Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2021 1 18 /10 /octobre /2021 11:39
Les grands enfants...

 

 

On les voit déambuler dans les rues avec leur "tétouille" à la main, le vapoteur devenu comme un objet fétiche, indispensable à leur survie...

Des nuées de fumées les auréolent, et ils n'hésitent pas à enfumer tous ceux qu'ils rencontrent sur leur chemin...

Impossible pour eux de se passer de leur "tétouille", ils en usent même en marchant dans la rue.

Voici les nouveaux "adultes", élevés comme des enfants-rois...

 

On les voit encore circuler en trottinette, bravant tous les dangers, n'hésitant pas à surprendre les passants frôlés par leurs engins...

Autrefois, la trottinette était réservée aux enfants, la voici promue au rang de véhicule tout terrain...

 

N'oublions pas le smartphone qu'ils arborent dans la rue, absorbés par un monde virtuel qui leur fait oublier de regarder où ils mettent les pieds.

Que dire de l'addiction aux jeux-vidéos ? Certains y passent des heures à s'occuper, ou plutôt à ne rien faire... Des jeux vidéos souvent violents et sans intérêt...

 

Ces jeunes adultes aiment bien aussi couvrir leur corps de tatouages : des ramages, des oiseaux, des têtes de morts, des images d'un goût douteux.

Les tatouages se portent comme des accessoires de mode... ils sont parfois envahissants, ils couvrent les bras, les jambes, le torse et en viennent à dénaturer le corps humain.

 

Comme l'écrit Michel Onfray dans son ouvrage L'art d'être français, "En ces temps régressifs, tout ce qui rappelle le monde adulte est honni, tout ce qui témoigne d'une figure d'autorité ou d'ordre est détesté. C'est le tropisme de l'enfant qui veut tout, tout de suite et qui, sinon, larmoie, couine, crie, pleure."

 

C'est aussi François-Xavier Bellamy qui dans son ouvrage intitulé Les déshérités, évoque la "crise d'adolescence collective que traverse notre époque"...

"De la figure moderne de l'adolescence, nous avons fait notre idéal : la rébellion contre toute autorité, l'esprit critique et frondeur, la quête permanente de la nouveauté et le refus du passé sont devenus nos plus grandes vertus..."

 

L'enfant, l'adolescent sont à l'honneur ! N'ont-ils pas tous les droits ou presque ?

Le droit de mentir, de tricher, le droit de contester des punitions, le droit de contester les autorités...

On leur pardonne tout, on leur passe tant de caprices !

 

 

 

 

 

 

Les grands enfants...
Partager cet article
Repost1

commentaires

A
Oui, cette culture du droit se révèle de plus en plus infantilisante quand elle n'est pas accompagnée de solides exigences parentales en ce qui concerne le respect des devoirs auxquels est tenu tout un chacun.
En Espagne l'année dernière il y a eu des scènes surréalistes de jeunes balançant des tas de projectiles divers sur les forces de police à Barcelone et qui s'indignaient des violences policières simplement parce que ceux-ci avaient riposté ( de manière complètement légale et proportionnée).
On entendait y compris chez des adultes des raisonnements de gamin, du genre " Ils n'ont pas le droit ! "...
On croit rêver...
Les violences contre la police avaient ëté provoquées par le verdict d'une cour de justice qui avait envoyé un rapeur en prison (un multi récidiviste condamné pour agressions...). Certains pensent que le rap c'est de l'art et donc qu'insulter, menacer de mort nommément certaines personnes et faire l'apologie du terrorisme font partie de droit d'expression. Même amnesty international a pris la défense du rappeur( l'organisation s'est complètement discréditée dans cette affaire...) ..On a une vraie génération d'idiots qui ne sait rien ni du droit, ni de la liberté...Les antidotes à ces dérives, on les connaît: éducation, instruction et culture.
Merci pour les références littéaires, notamment le Onfray.
Bonne fin de soirée l'amie
Répondre
R
Merci pour cet exemple espagnol... qui illustre bien l'article. Je conseille la lecture du livre d'Onfray : c'est Onfray qui m'a inspiré cet article. Il évoque dans cet ouvrage de nombreux sujets : la littérature, la "moraline", l'infantilisation, le néo-féminisme, le décolonialisme, etc.
Bonnes lectures à tous.

Belle soirée, AJE
L
De tout ce que tu traites dans ton billet, le pire du pire reste le fait de s'exposer, exposer son anatomie, ses données personnelles sur les réseaux sociaux... Face à ça les parents sont démunis...
Répondre
R
L'addiction aux réseaux sociaux est un problème : il faut mettre en garde contre ce danger, le plus possible...