Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 novembre 2017 3 01 /11 /novembre /2017 11:14
Voici revenu le temps de la Toussaint...

 

 

Voici revenu l'automne flamboyant qui nous offre ses couleurs chaleureuses, ses parfums boisés, ses lumières adoucies, voici revenu le temps de la Toussaint.

 

Le temps de penser à tous ceux qui nous ont précédés, et sans lesquels nous n'existerions pas...

 

Ils sont une partie de nous-mêmes, même s'ils ne sont plus là, ils nous ont façonnés, ils nous ont souvent influencés.

 

"Nous leur devons tout, puisque sans eux nous ne serions pas...", écrit fort justement le philosophe André Comte-Sponville.

C'est si évident et pourtant, nous avons tendance à oublier cette évidence.

 

Le devoir de mémoire est essentiel : il est important de penser à ceux qui ont disparu, tout en laissant sur nous leur empreinte.

Les cimetières se remplissent, alors, de fleurs aux couleurs éclatantes, bouquets de chrysanthèmes aux reflets dorés.

C'est là une tradition qui ne doit pas se perdre : une façon d'honorer les morts, de leur rendre hommage, car ils nous ont tant donné.

Une tradition très ancienne : depuis longtemps, les hommes ont voué un culte aux morts.

Ainsi, le culte des dieux Lares chez les Romains  est venu de ce que l'on avait coutume primitivement d'enterrer les corps dans les maisons. Le peuple s'imagina que leurs âmes y demeuraient aussi, et il les honora bientôt comme des génies favorables et propices. 

 

Bien sûr, de nos jours, on peut ne pas se rendre au cimetière, ne pas sacrifier aux rites anciens, mais il convient au moins d'avoir une pensée pour les morts...

C'est là un devoir de mémoire essentiel.

C'est aussi un rappel de notre condition de mortel.

 

Alors qu'on en vient à nous promettre l'immortalité grâce à la révolution transhumaniste, soyons un peu sérieux... La mort fait partie de notre humanité. La faire disparaître ? Voilà un rêve insensé.

 

Notre planète est déjà surpeuplée : la surconsommation humaine l'épuise, les ressources ne sont pas infinies.

Et puis, que faire d'une vie éternelle ?  La vie humaine est faite pour être limitée : elle vaut par sa finitude... C'est bien ce qui lui donne toute sa valeur et sa saveur. 

C'est pourquoi, il convient d'habiter le présent, de jouir de la vie tout en gardant le souvenir de ceux qui nous ont précédés et aimés.


Ainsi, Ulysse le héros de l'Odyssée, refuse l'immortalité que lui propose la déesse Calypso : nourri au nectar et à l’ambroisie, la nourriture des dieux, Ulysse pourrait devenir immortel, insensible à la mort, à la vieillesse, à la maladie. Il pourrait échapper à tous les malheurs de l’humanité.

Mais Ulysse a compris que l'éternité bienheureuse des dieux ne lui permettrait pas de trouver le simple bonheur humain auquel il aspire : rejoindre sa terre natale, sa famille, ceux qu'il aime.

Voilà une sagesse antique qu'il convient aussi de méditer et de garder en mémoire...

 

 

 

 

 

Voici revenu le temps de la Toussaint...
Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Un poème de Philéas Lebesgue (poète picard (de la Neuville Vaux) d’une immense renommée, en son temps, internationale) AU SEUIL DU MYSTÈRE: Oh ! voilà des milliers et des milliers d’annees Que les âmes et les soleils , vague troupeaux, À travers l’Infini, halètent sans repos, Sur le triste chemin des mornes destinées : Qui dira si l’élan des forces obstinées, Si les rêves latents dans l’orgueuil des cerveaux, Si les désirs anciens et les espoirs nouveaux Doivent cueillir la fleur des justes hyménées ? Ou si plutôt le monde, épuisé par sa faim, Dans l’incurable Mal, doit mourrir à la fin ? Mais qu’importe ? luttons sans relâche, nous autres ! Si tout rentre au néant, Si l’effort des apôtres Dout rester vain, tant pis ! — Et nous n’en saurons rien — Mais, Si le Bien profite, heureux l’homme de bien !!!
Répondre
R
Philéas Lebesgue, le poète paysan... Merci pour ce bel extrait.

http://www.encyclopedie.picardie.fr/Phileas-Lebesgue-1869-1958.html

Bonne soirée
F
Je ne suis pas très adepte de ces jours de commémoration organisés, mais à chacun son point de vue.
Ceci ne m'empêche nullement de penser à ceux que j'ai aimé et apprécié .
Ils ont la chance de continuer à vivre dans le cœur et la mémoire ce ceux en étaient proche.
C'est une forme de continuité de la vie sur cette terre pour eux.
Bises et belle soirée Rosemar
Répondre
R
L'essentiel est d'y penser bien sûr. La Toussaint reste un repère dans l'année, un rite ancien qu'il faut préserver.

Bises de l'automne
M
Bonsoir Rosemar, mais à une très grande échelle, des millions d’années, pour ce qui est de la mort, il me semble évident que cette mort sans cesse rabâchée et pour certains craint n’est que la vie. En effet les atomes des premières traces de vie sont en permanence/toujours là pour être un jour lui, elle, vous, moi. Nos atomes dans des millions d’années seront toujours là sous une autre forme de vie végétale/animale/minérale et le spectacle continuera éternellement. Pérso je m’imagine très bien dans un peu toute ces matières. Et ce bivalve Lopha Gregarea fossile du Crétacé est peut être même certainement pas très loin de nous sous une autre forme de vie. La mort n’existe pas voilà ce qui fait tout le charme de la vie. Bonne soirée à tous.
Répondre
R
La mort n'existe pas car on rejoint le cosmos ? Une idée intéressante. On souffre tout de même de perdre des êtres chers.
Mais leur souvenir reste gravé en nous.

Bonne soirée, Michel
A
Merci pour ce beau rappel de la sagesse antique dans l' Odyssée.Cette sagesse qui semble faire cruellement défaut à nombre de nos contemporains qui veulent échapper au cycle naturel de la vie.
Être philosophe ça commence par savoir accepter notre condition de mortel avec modestie et dignité, et de la transformer en une force de vie.
En ce jour dédié à tous nos chers défunts, je me sens en communion avec eux, et notamment avec l' esprit de mon père dont l' absence physique me pèse lourdement 10 ans après sa disparition.Son amour, sa profonde chaleur et humanité me manquent face à un monde qui perd ses repères et ses valeurs.
Bonne journée l' amie
Répondre
R
A propos de l'Odyssée, je te recommande cette conférence de Luc Ferry :

https://youtu.be/RzjVWUjRYLA

Philosophie et mythologie se rejoignent...

Belle soirée, AJE
H
En effet, léternité c'est un joli rêve quand on se trouve en face de la mort. Nous être humains ne voulons pas vraiment virvre éternellement mais mis en question, nuous voudrions bien prolonger la vie que nous menons actuellement. Tout simplement, nous ne sommes pas fait pour l'éternité et cela ne dépend pas de notre volonté à nous. Si nous vivions éternllement, en fin on s'ennuyerait! Nous n#aurions plus de projets et nous deviendrons parresseux et perdrions de cette facon même notre vie!
Oui, aujourd'hui je vais me rendre à une cimetière. C'est là un lieu de mémoire. Parfois c'est un lien de la découverte du passé. Mais à ce sujet les tombeaux périssent trop vite. Je ne peux plus visiter les tombeaux de ma famille. Ils ont été abolis. Les lieux existent encore mais on donne à nos corps ordinarire 20 années seulement pour périr et pour redevenir de la terre.
Répondre
R
L'ennui, la paresse nous guetteraient dans cette éternité, c'est certain. Le projet transhumaniste apparaît aussi totalement irréaliste...
Les cimetières sont des lieux de mémoire et le souvenir des disparus doit être préservé.

Bonne soirée
L
Ma dernière visite à un cimetière date de cette année... Suis aĺer dire bonjour à Guy de Maupassant ! Il ne me reste plus que Eugène Sue à Annecy
Répondre
R
Toujours fidèle à tes auteurs préférés, LH.
L
Aĺer ? C'est le correcteur du tlf, je le jure...

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/