Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 09:46
La gauche a-t-elle trahi l'école ?

 

 



Des réformes successives ont affaibli notre système scolaire : renoncement à de véritables cours de grammaire, à l'orthographe, à l'enseignement de connaissances au profit d'une pédagogie de la découverte...

Au nom de l'égalitarisme, on a sacrifié des disciplines essentielles.

Ces réformes avaient pour but de mettre l'élève au centre de l'école, comme s'il pouvait, de lui-même, construire des savoirs, comme s'il était apte à tout découvrir par lui-même.

Mais, enfin, l'enseignant n'a-t-il pas pour mission première de transmettre des connaissances, d'en montrer l'importance, de donner une structuration à la pensée ?

Et cette pensée passe forcément par l'apprentissage de la grammaire et du vocabulaire.

Comment pourrait-on penser quand on n'a pas les mots à sa disposition pour le faire, comment pourrait-on réfléchiir quand on ne maîtrise pas sa langue ?

Pendant des années, on a imposé aux enseignants des évaluations, en début d'année de sixième, de seconde, des évaluations complexes, particulièrement difficiles à corriger, avec des codages très compliqués.

Des évaluations qui n'avaient pas grand intérêt : en fait, un enseignant perçoit très rapidement les défaillances et les lacunes d'un élève, quand il corrige une première rédaction...

Ces évaluations ont été, ensuite, remisées au placard, on les a abandonnées sans tambour ni trompette, car de toutes façons, elles n'avaient pas grande utilité....

L'école a été un champ d'expérimentation à large échelle : on a voulu la réformer à tout prix, sans arrêt, sans vérifier la valeur des réformes mises en place.

L'innovation, la rénovation étaient les maîtres mots dans le domaine éducatif et le gouvernement actuel a poursuivi dans cette voie...

La réforme des collèges menée par Najat-Vallaud Belkacem parachève cette oeuvre de destructuration de l'école : amoindrissement des enseignements fondamentaux, mise en place des EPI, enseignements pratiques interdisciplinaires, quasi-suppression du latin et du grec.

Les EPI qui croisent les disciplines ont pour but de rendre l'enseignement plus attrayant et plus ludique pour les élèves, mais ils risquent de conduire à un affaiblissement des savoirs fondamentaux, ils empiètent sur les apprentissages de base.

La suppression annoncée du latin et du grec sonne aussi le glas de l'enseignement des savoirs : notre culture est fondée sur ces langues, notre littérature doit beaucoup aux auteurs anciens.

On ne peut, ainsi, mépriser notre passé sans dommage : nous devons nous appuyer sur ce passé commun pour garder des repères...

La gauche a-t-elle trahi l'école ? Hélas, les bonnes intentions ne suffisent pas pour remettre l'école sur pied : une réflexion profonde s'impose pour faire en sorte de remettre le savoir au coeur de l'école.

Les faux-semblants sont terrifiants, et ils conduisent au pire : il serait temps de réfléchir aux conséquences de toutes les réformes engagées et d'en dresser un bilan.



 

 

 

La gauche a-t-elle trahi l'école ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lapin37 13/10/2016 21:39

Bonsoir tous, rosemar ... en fait je ne vais pas commenter, les patrons de l'Education sont pour les enseignants l'équivalent du rocher de Sisyphe !
Bonne soirée, bises/santé.

ALEA JACTA EST 12/10/2016 20:42

A Fatizo
Quand un enseignant émet des doutes vis-à-vis de sa hiérarchie sur le bien-fondé d' une réforme, plusieurs suspicions s' abattent immédiatement sur lui .Il peut-être suspecté:
- d' être un peu facho
- d' être un vieux réac,
- d' être trop passéiste ( le nostalgique impénitent qui ne vit pas avec son temps)
- d' avoir peur de la nouveauté, et des nouvelles technologies
- de ne pas se remettre en cause
- de ne veut pas vouloir s' investir dans le développement de nouvelles méthodes
- d' être un p...de gros fainéant
Du coup, ils sont nombreux les profs qui disent OUI BOUANA mais qui en fait n' en pensent pas moins...qui ne croient pas du tout au bien-fondé de certaines réformes mais qui ne l' exprimeront jamais ouvertement à leur inspecteur par exemple, ou au proviseur.
Au parti communiste il y avait la ligne du parti contre laquelle un militant pouvait très difficilement s' opposer...dans le domaine de l' éducation c' est encore pire , vu que la ligne du parti, c' est ton employeur qui la fixe et que t' as intérêt à lui faire croire qu' il peut compter sur ta loyauté...

fatizo 12/10/2016 22:10

Bonsoir AJE
On peut dire la même chose de toute idée dominante.
Dès qu'une certaine élite décide de mettre en avant un modèle il est hors de question pour qui que ce soit de la remettre en cause sans passer pour ce que tu dis.
A chaque fois c'est la même chose.
Sur l'Europe, sur l'Allemagne, sur les USA avant les supprimes, sur le libéralisme....
Interdiction de critiquer ou de vouloir pratiquer une politique différente sinon les chevaliers servants de cette idée dominante vont se lever .

rosemar 12/10/2016 21:27

Une liste de suspicions que tu fais bien de rappeler : les parents d'élèves, eux aussi, ont tendance à nous accabler de ces reproches.

fatizo 12/10/2016 18:39

Si tu poses la question c'est déjà que tu as ta petite idée, et je ne peux qu'approuver.
Et le pire c'est qu'elle n'a pas fait que trahir l'école mais aussi le peuple.
Je lisais il y a quelques mois dans Marianne un article ou le philosophe Marcel Gauchet disait que la gauche avait trahi son électorat à partir de 83 avec Mitterrand .
Son explication consistait à dire que pour contrecarrer l'abandon de la cause sociale, le Président de l'époque avait mis l'accent sur l'anti-racisme (touche pas à mon pote) , et l'Europe.
On en paye les conséquences aujourd'hui.
Ces deux grandes "causes" mises en avant par la gauche de l'époque, nous interdisent de critiquer aujourd'hui les dérives de l'immigration et de l'union européenne.
Nos cerveaux ont été comme lobotomisés . L'Europe et l'immigration sont notre chance.
Voici le discours entendu dans les médias depuis 30 ans, et le premier qui émet le début d'une critique est un affreux fasciste.
Bises et belle soirée Rosemar

rosemar 12/10/2016 21:22

Mitterrand avait représenté un bel espoir de renouveau, et les déceptions ont suivi, malgré des aspects positifs, la retraite à 60 ans dont ont bénéficié mes parents, par exemple. Pour l'école, le quinquennat de Hollande a déçu, encore....

Merci pour cette analyse de Marcel Gauchet.

Bises du sud

ALEA JACTA EST 12/10/2016 16:56

Les néo-pédagogues irresponsables qui sont à l' origine de toutes ces réformes ont oublié une simple règle dictée par le bon sens et par la sagesse populaire.
On n' édifie pas une maison solide sans de bonnes fondations...
Les piliers de l' instruction sont entre autres la connaissance des mathématiques élémentaires et la maîtrise de la langue véhiculaire, de sa grammaire, de sa syntaxe et de son orthographe.Si on ne la domine la communication est prise en défaut et la pensée ne peut s' exprimer, ni s' exercer.
Or c' est de la gauche que sont issus tous les idéologues de ces nouvelles pédagogies.Du passé ils ont fait table rase.Ils ont jeté le bébé avec l' eau du bain.Ils n' ont pas su préserver un héritage et un patrimoine éducatif.Pour eux, écrire sans fautes est une affaire de spécialistes et de lettrés !!!! Ce n' est plus un objectif à atteindre pour la majorité des citoyens.
Oui, indiscutablement ils ont trahi l' école et la République...
Bonne fin de journée l' amie

rosemar 12/10/2016 20:50

Comme tu dis, les fondations sont essentielles en français, en mathématiques : l'apprentissage de la langue doit retrouver sa place à l'école. De même, quand on fait du latin, du grec, on revoit toutes les notions grammaticales.
Une trahison et un abandon de l'école.

Belle soirée, AJE

Michel JEAN 12/10/2016 15:40

Ou d'autres merveilleux évènements qui ne sont que source de plaisir ou délices de ravissements permanents pour l'esprit toujours et encore que cette/ces grandes civilisations ??? Comprend pas cette équipe de Lombarts...!

rosemar 12/10/2016 20:46

La civilisation grecque offre tant de découvertes, dans de nombreux domaines : arts, littérature, philosophie...

Michel JEAN 12/10/2016 15:33

Oeuvre bien inutile que celle-ci de vouloir absolument imposer de remiser cette belle histoire de la Grèce et sa langue de vouloir encore la donner au chat !... ainsi que les autres anciennes civilisations. En effet comment ne pas vouloir expliquer ce que fut : Le grand siècle de "Cimon", de Péricles, la réaction fleurie (goût du détail et de la fanfreluche méritait d'avantage l'épithète de "gracieux" car le goût du détail raffiné, des bijoux et des fanfreluches qui le caractérisent n'est que l'expression secondaire d'une esthétique de la non pesanteur' de l'absence d'effort, de l'élégance naturelle, qui est l'essence même de la grâce... Bonne journée à tous.

rosemar 12/10/2016 20:43

Le grec, le latin sacrifiés au nom de l'égalitarisme : c'est stupide, ces enseignements permettent à des élèves travailleurs de mieux s'en sortir, et progresser.

Bonne soirée, Michel

Richard Schneider 12/10/2016 13:07

Sans aucune hésitation, je répondrais :"Oui, la Gauche a trahi l'idéal scolaire de la République".
Bonne fin d'après-midi.

rosemar 12/10/2016 20:41

On attendait beaucoup mieux dans ce domaine de l'éducation de la part d'un gouvernement de gauche : Sarkozy avait laminé l'éducation et les "socialistes" ont failli d'une autre façon : rythmes scolaires, réforme improvisée du collège...

Bonne soirée, Richard

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/