Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 11:45
Fukushima, 6 ans déjà...

 

 


6 ans déjà...

La centrale de Fukushima, un des sites les plus sensibles du Japon, construit en front de mer, comportait 6 réacteurs nucléaires... 6 réacteurs installés en bord de mer !

 

Quand on connaît la fréquence des tremblements de terre dans ce pays, avec les possibilités de tsunamis, on se dit que l'inconscience humaine est terrible...

 

Tremblement de terre, tsunami, raz-de-marée : le 11 mars 2011, une vague submerge la centrale et envahit le site, l'eau inonde les sous-sols, les réacteurs n'ont plus aucune source d'électricité, leur système de refroidissement s'arrête, l'uranium chauffe intensément, le coeur du réacteur est susceptible de rentrer en fusion et d'exploser.

 

A ce moment, personne n'a de solution : l'entreprise Tepco qui gère la centrale est dépassée, car personne n'avait prévu une telle catastrophe et un tsunami aussi puissant.

 

En France, l'IRSN, l'institut de radio protection et de sûreté nucléaire est prévenu par une source interne à Tepco de la situation à Fukushima...

 

Le Japon est le jumeau nucléaire de la France, avec ses 17 centrales. Des ingénieurs sont mobilisés : il s'agit d'anticiper l'éventuelle arrivée d'un nuage radio-actif sur la France.

 

6 heures après le tsunami, dans la salle des commandes, les 24 opérateurs observent l'état du réacteur n° 1 : ils ignorent que faute d'électricité, leurs instruments de mesure sont déréglés. Deux techniciens inspectent l'installation, l'alarme de leur dosimètre se met, alors, à sonner. La radioactivité est très supérieure à la normale.

 

Le réacteur n'est plus sous contrôle : la fusion a commencé, l'eau chargée de refroidir le combustible s'est évaporée, la température atteint plus de 2800 degrés.

 

Le Japon connaît, alors, un véritable chaos : le tsunami a fait 19000 morts et 310000 sinistrés.

 

Les scientifiques japonais sont désemparés face à l'ampleur de la catastrophe. Il est urgent de rétablir l'électricité : on amène un groupe électrogène, mais les câbles ne correspondent pas et ne peuvent être connectés.

 

On le sait maintenant : de nombreuses erreurs humaines et improvisations ont aggravé cette catastrophe nucléaire.

Dans un domaine si sensible, ces erreurs et ces approximations sont incroyables.

 

Le premier ministre se rend sur place : il faut évacuer les gaz afin d'éviter l'explosion du réacteur.... deux opérateurs se portent volontaires pour se rendre dans la zone irradiée et ouvrir les vannes, mais c'est un échec. Une autre équipe est envoyée et parvient à libérer les gaz accumulés dans le réacteur.

 

Il faut injecter de l'eau dans la centrale : des pompiers sont dépêchés mais le bâtiment du réacteur 1 explose, c'est le toit du bâtiment qui a été soufflé.

 

La population japonaise est, alors, informée bien tardivement de ce qui se passe à Fukushima.

 

En France, une réunion d'urgence est organisée à Matignon : comment parler de Fukushima aux français ? L'avenir de l'industrie nucléaire est en jeu... Pour Eric Besson, alors ministre de l'industrie, mieux vaut minimiser l'accident.

 

La France est le pays du nucléaire... Eric Besson déclare donc : "C'est un accident grave mais ce n'est pas une catastrophe nucléaire...." Il faut, bien sûr, éviter que ne se répande la peur.

 

Puis, c'est une nouvelle alerte dans le réacteur n° 3, avec une menace d'explosion : deux opérateurs sont chargés d'ouvrir des soupapes et libérer la pression, mais face à la chaleur insoutenable, ils renoncent.

 

Finalement, des techniciens branchent des batteries de voiture sur les tableaux de commande du réacteur afin d'ouvrir les soupapes, mais la fusion a commencé.

Un deuxième réacteur est sur le point d'exploser. Le vent pousse les rejets radio-actifs vers la capitale, Tokyo.

 L'ambassadeur de France publie un message pour conseiller aux ressortissants français de s'éloigner de la région de Tokyo.

 

Le gouvernement français, lui, préfère communiquer sur le tsunami, plutôt que sur la catastrophe de la centrale.

 

Au Japon, le réacteur 3 explose : le combustible se répand dans les sous-sols du bâtiment. La situation est grave : l 'IRSN annonce que le coeur en fusion s'est échappé de son confinement, il pénètre dans la dalle.

 

Seule solution : injecter constamment de l'eau pour refroidir le réacteur.

Le premier ministre demande à des japonais de se sacrifier et de rester sur place...

Puis, c'est au tour du réacteur 3 d'exploser : des salariés sont désignés pour intervenir encore sur la centrale, ils font du bricolage. Tout l'univers de la centrale est hautement radio-actif.

 

Angela Merkel annonce, alors, l'arrêt du nucléaire dans son pays : le gouvernement français craint la contagion.

 

François Fillon, alors premier ministre décide de tester tous les réacteurs de l'hexagone, afin de contrebalancer la décision allemande.

 

Après un audit, la décision est prise de construire des bunkers pour protéger les centrales, mais les générateurs de secours auraient une durée limitée.

 

Des pompiers d'élite japonais sont, enfin, envoyés à Fukushima : de l'eau est alors projetée en continu sur le réacteur n° 3, mais cette solution est provisoire.

 

Les ingénieurs français imaginent alors d'envoyer des robots, mais les japonais refusent cette offre, ils veulent, aussi, des techniciens compétents pour diriger ces robots.

 

La France expédie finalement des tonnes de matériel périmé à la place des robots. Quant à la directrice d'Areva, Anne Lauvergeon, elle déclare n'avoir rien su de ces ratages !! 

 

Le premier ministre japonais annonce la fin du nucléaire dans son pays. Nicolas Sarkozy vient, alors, au Japon pour plaider la cause du nucléaire.

 

Maintenant encore, la centrale de Fukushima continue à polluer l'environnement : le sol est irradié, dans un rayon de 30 km, les villages sont inhabitables.les japonais évacués doivent régulièrement subir des contrôles de santé.

 

6 ans après, seule l'Allemagne a abandonné le nucléaire... Le Japon a rouvert 3 centrales...

 

Dans le monde 68 nouveaux réacteurs sont en construction.

L'industrie du nucléaire continue à vendre des centrales un peu partout dans le monde...

 

 

Source : une émission de France 2 : Cellule de crise...

 

http://pluzz.francetv.fr/videos/cellule_de_crise.html


 

 

 

Fukushima, 6 ans déjà...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

fatizo 19/02/2017 19:37

J'ai le sentiment qu'avec le nucléaire, plus les années passent, moins on prend de précaution en terme de sécurité. On laisse les centrales vieillir bien au delà de ce qui était prévu. Il y a aussi le problème des déchets.
Bises et belle soirée Rosemar

rosemar 19/02/2017 20:39

Et, en plus des projets pharaoniques avec l'EPR dont on ne sait pas si la technique est possible et fiable.

Bises du sud

ALEA JACTA EST 19/02/2017 07:29

Je n' ai jamais écrit que le nucléaire est une énergie 100% propre mais c' est une énergie qui n' a aucune influence sur le réchauffement climatique, la pollution de l' atmosphère ou l' acidification des océans créée par les émissions de CO2.
Le problème est d' une autre nature.
Tout d' abord, que ce soit les énergies fossiles ou l' énergie nucléaire, toutes les deux sont amenées à disparaître ( mais pas avant de nombreuses décennies).
Tout est une question de timing.L' humanité ne s' est pas préparée suffisemment tôt à la transition énergétique.
Il se trouve que les 2 plus grandes puissances de l' UE ont adopté des stratégies opposées.
L' Allemagne a choisi l' option zéro nucléaire, pendant que la France reste le pays le plus nucléarisé au monde.La France a investi dans ce domaine depuis le général De Gaulle, et a fait de cette filière un de ses fleurons de la haute technologie, ce qui lui a permis de renforcer son indépendance ( vis-à-vis du pétrole) mais aussi de vendre son savoir-faire dans le monde entier.
Mais revenons à l' option zéro des allemands.
Quel en a été le prix ? Et bien , ils se sont précipités un peu tôt et font appel de nouveau aux énergies fossiles, ce qui a des effets desastreux sur l' atmosphère et qui nous précipite vers un accroissement de l' effet de serre.Or, l' humanité va être victime( c' est mathématiquement acquis) d' un réchauffement global inévitable (plus ou moins important selon les mesures adoptées par les gouvernants, mais inévitable) alors que l' on a aucune raison de penser que l' humanité va subir une irradiation complète à cause des centrales nucléaires.Tchernobyl et Fukushima sont et restent des accidents ( qui auraient pu être parfaitement évités d' ailleurs).Résumons-nous:
toute l' humanité va être victime du réchauffement global mais toute l' humanité ne va pas être victime des centrales nucléaires...loin s' en faut.

https://www.forumnucleaire.be/actus/nouvelle/les-emissions-de-co2-allemandes-augmentent-pour-la-deuxieme-annee-consecutive-en-raison-de-la-sortie-nucleaire

https://www.forumnucleaire.be/theme/energie/jean-marc-jancovici-le-defi-de-lenergie-et-du-climat-en-europe-du-changement-a-venir

Je reviens donc à mon premier commentaire sur la manière d' effectuer la transition énergétique.Réponse sur la pertinence du pari des allemands dans 10 ou 15 ans...et moi, je ne parierais pas sur leur stratégie ...
J' ajouterai que les industriels allemands sont plus proches de la position des français que leurs concitoyens qui ont cédé à la pression des " verts".
Bonne journée l' amie

rosemar 19/02/2017 20:26

Le problème du nucléaire, ce sont les déchets dont on ne sait pas quoi faire, c'est aussi le démantèlement des centrales obsolètes, ce qui coûte très cher : est-ce que tu aimerais habiter près d'un centre d'enfouissement de déchets nucléaires ? L'électricité nucléaire va coûter de plus en plus cher.
Je pense que certains lobbies peuvent faire traîner le recours à des énergies nouvelles...

Belle soirée, AJE

ALEA JACTA EST 18/02/2017 19:20

Je crois qu' il y a 26 centrales nucléaires prévues en Chine.En attendant leurs centrales à charbon sont très polluantes(contamination de l' atmosphère et augmentation significative de l' effet de serre).
On le voit : on n' a pas pour l' instant le choix entre les bonnes énergies et les mauvaises.Pour l' instant les énergies renouvelables ne peuvent couvrir que 10% des besoins mondiaux.
Beaucoup d' experts en énergie pensent que l' Allemagne a pris un pari très risqué en renonçant un peu vite au nucléaire.Et pour l' instant ce sont les centrales à charbon qui ont repris du service pour pallier à leurs besoins, et au passage, l' Allemagne recontamine l' atmosphère (et celle de ses voisins).

https://www.contrepoints.org/2014/03/24/160602-la-fermeture-du-nucleaire-allemand-cause-de-la-pollution-a-paris
http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/07/22/l-allemagne-a-les-centrales-a-charbons-les-plus-polluantes-d-europe_4461337_3244.html

Qui a vraiment raison ? Réponse définitive dans 10 ou 15 ans.Il n' est pas impossible que la France prenne un avantage stratégique dans un secteur clé de l' économie.
Bonne fin de soirée l' amie

rosemar 18/02/2017 21:01

Je ne suis pas du tout sûre que la France prenne un avantage dans ce secteur : les centrales nucléaires coûtent de plus en plus cher, dans la gestion des déchets qui sont éternels, dans le démantèlement des centrales obsolètes.
Non, l'énergie nucléaire n'est pas une énergie propre et elle comporte des risques graves.
Il faut sans doute développer au maximum les énergies renouvelables : le solaire, en particulier, faire des efforts d'économie de l'électricité.

Merci pour les liens.

Belle soirée, AJE

L. Hatem 18/02/2017 13:25

Eh oui... depuis la construction de maisons en zones inondables, jusqu'à la construction de centrales nucléaires en zones sismiques, l'inconscience humaine est terrible...
Bises du WE rosemar

rosemar 18/02/2017 20:55

Deux risques cumulés pour la centrale de Fukushima : la proximité de l'eau et le danger sismique, avec 6 réacteurs dans cette centrale.

Bises, LH

Michel Jean 18/02/2017 12:40

Bonjour Rosemar, sans oubliée qu' il s'agit d'une région du globe aussi où le risque volcanique reste très actif et imprévisible; d'une région qui a connue au cours de son histoire de nombreuses irruptions volcaniques qui auraient mis en garde des gens peut-être moins bêtes pour que cette catastrophe qui a fait de trop nombreuses victimes puisse être éviter. Bonne journée à tous.

rosemar 18/02/2017 20:52

Une région à hauts risques, en effet : les nombreuses victimes sont d'abord dues au tsunami, mais les conséquences de la catastrophe de Fukushima ne sont pas encore quantifiées et bien connues.

Bonne soirée, Michel

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/