Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 novembre 2020 5 27 /11 /novembre /2020 12:15
Pas de perpétuité pour Jonathann Daval ?

 

 

Un verdict surprenant à l'issue du procès de Jonathann Daval : 25 ans d'emprisonnement pour le meurtre de sa compagne, 25 ans sans période de sûreté..., alors que l'avocat général avait requis la perpétuité.

 

Tout de même, Jonathann Daval n'est pas seulement coupable de meurtre, il a aussi menti à maintes reprises, inventant même un complot familial pour se disculper. Après avoir tué sa femme, il est allé jusqu'à maltraiter son corps, le brûlant en partie.

Sa jeune femme Alexia a été décrite comme une personne "autoritaire", voire "humiliante", comme si cela pouvait excuser le crime...

Cet argumentaire de la défense transforme curieusement la victime en coupable : c'est une façon de justifier et d'excuser le meurtre d'Alexia Daval, une façon d'accuser la victime.

 

Un féminicide odieux et la peine infligée au meurtrier paraît bien légère....

Il est probable que grâce à des remises de peine, le meurtrier sera libéré dans quelques années, 15 ans,  peut-être moins ?

En France, les violences faites aux femmes se multiplient et un tel verdict ne paraît guère propice à atténuer cette tendance.

 


En France, une femme meurt tous les 3 jours sous les coups de son conjoint. Alexia Daval a succombé elle aussi sous les coups de son compagnon.

Le scénario macabre qui a suivi est assez accablant pour le meurtrier : il a transporté le corps dans sa voiture, il a brûlé le cadavre, il a maquillé le crime et a inventé un meurtre de joggeuse.

 

En France, les femmes victimes de violences sont confrontées à une justice patriarcale.

Le simple fait de porter plainte peut  devenir un calvaire.

"Pousser la porte d'un commissariat pour dénoncer un conjoint violent relève de l'acte de bravoure", commente Céline Marcovici, avocate à la cour de Paris et présidente de l'association Avocats, Femmes et Violences.

Les policiers sont parfois indélicats ou terriblement maladroits, voire culpabilisants  : "C'est votre faute, pourquoi vous le faites revenir ?", "Pourquoi avoir autant attendu pour porter plainte ?"…)

Lors du premier confinement, les violences faites aux femmes se sont multipliées et aggravées.

Etre enfermée avec un conjoint violent, c'est terrifiant !

 

Françoise Héritier a dénoncé cette violence due essentiellement à une culture patriarcale :

 

"Lorsque nous parlons de la violence, des violences exercées à l’encontre des femmes, il ne vient à l’idée de personne de dire par qui… Mais les violences exercées à l’encontre des femmes, et bien il faut le reconnaître, dans toute l’histoire de l’Humanité et encore maintenant, ce sont des violences exercées par l’autre moitié sexuée de l’Humanité. Bien sûr, il y a des femmes qui exercent des violences contre d’autres femmes (…) mais généralement ce sont des violences masculines."

Est-ce dans la nature de l'homme d'être violent ? La réponse sans équivoque de Françoise Héritier :

"On nous parle d’une nature, d’une nature qui serait plus violente chez les hommes, qui serait fondamentalement dominatrice, et on nous parle aussi d’accès de bestialité. Dans tous les cas, on a tout faux ! Ce n’est pas une nature, c’est une culture ! C’est justement parce que les humains sont capables de penser, qu’ils ont érigé un système, qui est un système de valences différentielles du sexe. Et cela s’est passé il y a fort longtemps.

Nous sommes ainsi les seuls parmi les espèces où les mâles tuent les femelles. Ce n’est donc pas une question de bestialité, de nature, et parce que ce n’est qu’une question de pensée, de culture, de construction mentale, nous pouvons penser que la lutte peut changer cet état de fait."

 

 

 

 

Sources :

https://www.huffingtonpost.fr/entry/violences-faites-aux-femmes-la-france-est-le-paradis-des-violeurs-dit-salmona_fr_5fba68a1c5b66bb88c5ed10a

 

 

 

https://www.lepoint.fr/justice/violences-conjugales-il-y-a-encore-des-policiers-qui-refusent-de-prendre-les-plaintes-25-11-2020-2402542_2386.php

 

https://www.franceculture.fr/conferences/hesam-universite/nous-sommes-les-seuls-parmi-les-especes-ou-les-males-tuent-les-femelles

 

 

 

 

Pas de perpétuité pour Jonathann Daval ?

Partager cet article

Repost0

commentaires

LH 29/11/2020 14:21

L'être humain... masculin... peut tuer sa femme, des femmes, des taureaux sur une arène, alors que des milliers de spectateurs applaudissent... Quoi dire ?

ALEA JACTA EST 27/11/2020 22:27

En te lisant ça m' a rappelé que j'ai un livre en liste d'attente depuis longtemps. Et justement l' autre jour, en faisant mes courses au supermarché, un ami m'en a dit le plus grand bien. Il s'agit de l'adversaire d' Emmanuel Carrère.
https://www.babelio.com/livres/Carrere-Ladversaire/234935
Dans l'affaire Romand , tout comme dans l'affaire Daval, il y a un point commun : ces 2 criminels ne supportent pas l'anéantissement du monde qu'ils se sont créés...

rosemar 27/11/2020 23:18

Jean-Claude Romand, lui, a menti à ses proches pendant dix-huit ans sur ses activités en se prétendant médecin et chercheur... là, c'est un véritable enfermement qui l'a conduit à tuer toute sa famille...

Merci pour le lien, AJE

ALEA JACTA EST 27/11/2020 22:30

Je précise le point commun. Dans les 2 cas ces criminels ne supportent pas l'anéantissement du monde de mensonges qu'ils se sont créés...

ALEA JACTA EST 27/11/2020 22:07

Tu dis : "Sa jeune femme Alexia a été décrite comme une personne "autoritaire", voire "humiliante", comme si cela pouvait excuser le crime..."
Ç n'excuse absolument pas le crime mais avoue que ça permet de comprendre l'enchainement dramatique des événements. Alexia vivait une situation détériorée et ne s'est pas rendue compte que ses provocations humiliantes la mettaient en danger. On n'est plus vraiment dans un cas de violence machiste " au sens habituel du terme" mais plutôt dans une histoire tordue, malsaine, avec un mari qui est un être faible, lâche, mais aussi narcissique, incapable d'accepter les conséquences d'une séparation, et qui finit par péter un plomb... Je n'ai pas suivi l'affaire mais je crois il n'y a pas eu de violences avant le crime qui auraient pu permettre de détecter une dangereuse dérive mentale de Jonathan. La préméditation n' est pas clairement établie non plus...c'est sans doute pourquoi il a évité perpète, je suppose, car je n'ai pas suivi les audiences...

En ce qui concerne le confinement ça doit être une expérience terrible pour les femmes qui vivent avec un conjoint violent...un véritable enfer.
Bonne fin de soirée l'amie

rosemar 27/11/2020 23:11

Ce que tu dis est vrai mais le meurtrier s'est livré à une mise en scène macabre, il a menti, inventé un complot familial, il a violemment frappé la victime, puis a caché et mutilé son corps : c'est atroce. Quel sang froid dans les jours qui ont suivi le crime !

Belle soirée, AJE

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/