Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2018 3 31 /10 /octobre /2018 09:37
Je te note, tu me notes, nous nous notons...

 

 

Alors que les notes ont tendance à disparaître de notre système scolaire où elles ont pourtant leur utilité, elles envahissent notre vie quotidienne... Ainsi, les internautes peuvent noter et mettre des appréciations après chaque achat effectué sur internet...

 

Il est possible de noter un médecin, une personne qui pratique le covoiturage, un restaurant, une boutique, des professeurs, des personnes sur des sites de rencontre...

 

C'est une habitude qui se généralise : sur un site comme Agoravox, les internautes sont invités à noter avec des étoiles les articles publiés et même les commentaires qui figurent sous les articles.

 

Certains passent beaucoup de temps à noter la moindre expérience : un film, un dîner au restaurant, un séjour en vacances, un hôtel...

 

Un signe des temps, tout de même : c'est comme si tout devait être quantifié, mesuré... La grande numérisation du monde a commencé et elle n'est pas près de s'arrêter...

En Chine, les citoyens reçoivent même une note sociale pour évaluer leur personnalité... Une bonne note donnera l'accès à un certain nombre de privilèges, à l'inverse une mauvaise note pourrait pénaliser certains : difficultés pour trouver un logement, interdiction de prendre le train ou l'avion... une façon de contrôler les gens, de surveiller les opposants.

 

Si les chiffres s'imposent partout, il semble que les mots, eux, soient dévalorisés : la poésie n'est plus à la mode, les jeunes lisent de moins en moins, les études littéraires n'attirent que peu d'élèves, alors que les sections scientifiques connaissent un succès grandissant.

Le chiffre est partout, notamment sur internet.

On y collectionne des "amis" sur Facebook, on cumule des "like", on essaie d'attirer le plus grand nombre de lecteurs. Il est même possible, sur certains sites, d'acheter des "followers" : c'est le règne du paraître qui s'impose.

Je te note, tu me notes, nous nous notons... et cette propension à la note se répand sur la toile...

Essayons d'échapper à cette dictature du chiffre... 

Essayons de fuir ces pratiques absurdes, chaque fois que c'est possible.

 

 

 

 

 

Je te note, tu me notes, nous nous notons...
Partager cet article
Repost0

commentaires

F
Je plaide coupable.<br /> Bien sur ça ne tourne pas à l'obsession chez moi, mais pour différentier les films par exemple, j'aime bien de temps en temps mettre une petite note.<br /> Bises et belle soirée Rosemar
Répondre
L
Je me souviens sur feu Le Post de cette note que nous avions tous les posteurs et qui se cumulait chiffrée... certains comme Birenbaum la faussaient en cliquant eux même et en demandant à leurs amis de le faire pour eux... Quels souvenirs ! Cette note était ma fierté à l'époque !
Répondre
R
On peut tricher facilement sur internet en effet...
M
Bonsoir Rosemar, c’est devenue en effet une routine indicible que d’adopter cette stérile habitude et ainsi d’offrir une petite ou grande pensée isolée, mais celle-ci parfaite ou essentielle pour beaucoup trop de personnes car s’imaginant que ce système reste une grande idée, par des chiffres qui vont du rouge sec au vert le plus vif quand ce ne sont pas tout simplement de tristes abréviations phonétisées. Cahier de réclamations ou de suggestions, qui restaient parfois un plaisir de consulter, ou l’on pouvait se retrouver seul avec une page blanche, disparaissent ou apparaissent épisodiquement, pareil à des îlots au beau milieu de l’océan, dans de nombreux lieux fréquentés pourtant par d’immenses publics de toutes origines. La valse aigrelette des chiffres et de l’écran chasse irrésistiblement la plume et l’ecrit de nos univers en aspirant ou nous faisant divorcer avec nos plus intimes pensées, et ce, goulûment...! Bonne soirée à tous.
Répondre
R
Les chiffres toujours les chiffres... mais n'oublions pas les lettres, bien sûr, la poésie, l'attention au monde, et les livres !<br /> <br /> Bonne soirée, Michel
A
J' aime bien ton titre. Effectivement on en arrive à une certaine absurdité. La banque note son client et le client note sa banque, le professeur note l' élève et l' élève note son professeur,etc....Ça peut se généraliser à l' infini. C' est le concept de " transparence" porté à son extrême limite, sauf qu' on mélange tout et n' importe quoi.<br /> Quand je note mes élèves, c' est fait de manière rigoureuse sur une base mesurable de connaissances que l' élève est supposé acquérir. Si l' élève me note, il ne possède pas tous les éléments de connaissances pour pouvoir le faire. Peut-être pourra t' il me noter de manière pertinente dans 10 ans s' il a fait les études nécessaires pour avoir un avis autorisé sur ma pratique enseignante.<br /> Quand les profs sont notés par leurs élèves ce sont les démagos qui obtiennent les meilleurs résultats, or tout le monde sait que ce ne sont pas forcément les plus compétents, ni les plus exigeants, ni les plus efficaces.<br /> Bonne journée l' amie
Répondre
R
C'est internet qui favorise cette mode de la notation, ainsi que certaines émissions de télé-réalité où on note les candidats... et, en fait, c'est souvent truqué, factice : difficile de s'y fier.<br /> <br /> Belle soirée, AJE<br />