Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 13:10
Blue Jasmine, un miroir de notre société...

 

 



Les films de Woody Allen sont souvent verbeux, les personnages s'y expriment abondamment, comme si la parole était un exutoire aux malheurs de ce monde...


L'héroïne de Blue Jasmine, incarnée par Kate Blanchett est de cette veine : dès la première scène du film, on la voit, dans un avion, parler à une inconnue, racontant sa vie, sa rencontre avec son mari, dans un flot ininterrompu de paroles.

Notre monde n'est-il pas celui du verbe triomphant ? Les êtres humains veulent de plus en plus une forme de reconnaissance qui passe par la parole écrite ou verbale...

Sur internet, sur Facebook, sur Tweeter, la parole est permanente, elle déborde, parfois, dans un flux incontrôlé...


Le film de Woody Allen met en scène une femme déchue qui a connu un passé frivole, fait de mondanités, de luxe facile, d'illusions...

Une vie factice, où la réflexion n'avait pas sa place, une vie, sans intérêt, sans profondeur...


Mariée à un homme d'affaires véreux, Jasmine a vécu, dans l'ombre de ce mari, sans même voir ses nombreuses infidélités, ou refusant peut-être de les voir, pour conserver un confort de vie agréable.

La lâcheté, l'aveuglement de Jasmine, le manque de réflexion, des défauts très humains, souvent fustigés par des satiristes, sont au centre de ce film.


Après l'arrestation de son mari, qu'elle a provoquée, par vengeance, l'héroïne sombre dans le marasme et la dépression, elle quitte New York pour aller se réfugier chez sa soeur, à San Francisco.

Woody Allen joue, alors, du contraste entre ces deux soeurs, l'une grande bourgeoise, blonde, aux allures de déesse, l'autre, simple fille du peuple, brunette, au physique plus terne et plus effacé...


Ce contraste quelque peu simpliste n'est pas la meilleure trouvaille de ce film.

La satire, et le message délivré sont plus intéressants, même si on peut voir un certain manque de réalisme dans l'arrestation du mari de Jasmine, cet homme d'affaire véreux : dans la réalité, le mari de Jasmine, homme d'influence pourrait, sans doute, échapper à la justice, grâce à son argent, ses appuis...


Mais la satire et le message délivré sont plus intéressants : l'univers factice dans lequel vivent certains êtres humains, entourés d'un luxe éhonté, de distractions tapageuses et coûteuses, paraît insensé, absurde, face à la misère du monde.


Ces gens en oublient la réalité, sont hors du monde.

Ces gens très riches, trop riches construisent leur fortune sur des malversations, n'hésitant pas, au passage, à anéantir la vie des autres.

Vivant dans le mensonge, la tromperie permanente, ils n'ont pas accès à un vrai bonheur...


Ce bonheur fait de pacotilles, de bling-bling, de faux-semblants est, au fond, assez pitoyable, et ne peut satisfaire personne : la morale s'efface, n'a plus sa place dans un tel univers, et les plaisirs simples, ordinaires ne sont même plus accessibles à ces nantis. 


L'héroïne du film Jasmine vit dans un mensonge permanent et quand elle rencontre une nouvelle possibilité de bonheur, avec un autre homme, elle retombe dans ses travers : le mensonge et la duplicité... Elle ne pourra reconstruire un avenir heureux.

Belle dénonciation du monde de la finance, ce film de Woody Allen nous invite à réfléchir sur le sens de la vie et sur les apparences : le vrai  bonheur est constitué d'efforts, de labeur et de plaisirs simples, il ne peut s'accommoder de compromissions.


 


 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nos Pistes Cyclables 19/07/2016 22:29

J'ai vu plusieurs films de Woody Allen, dont celui-ci, sans avoir été trop emballé...
Par contre celui que j'ai vu 2 fois est le meilleur à mon avis, Midnight in Paris.
Bises rosemar

rosemar 20/07/2016 19:45

Je n'ai pas vu Midnight in Paris, mais j'ai trouvé ce film intéressant : il reflète assez bien les fractures de notre société et dépeint bien ces gens riches qui vivent dans le mensonge, l'immoralité.

Bises, LH

Michel JEAN 19/07/2016 22:05

Un truc qui me déglingue sec. J'écris: "Une dégoulinante soif de sécurité" , et si vous tapez cette phrase elle apparaît sur le net. Je comprends pas ? Bye.

rosemar 20/07/2016 19:41

Etonnant, en effet ! Big brother a repéré cette expression et l'a associée à mon article !

Michel JEAN 19/07/2016 21:28

Oui! Une belle réplique que magnifiquement Molière ou Racine et tant d'autres décrivent avec leur théâtre . Bonne soirée à tous.

rosemar 19/07/2016 21:42

En fait, le monde n'a guère changé depuis le "grand siècle", oui.

Bonne soirée, Michel

ALEA JACTA EST 19/07/2016 16:27

Je ne peux juger ce film que je n' ai pas vu mais je note que s' agissant de Woody Allen, on crie souvent au génie quand, en fait, il est juste bon...les derniers films que j' au vus de lui étaient plaisants mais sans plus...ils ne me laissent pas d' impression prégnante.
Par ailleurs j' ai du mal avec Cate Blantchett qui est une grande actrice mais qui ne me provoque aucune espèce d' attirance ou d' empathie...Je ne suis pas sensible à sa féminité.Elle me produit le même effet qu' une limande...sorry !
Ceci dit je crois bien que je finirai par voir ce film tôt ou tard mais les situations que tu y décris semblent assez manichéennes.La grande bourgeoisie et ses faux-semblants confrontée à la rudesse crûe et sans artifices des classes populaires.Après tout si c' est bien traité ça peut donner lieu à un grand film...Allen est assez irrégulier et sait parfois apporter une touche originale.
Bonne fin de soirée l' ami

rosemar 19/07/2016 21:30

C'est vrai : un certain manichéisme dans ce film, mais la dénonciation du monde des riches, des hommes d'affaires est particulièrement réussie : un monde d'apparences, superficiel, sans morale. Un film à voir, malgré Kate Blanchett, donc.

Belle soirée, AJE

fatizo 19/07/2016 15:10

Si je comprends bien tu n'as pas été plus emballé que ça par ce film de Woody Allen.
Pour te dire le fond de ma pensée, je n'ai jamais aimé beaucoup ce qu'il faisait. D'ailleurs je n'ai pas vu beaucoup de ses films, je les trouve aussi trop "parlant" .
J'ai vu son dernier film il y a peu au cinéma, "Café Society", qui se veut une critique du monde hollywoodien.
https://www.youtube.com/watch?v=Rl4X6pFfmTI
Pas de quoi en faire des tonnes comme l'ont fait certains critiques, mais il faut dire que W. Allen a toujours été vu comme un génie en France, et beaucoup moins aux USA.
Non, ce film est à des années lumières de films qui ont su bien mieux qu'Allen traiter ce sujet avant lui.
Je pense bien sur à "Sunset boulevard " de wilder
https://www.youtube.com/watch?v=gxTrBKnzFVA

"Eve" de Mankiewicz
https://www.youtube.com/watch?v=hNJjy5N2fEM

Ou encore " Les Ensorcelés " de Minelli.
https://www.youtube.com/watch?v=mltRSwxkH0c

Bises et belle fin de journée Rosemar

rosemar 19/07/2016 21:22

Non, en fait j'ai bien aimé ce film car il reflète notre monde, il dénonce les apparences, le pouvoir de la finance, des thèmes très actuels. Je connais mal le cinéma de Woody Allen, mais ce film m'a paru vraiment intéressant dans les thèmes traités
Merci pour tous ces extraits de films qui sont autant de références : on reconnaît un cinéphile !

Bises du sud

Michel JEAN 19/07/2016 14:56

Mais ces certains être humains vivent entourés "de-lèches-prêt-à-tout" mendiant la plus légère approbation, le plus minime regard, un atome de sourire, copinages conjugués à la dégoulinante soif de sécurité par le pouvoir. Ainsi va le monde.

rosemar 19/07/2016 21:17

Les gens riches sont encore et toujours entourés de courtisans flagorneurs : le pouvoir de l'argent s'impose dans tant de milieux.
C'est aussi ce que dénonce ce film, oui.

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/