Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 octobre 2018 5 26 /10 /octobre /2018 11:55
Tu verras, tu seras bien...

 


 

Cette chanson poignante de Jean Ferrat se présente sous la forme d'un discours où alternent première et deuxième personne du singulier : le poète s'adresse avec pudeur, simplicité, tendresse à un être cher.

Il exprime d'abord un souhait et un regret marqué par le conditionnel passé : "J'aurais bien voulu te prendre
Avec nous comme autrefois..."

La réalité est pourtant venu briser ce souhait : "Mais Suzy m'a fait comprendre
Qu'on est un peu à l'étroit."

Le discours est familier, protecteur : c'est comme si le poète s'adressait à un enfant...

"Il faut être raisonnable
Tu ne peux plus vivre ainsi
Seule si tu tombais malade
On se ferait trop de souci..."

Mais, on comprend, avec l'évocation de la maladie qu'il s'agit d'une personne âgée, en fin de vie.

Le refrain, avec l'emploi du futur de l'indicatif, "Tu verras, tu seras bien" se veut convaincant et persuasif.

Et le discours tenu ne laisse aucune place à une réponse, comme si la personne âgée était privée de paroles et de droit de décision....


D'ailleurs, aussitôt, il est question de "trier les affaires, les photos auxquelles tu tiens", résumé d'une vie entière qui "peut tenir entre les mains...", dit le poète, soulignant ainsi le côté dérisoire de l'existence humaine.

 

Et aussitôt, le locuteur suggère au futur ce que pourra être la vie auprès des "autres pensionnaires", avec lesquels il sera possible de parler sans fin de ce sujet : les photos, la famille.

Le terme même de "pensionnaires" qui renvoie à l'enfance est terrible pour une personne adulte... et c'est pourtant le mot qui convient.

 

Les sujets d'inquiétude sont aussitôt écartés : "le chat qui s'agite" sera recueilli par les voisins... "le serin qui chante à tue-tête" sera accepté par "le directeur" de l'établissement, encore un terme qui fait songer au monde de l'enfance, à l'école.

Et la suite du discours qui se veut rassurante est terrible :

"T'auras plus de courses à faire
De ménage au quotidien
Plus de feu en plein hiver
T'auras plus souci de rien..."

Les négations qui se multiplient évoquent une sorte de néant auquel est réduit l'individu, jusqu'au mot "rien" qui résonne comme un anéantissement total.

Puis, le locuteur énumère tous les avantages promis à la vieille dame, afin de mieux la convaincre :

"Y a la télé dans ta chambre
En bas y a un beau jardin
Avec des roses en décembre
Qui fleurissent comme en juin..."

Puis, viennent les promesses des visites du Dimanche... des promesses de sorties, de fêtes, avec une sorte de retour dans le passé, comme si le temps était aboli...

"Et puis quand viendra dimanche
On ira faire un festin
Je me pendrai à ta manche
Comme quand j'étais gamin"

Et toutes ces promesses impliquent une sortie de cet univers dans lequel va se retrouver enfermée la vieille dame...

"Tu verras pour les vacances
Tous les deux on sortira
Là où l'on chante où l'on danse
On ira où tu voudras."

On perçoit implicitement un enfermement, un univers clos dont il faut sortir pour retrouver le bonheur de vivre : chanter, danser, aller où l'on veut...

La mélodie douce, mélancolique restitue un besoin de rassurer, de réconforter, afin de masquer la douleur de la décision...


 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

TALLARIDA 12/05/2020 11:14

Bonjour, j'ai apprécié votre explication sur la chanson de FERRAT...Avez-vous d'autres chansons de FERRAT pour lesquelles vous avez analyser sa pensée ??
Merci.
François

rosemar 12/05/2020 22:06

Merci pour ce message... oui, de nombreuses analyses de chansons de Ferrat : il suffit de taper Ferrat dans la recherche en haut du blog pour les trouver...


http://rosemar.over-blog.com/search/ferrat/

Castille 01/07/2019 17:52

"Tu verras, tu seras bien"chante ce que montre le sketch "Traitez-la comme une reine" du film à sketch justement, Les Nouveaux Monstres 1977 de Dino Risi, Ettore Scola et Mario Monicelli. C'est poignant. Il se débarrasse de sa mère pour les mêmes raisons, sa femme n'en veut plus et la mère est si petite si fragile....Et pourtant "Honore ton père et ta mère afin de vivre longuement"

rosemar 01/07/2019 23:00

Merci pour cette référence... Voici le lien :

https://youtu.be/75HXIsIxZkU


Bonne soirée

fatizo 26/10/2018 22:39

Avec ses mots si particulier, si doux, il a toujours dit des choses très fortes sur notre société.
Il n'est pas besoin de crier pour dénoncer les injustices. Ferrat l'a prouvé tout au long de sa carrière.
Bises et belle soirée Rosemar

rosemar 26/10/2018 23:36

La voix de Ferrat est un concentré de douceur et de poésie, oui. Tout est dit dans cette chanson sur un fait de société dont on parle peu.

Bises de l'automne

Michel Jean 26/10/2018 19:46

Bonsoir Rosemar, à aucun moment il ne me serait possible de mordre à un tel hameçon car que n’a-t-on pas entendu à propos de ces mouroirs dans lesquels un nouvel/eaux ordre, sans distinction ni sensibilité de vos talents et vertus ! vous attends; sans tenir compte naturellement de vos croix et rubans et autres distinctions qui convenaient à l’institution République... Afin d’appuyer leurs arguments, ils n’hésiteront pas à vous traiter avec légèreté comme Marie Thérèse (87 ans) à Tourgeville avec une imbecile violence ce qui est assez singulier pour une dame qui est surnommée «La Baronne», mais pour beaucoup trop de personnes âgées, ces sentiments-la, ce sont là les lauriers de la vieillesse... Bonne soirée à tous.

rosemar 26/10/2018 23:31

Les gens vivent plus longtemps, mais dans quel état et dans quelles conditions, quand ils se retrouvent en Ehpad ? Et même les baronnes ? ne sont pas épargnées...

Bonne soirée, Michel

L. Hatem 26/10/2018 13:56

Magnifique chanson... Il semble s'adresser à une personne âgée à placer en institution...
J'ai trouvé un article sur le sujet, employant une partie de cette chanson...
https://www.cairn.info/revue-gerontologie-et-societe1-2005-1-page-115.htm

rosemar 26/10/2018 23:28

Un problème de nos sociétés où on relègue les vieux dans des maisons de retraite... le thème est traité avec tant de sensibilité et d'émotions...

Merci pour le lien.

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/