Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 16:41
Réforme des collèges : la démagogie à l'oeuvre...

 


La réforme des collèges annoncée pour la rentrée 2016 prévoit, pour la classe de cinquième, des enseignements interdisciplinaires, sur 4 ou 5 heures : des heures qui se veulent attractives, ludiques pour les élèves, qui leur permettront de réaliser des projets...


Parmi ces disciplines, le latin ne sera plus une option proposée en plus des autres matières, mais l'un des nouveaux "Enseignements pratiques interdisciplinaires ou EPI", intitulé "Langues et culture de l’antiquité".


On voit forcément se profiler la disparition pure et simple de cette discipline, mise en concurrence avec d'autres thématiques...


L'interdisciplinarité a quelques vertus : certes, elle offre aux  élèves l'occasion de croiser des connaissances, mais érigée en dogme, elle comporte des risques : sur ces 5 heures d'EPI, les élèves sont engagés dans un émiettement, une dilution, une sorte de dispersion des connaissances.


Ces cours demandent, aussi, aux enseignants de nombreuses heures de préparation et de concertation pour des résultats assez décevants.

Les enseignants déjà surchargés de travail seront vite saturés par la lourdeur de la tâche.

Comme toujours, il s'agit de rendre l'enseignement plus ludique, mais en terme d'efficacité, on peut craindre le pire : les élèves en difficulté ont vraiment besoin de revoir des bases solides de connaissances.


Travailler pendant 5 heures sur des EPI, c'est passer du temps à préparer des projets, mais c'est oublier les fondamentaux, l'apprentissage de la lecture, la compréhension des textes, leur analyse.


Depuis des années, règne cette idéologie propagée par certains "pédagogues" : l'élève doit découvrir par lui-même, en expérimentant...

Belle illusion ! Les élèves doivent apprendre pour progresser, et il faut leur donner des outils pour le faire, il faut leur montrer le chemin, les guider, et leur transmettre des connaissances.

Il faut surtout, structurer leur pensée, par la maîtrise de leur propre langue, redonnner toute sa valeur à l'enseignement de la grammaire, à l'orthographe, et à l'étymologie.

Au collège, un certain nombre d'élèves qui ont des difficultés de lecture, ont besoin de cet apport : il faut revoir certaines notions essentielles, les conjugaisons, les fonctions des mots, les valeurs des temps, la structure des phrases etc.

Les EPI vont empiéter sur ces temps d'apprentissage indispensables, d'autres heures seront sacrifiées....

On peut faire ponctuellement de l'interdisciplinatié, construire un projet, sur une année, cette pratique existe déjà, mais systématiser cette méthode semble dangereux pour les apprentissages fondamentaux.


Il faut le rappeler encore : tout apprentissage se bâtit et se construit sur des efforts : oui, l'école est contraignante, oui, l'école exige du travail, mais c'est une préparation à la vie future de chacun, avec ses difficultés et ses obstacles.


Vouloir gommer ces obstacles, faire comme s'ils n'existaient pas, c'est nier la vie, c'est aussi faire preuve de démagogie...

 

 

 

Réforme des collèges : la démagogie à l'oeuvre...
Réforme des collèges : la démagogie à l'oeuvre...

Partager cet article

Repost0

commentaires

Le pédagogue 04/02/2016 17:22

Le pédagogue :


La République a élaboré en 1990 une « réforme » relative à des modifications dans l’écriture de quelques mots, à la suppression de quelques traits d’union et à la fin de l’accent sire con flakes (accent circonflexe).
Cette « réforme » élaborée par la République a bien sûr été approuvée par l’Académie Française, puis rangée dans un tiroir.
En fouillant, peut-être par inadvertance, un supplétif de la République est tombé sur la « réforme ».
Il n’y avait pas de poussière car le tiroir n’a jamais été ouvert avant 2016.
La République va donc essayer de mettre en place la « réforme », maintenant que le tiroir a été ouvert.
Les éditeurs des livres scolaires qui ne sont peut-être pas étrangers à l’ouverture du tiroir, sont contents car pour l’accent sire con flakes, des traits d’union, et quelques mots, il va falloir tout rééditer : ils ont attendu vingt-six ans, et espèrent que la gauche caviar va au moins contribuer au démarrage de cette « réforme » de la République, qui va leur rapporter gros.
Il reste à trouver un riche lieu pour l’annoncer !

rosemar 05/02/2016 12:43

Merci pour ce rappel, Le pédagogue : je viens d'écrire un article sur ce sujet, à paraître aujourd'hui...
Pour les éditeurs, en effet, c'est une opportunité et une aubaine !

ALEA JACTA EST 28/04/2015 20:02

Bonjour Rosemar,Je vais te parler un peu de mon expérience en Espagne où il y a des points communs avec votre système.
Lorsque tu donnes à choisir à des élèves ( et à des parents) des matières à options dont les contenus sont très différenciés, leur choix se portent majoritairement sur les matières les plus faciles,ou les plus à la mode( ou dans l' air du temps) ce qui oblige les profs des autres matières à baisser le niveau d' exigence pour ne pas faire fuire les élèves et rester attractif.Ce système met ARTIFICIELLEMENT les profs en concurrence entre eux( et certains ont peur de perdre leurs "clients" et que leur option disparaisse tout simplement...du coup on entre dans un jeu de démagogie assez pervers).Ma fille par exemple m' en avait voulu de l' avoir un peu forcé de choisir une option de physique-chimie laboratoire en terminale car elle aurait pu avoir une bien meilleure note en éducation physique ( c' était plus facile) et finalement ça l' aurait avantagé dans ses possibilités de choix à l' entrée de l université.Moi je voulais qu' elle ait un bon niveau scientifique mais à la fin on arrive à un système où ne compte que le résultat et la note, et tout le monde se contrefiche un peu des contenus...l' important c' est d' avoir la moyenne...peu importe dans quoi !
Bonne fin de soirée l' amie

rosemar 28/04/2015 20:53

Oui, on assiste à une compétition effrénée entre les disciplines : les lycées deviennent même des entreprises commerciales où les profs doivent "vendre" leur discipline, en faire, sans cesse, la promotion, lors de réunions organisées pour les parents, il faut, aussi, faire preuve d'indulgence, sinon, on risque de perdre des "clients" !! Et la nouvelle réforme prévue va accentuer cette tendance.

Belle soirée, AJE

fatizo 28/04/2015 19:54

Démagogie, c'est tout à fait cela. Bekacem c'est l'école qui a l'air sympa, celle qui vous fait croire que la vie va être un spectacle permanent . On ne vous apprend pas les bases, le gout de l'effort, la discipline, mais ce n'est pas grave, on verra plus tard.
Et le coup de l'Islam obligatoire, ou comment vouloir faire monter le FN à 40%.
Bises et belle soirée Rosemar

rosemar 28/04/2015 20:47

En fait, depuis longtemps, on assiste à ces dérives et cette tendance se perpétue avec ce projet de réforme : on aplanit les difficultés, on diminue les exigences, la grammaire et l'orthographe ne sont plus à la mode, alors que ces disciplines sont essentielles...

Bises du printemps

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/