Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 15:08
Descente dans l' enfer des abattoirs...

 

 

Il nous arrive à tous d'acheter et de consommer de la viande... mais savons nous dans quel enfer travaillent les personnels des abattoirs industriels ?

 

Un film nous révèle l'envers du décor et montre le labeur invivable de ces ouvriers et ouvrières qui passent leur temps sur des chaînes de travail aux cadences accélérées... Ce film intitulé Entrée du personnel a été tourné par Manuela Frasil...

 

Un documentaire édifiant qui nous entraîne dans un univers infernal de bruits, de répétitions dans les gestes, d'abrutissement de l'individu. Nous voilà transportés dans Les temps modernes de Chaplin, où l'homme est réduit à l'état de machine : les ouvriers passent leur temps à étriper des poulets, égorger des cochons, tuer des vaches, à découper les différents morceaux de l'animal.

 

 Ces métiers de l’abattage anéantissent l'individu, l'abrutissent dans des gestes cent fois répétés qui meurtrissent les corps et les âmes : on est là au coeur de nos sociétés industrielles qui rendent littéralement malades leurs employés...

Comment ne pas sombrer dans une forme de sauvagerie et de bestialité qui conduisent à une cruauté barbare envers le monde animal ?

 

 « La nuit, je rêvais de la chaîne, rapporte un témoin, mais c’est plus les cochons qu’étaient pendus, c’était les êtres humains. C’est la viande qui fait ça. » Certains employés miment les gestes qui les transforment en de véritables machines outils : en fait, la machine va si vite qu'elle transforme l'homme et le déshumanise complètement...

 

Un tel film nous montre bien la perte de l’identité sociale de ces travailleurs mais aussi l'industrialisation à outrance qui fait oublier les règles de l'écologie... Ce document nous met sous les yeux ce que nous refusons trop souvent de voir : la difficulté du travail, sa dureté dans un monde où l'argent triomphe, où la rentabilité est essentielle au mépris des gens, de leur santé, de leur équilibre... 

 

L'univers des abattoirs apparaît terrible, mais tout ouvrier qui travaille dans une usine est aussi soumis à un cadence, à une rentabilité... Le monde du travail est dans une période de crise encore plus féroce : il faut être toujours plus performant, plus efficace, il faut avoir des résultats, être rentable...

 

Et cette règle là s'applique à bien des métiers : aucun n'est épargné, tous les travailleurs peuvent aussi être soumis au stress, à la fatigue, aux tâches multipliées....

La crise que nous vivons rend le travail parfois insupportable pour certains qui sont victimes de burn-out, mal contemporain de plus en plus fréquent...

La crise, en s'aggravant, risque d'amener nombre de salariés au bord de la dépression et du désarroi...

 

 

 

 

 

Descente dans l' enfer des abattoirs...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Michel Jean 21/01/2017 21:01

Je ne pense pas qu'une bête qui meurt dans des souffrances plus qu'énormes fournisse une/de la viande de bonne qualité. Mais bon de nombreux spécialistes (biologistes/biochimistes) depuis longtemps tirent la sonnette d'alarme, " que nenni " l'asepsie verbale dont ils sont l'objet n'est plus à démontrée "

rosemar 22/01/2017 09:52

Voilà un commentaire plein de bon sens, malgré le rosé....

Michel Jean 20/01/2017 15:17

Bonjour Rosemar, quand on pratique un sport de haut niveau le diet.vous explique qu'il faut réduire la viande au maxi. Très vite on se rend compte de l'importance des effets bénéfiques d'un tel régime pratiquement sans viande: moins de fatigue, moins de crampes, récupération plus rapide, pêche d'enfer !!! Salut.

rosemar 20/01/2017 17:49

Décidément, les avis sont très partagés sur la viande : je pense qu'une consommation modérée doit convenir à chacun.

Bonne soirée, Michel

Michel Jean 19/01/2017 17:48

Sur le plan alimentaire 30g de viande par jour suffisent et couvrent tous les besoins utiles pour une alimentation saine et équilibrée. Mais le boucher du coin là je ne l'imagine pas faisant des part de 30/50g pour ces clients. Connaissant les réels besoins je n'arrive pas à comprendre que tant de personnes se fassent servir des énormes portions de viande au resto. Qui a le plus à gagner dans la bagarre ? Beaucoup encore ignorent qu'il y a bien meilleur que la viande: le bouillon de viande mis cela reste à comprendre et expérimenter. En fait la filière viande repose sur uniquement une surconsommation de mauvaises qualités en vous forçant à avoir les yeux plus gros que le ventre ou le cerveau. Tant d'inepties de la part de cette filière est lamentable d'autant plus qu'ils connaissent parfaitement les besoins alimentaires qui correspondent à l'individu. Encore une histoire de chic fric...

rosemar 19/01/2017 21:39

Je pense aussi que l'on consomme trop de viande... et il faudrait privilégier la qualité plutôt que la quantité.
Mais on nous pousse sans cesse à la consommation, pour la viande, mais aussi pour les autres produits....

Mohammed MADJOUR 19/01/2017 14:38

Bonjour rosemar

« La crise, en s’aggravant, risque d’amener nombre de salariés au bord de la dépression et du désarroi... »

Mais surtout cette crise amènera de plus en plus de gens vers L’OBÉISSANCE parce que les gens sont bien obligés de travailler ! C’est cela l’une des racines du terrorisme ! Le terrorisme tue le REFUS, il interdit la contestation et a pour objectif de ramener les gens à l’obéissance consentie : PLUS QUE L’ESCLAVAGE !

La lutte se situe bien là, mais je dois dire qu’elle l’ a toujours été depuis les origines, MAIS IL Y A EU EN COURS DE ROUTE QUELQUE CHOSE QUI A REUISSI A FAIRE TOURNER LE MONDE A L’ENVERS POUR AMENER AINSI LES POPULATIONS MONDIALES AU CONSENTEMENT DE LEUR PROPRE ASSERVISSEMENT !

Les gens des abattoirs ressemblent juste aux ouvriers de le célèbre fiction : Metropolis... Qui fait encore rêver les Empereurs de la Mondialisation !

rosemar 19/01/2017 18:42

En effet, les gens sont contraints de travailler et, avec le chômage, obligés d'accepter parfois les pires conditions de travail...

http://rosemar.over-blog.com/2016/05/le-chomage-une-aubaine-pour-les-patrons.html

Bonne soirée

bob 19/01/2017 13:53

Je manges un kilo de boeuf par jour minimum, j'étais végétarien étant jeune mais ce régime a des effets dévastateurs sur le long terme, la viande m'a redonné la santé.

Autant dire que je suis comme un ancien fumeur, ceux ci sont en général plus critique de la cigarette que les jamais fumeurs, le végétarisme je connais ça et un livre ne suffirait pas pour dire tout le mal que ce régime peut faire à l'organisme.

Ce qui se passe dans les abattoirs est avant tout un problème de production et de capitalisme les carottes sont traités de la même façon sauf qu'elles ne crient pas dont ne choque pas.

Quand aux travailleurs de ces lieux ils font leurs boulots comme n'importe qui, il n'y a pas de sot métier.

rosemar 19/01/2017 18:37

Merci pour ce témoignage : 1 kg de boeuf par jour ? C'est beaucoup, il me semble... attention aux effets dévastateurs de l'excès de viandes, la modération est bienvenue dans tous les domaines....
Oui, pour les abattoirs, c'est le système de production à la chaîne qui pose problème. Et je pense que les salariés des abattoirs font un métier difficile, avec des conditions de travail très lourdes et pénibles....

Michel JEAN 17/01/2017 09:52

Végétarien pas encore mais cela fait bien deux mille ans que je ne regarde plus les barques de viandes comme de raison et n'entre plus dans des boucheries depuis que j'ai vu des animaux arrivant a l'abattoir, pousser par un tracteur, devenir fous tellement que l'odeur du sang et de la mort était plus que palpable dans le couloir qui les menaient vers la fin.

rosemar 17/01/2017 18:35

On a vu des images terribles des abattoirs mais les gens qui y travaillent n'ont pas la vie facile : on leur demande un rendement inhumain...

ALEA JACTA EST 16/01/2017 22:29

Juste une remarque supplémentaire.Je ne suis pas du tout spécialiste mais une de mes jeunes nièces ( 17 ans) est devenue végétarienne mais avant de renoncer complètement à la viande , elle a eu une étape de consommation de " carne feliz"(viande heureuse) concept espagnol dérivé du concept anglais et américain de freedom food.

https://www.berspcaassured.org.uk/

https://en.wikipedia.org/wiki/Farm_assurance

je ne sais pas si en France il y a des chaines de magasins qui proposent ce type de produits.
Animaux élévés dans des conditions décentes, et de liberté, et abattus avec un minimum de garanties afin d' éviter toute souffrance inutile.
Les deux liens donnent une petite idée.Ça concerne tous les élevages.

rosemar 17/01/2017 18:33

Je ne connais pas ce type de produits, ici, en France : le principe paraît intéressant. Merci pour les liens...

fatizo 16/01/2017 21:40

Comment l'être humain peut-il se comporter de la sorte?
Se nourrir oui, mais il y a un minimum de règles à respecter.
Jusqu'ou sommes-nous capable d'aller?
Bises et belle soirée Rosemar

rosemar 17/01/2017 18:31

Mon article évoque surtout la dureté du travail dans les abattoirs : l'être humain lui-même est traité comme du bétail, dès lors, les animaux sont abattus de manière parfois indigne et inhumaine...

Bises du sud

L. Hatem 16/01/2017 19:28

Ça fait un moment que j'ai envie de devenir végétarien mais... la viande est une tentation... surtout le poulet, le plus maltraité de tous !
Bises rosemar

rosemar 16/01/2017 20:55

C'est vrai : on a envie de devenir végétarien... mais, en même temps, ces gens qui travaillent dans les abattoirs vivent de cette filière.

Bises, LH

ALEA JACTA EST 16/01/2017 16:17

Oui c' est ce qu' on appelle la Taylorisation, conséquence inévitable d' une logique de marché.
Dans l' article wikipédia ils expliquent brièvement dans le chapitre " post-taylorisme" comment tenter d' échapper à cet univers aliénant et concentrationnaire.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Taylorisme

Les idées post-tayloristes sont déjà appliquées dans d' autres secteurs industriels comme l' automobile.Ne reste plus que la volonté politique de les étendre à tous les secteurs.
Bonne journée l' amie

rosemar 16/01/2017 20:53

Merci pour ce lien : pour l'instant, dans les abattoirs, c'est encore un travail à la chaîne inhumain, on a vu, ces derniers temps, des images d'animaux qui souffrent de manière atroce, avant d'être abattus.

Belle soirée, AJE

Michel JEAN 16/01/2017 15:33

Bonjour Rosemar, j'habite à côté d'un abattoir, à l'ancienne je précise, où j'ai pour voisins d'anciens tueurs de bêtes. Stupéfiant que les récits des égorgeurs de cochons, de moutons, de veau etc., venant de la part d'humains qui tuaient après s'être lever dès le matin de très bonne heure... de manière à ce que les cris des animaux soient le moins possible entendus dans la ville d'autant plus que l'hygiène n'était pas toujours de mise en tuant/saignant des bêtes déjà mortes à la sortie de trains d'origines surtout bizares. Mais que dire de plus dans la mesure où personne ne se souciait du calvaire de ces pauvres animaux tous morts pour la France !.... Bonne joutnée à tous.

rosemar 16/01/2017 20:50

Les conditions de travail de ces gens sont terribles : un dur métier. Et pourtant, il faut que certains se chargent de tuer ces animaux.
Il faut revoir le fonctionnement inhumain de ces abattoirs, inhumain pour les hommes, comme pour les animaux.
Végétarien, Michel ?
Bonne soirée

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/