Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2018 1 26 /02 /février /2018 08:53
En France, on meurt encore de froid...

 

 

En France, à notre époque, au XXIème siècle, on meurt encore de froid...

Est-ce possible ? Est-ce concevable ?

Alors que tant d'appartements, tant de maisons, tant de locaux restent inoccupés, des gens privés de logement risquent de perdre la santé et la vie, meurtris par le froid.

 

Un sans-abri de 35 ans a été ainsi retrouvé mort dimanche matin par deux autres SDF, probablement en raison du froid, à Valence où le thermomètre est descendu jusqu'à - 3 degrés dans la nuit.

Ce mort passe presque inaperçu dans les journaux : pudiquement, on ferme les yeux devant ce fait inacceptable dans une société moderne et civilisée.

Pudiquement, on préfère occulter ce qui dérange notre petit confort.

A peine un petit entrefilet publié sur le journal Le Point...

Quelques mots qui énoncent les faits, comme si c'était chose banale et ordinaire...

 

Alors que le plan Grand froid a été activé, alors que la France connaît une vague de froid polaire, venu de Moscou, des hommes, des femmes, des enfants  restent encore démunis et abandonnés, face aux morsures de l'hiver.

Comment résister à ce froid intense accentué par un vent du Nord ?

Comment se protéger d'un froid si  terrible quand on vit dans la rue ?

 

Comme chaque année, des SDF sont victimes des rigueurs de l'hiver.

Comme chaque année, le problème se pose toujours plus aigu et terrible.

 

Certains vont jusqu'à dire que de nombreux SDF refusent des hébergements...

Mais pourquoi les refusent-ils si ce n'est parce que la promiscuité rend ces logements invivables ?

Il faut revoir la politique d'hébergement, offrir la possibilité à chacun d'être en chambre individuelle et de pouvoir passer des nuits tranquilles et sereines.

 

Un homme de 35 ans est mort, une vie sacrifiée dans l' indifférence générale.

Un homme jeune a perdu la vie à cause de l'individualisme qui caractérise nos sociétés.

Vendredi dernier, c'était un homme de 62 ans logé dans une cabane qui était retrouvé mort dans les Yvelines.

 

Et bien sûr, il est probable que la liste des victimes du froid va encore s'alourdir.

Dans la rue, les SDF fragilisés par la précarité ont une espérance de vie de 49 ans en moyenne : et le froid n'est pas le seul responsable... violence, maladie, agression, accident, détresse...

 

 

 

 

 

En France, on meurt encore de froid...
Partager cet article
Repost0

commentaires

R
Les sdf sont exclus de la société comme le sont les souffre douleurs dans les établissements scolaires, le vrai profil du sdf, à la base à cause de leur physique, on voit rarement des sdf avec une belle gueule, ils sont généralement victimes de discrimination physique.
Répondre
R
Sans vouloir vous manquer de respect, votre réponse n'était pas mon propos, ces gens sont rejetés à cause de leur physique à la base, ce n'est pas la rue qui a détruit leur physique, attention, mon commentaire ne se moque pas d'eux, c'est juste un constat que quand on est pas beaux ou belles, ont est rejetés à cause de notre physique.<br /> <br /> Ces gens se retrouvent à la rue parce qu'ils ne trouvent pas d'emploi et pourquoi ils ne trouvent pas d'emploi ? Parce que personne ne veut les embaucher, certainement des chômeurs de très longue durée et à qui ils leur ont aussi refusés un logement.
R
La vie à la rue abîme les visages, les corps, use aussi la santé, en effet.
M
Je voudrais vous faire comprendre/expliquer que pour certains/ beaucoup même d’adultes SDF qui étaient à la rue dans le froid de l’hiver et de la montagne étaient proposés pour des sommes modiques: des chambres individuelles avec des draps propres et blancs et tous les jours trois repas chauds à table dans des locaux chauffés (pour une somme dérisoire). Las ! beaucoup choisissaient de ne pas payer, de foutre un immense bordel, de se comporter pire que des monstres après avoir été traités de la plus humaine des manières qui soit. Je veux bien qu’on/ils prétendent qu’il y a un problème de promiscuité ou que sais-je ? mais il y a surtout aucune reconnaissance de la part de beaucoup qui considèrent que vous êtes là parce que c’est un droit qui leur est acquis. Et surtout ni proposer ni parler pas de travail pour beaucoup c’est une insulte ou une agression verbale. Je ne parlerai pas de personnes qui sont assistées mais de besoins de soins médicaux urgent pour tous. Quant à la violence à l’egard du personnel féminin on n’en parle même pas.
Répondre
R
Evidemment pour certains SDF pris par l'alcool ou la drogue, les réactions peuvent être inappropriées et violentes : ils auraient besoin d'une aide médicale...
C
Le texte m'intéresse : puis je le mettre sur le blog de familles laïques de Melun?<br /> Au fait Rosemar dans quelle ville es tu?<br /> Cordialement<br /> JF Chalot
Répondre
R
Oui, mais à une condition indiquer le lien de mon blog : <br /> <br /> http://rosemar.over-blog.com/2018/02/en-france-on-meurt-encore-de-froid.html<br /> <br /> La ville où j'habite ? C'est top secret sur internet !<br /> <br /> Bonne soirée
L
Dans le reportage que j'ai vu ce matin, un sdf a trouvé un abri de nuit en chambre individuelle pour lui et ses 3 chiens... Ça existe donc mais en tout petit nombre.<br /> Bises sibériennes.
Répondre
R
Ce sont encore des exceptions : et puis, après le plan grand froid, certains hébergements sont fermés et les SDF retournent à la rue.<br /> <br /> Bises glaciales
F
Le plus grave c'est qu'il y a de plus en plus de monde dans les rues.<br /> Je ne sais pas de combien cela a progressé ces dernières années mais cela doit être phénoménal.<br /> Bises et belle soirée Rosemar
Répondre
R
En effet, on en voit de plus en plus dans les rues. Un phénomène qui s'aggrave avec le chômage, la crise.<br /> <br /> Bises de l'hiver
A
En Belgique de nombreux sdf sont hébergés de force...faut-il en arriver là ?<br /> Je pense simplement que si une personne est objectivement en danger, en passant la nuit sous un porche à - 3º C par exemple, il y a devoir d' assistance.malgré tout ( avec ou sans consentement).<br /> Bien sûr , ça ne règle pas le pb de fond qui est plus complexe qui demanderait une vraie prise en charge sociale avec des infrastructures adaptées.<br /> Bonne journée l' amie<br /> PS:Elena, l' entraineuse de ping pong de mon fils est d' origine sibérienne, et sa mère âgée de 80 ans vit toute seule en Sibérie par - 40º en ce moment.Je demande souvent des nouvelles de sa mère à Elena.Elena me dit que parfois sa mère ne peut pas sortir de son logis durant 2 ou 3 jours bloquée par la glace...terrible, non ? Malgré tout, là-bas, au village personne ne meurt de froid car la solidarité fonctionne en cas de problème grave.
Répondre
R
Hébergés de force pour deux ou trois nuits ? Puis on les remet à la rue ? Ce n'est pas très humain, non plus... c'est terrible et déstabilisant.<br /> Un froid vraiment sibérien ces jours-ci en France, venu de Russie : rude pays en hiver ! On ne meurt pas de froid mais les conditions de travail sont très difficiles notamment pour des étrangers qui sont exploités et traités comme des esclaves dans la presqu'île de Yamal.<br /> <br /> Belle soirée, AJE
M
Bonjour Rosemar, c’est terrible hélas mais pour beaucoup l’allié maudit d’une maudite situation et l’ultime et seul refuge (Le piège) reste alcool/drogue/jeux. Il s’agit d’un grave problème de santé publique que nos Politiques veulent sans aucun rosissement... ignorer mais pour combien de temps encore ??? Bonne journée à tous.
Répondre
R
L'alcool, la drogue permettent à certains SDF de supporter le pire : un problème dont on ne parle pas, c'est certain...<br /> Pour remettre ces gens sur pieds, il faudrait d'abord des hébergements pérennes... et c'est loin d'être le cas.<br /> <br /> Bonne soirée, Michel