Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juillet 2020 5 17 /07 /juillet /2020 08:33
Un concert de jazz dans un somptueux décor...

 

C'est l'été : les festivals de musique reprennent timidement après la crise du coronavirus...

 

La ville de Nîmes a retrouvé ses JEUDIS DE NIMES  consacrés à la musique et à la danse : en ce jeudi 2 juillet, elle accueillait l'orchestre syncopatique venu donner un concert devant la Maison Carrée...

 

Un cadre somptueux, un écrin vieux de 2000 ans, un temple romain magnifiquement conservé, avec ses colonnes élégantes ornées de feuilles d'acanthes, avec ses pierres aux teintes de miel et de rose...

 

Sous un ciel bleu lavande, à peine parcouru par de légers nuages d'été, ce concert a permis d' apprécier de nombreux airs de jazz traditionnels...

 

L'Orchestre Syncopatique tire ses influences et son esprit des orchestres de la Nouvelle Orléans avec des musiciens tels que Louis Amstrong, Bix Beiderbecke ou encore Benny Goodman. 

 

Une musique festive, chargée d'histoire... une musique familière réjouissante qui donne envie de danser, de taper du pied...

 

Une musique entraînante et rythmée qui nous invite à la fête, au délassement de l'été : un bon moment de détente et d'harmonie...

 

Les quatre jeunes musiciens originaires de Montpellier ont animé une soirée de jazz qui a fait voyager le public dans l'espace et le temps...

 

Le cadre a ajouté un cachet particulier à ce concert : on pouvait admirer la majesté de la Maison Carrée, ses décors raffinés, son architecture élégante...

 

Une bonne ambiance faite de gaieté, de partage, de rythmes...

 

Une soirée sympathique qui permettait de renouer avec les spectacles musicaux, après la crise du coronavirus...

 

"LE JAZZ EST UN MONDE
 (QUI REND) HEUREUX
"Voilà une musique à consommer sur place", comme le disait Sartre. En concert donc. On associe d’abord le jazz à des salles fermées plus ou moins grandes : depuis la « boîte » jusqu’à Pleyel en passant par le club, le bar… C’est une ambiance, volontiers sombre et en noir et blanc, comme le clavier d’un piano. On apprécie la musique mais aussi les performances, la virtuosité, le feeling des musiciens. Car le jazz se regarde aussi, à l’intérieur… et à l’extérieur."

 

"Pour comprendre que le jazz est une musique heureuse, regardez Jazz on a Summer’s Day, un film de Bert Stern et Aram Avakian tourné au festival de Newport en 1958, non loin des régates, des voiliers de luxe…

Situé à équidistance de New York et de Boston, c’est le père de tous les festivals de jazz. Il est né en 1954 (lui aussi…). Son créateur était l’imprésario, pianiste et producteur mythique George Wein, Bostonien pur jus, qui fut tenancier de club de jazz à La Nouvelle-Orléans et professeur d’université avant de gérer stars et concerts.

Le festival de Newport se déroule devant la mer. De la mer toute bleue. Jazz on a Summer’s Day montre cela : un jazz balnéaire heureux. Et une foule de stars sur scène. Louis Armstrong, Thelonious Monk, Chuck Berry, Mahalia Jackson…

Le jour et la nuit. De l’improvisation pure et du gospel, du rythm’n’blues joyeux et des sons introvertis. Armstrong jouant When the Saints Go Marching In comme il se doit et Anita O’Day dynamitant en douceur Tea for Two. Un jazz de plaisir, une musique paisible."

Didier Pourquery Petit éloge du Jazz


 

Autres vidéos, liens :

https://youtu.be/XrPnZAVpnQw

 

https://youtu.be/V6fAeEUb_6w

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

LH 19/07/2020 09:39

J'ai vu ces vidéos, car je suis abonné à ta chaîne youtube.

rosemar 19/07/2020 22:53

Tu as vu ? De plus en plus d'abonnés à ma chaîne youtube !

Michel Jean 18/07/2020 09:22

Bonjour Rosemar, parmi toute choses qui arrachent cris d’originalité à de trop nombreux musicologues genre «confondant !... Originalité !... Virtuosité !» . Pareil à certaines carpes je reste vaseux ou plus encore “muet” part d’émotion ou d’incompétence. Tare indélébile, mais quand même confortable, qui me permet d’être pris pour genre spécialiste petit bourgeois de la Lozère tant je reste contemplatif ou lâche que quelque évasifs ou inopportuns clins d’œil permettent à la cohorte qui m’entoure que la nécessité principale et de ne rien comprendre pour obtenir l’euphorie idéale tant le Jazz ne me rase. Bonne journée à tous.

LH 19/07/2020 09:38

Michel Jean boit souvent avant d'écrire un commentaire, rosemar, t'inquiètes pas... :-)

rosemar 18/07/2020 22:29

Euh... j'ai du mal à comprendre ce message ? Vous n'aimez pas le jazz ?

Bonne soirée, Michel

ALEA JACTA EST 17/07/2020 20:08

Très belle ambiance dans ce décor splendide, avec le beau temps qui accompagne.Il n' y a rien de plus réjouissant.
Je viens de terminer les mémoires de Woody Allen, intitulées " Soit-dit en passant" et il consacre beaucoup de pages à son amour pour le jazz, un amour qui a commencé très tôt et qui l' a accompagné toute sa vie...
Bonne fin de soirée l'amie

rosemar 17/07/2020 22:35

Je ne suis pas spécialiste de jazz mais j'ai apprécié cette ambiance décontractée, une musique rythmée, pleine de gaieté... et le décor, bien sûr, ajoute au bonheur du spectacle.

Merci pour la référence à Woody Allen... j'ai trouvé ça :

https://larsruby.com/b-o-woody-allen-et-le-jazz/


Belle soirée, AJE