Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 septembre 2022 3 21 /09 /septembre /2022 08:33
Une célèbre chanteuse russe dénonce la guerre en Ukraine...

 

Elle s'appelle Alla Pougatcheva : elle n'est pas connue en France, mais en Russie, elle est l'une des chanteuses pop les plus célèbres... c'est même probablement la femme la plus célèbre de Russie. C'est un peu l'équivalent russe de Johnny Halliday.

 

50 ans de carrière, débutée sous l'URSS, des chansons qui appartiennent au patrimoine populaire, des divorces à la pelle, autant de mariages, le dernier avec un comédien de 27 ans de moins qu'elle, qui critique régulièrement le pouvoir de Moscou...

 

Elle même n'a pas hésité à dénoncer l'offensive russe en Ukraine dans un message publié sur Instagram.

 

Une sortie particulièrement remarquée dans un pays où la répression dissuade d'évoquer l'invasion de l'Ukraine.

 

Sur son compte Instagram, suivi par près de 3,5 millions de personnes, Alla Pougatcheva, 73 ans, a réagi à l'annonce, vendredi, du placement de son mari, le comédien Maxime Galkine, sur la liste infamante des "agents de l'étranger" en Russie. 

 

"Je vous demande de me classer parmi les agents de l'étranger de mon cher pays", a écrit Alla Pougatcheva, dans un message à l'intention du ministère russe de la Justice.

"Car je suis solidaire avec mon mari, une personne honnête, intègre et sincère, un véritable patriote russe, incorruptible, qui souhaite que sa Patrie prospère et vive en paix", a-t-elle indiqué.

 

Selon elle, "son mari ne souhaite que la liberté d'expression, et surtout la fin de la mort de nos garçons pour des objectifs illusoires qui font de notre pays un paria et qui pèsent sur la vie de nos citoyens."

 

Des propos particulièrement violents qui ont suscité des milliers de réactions sur les réseaux sociaux. Le porte parole de Vladimir Poutine manifestement un peu gêné n'a pas souhaité commenter cette sortie.

 

Les médias officiels en ont repris uniquement le début mais en omettant toute référence à l'Ukraine.

 

Ainsi, peu à peu, des critiques s'élèvent en Russie contre "l'opération militaire spéciale" de Vladimir Poutine...

 

Cette chanteuse pop ne mâche pas ses mots : elle défend la liberté d'expression dont on connaît les limites en Russie. Elle évoque clairement les résultats désastreux de cette guerre : la mort de jeunes soldats, et elle va même jusqu'à dénoncer des "objectifs illusoires."

 

 

Sources :

 

https://www.tf1info.fr/international/russie-une-superstar-de-la-variete-russe-s-oppose-a-la-guerre-en-ukraine-2232700.html

 

 

https://fr.euronews.com/2022/09/18/russie-la-chanteuse-alla-pougatcheva-critique-la-guerre-en-ukraine

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
J'ai fini de lire l'excellent ouvrage d Anna Colin Lebedev intitule JAMAIS FRÈRES? UKRAINE ET RUSSIE: UNE TRAGEDIE POST-SOVIETIQUE. Un livre très intructif qui aide à comprendre les relations compliquées entre ces 2 pays dont les destins sont mêlés, mais aussi un livre qui démonte bien les mensonges de la propagande russe qui ont permis de déclencher cette guerre. Or, il se trouve qu'en occident l'extrême-gauche et l'extrême-droite ont "acheté" complètement cette propagande. Ajoutes-y les anti-américains, ça finit par faire du monde pour gober les grosses contre-verités de Poutine. J'ai expliqué cette semaine à un bon ami que les ennemis de mes ennemis ne sont pas forcément mes amis. ... Interessant aussi dans le livre le traitement de la Shoah...La russie était en 2020 encore le pays le plus négationniste...c'est argumenté et démontré dans ce livre. Poutine qui reçoit publiquement les rabbins, mais dans les écoles, la shoah en Russie n'est même pas mentionnée, ou à peine...La shoah c'est chez les autres et notamment les ukrainiens, comme par hasard...<br /> https://www.babelio.com/livres/Colin-Lebedev-Jamais-freres--Ukraine-et-Russie--une-tragedie-/1446441
Répondre
R
Bonjour Rosemar<br /> J'ai un petit souci pour éditer un commentaire à Caius au sujet de la politique linguistique et de l'article qu'il a partagé ( message d'erreur AKSDT20001 ...impossible de répondre) . Je te l'envoie donc.<br /> <br /> A Caius<br /> Merci pour l'article très complet sur le bilinguisme. Dans le 4ème chapitre du livre que j'ai cité Anna Lebedov aborde le problème des 2 langues avec un long rappel historique de l'évolution, dans un sens d'abord, puis en sens contraire par la suite, de la politique linguistique. Voici un extrait de la fin de ce chapitre:<br /> "Cependant, si la langue peut être un marqueur de choix politique, il est très important de<br /> comprendre qu’elle ne détermine pas l’allégeance de celui qui la parle. Être russophone ou originaire de l’est du pays ne signifie pas, dans l’Ukraine de ces trente dernières années, être prorusse. Seul le premier président de l’Ukraine indépendante, Léonid Kravchuk, était originaire de l’Ouest ukrainophone du pays ; tous les autres venaient des régions Est et Nord plutôt russophones. La langue russe était d’usage sur le Maïdan, parlée par les opposants du rapprochement avec la Russie ; elle est aussi la langue de préférence des nombreux combattants depuis 2014, y compris dans les bataillons considérés comme nationalistes. L’État ukrainien a adopté une conception civique de la nation où est ukrainien celui qui adhère au projet politique du pays. L’appartenance ethnique ou la langue de préférence n’ont pas leur place dans cette définition. Le président Zelensky en est une parfaite illustration : cet homme plutôt russophone aux origines juives est avant tout un citoyen ukrainien, et son identité composite est plus questionnée en dehors de l’Ukraine qu’à l’intérieur du pays."
R
Merci pour cet article et ce lien, caius : c'est complexe !
R
Merci pour cette référence et le lien, AJE
C
Un article que je recommande :<br /> "L’histoire du bilinguisme en Ukraine et son rôle dans la crise politique d’aujourd’hui"<br /> <br /> https://www.cairn.info/revue-cahiers-sens-public-2014-1-page-203.htm?fbclid=IwAR3Sy3qa_l8fLuGsIckLhUYvux_u7HNrOLaeR-ilN201HgwirGrwJppjMfA
A
Il faut saluer le courage de cette chanteuse qui peut donner une voix à cette opposition silencieuse solidement muselée par la néo-dictature poutinienne.<br /> Tant que Poutine et sa clique ne rencontrent pas des gros problèmes intérieurs avec la citoyenneté russe, il n' y a aucun espoir d'aucune solution.<br /> Tout espoir de solution passe nécessairement par une mobilisation citoyenne en Russie, une moblisation rendue impossible par la lourdeur des peines infligées à ceux qui s'osent s'exprimer, mais il appartient aux russes de trouver les moyens de contourner cette censure. Comme l'a écrit Jonathan Littell: " Soyez malins.....à vous de trouver le moyen de vous faire entendre..."<br /> Avec la mobilisation obligatoire qui se prépare ça va être de plus en plus difficile de faire taire le peuple.<br /> A noter au passage que dès le début du conflit la soprano russe Anna Nebretko avait dénoncé publiquement cette guerre au risque de voir sa carrière complètement grillée dans son pays.<br /> J'aimerais revenir sur ton billet précédent qui traitait de l'incroyable mépris et cynisme de Poutine qui se moque de toutes les victimes, y compris des victimes russes. <br /> Là, en ce moment, il accuse les occidentaux de pratiquer le chantage nucléaire, alors que c'est lui qui continue de menacer et de dire qu'il envisage très sérieusement l'emploi d'armes atomiques. Poutine qui inverse systématiquement les rôles avec un culot incroyable se convertit chaque jour en une vraie incarnation du Diable. Un Diable qui sème la mort et se moque de toutes les victimes...Seuls les russes peuvent mettre fin à ce délire barbare.<br /> Bonne fin de journée l'amie
Répondre
A
A Caius<br /> Merci d'abord pour prendre la peine de proposer un autre éclairage qui n'apparait pas dans les mainstreams. Ça, ça m'interesse toujours.<br /> J'ai écouté la première partie de l'entrevue du général russe qui dit que la Russie ne s'affronte pas à l'Ukraine mais à l'otan. Si j'ai bien compris ce qu'il dit (mais c'est pas sûr) c'est vraiment nous prendre pour des imbéciles.D'ailleurs je m'étonne de l'interviewer qui lui laisse débiter ses fadaises sans moufter...<br /> Sans l'aide de l'occident l' Ukraine aurait été écrabouillée, on le sait bien...ce général sait très bien que sans l'occident l'Ukraine n'aurait pu contenir l'invasion de l'ogre russe militairement surpuissant...<br /> Il en va de même avec la dernière partie du discours de Poutine accusant l'occident de faire capoter les négociations d' Istambul.<br /> Sans nous, l'offre de paix des russes équivalait à devoir accepter l'inacceptable (main-mise russe sur les 2 provinces du Dombass). Offre faite avec avec un pistolet sur la tempe (comme dans les films de mafia genre LE PARRAIN)...Alors, effectivement, c'est vrai que grâce à notre aide les ukrainiens étaient devant un choix qui n'existait plus sans nous: celui de défendre vaillamment leur liberté et leur intégrité territoriale.<br /> Je vous donne l'exemple de la catalogne qui a réalisé un référendum illegal. Si une puissance militaire étrangère et voisine avait appuyé les catalans en intervenant avec des commandos de soldats( camouflés et sans uniformes) on aurait connu une guerre civile en Espagne.
C
A Alea Jacta Est<br /> <br /> L'annonce du rappel de 300.000 réserviste entre en effet dans le cadre du référendum sur le rattachement de la Novorossiya (Poutine a certainement délibérément employé ce terme dans son discours) à la Russie. <br /> <br /> Le fait que ce référendum soit finalement organisé après le sommet de Samarcande me donne à penser que la Russie y a obtenu, sinon l'approbation, du moins la compréhension bienveillante de la Chine et de l'Inde quant à la nécessité de cette consultation pour hâter la fin de la guerre.<br /> <br /> Quant aux modalités pratiques de ce rappel de réservistes, le ministre Shoigu les a précisées dans la foulée du discours présidentiel : ils seront employés principalement à la logistique, la maintenance , les transmissions, etc... et probablement majoritairement déployés sur l'actuel territoire russe (Extrême-Orient, arctique, etc...) pour relever des militaires de carrière qui pourront être déployés sur le front ukrainien. <br /> <br /> Point très intéressant il donne l'estimation russe des pertes ukrainiennes : plus de 60.000 morts et 40.000 blessés soit la moitié de leurs effectifs au début de la guerre. Il estime qu'en raclant les fonds de tiroirs les Ukrainiens ont mobilisé 300.000 hommes supplémentaires, soit le nombre de réservistes rappelés par la Russie. Ces chiffres sont probablement exacts et, à mon avis, issus de sources au sein de l'état-major ukrainien. Il mentionne aussi un chiffre de 5.937 tués du côté russe, là aussi je crois que c'est exact mais qu'il triche en ne mentionnant pas les pertes du groupe Wagner (qui semble se transformer en embryon de Légion étrangère à la russe) ni celles des unités tchétchènes et surtout les pertes des armées des Républiques de Lougansk et Donetsk.<br /> <br /> J'en conclus que, comme je le pense depuis le début, "l'Occident collectif" pourra déverser tout l'arment qu'il pourra (certains stocks d'armes deviendraient dangereusement bas de l'avis de responsables de plusieurs armées de l'OTAN) l'Ukraine va tôt ou tard tomber à court de matériel humain.<br /> https://www.youtube.com/watch?v=1SG2X4xNiVE<br /> <br /> Un autre point capital du discours de Poutine que nos médias "libres" se sont bien gardés de citer est que la paix aurait pû être conclue à Istanbul et que ce sont les menaces occidentales d'interruption de l'aide militaire et fiancière qui ont poussé le régime de Zelensky à renier les résultats des négociations : " C'est ce que je voudrais rendre public pour la première fois aujourd'hui. Après le début de l'opération militaire spéciale, en particulier après les pourparlers d'Istanbul, les représentants de Kiev ont répondu assez positivement à nos propositions. Ces propositions concernaient avant tout la garantie de la sécurité et des intérêts de la Russie. Mais un règlement pacifique ne convenait évidemment pas à l'Occident, c'est pourquoi, après la coordination de certains compromis, Kiev a reçu l'ordre de faire échouer tous ces accords."
R
Elle ose dire tout haut son opposition à la politique de Poutine (même si elle a quitté la Russie dès le début de la guerre). Car elle dénonce la guerre, mais elle ose évoquer aussi le problème de la liberté d'expression.<br /> Encore un escalade de la part de Poutine avec cette mobilisation partielle, mais c'est aussi risqué, car on ne sait pas comment va réagir la population concernée.<br /> <br /> Belle soirée, AJE
A
Caius<br /> C'est vous-même (si je me souviens bien) qui m' avez expliqué que les occidentaux envoyaient aux ukrainiens du materiel bridé/limité pour pouvoir se défendre mais sans attaquer directement la Russie. Quant à la menace existentielle pour les russes c'est une vaste blague, un gros épouvantail juste bon pour la propagande en Russie destinée à la partie du peuple complètement sous-informée. Qui aurait idéé d'attaquer la 2 ème puissance nucléaire mondiale? Et dans quel but?...personne n'y croit, et surtout pas les généraux russes...Y a t'il quelqu'un de sérieux sur cette planète pour y croire une seule seconde ?<br /> <br /> Reste donc le risque nucléaire pour les ukrainiens.<br /> Voici ce que dit Markowicz dans sa chronique quotidienne:<br /> "Ce que je peux dire c’est que, sur tous les canaux dont je me sers pour produire ces chroniques, personne ne pense que l’option nucléaire existe réellement. Parce que l’option nucléaire signifie la mort de Poutine lui-même. — Mais va savoir... il sait déjà qu’il est condamné. Ça, il le sait parfaitement. Et il sait parfaitement qu’il ne veut pas finir comme Milosevic. D’un autre côté, il ne s’agit pas que de lui seul, parce qu’il n’existe qu’en tant que chef de la mafia, comme celui qui tient les clans en équilibre, et, tous ces clans, eux, l’option de disparaître, avec leurs centaines de milliards de dollars, ce n’est pas, disons ça, leur option principale..."<br /> <br /> J'ai été pendant une semaine un peu coupé des actualités mais il semble qu'on suit le scénario que vous m' aviez expliqué, avec les referendums -bidon qui permettront de procéder à une mobilisation des troupes russes nécessaires pour se maintenir dans l'Est et le sud de l' Ukraine (surtout après la bonne râclée qu'ils viennent de prendre)...Donc, on est bien dans le schéma d'une ligne géographique de tension permamente qui continuera indéfiniment tant qu'il y aura des combattants...<br /> Donc tant que Poutine n'est pas hors-jeu, il n' y a aucune solution de paix à attendre. Rien...que dalle...et les Etats-Unis ne vont rien céder et les ukrainiens auront le matériel militaire dont ils ont besoin...Bref, le cauchemar continue..
C
A Alea Jacta Est <br /> <br /> Le Président Poutine a simplement indiqué mais qu'il se réservait la possibilité d'employer l'arme nucléaire en cas de menace existentielle contre la Russie : <br /> <br /> "Washington, Londres et Bruxelles encouragent ouvertement Kiev à déplacer les hostilités sur notre territoire. Ils disent ouvertement que la Russie doit être vaincue sur le champ de bataille par tous les moyens, puis privée de sa souveraineté politique, économique, culturelle et de toute autre souveraineté et saccagée.<br /> <br /> Ils ont même eu recours au chantage nucléaire. Je fais référence non seulement au bombardement encouragé par l'Occident de la centrale nucléaire de Zaporojie, qui représente une menace de catastrophe nucléaire, mais aussi aux déclarations faites par certains représentants de haut rang des principaux pays de l'OTAN sur la possibilité et l'admissibilité de l'utilisation des armes de destruction massive – des armes nucléaires – contre la Russie.<br /> <br /> Je voudrais rappeler à ceux qui font de telles déclarations concernant la Russie que notre pays possède également différents types d'armes, et certaines d'entre elles sont plus modernes que les armes des pays de l'OTAN. En cas de menace à l'intégrité territoriale de notre pays et pour défendre la Russie et notre peuple, nous utiliserons certainement tous les systèmes d'armes à notre disposition. Ce n'est pas du bluff."<br /> <br /> La transcription de son discours est disponible (en anglais) ici : http://en.kremlin.ru/events/president/transcripts/69390<br /> <br /> Je rappelle que les USA les premiers ont clairement fait savoir depuis longtemps qu'ils refusent d'adopter la politique "no first use" et se réservent le droit d'employer les premiers l'arme nucléaire en cas de conflit. (La Corée du nord en a au reste pour adopter une loi par laquelle elle s'autorise à employer ses armes nucléaires préventivement en cas de menace).
L
Qu'il est difficile d'être courageux dans un pays totalitaire, on risque de disparaitre tout simplement. Bravo à elle.
Répondre
R
Difficile, oui. Mais elle aurait quitté la Russie, dès le début de l'invasion de l'Ukraine...

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://Fatizo.over-Blog.com/