Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 16:12
De l'utilité de publier les lettres de François Mitterrand à Anne Pingeot ?

 

 

 


Des lettres intimes qui relèvent de la relation amoureuse méritent-elles d'être publiées ? Ce sont des lettres évoquant des sentiments personnels et on ne comprend pas que ces lettres écrites par François Mitterrand à sa maîtresse Anne Pingeot puissent faire l'objet d'une publication, si ce n'est dans un but purement lucratif.

Quelques brefs extraits parus sur le journal Le Point font état d'une correspondance enflammée, et de déclarations passionnées.

Mais en quoi ces lettres très personnelles peuvent-elles nous intéresser ? Pourquoi tout cet étalage de sentiments ?

C'est Anne Pingeot elle-même qui a souhaité cette publication : dans que but ? Une forme de reconnaissance, peut-être ? mais Anne Pingeot a déjà eu cette reconnaissance par l'amour que lui a porté François Mitterrand et dont elle seule connaît, sans doute, la profondeur.

N'est-ce pas suffisant ? Pourquoi cette volonté d'exhibitionnisme ?

Quant à la qualité littéraire de ces lettres, on peut en juger le caractère forcément limité : ce sont des lettres passionnées, écrites sur l'instant, dans l'urgence de l'amour.

La littérature, la vraie, s'accommode mal de cette urgence : elle est travail sur les mots, relecture, correction, elle est faite de patience et de recherche dans l'expression et l'analyse des sentiments.

Au lieu de cela, on lit des déclarations ampoulées dignes d'un adolescent énamouré : "C'est une vague de fond, mon amour, elle nous emporte, elle nous sépare, je crie, je crie, tu m'entends au travers du fracas, tu m'aimes, je suis désespérément à toi, mais déjà tu ne me vois plus, je ne sais plus où tu es, tout le malheur du monde est en moi, il faudrait mourir mais la mer fait ce qu'elle veut. Oui, je suis désespéré. Le temps de reprendre mon souffle et pied. Ô, mon amour de vie profonde, j'ai pu mesurer un certain ordre des souffrances. Ce sera peut-être le seul mot tranquille de cette lettre : je t'aimerai jusqu'à la fin de moi, et si tu as raison de croire en Dieu, jusqu'à la fin des temps."

Certes, l'image maritime souligne bien les souffrances de l'amoureux séparé, pour un temps, de celle qu'il aime...

Certes, le style est haletant comme pour restituer la passion amoureuse.

Mais on aurait des difficultés à classer ces lettres dans la rubrique "littérature", et l'expression paraît particulièrement hyperbolique et outrancière.

François Mitterrand y apparaît comme un héros romantique exalté, mais n'est-ce pas la posture d'un amant qui met sa vie en scène ?

Faut-il rappeler que François Mitterrand avait 46 ans quand il a rencontré Anne Pingeot qui en avait 19 ?

Nul doute qu'il a su choisir et trouver les mots pour s'adresser à une toute jeune fille... il a su faire rêver la jeune adolescente qu'était Anne Pingeot.

Bien sûr, ses sentiments étaient, sans doute, sincères, mais ils auraient dû rester de l'ordre de l'intime...

Si Anne Pingeot et François Mitterrand ont vécu une belle histoire, il aurait mieux valu la taire : l'amour sincère refuse l'exhibitionnisme et l'étalage indécent des sentiments, l'amour sincère se vit dans l'intimité.

 




http://www.lepoint.fr/actu-du-jour/je-t-aimerai-jusqu-a-la-fin-de-moi-06-10-2016-2073976_781.php

 

 

De l'utilité de publier les lettres de François Mitterrand à Anne Pingeot ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lapin37 08/10/2016 11:22

Bonjour tous, rosemar, tu as raison, j'ai confondu la mère et la fille, si semblables dans leur inexistence, c'est vraiment de l'exhibition inutile mais l'argent ! l'argent ! ...
Bon we, bises/santé.

Lapin37 07/10/2016 10:52

Bonjour tous, rosemar, mon impression ? du dégoût ! mais elle a deux "bonnes raisons" sans doute, elle n'est pas pour rien la fille d'un manipulateur (elle a vécu son enfance dans le mensonge et la sournoiserie) et comme nous tous elle "vit de bonne soupe et non de beau langage" ;-))) Moi, j'ai de la mémoire et puisque ces lettres sont étalées il serait intéressant d'y comparer celles envoyées à Catherine Langeais (volées au cours d'un "cambriolage" hem ! hem !)
Quant à parler d'UNE histoire unique ... re hem ! hem !
C'est en fait un moyen de faire de l'argent avec rien quand soi-même on n'est rien ! je ne ferai même pas l'effort d'en ouvrir un à Auchan ;-)))
Bonne journée, bises/santé à tous ... il fait frisquet !
Je vais faire le tour des infos en espérant ne pas avoir trop de nausées !!!

rosemar 07/10/2016 21:47

Une histoire unique... on peut en douter, en effet, Miterrand fut un grand séducteur...
Et-ce que tu évoques Mazarine Pingeot ? Ce n'est pas elle qui a publié mais sa mère, Anne Pingeot.
Une publication commerciale... à ne pas acheter.

Bises, Lapine, bonne soirée

L. Hatem 07/10/2016 09:35

19 et 46 ans... Ah, quand même !
Toutefois eux ils ont vécu leur histoire dans la discrétion... ce sont les journalistes qui ont tout dévoilé !
Même un casque moto ne peut cacher l'identité d'un homme politique...

rosemar 07/10/2016 21:29

Oui, une discrétion obligée : c'était une autre époque et il fallait sauver les apparences, à tout prix.

L. Hatem 07/10/2016 09:20

Pliz rosemar... explique moi ce que sont les déclarations ampoulées... je n'ai pas trouvé.
Bises

rosemar 07/10/2016 21:27

ampoulées, c'est à dire "exagérées, enflées, excessives..."

Bises, LH

Richard Schneider 06/10/2016 21:28

Bonsoir Rosemar,
Comme vous, je suis très mal à l'aise devant cette débauche de voyeurisme. C'est d'autant plus étonnant qu' Anne Pingeot passait pour quelqu'un de très discret.
Comme l'écrit Fatizo, ce déballage est à la limite de la vulgarité. Vous avez totalement raison : " l'amour sincère refuse l'exhibitionnisme et l'étalage indécent des sentiments, l'amour sincère se vit dans l'intimité".
Bonne soirée.

rosemar 06/10/2016 22:08

En effet, Anne Pingeot est toujours restée en retrait et là, c'est elle qui a fait le travail préparatoire pour publier ces lettres, c'est curieux, peut-être était-ce la volonté de Mitterrand lui-même ??

Bonne soirée, Richard

Richard Schneider 06/10/2016 21:28

Bonsoir Rosemar,
Comme vous, je suis très mal à l'aise devant cette débauche de voyeurisme. C'est d'autant plus étonnant qu' Anne Pingeot passait pour quelqu'un de très discret.
Comme l'écrit Fatizo, ce déballage est à la limite de la vulgarité. Vous avez totalement raison : " l'amour sincère refuse l'exhibitionnisme et l'étalage indécent des sentiments, l'amour sincère se vit dans l'intimité".
Bonne soirée.

fatizo 06/10/2016 20:50

C'est la littérature de notre époque. Elle est bien souvent proche du voyeurisme. On pense bien sur aussi à Christine Angot.
C'est tout ce que je déteste. Sous l'excuse d'un certain talent (ou pas), on se donne le droit d'étaler sa vie privée, mais aussi celle de ceux qui ont partagé votre vie. Je trouve cela extrêmement vulgaire.
Bises et belle soirée Rosemar

rosemar 06/10/2016 22:05

De la littérature ? Je ne sais même pas si ce mot convient, en l'occurrence... Bon, je n'ai pas lu l'intégralité des lettres et je ne les lirai pas, mais le principe même de publication de lettres très intimes me semble une forme d'exhibitionnisme inutile.

Bises du sud

ALEA JACTA EST 06/10/2016 18:48

Je me sens incapable d' en lire la moindre ligne car l' auteur n' est plus de ce monde pour en approuver la publication.C' est du voyeurisme littéraire...très peu pour moi.
Jacques Higelin avait publié ses lettres d' amour qu' il était venu présenter lui-même chez Pivoit..mais là c' était l' auteur qui publiait...Cela change tout.

http://www.grasset.fr/lettres-damour-dun-soldat-de-vingt-ans-9782246389217


Bonne fin de soirée l' amie
PS: Ces lettres peuvent être lues au premier ou au second degré car on peut parfaitement imaginer un MItterrand sincère ou alors un MItterrand manipulateur.Tu remarques à juste titre que Mitterrand avait 46 ans quand Anne Pingeot en avait 19.il n' est pas interdit de penser que Tonton était un sacré manipulateur qui savait utiliser toute la palette du registre littéraire romantique pour arriver à ses fins avec une jeune fille peu expérimentée...C' était un artiste, et pas qu' en politique....Les 2 versions sont possibles mais de toutes façons, ça n' a pas d' intéret de lire ces lettres, si ce n' est des motivations voyeuristes malsaines

rosemar 06/10/2016 22:00

Certains vont se précipiter pour lire ces lettres, par une sorte de curiosité malsaine : très peu pour moi, aussi.
Merci pour le lien de Higelin.

Belle soirée, AJE

Michel JEAN 06/10/2016 17:46

Ce n'est pas du Victor Hugo...

rosemar 06/10/2016 21:56

En effet, on est loin de Hugo... si Mitterrand s'est rêvé comme un grand écrivain, avec ces lettres, il est bien loin de ses ambitions.

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/