Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juillet 2016 4 07 /07 /juillet /2016 13:19
Une société du chiffre...

 

 

 

 

Nous vivons dans une société du chiffre, dans un monde de rentabilité à  outrance : les marchés se focalisent sur les chiffres de la croissance. Si ces chiffres sont bons, tout va bien. Si la croissance est à la baisse, c'est un sujet permanent d'inquiétude...

 

Les établissements scolaires sont, maintenant, tenus de faire du chiffre : chaque année, sont publiés les chiffres de réussite au baccalauréat et les lycées sont classés en fonction de ces critères.

Le chiffre ! Le maître mot de nos sociétés !

 

"Travailler plus pour gagner plus...", on se souvient, aussi, de ce slogan célèbre qui a été en faveur, lors du quinquennat de Nicolas Sarkozy.

 

Et dans de nombreux domaines, le chiffre est essentiel.

Les médecins, dès que leurs patients entrent dans leur cabinet, exigent d'eux leur carte vitale, avant même de s'enquérir de leur santé.

Dans les cliniques, les hôpitaux, la rentabilité est à l'ordre du jour : multiplication de certains examens, interventions chirurgicales, scanners, radios, échographies, à la chaîne.

Certains médecins privilégient des traitements onéreux, peu pratiques pour le patient : prescription d'une série de piqûres qu'on peut remplacer par des médicaments plus faciles à absorber, et moins chers.

 

Dans les entreprises, les actionnaires réclament du chiffre, toujours plus de chiffre.

 

Les chaînes de télévision sont notées et cotées en fonction de l'audience qu'elles recueillent pour tel ou tel programme.

On a, ainsi, appris que M6 avait obtenu une audience exceptionnelle, lors de la diffusion du match France Islande ! 17 millions de spectateurs, un record !

 

Mais, ne serait-il pas temps de revenir à plus d'humanité ?

Ne serait-il pas temps d'oublier le chiffre ?

Les êtres humains ne sont pas faits pour vivre sous le règne du chiffre. Ils ont besoin, en maintes circonstances, d'un certain humanisme.

Et cet humanisme tend à disparaître dans un monde voué au chiffre, et à la rentabilité.

L'être humain s'enrichit d'expériences, de contacts avec autrui : soumis à cette pression du chiffre, il ne peut plus s'épanouir et acquérir l'indispensable sérénité dont il a besoin.

 

Arrêtons de nous soumettre au chiffre ! La tyrannie du chiffre nous conduit aux pires dérives !

L'être humain n'est pas fait pour vivre sous la domination de la rentabilité : ce n'est pas, là, le but d'une vie.

 

Il faut redonner d'autres repères, d'autres objectifs à l'être humain et à la société dans son ensemble.

Le chiffre ne nous rend pas heureux, il annihile l'individu, le soumet à une rentabilité, l'inclut dans une masse, au lieu de lui accorder toute sa valeur.

C'est l'humanisme qui enrichit l'homme, c'est l'humanisme qui lui apporte un épanouissement et un bonheur de tous les jours.

 

 

 

 

 

 

Une société du chiffre...
Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Vos belles photos me font penser à des pubs pour les gogos du jeu !
Répondre
R
On a bien l'impression de gestes tentateurs pour attirer des chalands.
M
[...] "Il faut donné d'autres repère, d'autre objectifs à l'être humain" Tout à fait de votre avis. Avec la Francaise des Jeux les repères donnés sont finement et clairement affichés pour toujours et d'une façon durable pour idéalement imprégnés en exerçant une emprise violente pour les esprits. Et que de victimes...
Répondre
R
Oui, certains se laissent prendre par l'univers du jeu et ils sont en général perdants : on assiste à une prolifération inquiétante de ces jeux et de ces paris sur des chiffres.
N
J'ai lu un article de Libé qui honore un londonien d'origine irakienne qui a publié des photos des victimes du dernier attentat à Bagdad pour qu'ils aient un visage et ne soient pas qu'un chiffre... le voici...<br /> Bises rosemar <br /> <br /> http://www.liberation.fr/planete/2016/07/04/notjustanumber-l-hommage-d-un-londonien-aux-victimes-de-bagdad_1463997
Répondre
R
Merci pour ce lien, LH : le chiffre, c'est aussi une façon de considérer les êtres humains comme des objets ou des choses, en leur déniant leur humanité, l'histoire nous a donné de tristes exemples de cette déshumanisation.<br /> <br /> Bises, LH
A
Il y a 40 ans Fraçois de Closets avait écrit un essai intitué " Toujours plus ! "<br /> Le vrai problème n' est pas le chiffre mais l' obligation de croître.Or dans un monde par nature fini, la croissance ne peut être infinie.Une nouvelle exigence apparait au XXI ème siècle: le développement durable...et pour durer, il ne faut pas nécessairement croître mais se stabiliser et rechercher des équilibres.Ce sont des critères qu' il faudra mettre en adéquation avec les exigences du capitalisme si celui-ci veut être durable également.<br /> L' Europe qu' on critique si souvent essaie d' imposer des quotas( comme par exemple pour la pêche) pour que l' obsession du chiffre ne finisse par provoquer notre propre perte.<br /> Bonne fin de soirée l' amie
Répondre
R
Beaucoup s'imposent à eux-mêmes cette obligation de croître : pourquoi vouloir toujours gagner plus d'argent, pourquoi vouloir dominer ? Le bonheur ne peut résider dans cette volonté d'écraser les autres.<br /> <br /> Belle soirée, AJE
F
Je pense que ce que tu dénonces au delà du chiffre c'est la société de la performance.<br /> Toujours plus haut, toujours plus vite, toujours plus fort, toujours plus riche.<br /> Tout comme toi je n'aime pas cette société. <br /> A quoi cela sert-il de toujours posséder plus, d'être continuellement le premier, de battre des records en tout genre.<br /> Bien sur il y a contradiction avec mon amour du sport qui n'est que compétition.<br /> Oui, mais celui-ci peut, et doit, être fait dans les règles, avec un esprit ou les champions se respectent, s'admirent parfois.<br /> Tout n'est que question de mesure, et il est vrai qu'il y a bien longtemps qu'on l'a perdu, et dans tous les domaines.<br /> Bises et belle fin de journée Rosemar
Répondre
R
La performance, mais aussi le goût de l'argent, de la conquête, à tel point que l'humanisme disparaît.<br /> Le sport de compétition ne respecte pas toujours l'humain.<br /> <br /> Bises du sud
M
C'est bien vrai que le fric gâche bien des plaisirs et pourtant il ne rallonge pas les jours ni les nuits ni le temps...ni le plaisir d'être libre comme le vent !...
Répondre
R
L'argent, le désir de dominer, de conquérir... quelle vanité ! Libre comme le vent, on aimerait bien l'être, oui !<br /> <br /> Va où le vent te mène !<br /> <br /> https://www.youtube.com/watch?v=-9c17Q8h_y4<br /> <br /> http://rosemar.over-blog.com/article-laisse-tomber-l-eventail-123208026.html<br /> <br /> <br /> Bonne soirée, Michel