Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 novembre 2019 3 20 /11 /novembre /2019 09:19
Bras dessus, bras dessous...

 

 

Fred Mella, c'était une voix chaleureuse dont tout le monde se souvient... Fred Mella était le soliste de ce célèbre groupe, les Compagnons de la chanson, fondé en 1941.

Fred Mella nous a quittés le 16 novembre, à l'âge de 95 ans.

 

Le répertoire des Compagnons était composé de jolies mélodies populaires...

On se souvient plus particulièrement de cette chanson intitulée : Bras dessus, bras dessous...

 

Une chanson optimiste, une chanson pleine de gaieté... une chanson d'amour, bien sûr, qui évoque des gestes affectueux de tendresse : "Bras dessus, bras dessous, Bras dessous, joue contre joue"...

 

Des bras qui s'enlacent, des joues qui se frôlent... et on perçoit aussitôt une proximité amoureuse dans ces corps qui se rejoignent.

 

D'ailleurs, la labiale "b" réitérée, la sifflante "s" très douce semblent suggérer le désir amoureux et la tendresse.

 

La joie est au rendez-vous de ce couple d'amoureux. Trois comparaisons viennent souligner ce bonheur : les personnages sont assimilés à "deux oiseaux sur la même branche....", puis à "deux amants" qui se retrouvent "au bal du dimanche", enfin à "deux écoliers, le jour des vacances".

On entrevoit une simplicité et une évidence dans ces évocations, une impression de liberté et d'insouciance...

 

La chanson évoque, aussi, un bonheur quotidien qui se renouvelle : "Tous les jours que Dieu fait, nos joies recommencent."

 

L'amour est associé, d'abord, à une sensation olfactive : Et quand nous nous aimons, Notre amour sent bon, comme un drap séché au vent des lavandes..."

Des images du sud surgissent, des images de mistral, sur un champ de lavandes de Provence.

 

L'amour fait naître, aussi, une sensation gustative : "Bon comme un fruit croqué au vent des vendanges", évoquant cette fois des grappes de fruits abondantes et généreuses.

On entrevoit des joies simples de la vie liées à la nature...

 

Ainsi, l'amour semble procurer une plénitude de sensations, puisqu'on peut percevoir également une sensation tactile avec ce vent qui emporte et propage des parfums de lavandes et de fruits...

 

L'amour apporte, enfin, une plénitude de bonheur, comme le suggère cette expression : "tant qu'il durera, nous n'en demanderons pas plus...."

 

Le futur est ainsi envisagé, toujours de manière optimiste : "Quand nous aurons cent ans, Tous les deux comme à vingt ans..." Il révèle un amour qui s'inscrit dans la durée et la permanence.

 

La mélodie dansante nous entraîne dans le sillage de ces amoureux qui goûtent un bonheur idyllique.

 

Jean Broussolle a écrit les paroles, R.Marcucci, P. de Angelis ont composé la musique de cette chanson sortie en 1960.

L'interprétation des Compagnons de la chanson apporte tendresse et enthousiasme à cette mélodie....

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

L. Hatem 23/11/2019 20:58

J'ai bcp aimé les parole :

Bras Dessus, Bras Dessous
Bras dessous joue contre joue
Gais comme deux moineaux sur la même branche
Gais comme deux amants au bal du dimanche
Gais comme deux écoliers le jour des vacances
Tous les jours que Dieu fait nos joies recommencent
Et quand nous nous aimons notre amour sent bon
Comme un drap séché au vent des lavandes
Bon comme un fruit croqué au vent des vendanges
Et tant qu'il durera tant qu'on le promènera
Bras dessus sur nos bras nus
Bras dessous joue contre joue
Nous n'en demanderons pas plus

rosemar 23/11/2019 23:44

Des images lumineuses dans cette chanson emplie de gaieté...

ALEA JACTA EST 21/11/2019 14:35

Très bel hommage mérité à l'inoubliable et très talentueux Fred Mela et à cette belle chanson pleine de vie et d' entrain : une vraie bouffée d'oxygène !
Bonne journée l'amie

rosemar 21/11/2019 23:10

Du talent, un beau répertoire, une voix si mélodieuse : Fred Mella et les compagnons de la chanson méritent cet hommage.

Belle soirée, AJE

Michel Jean 21/11/2019 08:40

Bonjour Rosemar, de grandes voix et presque «les voix mélancoliques des grandes eaux», ce petit côté, avec charme et douceur, que rend un vieux piano désaccordé d’une lointaine station balnéaire à jamais désertée. “La Mama” morceau, avec le petit Charles; lugubre et fantastique, mais assurément de très sérieux et très grands professionnels artistes hélas trop vite oubliés. Bonne journée à tous.

rosemar 21/11/2019 23:01

Des chanteurs au répertoire populaire : de magnifiques chansons et des interprètes de qualité...

Bonne soirée, Michel

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/