Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mai 2022 3 18 /05 /mai /2022 08:50
La France va-t-elle manquer de professeurs ?

 

La pénurie de candidats aux concours d'enseignement est de plus en plus inquiétante...

"Il y a moins d'admissibles que de postes à pourvoir au concours du CAPES dans plusieurs matières et le déficit est particulièrement inquiétant en mathématiques...

Le métier d'enseignant attire de moins en moins, en France : tous les postes ouverts aux différents concours ne seront pas pourvus cette année.

 

Quelques chiffres pour illustrer cette pénurie : en Allemand, il y a cette année 83 candidats admissibles au CAPES pour 215 postes à pourvoir et la situation est encore plus inquiétante en mathématiques : 816 admissibles pour 1035 postes...

Comment expliquer cette chute des vocations ?

200 candidats manquent à l'appel au CAPES de mathématiques ! Cela ne surprend pas les étudiants de cette discipline...

 

Ainsi, un de ces étudiants se destinait au métier, puis il a renoncé. Il a fait un EAP, étudiant apprenti professeur : on accompagne alors un professeur entre 6 et 8 heures par semaine.

"C'est très instructif sur le fait que je ne ferai pas ça dans ma vie : pour les quelques exemples que j'ai vus, moi, de parents qui venaient contester, globalement, on va donner raison aux parents. La considération que la société a pour les professeurs est très basse, ces problèmes là sont sus maintenant... les salaires ne sont absolument pas mirobolants... Non, je ne suis pas du tout étonné qu'il y en ait de moins en moins...", témoigne cet étudiant.

Un autre étudiant de la même promotion préfère lui aussi poursuivre en thèse, quitte à revenir au concours plus tard...

"Moi, j'avais surtout envie de voir ce que ça donnait le milieu de la recherche et de l'entreprise, avant de dire : ma vie, ça va être ça..."

 

Qu'est-ce qui explique le manque d'attrait pour le CAPES en mathématiques ?

Un enseignant chercheur évoque le manque de culture scientifique dans le pays : "On a des ministres de l'Education qui nous demandent : A quoi ça sert de faire des maths ?

Aucun d'entre eux n'a un background scientifique... et quand on se voit avoir un ministre qui ne comprend pas trop cet enjeu là, cette passion de cette découverte, de l'intérêt de la curiosité..."

Et il souligne qu'il y a 30 ans quand il était étudiant lui-même, il y avait déjà plus de postes que de candidats admissibles au concours : la problématique est donc loin d'être nouvelle.

 

Ce déficit aux concours d'enseignants aura des conséquences à long terme. Pour pallier le manque de profs, les titulaires actuels devront faire davantage d'heures supplémentaires... ou bien il faudra augmenter le recrutement de contractuels qui n'ont pas le même niveau de compétences.

Nous y voilà : travailler plus, faire des heures supplémentaires, recruter au rabais... Pas de quoi améliorer la qualité de l'enseignement !

 

Le président de l'Association des professeurs de mathématiques déclare de son côté : "Normalement, le niveau exigé, c'est d'avoir une licence de mathématiques, effectivement, pour les collègues contractuels qui arrivent, c'est le problème de la formation initiale, on est très souvent balancé dans les classes sans avoir aucun accompagnement, comme si le métier d'enseignant ne s'apprenait pas... or, on sait très bien que cela nécessite un accompagnement particulier, de l'aide...

La réforme du lycée initiée par Jean-Michel Blanquer a pu jouer aussi sur le manque d'attractivité du métier de professeur, notamment en mathématiques... cela risque de jouer sur le vivier potentiel de futurs professeurs de maths... le vivier est moindre et s'appauvrit de plus en plus."

 

Du côté du ministère, le directeur général de l'enseignement scolaire évoque une situation ponctuelle et particulière cette année après la modification des règles d'admission aux concours : Nous aurons les professeurs de mathématiques nécessaires" a déclaré ce directeur..."

 

Comme d'habitude ! Tout va bien ! Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes ! Alors que cette crise des vocations remonte à des décennies, le ministère ferme les yeux : surtout pas de vagues ! On connaît ce refrain depuis des années !

En période électorale, mieux vaut ne pas évoquer des problèmes qui dérangent !

 

 

 

 

 

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/journal-de-18h/journal-de-18h00-stanislas-vasak-du-jeudi-12-mai-2022-9404168

https://www.lepoint.fr/education/concours-d-enseignants-le-nombre-de-candidats-admissibles-en-forte-baisse-12-05-2022-2475404_3584.php

 

 

 

La France va-t-elle manquer de professeurs ?
Partager cet article
Repost1

commentaires

L
Bonjour Rosemar,<br /> <br /> Prend par exemple la biologie et la chimie dans les études médicales et paramédicales, on ne les utilise plus après la formation... Je comprends donc ce que se dit sur les maths...<br /> Mais d'autre part on ne peut pas laisser les syriens, les russes ou les lycéens de Singapour nous dépasser en maths.
Répondre
R
Et pourtant, à notre époque où les algorithmes occupent une place de plus en plus importante, les maths ne doivent pas être négligées... or, les maths, avec la nouvelle réforme du lycée, ont été supprimées dès la classe de première, sauf pour les élèves qui choisissent un enseignement de spécialité en maths.<br /> <br /> Bonne soirée, LH
A
L' académie de Versailles organise des entretiens d'embauche express.<br /> <br /> https://www.liberation.fr/societe/education/job-dating-a-lacademie-de-versailles-quand-lecole-assume-detre-a-poil-sur-le-recrutement-20220518_UDHNK6UGENBBBDQOYEBRY6QGW4/<br /> <br /> Extrait de l'article:<br /> "On ne connaît pas la rectrice de Versailles, et pour tout dire, on trouve finalement l’ahurissante vidéo qu’elle a enregistrée pour être diffusée mardi sur les réseaux officiels de son académie assez courageuse. Enrobant son discours de toutes les circonvolutions possibles, elle ne dit rien d’autre que : «Voilà, on est à poil, j’ai plus un prof à mettre devant les élèves à la rentrée, venez nous donner un coup de main.»"
Répondre
R
Merci pour l'info et le lien : on en arrive à recruter le premier venu... c'est très inquiétant.
A
C'est une situation complètement anormale, qui ne date pas d'hier et qui semble toucher surtout la France. Quand je raconte ça à mes collègues espagnols ils sont sidérés. <br /> Rien ne semble enrayer la désaffection des étudiants pour l'enseignement. <br /> Pourtant il n' y a rien de plus enthousiasmant que l'enseignement des mathématiques. J'ai pris ma retraite sans avoir fini de faire le tour de la question. Les mathématiques sont partout, partout, partout...<br /> N'importe quel grand problème sur les besoins de l'humanité, quels qu'ils soient, possède toujours une dimension mathématique, inévitablement.<br /> Les mathématiques servent aussi comme des bornes pour délimiter le vrai du faux, l'info de l'infox..<br /> Il m'arrive souvent de penser que si tout le monde avait reçu un minimum de formation mathématique certaines dérives politiques populistes, scientifiquement infondées, ne pourraient pas prospérer.<br /> <br /> Parmi les raisons que tu cites pour expliquer les motifs de la désaffection des étudiants pour ce métier, je voudrais dire que les parents qui contestent systématiquement la qualité du travail des profs font beaucoup de mal à la profession. Je comprends que ça puisse décourager plus d'un...Une personne qui a fait de longues études, souvent difficiles, n'a aucune envie de passer sa vie professionnelle à devoir se justifier, à devoir prendre sur elle les carences et manquements de ses élèves...La situation s'est inversée depuis longtemps. En cas d'échec c'est le prof qui est immédiatement pointé du doigt. Cette politique-là a fini par nous amener à cette situation que tu déplores...et c'est pas près de s'arranger !<br /> Bonne fin d'après-midi l'amie
Répondre
R
Beaucoup d'intrusions des parents dans le domaine éducatif... c'est agaçant, les parents se mêlent de tout, de pédagogie, de discipline... <br /> II y a aussi le salaire qui n'est pas très attractif et puis beaucoup de réformes mal pensées se sont succédé... la dernière en date, initiée par Blanquer, a affaibli l'enseignement des maths...<br /> <br /> Merci pour ce vibrant éloge des maths ! <br /> <br /> Belle soirée, AJE