Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 octobre 2021 1 04 /10 /octobre /2021 11:49
La galerie marchande...

 

Une galerie dédiée au commerce : notre époque consumériste a inventé le lieu par excellence de la consommation !

Une galerie couverte, où le piéton va de boutique en boutique et est incité à acheter : toutes sortes de commerces dans ces galeries, boutiques de vêtements, chaussures, bijoux, parfumeries, opticiens, pharmacies, etc.

 

Bien sûr, des parkings gratuits sont mis à la disposition du client qui peut facilement se garer pour se livrer à cette activité : consommer...

Arrivé sur ce lieu dédié à la consommation, le client peut s'adonner à une exploration attentive de toutes les boutiques ouvertes et accueillantes à tout un chacun.

 

"Le citadin travaille pour gagner de l'argent qu'il a le loisir de dépenser lors de son temps libre.

Quoi de plus normal, quoi de plus raisonnable ?" écrit Christophe Lamoure dans son ouvrage intitulé "Seules les pensées que l'on a en marchant valent quelque chose."

 

Et il rajoute : "Les mentalités sont aujourd'hui si formatées que personne n'y trouvera rien à redire. Ainsi va la vie, cela nous paraît une évidence inattaquable. En fait, cette évidence est le fruit d'une longue et lente élaboration de notre civilisation laborieuse et énervée. Le principe d'une telle conviction est aisé à énoncer : nous sommes sur terre pour travailler."

"Notre époque libérale voit dans l'oisiveté le péché capital... "

Dans nos sociétés, point de salut pour l'oisif...

 

Et nous ne prenons plus le temps de nous poser, de rêver, de ne rien faire...

Nous ne prenons plus le temps de lire, de marcher sans but précis, flâner...

Nous ne prenons plus le temps de savourer l'instant. On en arrive à se sentir coupable, si l'on ne fait rien.

 

"Du berceau jusqu'à la tombe, tout est agencé pour aiguiser l'avidité, le désir compulsif, la rapacité, la soif de posséder, le goût de se distinguer, la férocité narcissique...", écrit encore Christophe Lamoure.

 

Retrouvons le bonheur de flâner au hasard, de déambuler dans la nature, de découvrir des arbres, des paysages...

 

Il est vrai que, de plus en plus, le travail, la connexion permanente ne nous en laissent guère le temps...

Il faudrait, sans doute, revoir notre rapport au travail et en arriver à un vrai partage du travail.

 

 

 

 

 

La galerie marchande...
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
"Notre époque libérale voit dans l'oisiveté le péché capital... " oui et à cause des intelligences artificielles le rêve de revenir à une société de plein emploi semble illusoire, et les libéraux le savent bien...<br /> La valeur du travail a formaté nos cerveaux depuis plus de 2000 ans.C'est bien grâce au travail (rémunéré ou pas) qu'on donne du sens à nos vies. Donc une crise du travail ne peut amener qu'une crise de l'homme. Il va falloir se reformater...et faire preuve d'imagination.<br /> Par exemple François-Xavier Oliveau dans son livre LA CRISE DE L'ABONDANCE propose un revenu universel de base pour tout le monde( l'idée paraît inévitable à long terme), et la valeur du travail rémunéré viendrait s'ajouter à ce revenu, et non pas le substituer...<br /> https://www.generationlibre.eu/medias/revenu-universel-on-y-va/<br /> Bonne fin de journée l'amie
Répondre
R
Le travail nous sociabilise, comme le montre Kai-Fu Lee dans son ouvrage sur l'I. A. Il évoque les ravages du chômage, dépressions, suicides, drogues... Le revenu universel est-il vraiment une solution ? "Les activités productives sur le plan social doivent être aussi bien récompensées que les activités productives sur le plan économique.", écrit Kai-Fu Lee. Les soignants, les enseignants, les aides à domicile sont des métiers mal rémunérés. Et ce sont des métiers où l'I.A. n'est pas efficiente : il faudrait développer ces métiers et les rendre attractifs.<br /> <br /> Merci pour le lien.<br /> <br /> Belle soirée, AJE
L
Le partage du travail vieille idee de la gauche, c'est de là que sont nées les 35 heures...<br /> Je ne vois pas avec qui partager mon travail en tant que soignant, bien au contraire on cherche des soignants désespérément, nous faisons des heures sup, on nous appelle pendant nos jours off et même pendant nos congés...
Répondre
R
Justement, si les soignants étaient mieux payés, si leurs charges de travail étaient moins lourdes, il n'y aurait aucun problème pour recruter de nouveaux soignants... le problème est que les métiers "sociaux" sont les moins bien payés : c'est le cas aussi des enseignants, et le ministère peine à en recruter...