Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 12:26
Léo, le voleur de nuages...

 

 

 

 

Regarder les nuages ! En percevoir les nuances, les éclats dorés, les teintes variées, c'était, là, le bonheur de Léo : il passait des heures à observer la voûte céleste pour en capter toutes les formes, tous les embruns...

 

Des nuages ondoyants, vaporeux, d'autres compacts, aux contours lumineux, des nuages irisés de roses, des nuages traversés de rayons solaires, d'autres rougeoyants ou dorés... 

 

Léo rêvait de capturer les nuages : il commença par les photographier, en faire une collection d'images, et plus il collectionnait des images, plus il voulait les posséder.

 

Un jour, alors que Léo venait d'avoir 14 ans, il rencontra un magicien doté de pouvoirs extraordinaires... il espérait, ainsi, pouvoir réaliser son rêve : capturer les nuages, toucher du doigt leur douceur, percer leurs mystères...

 

Il demanda au mage s'il était possible de s'emparer de ce trésor qui paraissait inaccessible au commun des mortels.

 

Le magicien lui donna le moyen de réaliser son rêve, mais il le mit en garde : "l'être humain doit rester dans son rôle, il ne peut outrepasser ses droits"... capturer trois ou quatre nuages, c'était possible, mais pas plus...

Le mage confia à Léo une formule secrète pour attirer les nuages sur terre.

Une formule remplie d'échos sonores que Léo s'empressa de retenir....

 

Léo partit, alors, à la conquête des nuages : au soleil couchant, il s'empara d'un nuage doré, un des plus beaux nuages qu'il eût jamais vu, le nuage lui obéit, descendit sur le sol du jardin de Léo, mais aussitôt, il perdit ses couleurs de pourpre et d'or...

 

Léo était déçu : un nuage sans couleur, un nuage blanc grisé gisait à ses pieds et il avait perdu toute sa magnificence.

 

Le garçon voulut tenter une autre expérience : au petit matin, il aperçut des petits nuages d'un rose tendre, il décida de les accumuler dans son jardin.

 

Mais quelle ne fut pas sa déception, quand les nuages atterrirent sur le sol ! Ils étaient devenus gris et maussades, ils avaient perdu toutes leurs teintes adoucies par le soleil levant...

 

Pourtant, Léo ne se découragea pas : un jour de pluie, il vit un de ces nuages chargés d'averses, lourd, menaçant, il le fit descendre près de lui, mais, aussitôt, le nuage déversa un flot impétueux sur les fleurs du jardin qui périrent sous ce torrent d'eau.

 

Léo commença à douter : les nuages n'avaient apparemment pas leur place sur la terre, à même le sol... les nuages étaient faits pour régner dans le ciel, pour être caressés par les rayons du soleil, pour susciter la curiosité, le rêve et l'imagination des enfants...

 

Les nuages étaient merveilleux, justement parce qu'ils étaient inaccessibles et lointains...

 

Les nuages devaient rester à leur place, et les êtres humains ne devaient pas perturber l'ordre du monde et de la nature.

 

Léo comprit, alors, que la beauté des nuages leur venait de leur environnement, de leur place dans le ciel, du soleil qui les magnifiait...

 

Dès lors, Léo se contenta d'observer les nuages, de garder en mémoire leurs formes, leurs couleurs douces ou éclatantes.

 

Il continua à les admirer de loin, et il commença à les dessiner : il fit de somptueux tableaux, aux couleurs de nuages, il devint peintre des nuées et acquit une renommée si grande que tout le monde se mit à l'appeler : "Léo, le voleur de nuages..."

 

 

 

 

 

 

 

Léo, le voleur de nuages...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Michel Jean 26/05/2016 09:31

Oui! Que voici une belle mise en garde ou parabole que l'on pourrait adapter aux comportement humains, changement et une belle imprévisibilité dans diverses circonstances. En attendant me replonge avec délice coutumier dans les œuvres majeures de la peinture des Maîtres du ciel . Merci.

rosemar 26/05/2016 23:42

Une mise en garde d'actualité : l'homme a tendance à détruire l'harmonie de la nature, pour la plier à ses désirs, le message est, aussi, écologique...
Les impressionnistes ont peint des nuages vaporeux, magnifiques : des "voleurs de nuages"...

fatizo 25/05/2016 19:42

Très jolie conte qui sert à nous faire comprendre que tout n'est pas accessible, et que c'est bien mieux ainsi.
Ce conte nous fait aussi comprendre qu'il est parfois encore plus beau de se contenter du rêve.
Que de réaliser un rêve trop grand pour soi ne peut qu'apporter des désillusions.
Bises et belle soirée Rosemar

rosemar 25/05/2016 21:23

Rester dans ses limites, oui : l'hubris est dangereuse, comme le disaient les grecs, dans l'antiquité, elle était punie par les dieux...

Bises du sud

ALEA JACTA EST 25/05/2016 16:47

Un joli conte qui met en garde du désir de tout vouloir décortiquer de près mais qu' il faut toutefois relativiser.Traverser les nuages en avion aussi est merveilleux...La curiosité est une qualité.
Un jour mon collègue professeur d' harmonie m' explicait une partition de Bach, d' un point de vue mathématique et purement technique.Il me l' a décortiqué, tout en m' explicant les règles strictes de l' harmonie musicale et du contrepoint que s' était imposé J S Bach.
Ce décorticage en règle aurait pu en rompre le charme et la magie, mais c' est le contraire qui s ' est produit.Mon collègue était émerveillé par la liberté artistique et le génie crétaeur du compositeur qui s' était imposé un cadre strict qu' on peut expliquer par le détail...mais qui n' explique par la magie de l' ensemble.C' est magique, tout simplement...et même après avoir tout étudié par le détail.
Le fait de regarder la Joconde de très près ne lui enlève ni charme, ni magnétisme...il suffit de reprendre un peu de distance.
Bonne fin de journée l' amie

rosemar 25/05/2016 17:10

La curiosité est essentielle et dans ce récit, elle est un moteur pour Léo, elle permet au personnage de vivre sa passion à travers l'art, la peinture...
C'est ce que montre la fin de l'histoire du "voleur de nuages"...
Ce conte est surtout une mise en garde contre la démesure de l'être humain qui souvent outrepasse ses droits, et veut dépasser ses limites.
Vive la curiosité ! Elle permet à l'homme de progresser, de s'intéresser au monde et de mieux vivre.
Merci pour l'anecdote sur Bach qui va aussi dans ce sens.

Belle journée, AJE

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/