Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juillet 2022 3 13 /07 /juillet /2022 09:25
Russie : le sport en berne...

 

Les sportifs russes ont été privés de compétition internationale, après l'invasion de l'armée russe en Ukraine :  la guerre en Ukraine vient bouleverser le quotidien des athlètes en Russie.

Il y avait eu déjà une grande affaire de dopage dans les années 2010...

"Les études d'audimat à la télévision montrent que les Russes suivent attentivement les compétitions de volley, de basket, de tennis, de natation, de ski, de patinage artistique, mais le football reste le leader incontestable.", écrit Tatiana Kastouéva-Jean.

Et elle ajoute : "Le sport est aussi une affaire de prestige international... Vladimir Poutine a mis tout son poids pour que la Russie accueille les Jeux olympiques d'hiver en 2014... Ces jeux se sont avérés les plus chers de l'histoire..."

Tatiana Kastouéva-Jean précise encore : "La Russie a remporté de nombreuses médailles... Mais ces victoires ne tardent pas à être ternies par un scandale international de dopage institutionalisé, impliquant des officiels russes au plus haut niveau. Ainsi, toute l'équipe des athlètes russes a été écartée des JO de Rio."


"Le scandale démarre le 3 décembre 2014, dix mois après les Jeux olympiques de Sotchi, quand un documentaire de la chaîne allemande ARD révèle un dopage à grande échelle dans l’athlétisme russe, couvert par les autorités du pays. Une première commission de l’AMA rend des conclusions accablantes en novembre 2015, provoquant la suspension de l’agence antidopage russe (Rusada) et celle de la fédération russe d’athlétisme.

Les plus fortes répliques du séisme sont encore à venir : le 12 mai 2016, dans le New York Times, l’ancien directeur du labo antidopage de Moscou, Grigory Rodchenkov, en fuite aux États-Unis, révèle que les JO de Sotchi ont été le théâtre d’une triche systématique en faveur des Russes, arrivés en tête au tableau des médailles."

On le voit : du dopage organisé, ce n'est pas reluisant !

 La Russie a terminé à la première place du tableau des médailles à Sotchi avec 33 podiums, dont 13 titres olympiques. Oui, mais ce sont là des titres usurpés...

La tricherie, la dissimulation, le mensonge... non, ce n'est vraiment pas honorable !

Mais les Russes se disent victimes d'une attitude partiale à leur égard : ils estiment que leurs sportifs ne sont pas plus dopés que les autres !

Une façon d'éluder le problème et de se présenter une fois de plus comme des victimes...

 

N'est-ce pas aussi l'argument de Vladimir Poutine pour mener sa guerre en Ukraine ? La Russie serait victime d'encerclement de la part de l'OTAN.

En fait, si l'OTAN se déploie un peu plus, c'est précisément à cause de la guerre en Ukraine : la Suède, la Finlande demandent leur adhésion à l'OTAN, un élargissement qui pourrait être encore vécu comme une menace existentielle par le Kremlin.

 

Quoi qu'il en soit,  la guerre en Ukraine met encore les sportifs russes sur le banc de touche...

Dommage pour eux !

 

 

 

Sources :

https://www.lepoint.fr/sport/sanctions-et-incertitudes-la-nouvelle-vie-a-l-ombre-des-sportifs-russes-28-06-2022-2481308_26.php

 

 

https://www.ouest-france.fr/sport/dopage/retro-dopage-la-russie-de-scandales-en-scandales-6671489

 

 

Russie : le sport en berne...
Partager cet article
Repost1

commentaires

L
Me souviens très bien du dopage des sportifs de l'Allemagne de l'Est... Où s'arrêtera la science du dopage ???
Répondre
A
A Caius<br /> J'ai pris connaissance de l'article de Mearsheimer publié dans mediapart que vous avez mis en lien à votre réponse à Rosemar.<br /> Premier point. L'immense majorité des experts occidentaux que je lis ici ou là ne sont absolument pas d'accord avec lui. Son article c'est la création d'une post-vérité. Ça devient une habitude. A chaque fois que se produit une grande catastrophe, quelqu'un va venir vous expliquer que les occidentaux en sont les promoteurs.<br /> Je vous propose d'écouter une conférence de Françoise Thom.<br /> <br /> https://www.youtube.com/watch?v=INmCAtEJHeQ&t=1s<br /> <br /> A tous ceux qui croient que la monstrueuse attaque barbare contre l'Ukraine serait le fruit de l'expansionnisme de l'otan, Françoise Thom rappelle sur cette vidéo youtube à 51 min 30 secondes que les experts militaires russes eux-mêmes n'ont jamais considéré que les forces de l'otan représentaient un réel danger.<br /> Voila....Toute cette histoire de l'otan n'est qu'une vulgaire excuse pour que Poutine se lance dans un projet criminel DEMENTIEL qui, maintenant on le sait, le dépasse complètement et va probablement le broyer, et provoquer des catastrophes en chaine (comme la récente crise alimentaire au Sri Lanka).
Répondre
A
Merci Caius pour ces premières impressions partielles.J'aimerais revenir sur la notion de post-vérité (ou si vous préferez de vérités incomplètes). Il y a eu du côté occidental une vraie volonté de nombreux dirigeants de puissances occidentales de jouer la carte de la collaboration gagnant-gagnant. Le système capitaliste lui-même permettait de penser qu'il y avait de fabuleuses perspectives pour les deux camps. La Russie qui s'offre avec un énorme marché intérieur qui permet à l'occident d'y investir massivement. Les russes faisaient partie des nôtres au début du XXIème siècle. Le tableau exagérément noirci par Poutine ne corespond pas à la réalité. Je ne veux pas faire d'angélisme mais cette possibilité du gagnant-gagnant pour tout le monde était une réalité. L'augmentation très significatibve du PIB russe en est la preuve. Alors, pourquoi, ce dramatique retour en arrière qui nous ramène aux pires moments de la guerre froide? Pourquoi Poutine s'est-il engagé à créer des désordres mondiaux partout où il le pouvait( En G-B en aidant le Brexit, près de chez moi en Catalogne en aidant les séparatistes, aux Etats-Unis en facilitant l'élection de Trump, en Italie en aidant l'extrême-droite et l'extrême-gauche, etc.)..Pourquoi la Russie n'a pas tenté une adaptation à la Chinoise?..A toutes ces questions, et sans vouloir nier l'effet négatif de la rapacité des occidentaux, il me saute aux yeux que Poutine est le premier grand coupable....https://www.babelio.com/livres/Mandraud-Poutine-la-strategie-du-desordre-jusqua-la-guerre/1435756
C
J'ai commencé à suivre cette conférence, je n'en suis qu'à une petite moitié mais il me semble que cela tient plus du réquisitoire d'un procureur que du rapport d'un juge d'instruction. Certains des éléments avancés par Thom confirment bien ce que j'ai avancé dans de précédents commentaires comme le rôle joué par les milices d'extrême droite en 2014 pour bloquer l'avancée des insurgés russophones du Dombass mais dans l'ensemble ses appréciations sont souvent démenties par les faits. Quant à cette manie des médias et des intellectuels occidentaux d'expliquer le déclenchement de la guerre par un moment d'aberration mentale de Vladimir Poutine, cela n'est pas sérieux. Je reviendrai sur cette conférence quand je l'aurai suivie en entier.
A
Merci pour ce récapitulatif un peu honteux dont j'avais oublié certains épisodes.<br /> Le dopage est condamnable mais quand il est pratiqué au plus haut niveau par un Grand Etat qui utilise des moyens puissants pour pemettre à ses athlètes de tricher cela devient ignoble....digne des dictatures les plus totalitaires.
Répondre
R
C'est l'article du Point qui m'a rappelé cette affaire de dopage institutionnalisé.... <br /> <br /> "A l'hiver 2014, le système institutionnel de dopage en Russie, qui sera révélé par plusieurs rapports internationaux, est déjà bien installé. Au labo de Moscou, dirigé par le scientifique Grigory Rodchenkov, il s'est déjà traduit par des centaines de résultats positifs falsifiés et enregistrés comme négatifs dans la base de données de l'Agence mondiale antidopage"<br /> <br /> https://www.lexpress.fr/actualites/1/sport/jo-2018-et-dopage-il-y-a-quatre-ans-a-sotchi-steroides-flacons-et-trou-de-souris_1982472.html<br /> <br /> Tout un système organisé pour tricher...
C
"la Suède, la Finlande demandent leur adhésion à l'OTAN, un élargissement qui pourrait être encore vécu comme une menace existentielle par le Kremlin."<br /> <br /> La Suède est un passager clandestin de l'OTAN depuis les années 50. Quant à la Finlande, elle s'est alignée sur les USA dès la chute de l'URSS (en oubliant que c'est à sa politique de bon voisinage avec l'Union soviétique qu'elle a dû sa croissance économique de l'après-guerre). Bref on ne peut qu'opiner quand Medvedev dit que l'adhésion de ces deux pays à l'OTAN ne modifie en rien les rapports de force dans la Baltique. <br /> <br /> Il est par ailleurs édifiant que l'adhésion de ces pays à l'Otan va s'y traduire par un recul des droits de l'homme car outre la levée de l'interdiction des exportations d'armes vers la Turquie, Erdogan a obtenu toute une série de restriction aux activités des opposants turcs qui y vivent : PKK mais aussi des sympathisants de son rival Fetullah Gülen, extraditions simplifiées des "terroristes", etc...
Répondre
C
A rosemar <br /> <br /> "La vérité tragique est que si l'Occident n'avait pas cherché à étendre l'OTAN à l'Ukraine, il est peu probable qu'une guerre ait fait rage en Ukraine aujourd'hui, et la Crimée ferait probablement toujours partie de l'Ukraine. En fait, Washington a joué un rôle central en conduisant l'Ukraine sur la voie de la destruction. L'histoire condamnera sévèrement les États-Unis et leurs alliés pour leur politique étonnamment stupide envers l'Ukraine." <br /> John J. Mearsheimer<br /> <br /> https://blogs.mediapart.fr/rocafortis/blog/020722/lhistoire-condamnera-severement-les-etats-unis?at_medium=custom3&at_campaign=66&fbclid=IwAR3W97bPHtuxXFR-R-62wt9FjC6oDOqaTkPQtaZVlklXQRw2ix-BWnQ0yVw
R
Le président russe Vladimir Poutine voulait bloquer l'élargissement de l'Otan à l'Est en ordonnant l'invasion de l'Ukraine, et il obtient l'effet inverse ? même si la Suède et la Finlande étaient déjà intégrées dans la défense européenne... <br /> <br /> Quant à Erdogan, il eu recours à un chantage...
C
J'ai fait une faute de frappe dans le nom de l'auteur que je cite, il s'agit en fait de de Houchang Nahavandi.
C
ALEA JACTA EST je me souviens d'autant mieux des activités de Khomeiny à partir de Neauphles-le Château qu'elles étaient couvertes et financées par le gouvernement français : "Entre le 6 octobre 1978 et le 1er février 1979, Paris fut ainsi la capitale de la révolution iranienne, base de subversion contre un pays allié et ami de la France depuis le roi Henri IV. Que le personnage ait été simple touriste ou réfugié politique, il ne fut ni l'un ni l'autre, ne change rien à l'interprétation et au jugement de l'histoire". <br /> Houchang Hahavandi - Révolution iranienne, vérité et mensonges, Éditions L'Âge d'Homme, Lausanne, 1999
A
Caius<br /> C'est vrai ce que vous dites au sujet de la Turquie mais il faut rappeler que ce pays est le seul membre de l'otan qui pose de réels gros problèmes de respect des droits de l'homme. On peut se dire aussi qu'une Turquie en dehors de l' Otan serait encore plus liberticide et que les occidentaux arrivent à faire pression pour tempérer (un peu) les ardeurs d'Erdogan.<br /> <br /> On voit mal la Suède et la Finlande livrer des opposants qui ont obtenu l'asile politique à la Turquie...Rien ne permet de l'affirmer aujourd'hui.<br /> <br /> https://www.france24.com/fr/europe/20220707-otan-qui-sont-les-terroristes-r%C3%A9clam%C3%A9s-par-la-turquie-%C3%A0-la-finlande-et-%C3%A0-la-su%C3%A8de<br /> <br /> Par ailleurs, je ne connais pas le statut des réfugiés dans ces pays mais il y a toujours un pb car, théoriquement le pays d'accueil exige au demandeur d'asile de cesser toute activité hostile au gouvernement de son pays d'origine. C'est une notion très floue et élastique, presque impossible à respecter car ces demandeurs ont quand même le droit de s'exprimer, d'écrire, etc...En fait c'est une clause qui n'est jamais respectée.. Souvenons-nous de Khomeiny lançant ses fatwas contre le shah d'Iran à partir de Neauphles-le Château...