Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 11:55
Le navire roulait sous un ciel sans nuages...

 

 



Pour le plaisir des mots : le navire !

 

C'est le moment de voyager, de prendre la mer sur des navires élégants, fiers coursiers qui traversent les ondes...

 Baudelaire évoque, souvent, dans son oeuvre, des rêves de voyage et d'évasion : il imagine des traversées sur des mers houleuses, vers des pays lointains. Dans un de ses poèmes, Le voyage à Cythère, on retrouve cette thématique :


"Mon coeur, comme un oiseau, voltigeait tout joyeux 
 Et planait librement à l'entour des cordages ; 
 Le navire roulait sous un ciel sans nuages ; 
 Comme un ange enivré d'un soleil radieux."



Le mot "navire" nous emporte sur des mers, aux flots sans cesse mouvants et ondoyants, des étendues infinies de bleu où le ciel et la mer se rejoignent et se confondent...

Il nous fait chavirer, avec ses voyelles bien distinctes, le "a" bien ouvert, le "i" plus aigu, la fricative "v", pleine de douceur, la gutturale "r", plus âpre...

Le mot nous fait goûter des embruns virevoltants, des odeurs d'écumes et de liberté, des envolées de mouettes sur la crête des vagues, des senteurs d'algues marines.

Envie de voyages et de découvertes, aventures sur les ondes, mystères... le navire, c'est, d'abord, l'épopée d'Ulysse, histoire fondatrice qui nous emmène sur les rives de la Méditerranée.

Le mot est issu, d'ailleurs, d'un ancien terme grec : "
ναῦς, naus", "le navire". Homère utilise ce nom, maintes fois, dans l'Odyssée.

On y voit des navires emportés par des vents favorables sur le "vaste dos des mers", "ἐπ᾽ εὐρέα νῶτα θαλάσσης", belle image qui sert à diviniser et personnifier l'étendue marine.


Le mot nous fait voir des voiles chahutées, aux teintes éclatantes sur le bleu des vagues, des cahots, des lumières éblouissantes de reflets sur les ondes...

Des chaloupes fragiles emportées par les flots, des tempêtes, des apaisements, le flux et le reflux, les paroles ondoyantes de la mer, ses fureurs...

Le mot semble révéler élégance et fragilité, il était, ainsi, féminin aussi bien en latin qu'en grec, avec les formes "navis" et "naus".

Le terme ancien "la nef" avait gardé cette marque pleine de charme.

On perçoit une sorte de délicatesse, de finesse, dans ce nom, plus que dans le terme "bateau", issu, lui, de l'anglais "bat", "boat".


"Le navire, la nef, naviguer, navigation, nautique, nautisme, nautonier, navette, internaute", de nombreux mots sont dérivés du nom "navis".

De là vient, aussi, le nom du "Nautilus", le sous-marin de l'oeuvre de Jules Verne, Vingt mille lieues sous les mers.


On perçoit des mots variés dont certains sont anciens, d'autres évoquent des réalités pleines de modernité : l'internaute est celui qui "navigue" sur internet.

On voit que ce radical, issu du grec ancien, "naus" a connu une belle continuité, il a traversé les siècles, nous est parvenu presque intact, avec, parfois, des évolutions de sens intéressantes.

 

Voilà un mot venu du passé qui nous fait voyager vers des îles lointaines, des paysages éblouis de soleils, des images d'étendue marine aux reflets étonnants...

Voilà un terme "homérique", par excellence, qui nous fait remonter à l'épopée primitive : l'Odyssée, les sources mêmes de notre littérature...

 


 

 

 

 

 

 

Le navire roulait sous un ciel sans nuages...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Michel JEAN 07/07/2016 00:05

Nous avons dans la première strophe d'un poème de Valéry: Le cimetières marin, une définition de la mer (et des voiles !) qui fait encore merveille. Ce toit tranquille, où marchent des colombes, entre les pins palpite, entre les tombes; midi le juste y compose de feux la mer, la mer, toujours recommencée ! O récompense après une pensée qu'un long regard sur le calme des dieux !

rosemar 07/07/2016 19:43

Merci pour ce rappel du poème de Valéry : la mer, espace infini, au caractère divin nous éblouit. Et les navires qui dansent sur la mer nous éblouissent aussi.

Nos Pistes Cyclables 06/07/2016 21:45

Si j'ai aimé l’Iliade et l'Odyssée, puis toute l'oeuvre de Jules Verne, j'ai adoré les romans maritimes d'Eugène Sue, avec ses bateaux marchands, navires de guerre ou de pirates, parmi eux La Salamandre... des jours et des nuits de lecture passionnante tout en découvrant combien de modèles différents de navires il pouvait y avoir, le Brick, la Corvette, la Goélette, etc, et j'en oublie !
Bises rosemar

rosemar 07/07/2016 19:36

Que de noms évocateurs pour ces embarcations ! Merci pour cette référence supplémentaire, LH : les romans maritimes d'Eugène Sue, qui sont si peu connus...

Bises, LH

Michel JEAN 06/07/2016 18:14

Oui !... Mais avec la Manche, il s'agit d'une autre paire de manche et même si il s'agit de la côte fleurie.

rosemar 06/07/2016 21:13

Oui, une autre paire de manches, en effet : une eau vivifiante, parfois un peu fraîche, je préfère la température de la Méditerranée !

ALEA JACTA EST 06/07/2016 16:28

Les navires ont inspiré de nombreux écrivains comme Joseph Conrad.
Je me rends compte en te lisant qu' en catalan et en valencien on utilise le mot "nau" qui se prononce naou avec accent tonique sur le a et qui vient donc directement du grec.
En espagnol c' est le mot " nave" féminin...una nave.
On utilise souvent les navires pour faire de belles métaphores.comme Fellini avec son " E la nave va"
Les navires font rêver.Un de mes films préférés est pour moi aussi les ´revoltés du Bounty,J' adore la 3 ème version avec Mel Gibson, Anthony Hopkins et la musique envoutante de Vangélis.
https://www.youtube.com/watch?v=gGxR6s9pVKk
Je ne m' en lasse pas
Bonne fin de soirée l' amie

rosemar 06/07/2016 18:06

Merci pour ces remarques linguistiques : on retrouve le mot "naus" dans de nombreuses langues, un mot ancien : quand on pense qu'on l'utilisait déjà à l'époque d'Homère ! un mot qui a traversé les siècles...
Le navire qui vogue sur les ondes peut être une métaphore de la vie, de ses bonheurs, de ses découvertes et de ses tourments.

La musique de Vangélis est superbe. En voici une autre :

https://www.youtube.com/watch?v=39wDrOJ1OJM


Belle soirée, AJE

Michel JEAN 06/07/2016 16:19

Avec cette fraîcheur verte ou ce ciel bleu qui exhalent tant et tant de lumières qu'il est péniblement difficile de s'en passer, de résister et de plonger !... et ... qu'elle est froide.

rosemar 06/07/2016 18:00

Elle est froide, si on plonge brusquement dans l'eau, oui : mieux vaut y aller progressivement, si c'est possible. La mer est un espace infini qui fascine par sa beauté et ses mystères.

fatizo 06/07/2016 16:02

Les navires ont marqué l'imaginaire de nombreuses générations. Ils ont été pendant longtemps synonyme d'évasion, de rêve, d’exotisme.
Bien sur on pense à tous ces grands navigateurs, Magellan, Colomb...
Puisque tu cites Jules Verne, je citerai "2 ans de vacances".
On pense aussi Aux révoltés du Bounty, et à tous ces films de corsaires des années 40 et 50
https://www.youtube.com/watch?v=MXb1QqmrRNc
Bises et belle soirée Rosemar

rosemar 06/07/2016 17:58

Les navires, les voiliers notamment, font rêver, et évoquent de magnifiques images, on songe à toutes les "marines", des tableaux où l'on voit des voiliers sur des océans tempétueux ou plus apaisés.
Les films de corsaires hantent aussi notre imagination, merci pour l'extrait.

Bises du sud

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/