Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 octobre 2019 5 11 /10 /octobre /2019 11:52
Deux jeunes musiciens à l'honneur : Héloïse Houzé et Basile Maurel...

 

 

Ils sont jeunes, remplis d'enthousiasme, ce sont des musiciens en formation, et ils ont donné un magnifique récital au Carré d'Art dans le cadre des Jeudis de Nîmes.

 

Basile Maurel a fait une démonstration époustouflante de son talent au cours d'un récital de piano.

D'abord, il interprète avec brio le prélude et la fugue en ré majeur BWV 874 Livre II de Bach.

 

On est subjugué par la virtuosité de ce très jeune musicien : le piano claironne dans une mélodie dansante, puis la musique devient plus lente, s'apaise, s'adoucit et nous fait rêver.

Quelle maîtrise dans l'interprétation !

Basile Maurel joue sans partition, de mémoire...

 

Puis, on découvre les Variations sérieuses op. 54 de Mendelssohn. La musique d'abord assez lente s'accélère dans un vertige de notes... on est emporté dans un vibrato et un tourbillon de notes...

Le rythme s'apaise à nouveau et nous berce de son harmonie.

 

L'extrait suivant nous transporte à nouveau dans une cascade, un torrent de notes : c'est époustouflant ! Il s'agit de l'étude n°4 op. 10 de Chopin...

 

Ce jeune garçon est impressionnant dans la maîtrise de son art, dans sa concentration, et ses interprétations étourdissantes...

 

Puis, c'est Héloïse Houzé qui nous présente un extrait de Roxanna Panufnik, compositrice britannique née à Londres le 24 avril 1968.

La musicienne joue avec son alto une mélodie aux airs un peu tziganes, mélancolique et douce...

On est envoûté par cette musique au rythme empli de douceur...

 

Enfin, les deux jeunes artistes interprètent ensemble un concerto pour alto de Béla Bartok.

La musique est d'abord ponctuée par quelques notes graves au piano, un air lancinant, sombre, puis on écoute avec ravissement un ruissellement de notes au piano... l'alto crisse, pleure, puis, le rythme devient dansant, tourbillonnant...

Magie de la musique qui nous emporte au bord du rêve !

Bravo à ces deux musiciens, jeunes diplômés du conservatoire de Nîmes, dont on a apprécié tout le talent et toute la modestie.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Bonjour et merci pour votre compte rendu sur ce concert des Jeudis de Nîmes que j’ai découvert par hasard sur le net. Votre enthousiasme à l’écoute de ces très jeunes musiciens talentueux est fort sympathique et, s’ils vous lisent, devrait les encourager dans leur vocation et leur travail. Votre description est intéressante. Quand vous parlez de « claironner » au sujet du Prélude en ré majeur (Livre 2 du CBT), vous évoquez avec justesse l’imitation d’une trompette (que Bach utilise aussi dans son Magnificat ou pour le Gloria de sa Messe en si) et qui exprime ici la joie exubérante de la tonalité festive et dansante de ré majeur ponctuée de soubassements de timbales. La Fugue qui vous a fait ressentir de l’apaisement est représentative du « stile antico » où JS. Bach utilise le clavier de manière quasi vocale pour une construction savante avec un sujet dont la particularité et d'être travaillé en strettes, les entrées successives se coupant sans cesse la parole. Ce travail particulièrement délicat pour le pianiste requiert en effet une belle analyse et un équilibre sonore délicat des quatre voix superposées. Le jeu « de mémoire » est redoutable pour les interprètes qui doivent entendre, suivre et doser parfaitement chacune des voix en présence. <br /> Pour Mendelsohn, avec l’une de ses œuvres de piano les plus représentatives, la gradation du thème jusqu’à sa dernière variation tourbillonnante est saisissante. Elle exige un grand sens architectural, une belle maîtrise polyphonique tirée de la connaissance de l’oeuvre de Bach en même temps qu’une virtuosité éblouissante. <br /> À propos de l'étude nº 4 op. 10 de Chopin, l'idée de torrent est parfaitement exacte. Le principe technique de l’œuvre est de faire travailler tour à tour les mains du pianiste, dans un flot ininterrompu de doubles croches véloces soit dans une position ultra resserrée (des chromatismes) soit avec de larges intervalles. Des jeux de contrastes, avec de courtes interjections « forte » venant ponctuer un jeu essentiellement léger ne doivent à aucun moment perturber l'égalité du jeu. Ces trois textes, merveilleuses œuvres de la littérature pianistique, sont emblématiques des pièces de concours demandées dans les Conservatoires supérieurs de musique. <br /> Dans la deuxième partie du concert vous avez été sensible à l’expression et la sensibilité du jeu de la jeune altiste en présence. Il s’agit là pourtant de textes particulièrement riches et délicats de compositeurs du XXe siècle qui requièrent de l'interprète un haut niveau tant technique que musical. Quelle chance en effet de voir programmer et de pouvoir faire découvrir à un large public, lors de concerts gratuits, un tel répertoire!<br /> Merci aussi de proposer par l’intermédiaire de votre blog une sélection d’enregistrements des œuvres que vous avez entendues. Belle initiative pédagogique. Le CBT de Bach par András Schiff est évidemment une référence absolue, on peut aussi compléter l’écoute par des versions plus anciennes mais passionnantes d’Edwin Fischer ou Sviatoslav Richter, au clavecin de Gustav Leonhardt ou Scott Ross et à l’orgue de Louis Thiry. Je partagerais avec vous quelques autres belles versions des Variations sérieuses de Mendelssohn : Murray Perahia ou Jorge Bolet. Chopin : Études par Maurizio Pollini ou Claudio Arrau. Découvrir Roxanna Panufnik par ses Zen Love Song. Le concerto de Bartòk par Tabea Zimmerman ou Kim Kashkashian.
Répondre
R
MERCI pour ce commentaire détaillé et précis... c'est très sympa. J'ai écrit d'autres articles sur les concerts donnés lors des jeudis de Nîmes : à découvrir sur mon blog...<br /> <br /> Bonne soirée
A
Encore un programme éblouissant. Evidemment ce genre de répertoire requiert une grande maîtrise.Je découvre ces variations de Mendehlsson très contrastées et assez somptueuses.<br /> Quant au final avec le concerto de Bartok, là le programme finit en feu d'artifices....C'est parfois sauvage et brutal.Avec Bartok on ne sait jamais dans quoi on s'embarque mais on n' est jamais déçu.<br /> Bravo à ces deux jeunes solistes.<br /> Bonne fin de journée l' amie
Répondre
R
J'ai découvert ces concerts cet été, et je les ai trouvés magnifiques... un concert tous les jeudis, en juillet-août... <br /> J'irai voir sur agora. MERCI encore.<br /> <br /> Bonne soirée
C
Merci, je regarderai plus en détail votre blog. Vous suivez et commentez ces concerts depuis longtemps? Dans d’autres lieux aussi? Je vous ai répondu également sur le site AgoraVox (en même temps qu’aux commentaires...) et c’est là que j’ai trouvé le lien vers votre blog. Bonne journée.
R
Oui, un programme magnifique : un pur bonheur d'écouter de la musique en direct, avec un tel programme et des artistes de cette qualité... <br /> <br /> Belle soirée, AJE

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://Fatizo.over-Blog.com/