Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 janvier 2020 5 17 /01 /janvier /2020 13:19
On allait au bord de la mer...

 

Les vacances, la mer, le soleil, voilà de quoi composer une chanson pleine de gaieté... 

Michel Jonasz, lui, nous raconte ses vacances d'autrefois au bord de la mer, avec nostalgie et mélancolie : il évoque des vacances familiales, en toute simplicité : 

"On allait au bord de la mer 
Avec mon père, ma sœur, ma mère..."

L'imparfait semble marquer une habitude, des voyages répétés, toujours les mêmes, les mots simples restituent la modestie de ces gens qui partent en vacances. La famille est alors amenée à côtoyer "les autres gens" qui, eux, appartiennent à d'autres catégories sociales...

On perçoit un regard un peu envieux :

"On regardait les autres gens 
Comme ils dépensaient leur argent 
Nous il fallait faire attention..."

C'est bien sûr l'argent qui fait la différence, ce qui suggère bien le champ lexical utilisé : "dépenser, argent, payer, prix.

Mais, le seul spectacle de la mer et des bateaux suffit à contenter la famille, les "glaces à l'eau" viennent compléter le bonheur de ces gens simples : les sensations visuelle, gustative sont particulièrement soulignées et appréciées.

"Alors on regardait les bateaux 
On suçait des glaces à l'eau..."

Pour ces gens modestes, "les palaces, les restaurants" ne sont pas accessibles, et on les voit "passer devant" sans regret, puisque d'autres plaisirs sont disponibles : "on regardait les bateaux" et puis il y a les bonheurs de la plage 

"Le matin on se réveillait tôt 
Sur la plage pendant des heures 
On prenait de belles couleurs"

On perçoit là une certaine monotonie dans cet emploi du temps invariable, ce que suggère bien l'emploi de l'imparfait d'habitude.
 

Une seule variation est introduite : 

"Et quand les vagues étaient tranquilles 
On passait la journée aux îles 
Sauf quand on pouvait déjà plus..."

Les îles représentent traditionnellement le voyage, le rêve... mais ce rêve n'était pas toujours à portée de mains, comme le montre l'expression pleine de pudeur : "sauf quand on pouvait déjà plus", sans doute par manque de moyens.

Dans le dernier couplet, on retrouve cette douce monotonie dans les activités :

"Alors on regardait les bateaux 
On suçait des glaces à l'eau..."

Le texte s'achève sur des remarques nuancées : une certaine tristesse, d'un côté, mais aussi une admiration vouée sans doute au spectacle de la mer :
 

"On avait le cœur un peu gros 
Mais c'était quand même beau" 

Ces souvenirs d'enfance sonnent vrai : aucune joie exubérante, ici, aucune amertume, mais une douce mélancolie... 

La dernière phrase montre l'importance du regard porté sur les paysages, sur leur beauté.

La mélodie restitue une ambiance feutrée, douce, mélancolique, mais aussi dans le refrain, un bonheur de profiter de ces vacances au bord de la mer, un bonheur de regarder et d'apprécier.
 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Michel Jean 18/01/2020 09:05

Bonjour Rosemar, un ciel propriété du vent du Nord essoufflé, sans attache, ou de mouettes craintives, des kilomètres de plage désertée, l’écume froide inlassablement courtisane de ce désert de sable, remplissent, depuis toujours, d’énergie un temps que j’aime perdu, mais pas de nostalgie. Bonne journée à tous.

rosemar 18/01/2020 22:56

Ah les plages du Nord ! Des étendues sauvages, des dunes, le vent marin... magnifique !

Bonne soirée, Michel

ALEA JACTA EST 18/01/2020 08:13

Hors-sujet. Je viens de voir cette enquête.
https://www.youtube.com/watch?v=OBPTedzl8PA
C' est juste énorme. Créer un marché de consommation supposé réduire les problèmes causés par notre surconsommation...Cerise sur le gâteau : la supposée détox qui parfois intoxique un peu plus....

rosemar 18/01/2020 22:49

Merci pour ce reportage : on n'arrête pas de créer des besoins factices... terrible...

L. Hatem 17/01/2020 20:33

Je n'ai jamais écouté Jonasz, jolie chanson d'ailleurs...mais plutôt Bachelet qui construisait des châteaux de sable pendant les vacances familiales...

ALEA JACTA EST 17/01/2020 21:33

A L' hatem
Jonasz a apporté beaucoup à la chanson française, et il s'est inspiré notamment du swing de Ray Charles...Faire swinguer la langue française n' est pas simple mais il a su le faire, et Nougaro aussi...

https://www.youtube.com/watch?v=ZQkkpDbvx5c&list=PLyldNxNHFu_SZN_0tVZLA0LxqfxVdXPz6

Ecoute BIG BOSS, c' est un bon exemple:
https://www.youtube.com/watch?v=-2LhvSQFb28

ALEA JACTA EST 17/01/2020 17:49

Un beau tableau mélancolique, nostalgique et sensible de la France d'en bas. La mer à elle seule qui émeut et les bateaux qui font rêver...Je ne me rappelle pas de la première fois que j'ai vu la mer car j' étais bébé, mais par contre je me souviens bien de la 2 ème :c' était au Touquet. On s'était réveillé à 5 heures du matin pour y aller en compagnie d'autres amis, une expédition avec trois voitures...Le premier vrai bain de mer, la collecte de coquillages le long de la plage....On avait emporté de quoi pique-niquer car les restaus n'étaient pas abordables pour nous à l'époque. Ça avait été une journée magique.
Bonne fin de soirée l'amie

rosemar 17/01/2020 22:35

Le spectacle de la mer, la joie des vacances en famille, des bonheurs simples : une belle chanson...

Merci pour ces jolis souvenirs d'enfance en harmonie avec le texte de la chanson...

Belle soirée, AJE

COLOMBA 17/01/2020 15:32

Qu'elle jolie chanson..j'ai toujours une certaine émotion en écoutant ce texte, si bien interprété.. Cette chanson est très simple, mais on arrive à bien ressentir, ce que peut éprouver ce jeune garçon, dont les parents n'avaient pas de grands moyens, mais qui voulaient mener leurs enfants profiter de la mer, et de toutes les petites choses qui font un certain plaisir ..Il fallait faire attention, manger des glaces à l'eau etc..alors que d'autres plus nantis avaient des plaisirs plus onéreux, pas besoin de compter !. etc..
Cependant ce souvenir là, était très heureux, et quel beau souvenir..
Cette chanson a été écrite par Pierre Grosz..cette chanson n'a pas pris une ride..elle est toujours aussi émouvante, et je ne sais pourquoi, mes yeux se remplissent de larmes à son écoute !..Elle a tout pour faire un joli petit film attendrissant à souhait .. De temps à autre on nous fait le plaisir de la passer, soit à la radio ou à la télévision, et c'est un plaisir, chaque fois renouvelé ! ..
Rosemar merci, pour cette jolie émotion que je viens de ressentir grâce à vous. Belle journée..la pluie est arrivée soudainement dans ma région, le 34..

rosemar 17/01/2020 22:28

Une simplicité émouvante, oui... de beaux souvenirs d'enfance teintés de mélancolie...
Merci pour l'info :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Grosz

Un auteur vraiment prolifique...

Ici aussi pluie et vent.

Bonne soirée