Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2017 6 07 /10 /octobre /2017 13:53
L'espérance d'un baiser : un témoignage poignant sur les camps de concentration...

 

 

L'émission littéraire La Grande Librairie était l'occasion, le jeudi 28 septembre, d'écouter un témoignage à la fois simple et poignant sur ce que furent les camps de concentration de l'Allemagne nazie...

 

Ce témoignage, on le doit à un des derniers survivants de ces camps, Raphaël Ezrail qui a écrit un récit bouleversant où il évoque ses souffrances.

 

Raphaël Ezrail a été arrêté à l'âge de 18 ans, en 1944 : il est, alors, déporté au camp de Drancy, puis à Auschwitz. Il était résistant et fabriquait de faux papiers pour des juifs.

A Drancy, il rencontre celle qui deviendra sa future femme : Liliane, dont il tombe amoureux au premier coup d'oeil.

 

Raphaël Ezrail raconte les convois de déportés : des enfants qui criaient, la peur, le dénuement...

Il raconte le froid, la morsure de la faim, la crasse, l'humiliation, les coups, des heures à travailler dans le froid par -15 ou -20 degrés.

Il raconte ensuite l'arrivée au camp : 1200 personnes au total sont là.

 

160 hommes rentrent dans Auschwitz, 49 femmes sont envoyées à Birkenau.

Et les autres sont immédiatement expédiés dans les chambres à gaz.

C'est, en fait, un médecin allemand qui désigne ceux qui paraissent aptes au travail. Après cette sélection, mille personnes sont aussitôt gazées .

 

Le lot des survivants, c'est le froid, c'est la faim, une faim terrible qui tenaille les entrailles, à tel point qu'on serait prêt à manger un chien qui vient de mourir.

 

Et tous ces déportés ne sont plus considérés comme des êtres humains : on les met en dehors de l'humanité.

Ils sont humiliés, battus, rabaissés, avilis, ravalés au rang de bêtes, ils ne sont plus rien.

 

Dans de telles conditions, comment survivre ? Raphaël Ezrail a réussi à tenir grâce à cette jeune fille qu'il avait rencontrée à Drançy. Il lui avait, alors, demandé un baiser que la jeune fille devait lui donner à l'arrivée du convoi.

C'est l'espoir de ce baiser qui l'a maintenu en vie.

 

Raphaël Ezrail pose, alors, cette question qui semble évidente : "Comment 20 siècles de civilisation judéo-chrétienne ont pu arriver à faire ce que ces hommes ont été capables de faire ?"

Comment une telle barbarie a-t-elle été possible ?

"Dieu n'était pas à Auschwitz", ajoute Raphaël Ezrail.

Il évoque, enfin, ce poème de Victor Hugo qu'il se récitait au cours de ces heures sombres :

"Il neigeait, il neigeait toujours ! La froide bise
Sifflait ; sur le verglas, dans des lieux inconnus,
On n'avait pas de pain et l'on allait pieds nus.
Ce n'étaient plus des cœurs vivants, des gens de guerre :
C'était un rêve errant dans la brume, un mystère,
Une procession d'ombres sous le ciel noir.
La solitude vaste, épouvantable à voir,
Partout apparaissait, muette vengeresse.
Le ciel faisait sans bruit avec la neige épaisse
Pour cette immense armée un immense linceul.
Et chacun se sentant mourir, on était seul.
- Sortira-t-on jamais de ce funeste empire ?"

 

La littérature était, ainsi, devenue un refuge pour résister aux pires horreurs, la littérature était l'ultime recours pour continuer à survivre : voilà un bel éloge de la poésie et de ses vertus salvatrices...

 

 

 

 

Le poème de Victor Hugo :

 

http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/victor_hugo/l_expiation.html

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

phlev 09/10/2017 10:43

les mots manquent véritablement ... mon ressenti dans ce court et humble "témoignage au retour d'un voyage au bout de soi meme : Pologne devoir de mémoire " https://www.youtube.com/watch?v=dRTk3gyIbQg

rosemar 09/10/2017 19:08

Merci pour cette vidéo : un devoir de mémoire indispensable.
Le témoignage de Raphaël Ezrail est très émouvant, dans sa simplicité.

Bonne soirée

fatizo 08/10/2017 19:14

Histoire à a fois magnifique et terrible.
Mais on a envie de garder le positif. L'amour est toujours présent, même dans l'horreur.
Et une histoire d'amour qui naît dans de telles conditions ne peut que durer toute la vie, voir plus.
On peut affronter toutes les tempêtes de la vie après ça.
Bises et belle soirée Rosemar

rosemar 08/10/2017 21:34

Un témoignage saisissant sur l'horreur des camps, et malgré tout, l'amour qui triomphe : un beau message empreint de force et de simplicité.

Bises de l'automne

Michel Jean 07/10/2017 21:52

bonsoir Rosemar, pour s'échapper à de pareille lèvres (pareil à mile feuilles mortes (aux admirables couleurs) sans rêve qui vers la tombe d'un dernier coup d'aile ricanent) et aux flammes de l'enfer" c'est sur n'y que "le coup de foudre !). Le/Ce désir, qui chaque matin, [ Lui ] qui vous apporte la sagesse et la promesse de mille baisers est aux prisonniers de la liberté et de mille hirondelles; mille plaisirs cachés a l'ombre de matins durement glacés qui desenchante nt les bois sans verdure. Bonne soirée à tours.

rosemar 08/10/2017 21:23

L'amour a permis à Raphaël Ezrail de surmonter la pire des horreurs : c'est là un magnifique message.

Bonne soirée, Michel

ALEA JACTA EST 07/10/2017 20:30

J' ai écouté le témoignage mis en lien.C' est absolument bouleversant.
J' en profite pour te raconter à quel point je suis extrêmement agacé en Espagne par l' utilisation à tort et à travers du mot " facho".Pourtant l' Espagne a connu une vraie dictature , mais les jeunes emploient ce mot pour désigner une personne , un peu vieille école, qui ne pense pas comme eux....
Et, bien des témoignages comme ceux de Raphael Eszrail sont là pour leur rappeler le sens exact du mot facho...un mot avec lequel il ne faut pas plaisanter.
Par ailleurs, je dis souvent à ces jeunes que s' ils traitent de facho des personnes avec lesquelles elles ont de simples désaccords, quel qualificatif vont-ils user pour des personnes comme KIm Jong-il par exemple ? ...ou pour Viktor Orban qui eux sont de vrais fachos...
Inutile de te dire que moi, en ce moment, avec mes idées sur le mouvement independantiste catalan , je suis un " facho" pour beaucoup de monde dans ma région.
Revenons à Ezrail.Son histoire d' amour est lumineuse...comment le sentiment amoureux peut donner la force de traverser les pires horreurs.
Ce qu' il dit sur la faim qui est tout le temps omniprésente est effroyable...c' est au delà des mots...
Bonne fin de soirée l' amie et merci pour ce précieux conseil de lecture

rosemar 07/10/2017 21:50

Un témoignage à la fois très fort et très simple. Les messages le sont tout autant : la force de l'amour et de la poésie...
En effet, le sens des mots est important : et dans des situations de crise, certains mots sont employés à tort et à travers.
Il est facile de traiter l'adversaire de "facho". La situation en Catalogne est compliquée, mais les indépendantistes semblent assez irresponsables et ne voient pas les conséquences d'une sécession.

Belle soirée, AJE

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/