Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 13:52
Ils sont tous déconnectés... de la réalité...

 

 


Ils sont tous déconnectés... 

Les hommes politiques sont particulièrement déconnectés de la réalité : l'affaire Fillon nous a, une fois de plus, révélé cette déconnexion... François Fillon a affirmé, à maintes reprises, qu'il était irréprochable...

A l'entendre, il n'aurait commis aucune infraction, il aurait respecté la loi, ne percevant même pas le décalage avec la réalité que connaissent de nombreux français peinant à gagner leur vie, touchant un salaire de misère...

 

Ces hommes politiques qui, dans leur programme, proposent de reculer l'âge de la retraite à 65 ans ne sont-ils pas aux antipodes du vécu des salariés qui connaissent des problèmes de santé, des pathologies liées à leur travail ?

 

La plupart d'entre eux sont entrés très tôt dans une carrière politique, la plupart d'entre eux sont des politiciens qui ignorent superbement les réalités du monde du travail...

 

Sont-ils conscients des difficultés que rencontrent nombre de français : fins de mois difficiles, angoisses de l'avenir, problèmes pour nourrir une famille ?

Dans quel monde vivent-ils ? Dans quelle tour d'ivoire ?

Préoccupés de leur carrière politique, ils sont totalement coupés du réel...

 

Comment peut-on, alors, prétendre gouverner ?

Comment peut-on prétendre gouverner, quand on dénigre les juges ? Comment peut-on prétendre gouverner, quand on refuse les convocations de la justice ?

Les hommes et les femmes politiques seraient-ils donc au dessus des lois ?

Sont-ils si sûrs de leurs privilèges qu'ils n'hésitent plus à bafouer la justice ?

 

De la même façon, les inspecteurs de l'Education nationale sont, eux aussi, déconnectés de la réalité du terrain : ils ne voient pas les obstacles que doivent affronter les professeurs.

Ils refusent de voir les problèmes d'incivilité, d'indiscipline auxquels sont confrontés les enseignants.

Aveugles, ils sont les serviteurs zélés du ministère : ils reçoivent des consignes qu'ils suivent sans se poser de questions, ils utilisent un jargon obscur, un langage amphigourique et compliqué, se conformant à des modes issues d'un pédagogisme qui se voudrait novateur.

Certains chefs d'établissement ferment eux-mêmes les yeux devant les difficultés des enseignants : ils refusent de prendre en compte les violences verbales auxquelles doivent faire face certains professeurs.

 

Les médecins sont parfois, également, éloignés des préoccupations de leurs patients : certains refusent de voir les effets secondaires des médicaments, et répondent par le déni.

Une façon de se couper des préoccupations des malades, une façon d'occulter des problèmes qui ne semblent pas les concerner.

 

Ainsi, il suffit de détenir une autorité pour refuser de concevoir les problèmes que rencontrent les gens.

Imbus de leur pouvoir, les hommes de pouvoir se coupent du monde : leur seule autorité en impose à autrui.

Leur seule autorité leur sert de paravent pour trouver prétexte à ne pas savoir, à ne pas comprendre, à être constamment dans le déni...

 

 


 

 

 

 

Ils sont tous déconnectés... de la réalité...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

fatizo 11/03/2017 00:03

En ce qui me concerne aucun risque de voter pour l'un des 5 "grands candidats" de la primaire.
La gauche Mélenchon et Hamon est beaucoup trop compatible avec les islamo-gauchistes, et de plus leur programme n'est pas applicable.
Macron est le candidat préféré du système, celui de la finance et des banques.
Le Pen, c'est la dictature très vite. Il suffit d'écouter les déclarations du FN sur la culture et la presse.
Les Républicains de Fillon et Sarkozy, c'est le parti de la droite racaille.
Si quelque'un peut faire son choix parmi ces 5 là.
Bises et belle soirée Rosemar

rosemar 11/03/2017 21:09

J'avoue que je ne sais pas pour qui voter. Et je pense que beaucoup de français sont dans ce cas...

Bises du sud

Michel Jean 10/03/2017 20:23

Bonsoir Rosemar, Le Devoir: Stratégie pour fièvre éthique. Encore un excellent art. traitant de la réalité et des difficultés que nos pauvres petits hommes politiques rencontrent sous d'autres cieux que les nôtres. Serais-ce qu'un virus frappe les esprits et les hommes une fois aux pouvoirs et que l'argent devient l'unique Veau d'Or qu'il s'agit d'apprivoiser coûte que coûte ? Il sem'ble bien que nos Fripons aient des modèles un peu de partout sur ce grand chéquier mondial en la matière... Bonne soirée à tous.

rosemar 10/03/2017 20:59

La fièvre éthique serait elle un danger ??
L'argent est au centre des préoccupations de l'homme, depuis longtemps... mais aussi l'envie de dominer, de dompter, sans se soucier de l'autre.

Bonne soirée, Michel

ALEA JACTA EST 10/03/2017 17:13

L' autre jour j' entendais à la télé espagnole Miguel Angel Revilla, président très respecté de la région de Cantabrie, expliquer que pour ses 3 enfants, il n' était jamais intervenu de près ou de loin pour leur fournir un emploi, et ajouter que sa fille était au chômage.
Cette situation est malheureusement complètement marginale. Revilla est un politique de la vieille école qui ne profite pas de ses attributions pour faire profiter les siens de situations avantageuses.
Je l' écoutais, et je me disais que ce qui devrait être la norme est devenu l' exception.
En effet, on a appris dans la presse que certains présidents de région en Espagne ont fait bénéficier à plus de 80 personnes de leur entourage de situations professionnelles enviables.
Aujourd' hui, la transparence doit être au coeur de l' action politique.Les candidats doivent être irréprochables, inattaquables.
Ce qu' a fait Fillon au Trocadéro, à savoir, rameuter son clan pour le soutenir n' est pas digne d' un candidat à la présidence qui doit donner des explications à la justice.C' est une morale de caïd de banlieue.J' ai honte pour lui, pour ce qu' il est devenu, pour ce qu' il représente et j' espère que les électeurs rejetteront massivement cette façon d' envisager la politique.
Bonne fin de journée l' amie

rosemar 10/03/2017 20:53

Fillon et les autres pensent, avant tout, à leur carrière, à leur poste, leurs intérêts... et oublient de faire leur travail qui devrait consister à défendre les plus faibles. Ceux qui détiennent un pouvoir oublient souvent de considérer les difficultés des autres.
Comme tu dis, l'honnêteté devient marginale, une exception...

Belle soirée, AJE

L. Hatem 10/03/2017 14:32

En faite, je l'ai entendu parler d'erreurs... qui n'a pas fait d'erreurs, dit-il...
Il oublie qu'il s'agit de détournement de fonds, légal ou pas...
Bises rosemar

rosemar 10/03/2017 20:48

Une façon de minimiser ce qu'on lui reproche... Les hommes politiques sont tellement éloignés du peuple qu'ils ne voient même plus leurs propres privilèges et ils en abusent.

Bises, LH

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/