Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mai 2018 3 02 /05 /mai /2018 10:28
Une société de compétition permanente : c'est ce que nous prépare Emmanuel Macron...

 

 

Le 29 avril, sur France 2, lors du journal de 20 heures, un reportage intitulé "un manager à l'Elysée" évoquait les méthodes de gouvernance du président de la République : eh oui, Emmanuel Macron se présente comme "le chef de l'entreprise France"...

"Il s'inspire de l'entreprise en politique...", commente la journaliste. Le chef de l'état souhaite ainsi généraliser l'évaluation, notamment des ministres.

La performance est ainsi le maître-mot du président de la République...

Un monde de compétition permanente : c'est donc ce que nous prépare Emmanuel Macron ?

 

Et puis, en fait, ne voit-on pas pointer ce modèle depuis des années ? La compétition est partout, même dans un secteur comme l'enseignement, qui devrait en être bien éloigné... 

De plus en plus, les lycées sont dirigés comme des entreprises : il s'agit pour chaque lycée d'obtenir les meilleurs résultats au Baccalauréat, quitte à fausser les résultats, car de plus en plus on incite les professeurs à valoriser les copies, à être indulgents.

Les enseignants eux-mêmes sont en concurrence : ils doivent se battre pour obtenir les meilleures classes quitte à faire la cour aux chefs d'établissement.

Ils doivent lutter entre eux pour attirer un maximum d'élèves vers des enseignements optionnels, quitte à faire preuve de démagogie...

Ils se transforment même parfois en publicitaires chargés de faire l'éloge de leur discipline devant les parents d'élèves.

Non, un lycée n'est pas une entreprise : c'est un lieu de savoir, de connaissances, un lieu de travail, bien sûr, mais en aucun cas un lieu où les enseignants se voient contraints de se livrer à une compétition effrénée.

 

Par ailleurs, la réforme envisagée de la SNCF prévoit d'ouvrir à la concurrence le secteur ferroviaire...

La concurrence encore !

 

Le marché du courrier a été, lui aussi, libéralisé...  depuis le 1er janvier 2011, le Groupe La Poste a perdu son monopole et doit accepter l’arrivée de concurrents. 

L'objectif est, bien sûr, de faire baisser les prix mais que deviennent les salariés contraints de se plier à des méthodes de management souvent très dures ?

Une société de compétition permanente est-elle souhaitable ? Est-elle tout simplement vivable et humaine ?

 

Qui peut le penser ? C'est la solidarité qui devrait primer et non l'envie d'écraser l'autre.

Aux Etats-Unis, Donald Trump se présente lui aussi comme un chef d'entreprise : il applique les mêmes méthodes.

Le néolibéralisme s'impose aux USA, en Europe et il risque de nous engloutir dans les miasmes d'une concurrence inhumaine.

Partout, des relations de marché, partout, une concurrence qui vise à servir des intérêts économiques...

Tout doit devenir entreprise : la santé, la justice, la police, l'état lui-même se réorganisent dans ce sens.

Et dans les nouvelles start-up, les salariés ne sont-ils pas invités à travailler comme des robots ? "On individualise les gens par la rémunération, par les objectifs. C'est la loi de la jungle" qui prévaut...

 

 

 

 

 

 

https://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/emmanuel-macron-les-methodes-du-manager-l-elysee_2729763.html

 

Les start-up :

 

https://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-a-moudre/ne-serait-pas-mieux-au-bureau

 

Une société de compétition permanente : c'est ce que nous prépare Emmanuel Macron...
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Cette vision de président-manager date au moins de Sarko si ma mémoire est bonne. Ce qui est en train de s' imposer avec ou sans Macron c' est une société où l' emploi devient par nature précaire pour la classe moyenne. Fini le paternalisme patronal qui prétendait gérer une entreprise comme une grande famille. Les choses bougent très vite dans le monde de l' industrie. Un seul métro de retard et la sanction est immédiate. L' économie moderne demande des capacités de mutation constantes ...c' est un monde par nature hyper-stressant qui va donner beaucoup de travail aux psys du futur...Et le bonheur là-dedans ? Va t' il passer à la trappe et être seulement réservé à une caste privilégiée ? Voici un extrait de la Déclaration unanime des treize États unis d'Amérique réunis en Congrès le 4 juillet 1776 <br /> <br /> " Nous tenons pour évidentes pour elles-mêmes les vérités suivantes : tous les hommes sont créés égaux ; ils sont doués par le Créateur de certains droits inaliénables ; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur. "<br /> Bonne journée l' amie
Répondre
R
Macron accélère le mouvement qui a été amorcé depuis quelques années : de nombreuses réformes sont menées dans ce sens...<br /> Le bonheur ? Dans un monde où tout est axé sur l'argent, la compétition ? Difficile, oui...<br /> <br /> Belle soirée, AJE
M
Bonjour Mme. Rosemar, ils vont me la bailler belle avec une société ou un système basé sur la solidarité quand je pense que nous sommes toujours encore et encore pour beaucoup de lois concernant les plus faibles sous les lois du Petainisme de Vichy 39/45. Et qui dit compet. à tous les étages (?!) ne me dit que tricheries multiples et savamment organisé: faut être (né[es]) dans le bon Wagon. Mais enfin mieux que moi (nous) les peuples palestiniens comprendrons de quoi je parlé... j’ai lu récemment la trilogie de Paul Auster écrite dans les années 80/90 c’est fou ce dont il parlait, ce que nous voyons actuellement. Je crois comme me l’expliqua un jour un vieux montagnard qu’il ne faut pas monter/rester trop souvent sur le haut des montagnes car la réalité des petites gens d’en bas vous échappe totalement quant à Massacron il est/vit avec la grosse tête, ce que je plains dame Bibi et les périodes gros câlins... elle mérite mieux. Bonne journée à tous.
Répondre
R
Je ne sais pas si Brigitte mérite mieux, mais la politique menée par Macron est inquiétante : elle accélère la précarité, la compétition, et néglige les gens modestes....<br /> <br /> Bonne soirée, Michel
P
La baisse des tarifs est annoncée comme un progrès, hors ce « faire valoir, ce cache sexe » n’est que le masque porté par l’amoncellement d’argent qui cherche partout là ou il peut s’investir… puis à revendre plus tard (malgré quelques subventions déguisées) avec un fort bonus souvent fiscalement câliné !<br /> Diriger un peuple comme une entreprise et à part le mensonge, seule la folie peut y prétendre (lire 1984 de G.Orwell) car dans quelle sorte de CAC40 peut-on voir venir pointer des enfants, des jeunes, des adultes, des vieillards, ces populations étant à l’instar et aux yeux de ces Tartarin, ce que seraient alors une sorte de «personnel » ! Ces désormais « employés de la République » pourraient-ils être licenciés comme à l’atelier ou à l’usine ? Quel DRH oserait jeter les faibles, les inadaptés à la vitesse, les malades ou les mourants ?<br /> Quelle inhumaine imbécillité - ce qu’en fait il ne faut pas croire, in fine - qui « tsunnamise » le monde entier par cette quête dévorante et financière sans fin (les arbres montant jusqu’au ciel), ces « mieux-disants" sans foi ni loi (sauf de circonstance) qui plongent les Peuples loin d'un avenir espéré vers un gouffre insoupçonné !!!<br /> Par petite touche, ici ou là, par euphémisme et mots valises à double sens, une douce musique laisse croire que seul les généraux gagnent les guerres mais qu’hélas les soldats (qu’il faut réformer bien sûr) perdent les batailles… donc : reformons… et vous verrez en digérant une réponse tombée de l’Olympe contre une question dérangeante sur la taxation des cheveux blancs, ces nantis : « Il faut donner à ceux du sommet afin qu’il investissent pour après créer ainsi du travail sur lequel sera alors prélevé une taxe qui vous rendra la CSG que l’on prélève actuellement : vous verrez, ça va marcher, il suffit d’attendre ! » Il fallait oser ce théorème circulaire…" mais c’est par ça qu’on les reconnait » (Michel Audiard) <br /> Réformer, progresser, marcher, seraient des verbes actifs allant vers des « mieux » pour tous, et quelque soit la taille de leurs assiettes respectives sauf qu’hélas, beaucoup n’ont plus d’assiettes !!!<br /> J’arrête ici et vais prendre du paracétamol, c’est neutre et sans prétention, sauf de soulager !<br /> Cordialement<br /> PHG<br /> PS - Lors d’un salon automobile international, la fameuse CONCURRENCE proposait dans son catalogue 230 modèles de véhicules différents : encore une fois et pour certains, le progrès n’existe que par la concurrence (la quantité en fait et sans souci de ses conséquences) !!!
Répondre
R
En effet, dans un tel système, les plus faibles semblent ne pas avoir de place... la compétition, la recherche de la croissance conduisent au pire : une société injuste, inhumaine. Qui saura inventer un autre système ? En plus, ce sont des algorithmes qui gèrent le monde de la finance ! Effrayant !<br /> <br /> Bonne soirée