématiquement à la corrida.
A propos, moins culturel que Dom Juan...
https://www.youtube.com/watch?v=aGeFf_rIAVQ

rosemar 21/03/2015 14:27

Merci pour la vidéo sympa des Los Bravos, un groupe de rock espagnol, mais le mot "bravo" est d'origine italienne...

Bises du printemps, enfin !

fatizo 20/03/2015 23:07

Bises et bon week-end à toi.

ALEA JACTA EST 20/03/2015 21:56

Bonjour Rosemar,
Excuse mon hors-sujet mais puisque tu as provoqué mon désir de connaître le DOM JUAN de Molière je te fais quelques observations.D' abord ce qui me surprend dans cette comédie dramatique c' est le rôle extrêmement négatif de Dom Juan, qui s' il est brillant n' apparaìt pas franchement comme un séducteur, mais plutôt comme un prédateur impénitent.A aucun monment de l' oeuvre nous ne le trouvons sympathique, et nous n' avons jamais de complaisance pour lui ( contrairement à Sganarelle, ce qui donne lieu à des scènes assez drôles).Finalement, peu à peu nous découvrons un personnage glauque et assez sinistre, un terrible cynique...Cynisme qui culmine à la fin de l' oeuvre avec la tirade sur l' hypocrisie...Difficile de situer toutes les nombreuses intentions de Molière, ni tous ses messages subliminaux envers le public de l' époque...Par ailleurs il me faudrait comparer cette pièce avec l' original espagnol EL BURLADOR DE SEVILLA pour capter tout l' apport spécifique de Molière...Etonnant l' irruption du fantastique dans cette pièce avec le spectre et la statue du commandeur( qui étaient dans l' oeuvre originale).Enfin, on ne peut que penser à un autre chef d' oeuvre ultérieur des lettres françaises: les liaison dangereuses qui ont quand même ma préférence car elles sont particulièrement perverses et drôles parfois...
Ce qui m' a surpris dans ce DOM JUAN c' est qu' il n' y a aucune attirance envers le personnage principal qui aime la vie mais d' une manière parfaitement égoïste...On est loin du personnage libertin qu' on retrouvera plus tard dans des films comme "Raphael ou le débauché", avec une magnifique interprétation de Maurice Ronet

https://www.youtube.com/watch?v=KXm4spMeXJk

Il y aurait sans doute plein d' autres choses à dire de cette pièce, et notamment son interprétation psychanalitique ( la statue du commandeur incarnant la mauvaise conscience !!) car après tout, on parle bien de DOM JUANISME...
Enfin cette oeuvre me permet de resituer une autre que j' adore L' HOMME QUI AIMAIT LES FEMMES qui est une espèce d' anti- dom juan puisque le personnage aime toutes les femmes mais ne triche jamais aves ses sentiments...Truffaut réussit à créer un Dom Juan qui ne triche pas...pas mal, quand même !
Bonne fin de soirée l' amie

ALEA JACTA EST 20/03/2015 22:42

Complètement d' accord avec l' ensemble de tes observations.C' est une oeuvre riche et complexe.La tirade sur l' inconstance est assez géniale, terriblement moderne et assez subsersive pour l' époque .Par ailleurs j' aime l' interprétation de Piccoli qui apporte un certain magnétisme, et aussi ce panache dont tu parles.Il n' a pas peur et va jusqu' au bout...on est à des années -lumières des fins de comédie en accord avec la morale bien-pensante
Bonne fin de soirée

rosemar 20/03/2015 22:28

Merci pour ces réflexions sur Dom Juan : c'est la semaine de la langue française, et une occasion d'évoquer des oeuvres littéraires, Dom Juan est un prédateur à l'égard des deux paysannes, qu'il séduit de manière assez vulgaire, mais ce personnage ne manque pas de panache, il va jusqu'au bout de son destin, il affronte la mort, sans crainte. De plus, les discours qu'il tient sont parfois très séduisants : il faut lire la tirade sur l'inconstance : "Quoi, tu veux qu'on se lie au premier objet.. ?" Renversement des valeurs, poésie, art de convaincre et de séduire, en même temps..."
Le personnage de Molière est plus subtil et plus nuancé que celui de Tirso de Molina : dans la pièce originale, Dom Juan est un vrai débauché et un lâche : à la fin de la pièce, il se repent... En fait, la pièce de Molina a une fonction moralisatrice, et ce n'est pas le cas pour celle de Molière...
Molière dénonce encore l'hypocrisie religieuse, sa pièce est assez "sulfureuse"...

Belle soirée, AJE

ALEA JACTA EST 20/03/2015 20:12

Bonjour Rosemar, et merci de partager avec nous ton amour de l' italie et de sa langue.
Ajoutons qu' en Italie le mot BRAVO est aussi un adjectif qui accompagne une personne très forte ou excellente dans son domaine.
Un ragazzo molto bravo !.En foot les italiens l' utilisent souvent pour qualifier un bon joueur.Pas seulement bon mais aussi avec une certaine noblesse...pas tricheur.
Pour prolonger tes illustrations musicale je te propose un passage de COSI FAN TUTTE de Mozart...
Ecoutes bien à 5 min 22..le passage sous-titré avec bravissimi, bravissimo Signor Don Alfonsetto

https://www.youtube.com/watch?v=YGnpif4mny8

J' en profite pour te suggérer l' écoute de cette magnifique sérénade en italien
https://www.youtube.com/watch?v=jFCNzeleB9k
Que ne puis-je chanter comme ça !!!!
Bonne fin de soirée l' amie
PS Il m' est arrivé quelquechose de surprenant toute à l' heure.J' ai regardé la version télé de 1965 de DOM JUAN dans une mise en scène de Marcel Bluwal.Piccoli superbe dans le rôle et Brasseur très bien en Sganarelle.Or, il se trouve que la scène finale, je l' avais vu sans la comprendre, j' avais 7 ans...quand la statue parle à Dom Juan, lui tend le bras et le fait tomber dans un puits sans fond...J' avais été très impressionné au point d' en faire des cauchemars.La nuit j' avais peur que la statue du commandeur vienne me rejoindre dans ma chambre et me précipite dans les ténèbres.C' est tout pà fait étonnant Rosemar car j' ai redécouvert en voyant cette dramatique télé un cauchemar enfoui dans ma petite enfance...et là, d' un seul coup, mes souvenirs et mes peurs me sont revenues avec exactitude...incroyable ! Je précise bien qu' à l' époque je n' avais absolument rien compris à l' oeuvre si ce n' est l' apparition terrifiante du spectre et le dénouement final avec cette statue qui parle et qui m' a foutu les jetons ! Pire que Belphégor !
Je reviendrai vers toi plus tard pour te parler du Dom Juan

rosemar 21/03/2015 14:29

oui, AJE, je ne sais plus si je dois répondre dans la partie "administration" ou directement sur le blog : dans les deux cas, on constate un manque de suivi....

ALEA JACTA EST 20/03/2015 23:37

Effectivement Rosemar, c' est impossible de suivre le fil logique et chronologique des commentaires et des réponses qui aparaissent dans le désordre..Je comprends ton agacement bien légitime...

rosemar 20/03/2015 22:58

Bon, encore une fois, les réponses ne suivent pas les commentaires ! Cette nouvelle version pose problèmes...

rosemar 20/03/2015 22:55

Oui, judicieuse observation de Bernard Pivot : les mots devenus français doivent se conformer aux règles de grammaire française...

rosemar 20/03/2015 22:38

Merci pour toutes ces précisions italiennes, AJE et pour les extraits musicaux qui illustrent bien l'article avec les "bravissimo" !
C'est vrai que la fin de Dom Juan fait intervenir le fantastique, de quoi impressionner un enfant de 7 ans...

Belle soirée, AJE

ALEA JACTA EST 20/03/2015 21:17

Une petite observation de Bernard Pivot me vient à l' esprit.Il se réjouissait que la langue française puisse adopter des mots étrangers mais il trouvait que ce n' était pas nécessaire de pousser le bouchon trop loin en voulant respecter les puriels étrangers comme par exemple: un scénario...des scénarii..Pivot trouvait à juste titre qu' on pouvait tout simplement dire des scénarios et puis basta !
Bonne soirée Rosemar

ALEA JACTA EST 20/03/2015 20:22

Je me suis mêlé un peu les pinceaux puisque la sérénade dont je parle est également sur le premier lien après les 5 min 30 s

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/