Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juin 2018 6 02 /06 /juin /2018 13:22
Au-dessus, les météores hirondelles...

 

 


 "Le peuple des prés m'enchante. Sa beauté frêle et dépourvue de venin, je ne me lasse pas de me la réciter. Le campagnol, la taupe, sombres enfants perdus dans la chimère de l'herbe, l'orvet, fils du verre, le grillon, moutonnier comme pas un, la sauterelle qui claque et compte son linge, le papillon qui simule l'ivresse et agace les fleurs de ses hoquets silencieux, les fourmis assagies par la grande étendue verte, et immédiatement au-dessus, les météores hirondelles ..."
 
  

C'est ainsi que René Char décrit une nature pleine de vie qui l'éblouit et l'enchante... Les hirondelles devenues des "météores" grâce à une image poétique couronnent le tableau...

 

Le nom "météore" nous fait lever les yeux vers le ciel : ce mot ancien désigne, d'abord, des phénomènes atmosphériques, comme les éclairs, le tonnerre, la pluie, la neige....

Il évoque aussi un corps solide qui se consume en traversant l'atmosphère, et dans un sens figuré, un être ou un objet qui font une impression très fugace...

 

Le mot nous laisse entendre des consonnes variées : labiale "m" pleine de douceur, dentale éclatante "t" et une gutturale "r" emplie de force...

Beauté, éclats, vivacité sont, ainsi, restitués dans ce mot aux sonorités poétiques : la voyelle "é" réitérée traduit une sorte d'écho apaisant.

 

Le météore peut briller de feux somptueux, éblouir les regards, attirer l'attention, scintiller dans les airs...

Le météore évoque un ciel parcouru d'étoiles filantes, des éclairs de feux dans la nuit, des embruns lumineux qui traversent la voûte céleste.

Fugitif, le météore s'évanouit, s'évapore, en laissant dans les yeux des images de lumières...

 

Les "Météores" désignent aussi des pitons rocheux où ont été construits, en Grèce, des monastères... Paysages abrupts de rocs qui s'élèvent vers le ciel... Paysages somptueux aux rochers abrupts et escarpés.... Visions aériennes de pics inaccessibles voués à la méditation et la contemplation.

Les Météores fascinent par leur hauteur impressionnante, leurs rochers dupliqués, leurs envols de pierres.

 

Ce mot ancien venu du grec "μετέωρος, meteôros, élevé, dans les airs" suggère des envolées aériennes.

Issu d'un verbe "airo, lever, élever", ce terme nous transporte sur des sommets, des hauteurs vertigineuses.

 

Il nous fait rêver à des visions fugitives d'étoiles à peine entrevues, éblouissantes...

Ce terme assez rare, peu employé, revêt une dimension poétique et suscite l'imagination. Ce mot aérien nous séduit par ses résonances, les images qu'il suggère...

 

Les "météores hirondelles" évoquées par René Char nous emmènent dans un univers poétique où les oiseaux sont assimilés à de fugitives apparitions d'étoiles : merveilleuse métaphore qui restitue le vol rapide et virevoltant des hirondelles !

 

 


 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

F
Les hirondelles sont beaucoup moins présentes qu'avant dans la région de Normandie d'ou je viens.<br /> C'est peut-être du au fait qu'on n'y trouve beaucoup moins de vaches (les agriculteurs y font beaucoup plus de céréales), donc moins d'insectes, et par conséquent moins d'hirondelles.<br /> Une supposition qui vaut ce qu'elle vaut.<br /> Bises Rosemar
Répondre
R
Les oiseaux et d'autres espèces ont tendance à disparaître aussi à cause des pesticides utilisés dans l'agriculture... <br /> <br /> Bises du printemps
M
Bonjour Rosemar, ici le seul ou meilleur endroit rêvé tranquille dès le printemps pour observer les première timides hirondelles c’est allongé sur la mer les yeux fermés à attendre qu’elle viennent vous survoler toujours plus rapide à chacun de leurs nombreux passages. Maigre consolation pour les insectes qui n’échappent pas à ses affamées et gourmets oiseaux. Très dur dès le matin de pouvoir avec volonté sortir de cette mer aux hirondelles.. bonne journée à tous.
Répondre
R
Belles visions apaisantes et fugitives sur la mer... les hirondelles qui survolent les vagues... "Etonne-toi de ce qui existe...", les oiseaux, les fleurs, les paysages...<br /> <br /> Bonne soirée, Michel
L
Quelle vitesse (ta vidéo)...<br /> Merci pour le texte de René Char, il est magnifique.<br /> Pour moi, le Meteoro de mon enfance était un dessin animé à la télé et qui pilotait une voiture de course !
Répondre
R
Le texte de René Char est une petite merveille : à lire et relire...<br /> Je ne connais pas ce dessin animé... mais voici un Météore en Grèce :<br /> <br /> https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9t%C3%A9ores#/media/File:Flickr_-_lo.tangelini_-_Mas_cerca_de_Dios.jpg<br /> <br /> <br />
A
C' est le moment où l' on peut profiter des ballets d' hirondelles qui construisent leurs nids. Dimanche dernier j' étais chez des amis, et un couple d' hirondelles vient de nicher sous la toiture de leur pergola . Pendant que nous devisions en terrasse le mâle et la femelle apparaissaient et disparaissaient à la vitesse de l' éclair à 1 mètre cinquante au dessus de nos têtes....tout simplement étourdissant...et réjouissant également. Très agréable également d' entendre leurs pépiements comme s' ils se lançaient des ordres mutuels pour mieux organiser leur travail.<br /> Bonne fin de journée l' amie
Répondre
R
Des ballets, des rondes dans le ciel, des sifflements qui envahissent les paysages : les hirondelles sont là... et le mot "météore" décrit bien leur vol accéléré... un mot très ancien empli de poésie...<br /> <br /> Belle soirée, AJE