Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juin 2020 1 15 /06 /juin /2020 08:50
"La croissance perpétuelle devenue une véritable religion"...

 

 Un reportage diffusé lors du journal de 20 heures, sur France 2 mettait en évidence une baisse importante de la consommation pendant la crise du coronavirus...

Le titre en était bien révélateur : les Français ont aussi confiné leur argent...

 

Épargner plutôt que consommer, la tendance a été nette. 55 milliards d'euros ont été mis de coté pendant le confinement, alors que la consommation chutait de plus de 30%.

Une baisse de la consommation qui nuit aux entreprises...

C'est donc une inquiétude... et pourtant, nous sommes entraînés, dans nos sociétés, vers une consommation de plus en plus débridée, une surconsommation qui nous conduit au pire : destruction de la planète, pollution, déforestations, de nombreuses espèces vivantes menacées par les activités humaines.

Faut-il donc miser encore sur un regain de consommation ?

Sans nul doute, c'est dommageable pour la planète : plus nous consommons, plus nous polluons...

Nous ne pouvons plus nous laisser aller à une consommation effrénée...

 

L'astrophysicien Aurélien Barrau nous met en garde contre cette tentation dans son ouvrage intitulé Le plus grand défi de l'histoire de l'humanité : "Il est essentiel que nous opérions un virage à 180 degrés... on ne peut plus mener une politique qui favorise la croissance consumériste."

 

"Cela revient -littéralement- à se dire que face à un corps drogué et dépendant, nous allons augmenter les doses de substances hallucinogènes et mortifères. Cela peut, un court instant, masquer la pathologie, mais la mort n'en sera que plus rapide et douloureuse."

 

Seulement, voilà, nous sommes toujours à la recherche de la croissance...

Et tout nous incite à consommer à outrance... Comment en sortir ?

Aurélien Barrau propose plusieurs solutions, notamment celle-ci : " Il est clair que dans un marché mondialisé un pays qui prendrait la décision de freiner sa croissance se mettrait en difficulté par rapport à ses voisins. Il sera de la responsabilité des Etats de se mettre d'accord sur un infléchissement mondial, collectif et raisonné. Nos représentants sont précisément là pour gérer ces difficultés autour de la table des négociations. S'ils s'en montrent incapables, ils n'ont aucune utilité fondamentale. Si nous décidons que "c'est impossible", nous choisissons explicitement la mort."

 

Et Aurélien Barrau ajoute ceci :"Tout n'est pas compatible avec tout. Il faut cesser de croire que la lutte contre le dérèglement climatique et la pollution, pour la préservation des espèces et des populations animales, contre la progression rapide de zones humainement "inhabitables" dans beaucoup de pays pauvres est compatible avec une croissance perpétuelle devenue une véritable religion."

De fait, dans les discours politiques, la croissance est sans arrêt présentée comme une priorité et elle passe avant toutes les autres considérations.

 

 

Source : 

 

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/epargne-les-francais-ont-aussi-confine-leur-argent_4003567.html

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Michel Jean 16/06/2020 07:34

Bonjour Rosemar, il faudrait peut-être que ces messieurs de l’État qui gouvernent se piquent de nous donner de beaux exemples pour nous orientés vers plus de sagesse ou de réalisme ou de comportements vertueux, mais l’affairisme soudé à tant d’intérêts n’y disposent pas; pourtant cela ne cesse de me surprendre de la part d’hommes si responsables !. Bonne journée à tous.

rosemar 16/06/2020 23:31

C'est encore et toujours l'économie qui prime sur le politique... il faut vraiment changer de perspectives : le néolibéralisme n'est pas compatible avec une véritable écologie, comme le dit Aurélien Barrau.

Bonne soirée, Michel

LH 15/06/2020 21:47

Je ne vois pas comment faire...
Si un seul pays redémarre et cherche la croissance à tout prix, comment feront les autres pays, sans croissance, pour maintenir les services publiques, la sécurité sociale, l'emploi, l'école gratuite, l'armée qui lutte contre Daesh en Afrique, etc, etc...
Tout ce qu'on peut faire pour la planète, sans renoncer à la croissance, c'est d'accélérer le passages aux énergies renouvelables, l'électrique, l'éolien, le solaire...

rosemar 15/06/2020 23:25

Il faut une action concertée, et comme le dit AJE, l'Union Européenne devrait s'y mettre, mais ce sera difficile car les divergences sont nombreuses... et puis, les habitudes sont prises.

ALEA JACTA EST 15/06/2020 12:39

Je suis en train de lire le livre d' Aurélien Barrau. C'est important qu'il y ait des gens comme lui, comme Fred Vargas, comme Jancovici qui nous disent " Réveillez-vous ! Cessez de vous protéger derrière une pensée magique qui vous mène à la catastrophe aussi sûrement que 2 et 2 font 4....".
Or. pour que cette révolution des mentalités s'opère il faut que l' homme cesse de croire qu'on a du temps devant nous. Aurélien Barrau nous explique que la catastrophe a déjà eu lieu (avant même le réchauffement climatique), que nous avons provoqué déjà une bonne partie de la 6 ème extinction des espèces mais que nous sommes tellement anthropocentristes que nous n'en tirons même pas les leçons pour notre propre survie. Cette crise, pour rester optimiste, est une opportunité pour l' Europe. Un pays tout seul ne peut pas infléchir le cours des événements mondiaux mais l' UE peut ou pourrait se transformer en un grand espace de transition pour les futures générations.
Bonne journée l'amie

rosemar 15/06/2020 23:23

Je viens de terminer le livre de Barrau : très intéressant... il souligne bien notre responsabilité dans la catastrophe à venir.
Oui, il faut une action commune, et comme tu dis, l'UE a un rôle à jouer...

A écouter aussi Baptiste Morizot, spécialiste de la philosophie du vivant, c'est passionnant.

https://youtu.be/uQZcktq_W3E

A lire : "Pister les créatures fabuleuses" de cet auteur... MAGNIFIQUE !

Belle soirée, AJE