Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 14:02
Un suppôt de Bacchus...

 

 



"Chacun a son défaut où toujours il revient :
Honte ni peur n'y remédie.
Sur ce propos, d'un conte il me souvient :
Je ne dis rien que je n'appuie
De quelque exemple.

Un suppôt de Bacchus
Altérait sa santé, son esprit et sa bourse.
Telles gens n'ont pas fait la moitié de leur course
Qu'ils sont au bout de leurs écus.

Un jour que celui-ci plein du jus de la treille,
Avait laissé ses sens au fond d'une bouteille,
Sa femme l'enferma dans un certain tombeau.
Là les vapeurs du vin nouveau
Cuvèrent à loisir."





C'est ainsi que débute la fable de La Fontaine, intitulée L'ivrogne et sa femme : le poète y dépeint un ivrogne invétéré, incapable de se corriger et d'évoluer vers plus de tempérance.

L'expression "un suppôt de Bacchus" prête à sourire : on connaît les "suppôts de Satan", serviteurs du diable et La Fontaine utilise ici le mot dans un autre contexte, de manière amusante et parodique.

Le mot lui-même "suppôt" grâce à la sifflante initiale, à la labiale redoublée ne suggère -t-il pas une certaine douceur et servilité ?

Ce mot ancien venu du latin "suppositus", "placé en dessous" est, à l'origine, un participe passé, issu d'un verbe "suppono, subordonner, soumettre".

Le participe passé a un sens passif, en français, comme en latin et cette forme correspond bien à la passivité du personnage.

Le "suppôt de Bacchus" se soumet, ainsi, à sa passion pour le vin, se grise de toutes sortes d'alcool, aime se vautrer dans l'ivrognerie.

Le mot a pris très tôt un sens péjoratif et désigne, souvent, un partisan d'une personne nuisible : "un suppôt de tyran, un suppôt du diable"...

Ce terme dont la voyelle "o" est surmontée d'un accent circonflexe semble, ainsi, nous montrer un individu qui se met sous l'autorité d'une autre souvent malfaisante, et malveillante...

Le suppôt n'attire guère la sympathie : son attitude servile ne plaide guère en sa faveur, la façon dont il se soumet au mal le dessert et l'avilit.

On peut imaginer toutes sortes de suppôts : suppôts de la paresse, de l'indifférence, de la bêtise, de l'insulte.

Notre monde regorge de suppôts qui se laissent dominer par des passions et vivent sous l'emprise d'habitudes néfastes.

Le suppôt perd sa propre liberté en se soumettant, ainsi, à différentes passions, il se laisse emporter et submerger par toutes sortes de fureurs et de folies.

Un suppôt vit sous la dépendance, il n'est plus maître de lui-même...

On perçoit dans ce terme toute une expressivité, et l'étymologie nous révèle bien la signification essentielle de ce nom...

Ce mot ancien est, de nos jours, peu utilisé : d'un emploi littéraire, il mérite d'être remis à l'honneur, il montre la servilité humaine, il suggère toutes sortes de passions qui guident l'homme et le conduisent au pire : n'ayant plus de volonté, se soumettant à des envies, l'être humain oublie l'essence même de son humanité...

Les suppôts ont, hélas, encore de beaux jours devant eux : l'être humain ne se laisse-t-il pas dompter par toutes sortes de tentations ?


 La fable de La Fontaine  L'ivrogne et sa femme


http://www.poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/jean_de_la_fontaine/l_ivrogne_et_sa_femme.html
 





 


 

Partager cet article
Repost0

commentaires

F
AJE a raison, on entend parfois ce mot dans l'expression "suppôt du capitalisme". Je l'entends aussi de temps en temps avec "Suppôt de Satan" .<br /> <br /> https://www.youtube.com/watch?v=DLdiIZHqleE<br /> <br /> Bises et belle soirée Rosemar
Répondre
R
L'expression consacrée est bien "un suppôt de Satan", mais La Fontaine utilise ce terme dans un autre contexte et c'est plutôt amusant. Merci pour ces exemples et ces images de "princes de la cuite", et là, c'est dit avec plus d'élégance !<br /> <br /> Bises de l'automne
A
Bonjour Rosemar,<br /> ce mot était revenu un peu à la mode dans les années 70-80.Les marxistes aimaient accuser certains journalistes des grands médias d' ètre des suppôts du grand capital...des larbins,des valets du pouvoir.Les archétypes de ces journalistes méprisés étaient Alain Duhamel et J P Elkabach.Les qualificatifs n'étaient pas toujours très mesurés ni élogieux.<br /> Voici pour donner le ton de ces années un extrait de Georges Marchais traitant Pierre Joxe de "paltoquet"...en France on avait oublié ce mot ! Jojo l' a réhabilité et mis au gout du jour de manière parfaitement injuste pour ce pauvre Pierre Joxe.<br /> <br /> http://www.ina.fr/video/I08017706<br /> <br /> Bonne fin de soirée l' amie
Répondre
R
Merci pour le rappel de cette expression, AJE : "suppôt du capital"... Ils sont nombreux, de nos jours, les suppôts du capital !<br /> Le mot "paltoquet" est aussi plein d'expressivité ! Et dans la bouche de "jojo", il prend un relief particulier !<br /> <br /> Belle soirée, AJE
A
Petit détail hors-sujet.Le document lde l' INA remonte à l' intervention soviétique en Afghanistan.Ce sera le début de tous les maux actuels...Les américains aideront et armeront les talibans contre les soviétiques avec le succès qu' on connaît...
L
Je sais désormais d'où vient et ce que veut dire le mot suppositoire... Merci et bises !
Répondre
R
Oui, le mot "suppositoire" vient du même verbe mais il est plus ordinaire et plus connu que le "suppôt" dont il est question ici : un mot peu employé mais si expressif !<br /> <br /> Bises, LH
R
Merci, Rosemar, de m'avoir fait découvrir une fable de La Fontaine que je ne connaissais pas.
Répondre
R
Une fable peu connue qui met en scène un personnage englué dans son défaut. L'expression "suppôt de Bacchus" est si pittoresque et amusante !<br /> <br /> Belle soirée, Richard

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://Fatizo.over-Blog.com/