Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 février 2019 3 27 /02 /février /2019 13:31
Houellebecq Sérotonine, l'incipit...

 

Comment lire l'incipit du roman de Houellebecq Sérotonine ?

 

Comme souvent l'incipit annonce les thèmes principaux de l'oeuvre : le recours à des drogues qui permettent de mieux supporter le quotidien, la solitude du narrateur qui parle à la première personne, le coté dérisoire de la vie, la critique de la modernité et de la société de consommation.

 

La première phrase fait référence au Captorix : "C'est un petit comprimé blanc, ovale, sécable." Mais on ne sait pas encore quels sont les effets de cette substance. Le nom est à la fois amusant et révélateur, il a sans doute un effet addictif, il doit capter et capturer celui qui le consomme.

 

Le réveil du personnage s'organise autour d'un rituel qui semble invariable : "mettre en route la cafetière électrique, boire une première gorgée de café, allumer une cigarette, puis deux, puis trois, et enfin prendre le Captorix, avec un verre d'eau minérale."

Au passage, Houellebecq commente les effets de la cigarette sur son organisme : elle apporte un soulagement, elle est d'une violence stupéfiante". Et il précise : "La nicotine est une drogue parfaite, une drogue simple et dure, qui n'apporte aucune joie, qui se définit entièrement par le manque."

On peut remarquer l'ironie et l'ambiguïté de l'expression "une drogue parfaite", car on en perçoit les effets négatifs et néfastes. C'est bien là une critique de ces drogues modernes à laquelle se livre Michel Houellebecq.

Il évoque d'ailleurs "un besoin qui est à son comble, c'est le moment le plus douloureux de la journée." On perçoit là une véritable addiction.

 

La solitude du narrateur apparaît dès les premières lignes du roman : Michel Houellebecq évoque une scène de réveil où le personnage est seul : "vers cinq heures du matin, parfois six je me réveille".

Un peu plus loin, il se présente : "J'ai quarante-six ans, je m'appelle Florent-Claude Labrouste", comme si dans sa solitude, il s'adressait directement au lecteur.

Il n'a, à côté de lui, personne à qui parler. Il se confie au lecteur, lui révèle qu'il déteste son prénom et le juge ridicule.

 

Houellebecq excelle surtout à décrire le quotidien dérisoire du personnage : un rituel invariable, le matin. Les gestes se succèdent invariablement dans une monotonie acceptée.

On relève dans cet extrait deux marques, pour le café "Malongo", et pour l'eau minérale "la Volvic" : on est là dans un univers moderne de consommation, le narrateur est attaché à certains produits dont il ne peut se passer : on n'est pas dans l'addiction mais presque.

 

Cet aspect dérisoire transparaît aussi dans la façon dont le personnage s'impose de ne pas allumer de cigarette, avant d'avoir bu une première gorgée de café : il parle alors de "succès quotidien qui est devenu sa principale source de fierté." Voilà une victoire bien dérisoire ! Et le narrateur devient ainsi un anti-héros.

 

Cet incipit annonce une histoire qui s'inscrit dans la modernité, le réalisme : Houellebecq décrit un personnage ordinaire qui nous ressemble. 

 

 

 

 

 

 

 

Houellebecq Sérotonine, l'incipit...
Partager cet article
Repost0

commentaires

ALEA JACTA EST 27/02/2019 21:24

Il faut noter que cette première phrase du roman" C' est un petit comprimé...etc..." revient à la fin du livre dans laquelle Houellebecq y achève la description du captorix et de ses effets, ce qui permet de boucler la boucle et de donner du sens à tout le roman...
Le héros , de par son histoire et de par ses déconvenues, n'a aucune possibilité de s'en délivrer et il ne le tente même pas.
Bonne fin de soirée l' amie

rosemar 27/02/2019 22:56

Oui, bien vu : c'est comme si le personnage était enfermé dans son addiction et ne pouvait pas y échapper... souvent l'incipit et l'excipit d'un roman se rejoignent ainsi... Mais les deux derniers paragraphes offrent aussi d'autres perspectives et une possibilité de se sauver...

Belle soirée, AJE

Michel Jean 27/02/2019 16:04

Bonjour Rosemar, ça me bassine de lire cet auteur et pourtant, et pourtant j’ai essayé plusieurs fois, mais quel ennui triste mortel et que ça manque d’oxygène avec ça: étouffé il m’étouffé plus qu’un vendeur de voitures d’occasions trops lustrées qui ne trouve rien de plus généreux que de vous offrir un café amer avec son étouffe-chrétien du dimanche cigarillo au bec. Bon soleil à tous.

rosemar 27/02/2019 22:53

Et, pourtant, Houellebecq sait aussi manier l'humour, la dérision : il sait nous faire rire et il se livre à une critique intéressante de la modernité.

Bonne soirée, Michel

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/