Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 décembre 2018 3 19 /12 /décembre /2018 11:18
L'orange de Noël...

 

Les enfants recevaient autrefois une simple orange en guise de cadeau de Noël... les temps ont bien changé, désormais ils sont submergés de cadeaux. Noël est devenue une fête de la surconsommation, où les enfants sont souvent choyés à l'excès.

 

Jusque vers le milieu du vingtième siècle, l'orange était un mets de choix, venu des pays du sud, un fruit aux teintes dorées, symbole de soleil.

 

Et quand on y songe, quelle merveille ! Un fruit tout en rondeurs et sensualité, un fruit aux senteurs enivrantes, aux couleurs chaleureuses de l'été, au coeur même de l'hiver.

Autrefois recouverte d'un papier de soie, l'orange exhalait ses parfums, dès qu'on la découvrait...

Une merveille de la nature que nous ne voyons plus, tellement nous sommes blasés...

 

Il faut relire la somptueuse description qu'en fait Alphonse Daudet, dans Les lettres de mon moulin.

Il évoque ces fruits en faisant appel à tous les sens...

Il est vrai qu'il décrit ces oranges alors qu'elles sont encore sur les arbres...

Couleurs, senteurs, éclats des fruits, l'évocation nous fait voyager vers l'Algérie, à Blidah...

Les oranges de Blidah sont magnifiées, entourées d'une "auréole de splendeur", serties d'un feuillage "sombre, lustré, vernissé".

Elles apparaissent dans un décor de neige où "tous les fruits poudrés à frimas avaient une douceur splendide, un rayonnement discret comme de l'or voilé de claires étoffes blanches..."

Les oranges sont sublimées et deviennent des trésors, elles sont comparées à "des verres de couleurs", "des fleurs éclatantes". Une exclamation restitue l'admiration du spectateur : "c'est là qu'elles étaient belles !"

Les couleurs rayonnantes des fruits sont amplifiées par le décor blanc de neige.

Les oranges sont personnifiées, comme vêtues de "claires étoffes blanches" "de soutanes rouges sous des robes de dentelles, de dorures d'autel enveloppées de guipures."

Plus loin, l'auteur nous fait découvrir les oranges d'un jardin au nom magique et mystérieux : "Barbicaglia", un jardin en Corse près d'Ajaccio...

Le seul nom de ce lieu fait rêver ! Les sonorités redondantes de labiale "b", les échos répétés de la voyelle "a', de la voyelle "i" nous transportent dans un univers poétique.

Et la description qui suit fait intervenir différentes sensations, d'abord le sens olfactif : "les orangers en fleur et en fruit brûlaient leurs parfums d’essences."

Puis, on entend "le bruit mat d'une orange mûre, tombée tout à coup... sur la terre pleine."

La sensation visuelle contribue à la beauté du tableau :"des fruits superbes, d’un rouge pourpre à l’intérieur..."

Entre les feuilles des orangers, la mer offre aussi un arrière plan somptueux avec "des espaces bleus éblouissants comme des morceaux de verre brisés qui miroitaient dans la brume de l’air."

Ainsi, Daudet nous fait percevoir ces merveilles de la nature : les oranges, des fruits aux teintes solaires, aux parfums enivrants, aux formes sensuelles...

 

 

Le texte :

 

"Pour bien connaître les oranges, il faut les avoir vues chez elles, aux îles Baléares, en Sardaigne, en Corse, en Algérie, dans l’air bleu doré, l’atmosphère tiède de la Méditerranée. Je me rappelle un petit bois d’orangers, aux portes de Blidah ; c’est là qu’elles étaient belles ! Dans le feuillage sombre, lustré, vernissé, les fruits avaient l’éclat de verres de couleur, et doraient l’air environnant avec cette auréole de splendeur qui entoure les fleurs éclatantes. Çà et là des éclaircies laissaient voir à travers les branches les remparts de la petite ville, le minaret d’une mosquée, le dôme d’un marabout, et au-dessus l’énorme masse de l’Atlas, verte à sa base, couronnée de neige comme d’une fourrure blanche, avec des moutonnements, un flou de flocons tombés.

Une nuit, pendant que j’étais là, je ne sais par quel phénomène ignoré depuis trente ans cette zone de frimas et d’hiver se secoua sur la ville endormie, et Blidah se réveilla transformée, poudrée à blanc. Dans cet air algérien si léger, si pur, la neige semblait une poussière de nacre. Elle avait des reflets de plumes de paon blanc. Le plus beau, c’était le bois d’orangers. Les feuilles solides gardaient la neige intacte et droite comme des sorbets sur des plateaux de laque, et tous les fruits poudrés à frimas avaient une douceur splendide, un rayonnement discret comme de l’or voilé de claires étoffes blanches. Cela donnait vaguement l’impression d’une fête d’église, de soutanes rouges sous des robes de dentelles, de dorures d’autel enveloppées de guipures…

Mais mon meilleur souvenir d’oranges me vient encore de Barbicaglia, un grand jardin auprès d’Ajaccio où j’allais faire la sieste aux heures de chaleur. Ici les orangers, plus hauts, plus espacés qu’à Blidah, descendaient jusqu’à la route, dont le jardin n’était séparé que par une haie vive et un fossé. Tout de suite après, c’était la mer, l’immense mer bleue… Quelles bonnes heures j’ai passées dans ce jardin ! Au-dessus de ma tête, les orangers en fleur et en fruit brûlaient leurs parfums d’essences. De temps en temps, une orange mûre, détachée tout à coup, tombait près de moi comme alourdie de chaleur, avec un bruit mat, sans écho, sur la terre pleine. Je n’avais qu’à allonger la main. C’étaient des fruits superbes, d’un rouge pourpre à l’intérieur. Ils me paraissaient exquis, et puis l’horizon était si beau ! Entre les feuilles, la mer mettait des espaces bleus éblouissants comme des morceaux de verre brisés qui miroitaient dans la brume de l’air. Avec cela le mouvement du flot agitant l’atmosphère à de grandes distances, ce murmure cadencé qui vous berce comme dans une barque invisible, la chaleur, l’odeur des oranges… Ah ! qu’on était bien pour dormir dans le jardin de Barbicaglia !"

 

 

 

Le texte intégral :

 

https://fr.wikisource.org/wiki/Lettres_de_mon_moulin/Les_oranges

 

 

 

 

L'orange de Noël...

Partager cet article

Repost0

commentaires

Sophie 27/12/2018 08:42

Hello. Grâce à ton article, j’ai eu l’occasion de faire une découverte très intéressante. Je ne savais pas du tout qu’auparavant les enfants recevaient uniquement une orange en guise de cadeau. Merci :)

rosemar 27/12/2018 23:13

Une simple orange qui était perçue comme une merveille...

Lapin37 20/12/2018 19:39

Bonsoir tous, rosemar, cette fameuse orange, ce fruit d'or qui fut pendant longtemps un cadeau (le seul ?) de Noël ou d'étrennes ! quand je compare la débauche de nourritures, jouets, cadeaux divers ... avec ce que j'ai connu, le gouffre est immense et pourtant les destinataires actuels n'en semblent pas plus heureux !? ce n'est pas une critique mais une constatation. En fait la différence tient aussi à ce que ces cadeaux étaient vraiment des cadeaux, des "en plus" (à l'époque cadeau à Noël et anniversaire, c'est tout) maintenant ce sont des "dus", la livraison d'une commande !
Bonne soirée et douce fête de Noël ! bisses à tous.
(2018 se termine ENFIN)

rosemar 20/12/2018 22:04

C'est l'époque de l'enfant-roi à qui on offre désormais une multitude de cadeaux... on voit bien l'évolution des moeurs depuis le milieu du 20ème siècle : tout a changé avec des progrès mais aussi des excès.

Bises, et bonne fête de Noël, Lapine

Michel Jeqn 20/12/2018 09:52

Voilà un extraordinaire travail sur cet univers si mystérieux des agrumes une excellente thèse qui n’aura de cesse de vous ensaliver tant elle est fruitée et si juteuse ! et vitaminée !et qui de plus se laisse volontiers lire avec des kilos d’oranges devant les yeux ?: Assainissement et régénération des plants d'agrumes par l’embryogenèse somatique à partir de la culture de stigmate et style. Présentée par Mlle. Meziane Malika.

rosemar 20/12/2018 21:57

Une thèse qui semble très technique, réservée aux initiés ?

L. Hatem 20/12/2018 06:45

" Entre les feuilles, la mer mettait des espaces bleus éblouissants comme des morceaux de verre brisés qui miroitaient dans la brume de l’air. "
J'adore !

rosemar 20/12/2018 21:54

On a tout de suite le paysage sous les yeux, avec cette description...

Piro 19/12/2018 22:05

Je me souviens parfaitement d'une orange donnée par mon grand-père mais elle était sous forme de bonbons me semble-t-il. C'est vieux, cela remonte à l'enfance peut être mon souvenir n'est pas correct. En tout cas elle était sur la cheminée à droite de la crèche, celle pour mon frère était certainement à gauche.

Lapin37 20/12/2018 19:26

Bonsoir, cette "orange" a résonné dans ma mémoire ;-))) c'est vrai, j'ai le souvenir de bonbons en forme de quartiers d'oranges (et de citrons) assemblés en boule enveloppée de cellophane ! ce souvenir sort quasiment de "ma préhistoire", le fameux bon vieux temps (pas si bon que ça) !!!;-)))
Bonne soirée et heureuse fête de Noël.

rosemar 19/12/2018 22:46

Une orange pour chacun : la tradition de Noël était respectée... Merci pour ces souvenirs d'enfance.

Michel jean 19/12/2018 20:34

Bonsoir Rosemar, il y a bien des oranges et les orangeraies à Blidah, mais celles décrites par A. Daudet ne sont plus présentes parce que cette fameuse variété d’orange de Blidah, jadis tant réputée, qui fit saliver toute les cours d’Europe, n’est absolument plus commercialisée, et quasiment introuvable sur nos étals de magasins. Aujourd’hui nous ne trouvons plus que des variétés hybrides d’orange, lointaines cousines, moins savoureuses, de la traditionnelle blidah, génétiquement modifiées, pour être plus productives, plus rentables et résistantes aux maladies. Avec des noms drôles qui de surcroît éblouissent beaucoup de monde hormis les connaisseurs grands spécialistes du monde des agrumes. Ha ! le monde des agrumes avec ses nouvelles variétés est devenu si complexe qu’une vie n’y suffirait plus pour s’y retrouver et y retrouver les variétés anciennes si délicates et combien délicieuses. Bonne soirée à tous.

rosemar 19/12/2018 22:44

Même les oranges de Blidah sont menacées de disparition ?? Pourtant, il existe encore des oranges savoureuses, riches en vitamines, sans doute ?

Bonne soirée, Michel

ALEA JACTA EST 19/12/2018 17:57

Très beau texte très évocateur d' Alphonse Daudet. A chaque fois qu' on se promène dans une orangeraie on a toujours l' impression que la nature est très généreuse.
Les oranges font partie des fruits que je n' achète jamais vu qu' on en a dans deux propriétés familiales. En ce moment c' est la pleine saison. J' en mange au moins deux par jour...sans compter les clémentines...
Voici les variétés de ma région:

http://capitamerlus.blogspot.com/2017/11/tipus-i-classes-de-taronges.html

Les nôtres sont des "navelinas". Très juteuses et sucrées...
Bonne fin de soirée l' amie

rosemar 19/12/2018 19:34

Il faut relire Les lettres de mon moulin... des textes pleins de fraîcheur, d'humour, de tendresse... et il faut manger des oranges, en effet... une chance de pouvoir les cueillir sur l'arbre !

Merci pour le lien, AJE

Belle soirée

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/