Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mai 2015 5 08 /05 /mai /2015 15:50
Le jusqu'au-boutisme de Najat Vallaud-Belkacem...

 

 

 

Face à la fronde qui se lève contre la réforme des collèges, François Hollande soutient sa ministre de l'éducation, Najat Vallaud-Belkacem, contre vents et marées.

La ministre, elle-même,  affirme qu'elle défendra sa réforme jusqu'au bout et le président de la République prétend fustiger l'immobilisme qui caractérise le monde de l'enseignement...


"Je soutiendrai cette réforme du collège jusqu'au bout (...) et de toutes mes forces, sans jamais faillir face à ceux qui ne proposent rien, et qui voudraient qu'on reste sur le statu quo actuel", a déclaré jeudi Najat Vallaud-Belkacem, sur Radio Classique et LCI.


Défendre une réforme dont personne ne veut ? La tâche risque d'être difficile : comment peut-on penser que les enseignements interdisciplinaires vont résoudre les difficultés des élèves ?

Ce qu'il faut renforcer à tout prix, c'est l'enseignement de l'orthographe, de la grammaire qui ont été sacrifiées, ces dernières années..

Il faut rétablir la valeur du savoir, transmettre des connaissances, sans supposer que les élèves sont aptes à tout découvrir par eux-mêmes.

La pédagogie de la découverte a fait trop de dégâts, ces dernières années. Les élèves ne peuvent inventer le savoir, il faut leur donner des clefs pour qu'ils puissent progresser, des cadres pour qu'ils puissent avancer.

Bien sûr, le principe de l'accompagnement personnalisé, préconisé par la réforme, ne peut être que loué et approuvé, à condition que cet accompagnement s'effectue réellement, en petit groupe.

Or, la tendance actuelle consiste à appeler "accompagnements personnalisés", des cours en classe complète : c'est ce qui se passe, le plus souvent, dans les lycées : 36 élèves pour ces accompagnements dits "personnalisés"!

On voit bien, là, qu'il s'agit d'un leurre et d'un faux-semblant.

Cette réforme ne fera qu'aggraver les difficultés des élèves qui ne maîtrisent pas les bases élémentaires de la grammaire et de la langue, car certaines heures vont disparaître au profit des EPI, présentés comme un remède miracle.

Les EPI, ou enseignements pratiques interdisciplinaires, pour ludiques qu'ils soient, ne peuvent nourrir les élèves de connaissances sûres, d'acquis solides...


Combien d'élèves arrivent au lycée et ne maîtrisent pas la langue française, combien d'élèves ont des difficultés à trouver le mot juste, à rédiger correctement une phrase !

Combien d'élèves méconnaissent les conjugaisons, notamment le passé simple ou le conditionnel !

Combien d'entre eux font des fautes grossières dans les accords élémentaires !

Les lacunes sont énormes, parfois : ce sont ces lacunes qu'il faut combler... On ne peut en faire l'impasse.

Il faut, absolument donner aux jeunes la maîtrise de leur propre langue : la langue n'est-elle pas le support même de la pensée ? Elle permet de construire, d'émettre des idées, de raisonner, de comprendre le monde !

C'est cette ambition  qu'il faut avoir pour les élèves !

Il faut leur donner la possibilité de s'exprimer aussi bien à l'écrit qu'à l'oral : si les bases grammaticales sont déficientes, le retard ne sera jamais rattrapé en lycée.


C'est au collège que ces bases doivent être consolidées, de manière efficace, par un véritable soutien aux élèves en difficulté et non par de vagues travaux pratiques où ils risquent de perdre leur temps.

Dans un monde où domine l'argent, où les apparences triomphent, il est temps de restaurer le savoir, de lui redonner toute sa valeur,  le savoir  offre à chacun un épanouissement, la possibilité d'être, d'exister réellement, d'avoir une consistance...

Le savoir nourrit et développe la pensée, il est essentiel... Le savoir fait de nous des êtres humains, il nous permet de réfléchir, de progresser, de comprendre le monde, d'en refuser les excès et les dérives...

 

 

 

http://www.lepoint.fr/politique/najat-vallaud-belkacem-soutiendra-la-reforme-du-college-jusqu-au-bout-07-05-2015-1926986_20.php

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

F
Mme Belakacem risque de ne pas faire long feu à ce ministère trop grand pour se frêles épaules.<br /> Il faut dire qu'elle l'aura bien cherché. Elle a l'air un peu trop sure d'elle.<br /> Elle se permet de prendre les intellectuels de haut (les pseudos-intellectuels). Elle fait de même avec les profs. <br /> Bises et belle soirée Rosemar
Répondre
R
Ce ministère voit défiler les ministres : Vincent Peillon a fui ses responsabilités, après la réforme des rythmes scolaires qui a désorganisé l'enseignement, et Najat Vallaud-Belkacem refuse d'entendre les nombreuses critiques sur la réforme des collèges.<br /> Des grèves se préparent...<br /> <br /> Bises du printemps
L
Jean d'Ormeson en parle... bises<br /> <br /> http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/05/08/31003-20150508ARTFIG00232-jean-d-ormesson-lettre-ouverte-au-president-de-la-republique-et-aux-attila-de-l-education.php
Répondre
R
Merci, LH, pour ce lien : une belle lettre de Jean d'Ormesson qui défend notre culture classique, les humanités, le latin et le grec.<br /> <br /> Bises
R
Totalement en accord avec vous, Rosemar : "Il faut rétablir la valeur du savoir, transmettre des connaissances, sans supposer que les élèves sont aptes à tout découvrir par eux-mêmes".<br /> C'est une question de bon sens ... Mais c'est trop en demander à ceux qui décident de l'avenir de l'École de la République.<br /> Bonne fin d'après-midi.
Répondre
R
Merci pour ce soutien, Richard : le ministère est sourd devant le tollé que suscite cette réforme, de nombreuses critiques ont été émises par des gens sérieux, il faudrait en tenir compte...<br /> <br /> Belle soirée
A
Bonjour Rosemar,<br /> je n' ai pas lu le texte de sa réforme et je ne sais pas en quoi consiste exactement cet accompagnement personnalisé à 36.<br /> Si on divise une heure par 36, on obtient 100 secondes par élève , c' est à dire 1 minute 40 secondes pour chacun d' entre eux...ils ont droit à combien de questions personnelles pendant ce laps de temps ?<br /> Je sens qu' il y a quelque chose qui m' a échappé mais tu vas sans doute me l' expliquer...
Répondre
R
En fait, j'évoque l'accompagnement dit "personnalisé", tel qu'il se pratique actuellement en lycée en classe de seconde : c'est Luc Chatel qui avait instauré cette heure de soutien en français, en mathématiques : initialement, les classes devaient être dédoublées, mais dans les faits, pour des raisons d'organisation et d'économie, cet accompagnement se fait en classe compète, soit 36 élèves, dans mon lycée ! Les mots qu'on utilise et les réalités sur le terrain sont parfois très différents, c'est là tout le problème !<br /> <br /> La réforme du collège introduit aussi des heures d'accompagnement personnalisé, mais que se passera-t-il dans les faits ?<br /> <br /> <br /> Belle soirée, AJE

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://Fatizo.over-Blog.com/