Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2022 3 16 /03 /mars /2022 10:50
Election confisquée : absence de débat pour la présidentielle...

 

Après le Covid, c'est la guerre en Ukraine qui occupe toute la place dans les actualités...

Le débat pour les élections présidentielles est escamoté : on ne parle pas d'éducation, de la santé, du monde du travail, de la retraite... toutes les questions essentielles disparaissent des médias.

La guerre en Ukraine a envahi tout l'espace médiatique ! Sur internet, sur les chaînes de radio, de télévision...

 

De plus, Emmanuel Macron a refusé tout débat avec ses concurrents avant le premier tour. C'est regrettable !

Notre président semble vouloir profiter des sondages favorables qui le donnent déjà gagnant... Pourquoi se fatiguer ?

C'est aussi inquiétant pour notre démocratie : Emmanuel Macron semble même utiliser la guerre en Ukraine pour ne pas avoir à débattre avec les autres candidats.

Pourtant, notre école, nos hôpitaux, nos EHPAD sont en difficulté.

 

La situation dans les services d'urgence des hôpitaux est catastrophique : on l'a vu avec la crise du Covid, mais cela fait des années que ces services sont saturés...

Rien n'a été fait pour sauver l'Hôpital : les soignants ne peuvent plus faire face, comme dans les EHPAD, ils sont contraints à faire preuve de maltraitance à l'égard des patients.

Un soignant témoigne : "l’état des services d’urgences de France, au lendemain d’une pandémie sans précédent, à l’aube d’une concertation politique décisive pour l’avenir de l’hôpital public, est pire qu’en 2019. Chaque jour, de modestes services d’urgences ferment et les patients sont alors orientés dans les urgences de centres hospitaliers alentour qui explosent. Les brancards des urgences et les précieux lits de médecine aiguë jouent le rôle de l’antichambre des EHPAD, au grand désespoir de soignants usés et démissionnaires."

 

Que dire de la situation dans les EHPAD ? Elle est catastrophique. Les personnes âgées y subissent des maltraitances indignes : repas rationnés, absence de soins, violences, abandon...

Comment peut-on accepter un tel mépris des vieux ?

Le business de la vieillesse est installé depuis des années : rien n'a été fait pour y mettre fin. On a même donné un nom à ce modèle économique : silver economy. Silver : argenté, comme les cheveux des pensionnaires et comme leur compte en banque...

Scandaleux !

Le scandale Orpea a secoué quelque temps l'opinion et le monde des médias, mais comme il s'agit de vieux, ce système scandaleux va perdurer : un business qui fonctionne et tourne à plein.

 

L'école, quant à elle, a subi une succession de réformes mal pensées qui n'ont servi qu'à la fragiliser : la réforme du lycée menée par Blanquer n'a pas convaincu.

L'école publique souffre, comme l'hôpital : de nouvelles réformes se préparent visant à la fragiliser un peu plus encore.

 

 

 

 

Source :

https://www.huffingtonpost.fr/entry/je-suis-medecin-urgentiste-et-le-dis-aux-nom-de-la-profession-nous-ne-pouvons-plus-faire-face-blog_fr_6228b8e8e4b004e4e3890a6d

 

 

 

 

Election confisquée : absence de débat pour la présidentielle...
Partager cet article
Repost1

commentaires

A
Tu me dis ne pas savoir pour qui voter. Si je vivais en France je crois que je serais aussi embarrassé que toi. Parfois, il faut procéder par élimination (on choisit le moins pire...ou plutôt celui qu'on croit être le moins pire). <br /> Par ailleurs, tu as écrit un article antérieur sur la poutinolatrie<br /> Une amie a mis sur facebook un extrait du journal Franc-tireur auquel je n'ai pas accés. Je crois que c'est un extrait d'un papier saignant de Raphael Enthoven intitulé les poupées russes. Voici l'extrait:<br /> <br /> Poutinolâtres : la liste noire des poupées russes françaises. Source : Franc-Tireur.<br /> - Eric Zemmour (poutinolâtre idéologique : aime l'illiberalisme poutinien, hait l'UE et préfère l'injustice au désordre)<br /> - Phillipe de Villiers (idem)<br /> - Marine Le Pen (poutinolâtre opportune : a besoin du Kremlin pour financer son parti)<br /> - Jean-Luc Mélenchon (poutinolâtre munichois : fasciné par la force, perd les pédales quand il a peur, prend l'allié pour l'ennemi et inversement, par antiaméricanisme pavlovien)<br /> - Nathalie Arthaud (idem)<br /> Leurs points communs :<br /> - Ils ont tous dit que Poutine n'envahirait jamais l'Ukraine (aveuglement).<br /> - Ils disent qu'il aurait fallu "respecter" et "ne pas énerver" la Russie (lâcheté).<br /> - Ils disent qu'il est "irresponsable" d'armer les Ukrainiens (indignité).<br /> - Ils pataugent quand on leur demande comment ils ont pu condamner hier les excuses que les Américains s'étaient données pour attaquer l'Irak et valider aujourd'hui celles des Russes pour attaquer l'Ukraine (hypocrisie et incapacité à s'amender).
Répondre
R
Merci pour le lien et les infos, AJE.<br /> En fait, je sais pour qui ne pas voter, mais j'hésite encore sur mon choix.
A
https://www.franc-tireur.fr/les-poupees-russes
A
C'est sûr qu'une partie du débat est escamotée mais il y a pire que ça. L'agression Hitlerienne de Poutine , et ses incommensurables conséquences viennent déplacer le débat sur d'autres terrains avec de nouvelles priorités qui ne seront pas toutes compatibles avec les antérieures. Rien qu'un seul exemple. En Europe les budgets militaires sont tous revus à la hausse (doublé pour l'Allemagne, augmenté de20% pour l'Espagne, etc...). Si on augmente certains budgets c'est au détriment d'autres....Il y a aussi les futures flambées de prix de l'énergie et de l'alimentation qui n'étaient pas prévues...<br /> Donc tous les Etats-majors des candidats doivent corriger de manière improvisée une partie de leur programme électoral pour prendre en compte les conséquences néfastes inouïes que le conflit ukrainien va provoquer.<br /> Par ailleurs, la position adoptée par les différents candidats et leurs relations antérieures( inconfessables et aujourd'hui inavouables avec le dictateur) va forcément interférer les intentions de vote. Grosso-modo l'extrême-droite et l'extrême-gauche ne rassurent pas du tout l'électorat dans un contexte de crise aussi grave.<br /> Pour ma part, vivant en Espagne, j'ai déjà indiqué que je ne voterai plus jamais pour PODEMOS qui s'est déclaré contraire à l'envoi d'armes pour aider les ukrainiens à se défendre. Il n' y a pas d'élections en ce moment en Espagne mais je n'aurai pas la mémoire courte le jour où je retopurnerai aux urnes.<br /> J'ajouterai qu'il se produit aussi une forme de relativisation psychologique face au cataclysme mondial imprévu qui vient de se produire. On se dit que face à la destruction d'un pays, nous, on n'est pas si mal( Même si c'est faux... on se dit qu'il y a bien pire que nous à nos portes). Du coup c'est l'aspect sécuritaire qui devient prioritaire dans le débat au détriment d'autres aspects sociaux complètement légitimes aussi tels que ceux qui sont exposés dans ton article.<br /> La question s'est déplacée.<br /> Avant le 24 février la question pour l'électeur était" Qui pourrait être le meilleur président pour la France?"...après le 24 Février cette question devient " Qui pourrait être le meilleur président pour la France dans un monde devenu dangereux et incertain?"<br /> Bonne journée l'amie
Répondre
R
Il est vrai que les conséquences de la guerre en Ukraine sont terribles, mais justement, on a besoin de voir les différents points de vue des candidats face à cette situation au cours d'un débat, mais il n'y en aura pas avant le premier tour.<br /> Pour ma part, je t'avoue que je ne sais pas pour qui voter ?<br /> Comme tu dis, on n'est pas si mal par rapport à la situation vécue par les Ukrainiens. Mais les conséquences économiques à venir vont être terribles.<br /> <br /> <br /> Belle soirée, AJE
A
Je rectifie ujne phrase.Par ailleurs, la position adoptée par les différents candidats et. POUR CERTAINS D'ENTRE EUX, leurs relations antérieures( inconfessables et aujourd'hui inavouables avec le dictateur) va forcément interférer les intentions de vote. Grosso-modo l'extrême-droite et l'extrême-gauche ne rassurent pas du tout l'électorat dans un contexte de crise aussi grave.
L
Je suis depuis toujours scandalisé par les loyers mensuels en EHPAD.<br /> Qui peut les payer ? <br /> La seule retraite ne suffit pas, les familles y contribuent souvent ! Et c'est une charge lourde vu l'espérance de vie.<br /> Chez moi, au pays, que ce soit là où je suis né où là où j'ai grandi, il est impensable d'envoyer ses parents en EHPAD. Ma propre maman, à 88 ans, reste seule une partie de la journée, tous mes frères et soeurs travaillent. Il y a la voisine qui veille.
Répondre
R
Un scandale qui perdure : le problème n'est pas nouveau et il est probable que ça va continuer, c'est du business.<br /> J'ai vu un reportage ce soir sur France 2, lors du journal de 20 h : une caméra a filmé des maltraitances très graves dans un EHPAD, c'est vraiment ignoble !