Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2017 5 10 /11 /novembre /2017 15:01
Ecriture inclusive : arrêtons le massacre !

 

 

La langue française malmenée, défigurée tant de fois, mérite d'être préservée des atteintes de cette nouvelle lubie : l'écriture inclusive qui la dénature un peu plus encore.

 

Il suffit de regarder quelques mots orthographiés selon le principe de l'écriture inclusive : "boulanger.e.s, conducteurs.rices, ingénieur.e.s ou des salarié.e.s, artisan.e.s, commerçant.e.s", pour comprendre les difficultés que soulève une telle pratique.

Notre langue en devient incompréhensible, absconse, obscure.

 

Une telle écriture perturbe la lecture et la rend difficile : l'utilisation de points au milieu des mots est une hérésie totale... Le point doit rester une ponctuation qui marque la fin d'une phrase.

Et ce galimatias serait introduit au nom de l'égalité des sexes ! ?

Mais on croit rêver !

 

 Brigitte Grésy, la secrétaire générale du haut Conseil à l’égalité entre les hommes et les femmes a même osé déclarer, à ce sujet :
 "Je trouve ça élégant ; cela forme comme des petits nuages à la fin des mots. Surtout, depuis que j’écris ainsi, je ne vois plus un monde uniforme mais riche des deux sexes. Enfin, la moitié de l’humanité, les femmes, apparaît. Car oui, une langue représente le monde. Et cette écriture dite inclusive est une arme massive de visibilité pour les femmes." 

Mais qui ne voit que le combat pour cette égalité doit se situer ailleurs ?

 

L'apprentissage de notre langue est déjà très complexe, avec des règles et des exceptions grammaticales nombreuses.

Avec cette écriture dite inclusive, on risque d'exclure de plus en plus de jeunes qui éprouvent des difficultés à apprendre la langue.

 

Combien d'élèves ne maîtrisent pas des règles d'accord élémentaires entre le sujet et le verbe, entre le nom et l'adjectif ? Et on voudrait rajouter d'autres subtilités grammaticales ?

On voit bien que les promoteurs de l'écriture inclusive n'ont aucune connaissance des réalités de l'enseignement.

 

D'autres  s'insurgent encore contre cette règle grammaticale : "le masculin l'emporte sur le féminin..."

Il faudrait donc que le féminin l'emporte sur le masculin, afin de satisfaire quelques féministes fanatisées ?

Mais ce n'est pas sur ce terrain qu'il faut se battre pour lutter contre l'inégalité des sexes.

Cette cause est trop importante pour qu'on la réduise à des habitudes de langage.

Il existe des problèmes bien plus graves.

 

C'est dans les faits, dans la réalité qu'il faut promouvoir la cause des femmes : lutter contre le sexisme, le harcèlement, les brimades.

La parole se libère de plus en plus pour défendre la cause des femmes et dénoncer leur asservissement.

C'est sur ce terrain qu'il faut continuer à se battre...

La cause des femmes mérite mieux que ces galimatias instaurés par l'écriture inclusive.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ecriture inclusive : arrêtons le massacre !
Partager cet article
Repost0

commentaires

D
Le langage est quand même une forme de communication très (trop) puissante dans notre monde pour juste ne pas se soucier de ce déséquilibre masculin/féminin (je rappelle que cette loi grammaticale est apparue en 1500 et quelques et a été modifiée par deux autres hommes, dont Louis Bescherelle mais que ces hommes étaient légèèrement misogynes, même si c'était de leur ère).

Le fait est que quand je lis ton article , j'ai le sentiment que les "féministes" dont tu parles (et dont je fais sûrement partie) sont encore une fois catégorisées de manière générale et que quand on en vient à parler des généralités c'est qu'il y a un problème (à mon sens) argumentaire et d'interprétation de sa réalité Que ce soit les féministes, les extrémistes de gauche et des fonctionnaires, mon combat est le même ;).

Enfin, pour s'être penchée plusieurs mois sur l'écriture non-genrée (parce que le propre de ce combat n'est pas de prendre le pas sur l'autre sexe, dans la vie réelle tout comme dans nos forme de langages , c'est de ne plus invisibiliser un sexe par rapport à un autre), j'ai trouvé d'autres astuces que d'utiliser toujours l'écriture dite "inclusive" effectivement où l'on peine à comprendre les phrases. Or, comme tu l'as dit, la grammaire est déjà assez complexe comme cela pour rajouter des problèmes de lisibilité xD alors il y a les formes "englobantes" : l'équipe de formation, la population française. Ensuite il y a le "doubler" : français et françaises . L'accord de proximité : les hommes et les femmes sont belles.
J'espère que ce point de vue t'aidera à ne pas juger trop vite par la suite sur n'importe qui, n'importe quoi, car on a trop à y perdre humainement :). Belle soirée
Répondre
P
C'est vrai que cela apparaît un peu artificiel mais personnellement je l'utilise parfois par simplicité. Ce n'est pas une écriture à utiliser dans un texte littéraire mais par exemple dans un accord d'entreprise sur l'égalité homme-femme, elle a tout à fait sa place à mon avis. Au fond c'est une écriture militante.
Maintenant ce n'est pas une règle et les traitements de texte la considère comme fautive.
Répondre
R
Sur un formulaire administratif on peut l'accepter, mais il paraît dangereux d'introduire cette écriture dans les manuels scolaires...

Bonne soirée
U
Pour information, ces délires avaient déjà suscité une modeste et amusante proposition bien plus rationnelle, dans sa folie, que celles de nos enragé[e]s :

http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/archive/2017/03/07/carte-blanche-10-5918811.html
Répondre
R
Merci pour ce document intéressant et amusant...
P
Il manque encore qq chose dans cette "révolution" : comment inclure également religions et ethnies "ou origines" afin de ne rien léser et puis pourquoi UNE virgule et pas UN, puis UN apostrophe, etc... On voit bien ici le souci irrépressible et la volonté absolue de changer en bien le monde actuel, chaque matin se poser la question : féminin... ou masculin ? "Ça vous gratouille ou est-ce que ça vous chatouille ?" - Salutations distingué-e-s !
Répondre
R
Tout est possible, oui : encore une façon d'abîmer notre langue... Au Canada, on a déjà testé l'écriture inclusive : ce fut un fiasco. Pourquoi ne pas tirer profit de cette expérience ?

Bonne soirée
M
Bonjour Rosemar, c’est la politique de M.Macron mais aussi de son mouvement et parti où fourmille apparemment un grand nombre d’abominables abonné(e)s absents de « En Marche (arrières) » pour nous enfoncer/plonger doublement comme par le passé dans un obscurantiste immense ! Bordel ... comme il le dit si bien. Bonne journée à tous.
Répondre
R
Oui, enfin j'ai vu que le ministre de l'Education Jean Michel Blanquer n'est pas favorable à cette écriture inclusive... heureusement...

http://www.lepoint.fr/societe/ecriture-inclusive-c-est-non-pour-jean-michel-blanquer-16-10-2017-2164943_23.php

Bonne soirée, Michel
F
Les féministes ont encore des combats bien plus nobles que cela à mener.
Les femmes battues, l'égalité des salaires, les filles et femmes obligées de suivre la dictature des islamistes dans les banlieues...
Le féminisme d'aujourd'hui, par manque de courage surement, et par idéologie, préfère s'attarder sur des détails insignifiant.
Il fut une époque ou elles avaient du courage comme dans ce film qui resitue l'action dans la Suisse de 1971.
https://www.youtube.com/watch?v=uZS70ReuJvY
La on n'hésite pas; on prend fait et cause pour les femmes, ce qui m'est souvent difficile avec les féministes d'aujourd'hui.
Bises et belle soirée Rosemar
Répondre
R
Comme tu dis, il reste beaucoup à faire pour la cause des femmes : ne nous égarons pas dans cette dénaturation de notre langue.
Merci pour la vidéo : voilà de vrais combats...

Bises de l'automne.
L
galimatias
Prononciation : ga-li-ma-tiâ ; l's se lie : un gali-ma-tiâ-z infernal ; Molière l'a fait de cinq syllabes, ga-li-ma-ti-â, aujourd'hui on le fait plutôt de quatre
s. m.
Sens 1
Discours embrouillé, confus, obscur.
Galimatias double, galimatias inintelligible et à celui qui le fait et à celui qui l'écoute. Cette expression est attribuée à Boileau, qui distinguait le galimatias simple qui n'est pas compris des auditeurs du galimatias double où l'auteur ne se comprend pas lui-même.
Adjectivement.
Sens 2
Imbroglio.
SYNONYME
GALIMATIAS, PHÉBUS. Le galimatias n'est pas nécessairement du phébus ; et le phébus n'est pas nécessairement du galimatias. Le galimatias implique toujours quelque chose de confus et qui ne se comprend pas. Le phébus implique quelque chose de dit avec une emphase déplacée, et de grands mots où il n'en faudrait que de simples.

ÉTYMOLOGIE
Faut-il le rattacher au bas-latin ballimatia (DU CANGE, ballare), qui signifiait cymbales ; vallematia, dans les gloses d'Isidore, chants et plaisanteries déshonnêtes ; du bas-grec, qui signifiait danse ? On a dit que galimatias venait de ce qu'un avocat, plaidant en latin pour Mathias, dans une affaire où il s'agissait d'un coq, s'embrouilla au point de dire galli Mathias au lieu de Gallus Mathiae ; mais l'anecdote a été inventée pour fournir l'étymologie.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
GALIMATIAS. - ÉTYM. Ajoutez : M. Darmesteter, Formation des mots composés en français, p. 113, donne une explication qui semble plus plausible que ce qu'on a proposé. Suivant lui, la forme picarde carimafliache ou carimafiache, qui, traduisant le français galimafrée, a le sens propre de galimafrée et le sens figuré de ramassis de sottises, discours incohérents, sans suite, suppose une forme française correspondante carimafias ou galimafias ; galimatias ne serait autre chose que le figuré de galimafrée. Cependant cela n'est pas démonstratif.

Read more at https://www.notrefamille.com/dictionnaire/definition/galimatias/#QdlrdUPQyGRi2LWB.99
Répondre
R
Ah voilà un mot intéressant et expressif !

Merci pour toutes ces infos.
L
Entièrement d'accord...
Répondre
A
Ah oui,j' oubliais.Cette maladie linguistique ( peut-être devrais-je dire pandémie? ) s' attaque à toutes les langues, y compris à l' espagnol.e
https://fr.wikipedia.org/wiki/Langage_épicène
Répondre
R
Merci pour le lien : une pratique qui se généralise, en plus...
A
Quel massacre effectivement....Aucun sens de l' esthétique linguistique, de la fluidité, de l' élégance, de la clarté... et tout ça au nom d' un égalitarisme mal placé qui veut gommer aussi un héritage culturel des mots.
Bref c' est la langue française défigurée.
Voici un sketch qui amène un peu de dérision sur ce thème.

https://www.youtube.com/watch?v=KVajPxEYQ64

Bonne fin de soirée l' amie
Répondre
R
C'est ridicule, comme est ridicule la féminisation de certains mots : "autrice ou auteure", "professeure", "écrivaine", par exemple...
Merci pour la vidéo.

Belle soirée, AJE