Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 19:47

 

guerre 7

Dénoncer la guerre, ses horreurs, c'est bien l'objectif de Georges Brassens quand il écrit cette chanson : avec une ironie mordante, le poète fustige les va-t-en guerre, ceux qui n'hésitent pas à valoriser cette entreprise de mort, de massacre que sont toutes les guerres...

 

La chanson s'ouvre sur l'évocation de siècles d'histoire retentissants de conflits divers : la guerre a toujours accompagné les hommes, depuis Homère, belle référence littéraire qui nous rappelle la guerre de Troie et ses massacres.

 

Le locuteur qui s'exprime semble vouloir choisir la guerre la plus meurtrière et il affirme sa préférence pour la guerre de 14-18.

 

Il égrène différents guerriers illustres, ceux de Sparte, les grognards de Bonaparte, la guerre de quarante pour réaffirmer une prédilection irrépressible pour la guerre de 14.

 

On voit les épées, on entend les bruits des fusils, on perçoit des massacres qui semblent terribles, atroces et le personnage qui s'exprime, en faisant l'éloge de la guerre de 14, en montre aussi toutes les horreurs : il opère même un classement entre toutes les guerres.

 

Par le biais de l'ironie, Georges Brassens dénonce, en fait, toutes les guerres, celles qui se prétendent "saintes", celles qui sont, le plus souvent "sournoises", qui se cachent derrière des apparences trompeuses.

 

La guerre est, de fait, souvent présentée comme une action héroique : il faut entraîner les soldats dans les combats en mettant en évidence les aspects clinquants, héroïques, les vertus virilisantes de la guerre...

 

C'est bien ce que fait le locuteur dans cette chanson : il utilise un vocabulaire élogieux : "mérite, plaire, délice, guerre favorite"...

 

La mélodie entraînante s'accorde avec les propos de ce partisan de guerres violentes : elle semble mimer des chants guerriers destinés à accompagner les soldats qui partent à la guerre, la fleur au fusil...

 

On perçoit dans la musique tonitruante, comme un air de fanfare militaire...

Humour grinçant, ironie, références littéraires et historiques font de cette chanson une dénonciation percutante.

 

On perçoit toute l'hypocrisie qui préside dans ces conflits : il s'agit d'embellir la guerre, de la magnifier alors qu'elle conduit aux pires horrreurs, aux pires abominations !

 

Parfois mal compris, ce texte de Brassens a pu susciter des controverses mais il faut bien lire entre les lignes et percevoir toute l'ironie : ceux qui exaltent la guerre sont coupables de mensonges, de falsification de la réalité...

 

A l'heure où l'on commémore le centenaire de cette guerre meurtrière, il faut réécouter cette chanson de Georges Brassens car elle nous montre toutes les ignominies et atrocités commises à travers les siècles, au nom de la Guerre...

 

 

 

guerre-6.jpg

 

guerre-8.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

guerre-5.jpg

 

Partager cet article

Repost 0
Published by rosemar
commenter cet article

commentaires

Janice 18/05/2014 18:13


Bon, alors "bises et bonne soirée" c'est moi, Janice !!! LOL 


Je ne sais pas ce que j'ai fichu pour que mon "bises et bonne soirée" arrive là où il est arrivé !!! MDRRRR 

rosemar 18/05/2014 19:54



Le message est passé, en tout cas, Janice.


Belle soirée.



Bises et bonne soirée 18/05/2014 18:11


Bonsoir Rosemar


C'est mouvementé, dis donc chez toi 


Brassens était un génie de la provacation et un anti militariste, ça tt le monde le sait... La chanson de 14-18 est à prendre bien sûr au second degré.... C'est de l'humour très grinçant comme
savait si bien le faire Brassens..


Quant à l'autre chanson dont AJE nous parle, "Mourir pour des idées"... perso, en écoutant cette chanson, et je l'ai découverte dans les années 70, j'avais plutôt l'impression qu'il fustigeait
les idées communistes et ttes les horreurs que l'on a découvertes à la chute du régime stalinien...


Enfin, moi je suis une inconditionnelle de Brassens 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 

rosemar 18/05/2014 19:53



Bonsoir Janice


ce n'est pas tous les jours aussi agité : le sujet, la guerre, se prête encore à bien des polémiques, moi aussi, j'ai pensé à l'idéologie communiste en réécoutant cette chanson. Enfin,
Brassens est encore capable de susciter des débats : c'est bien !


Bises du sud



alea-jacta-est 18/05/2014 12:32


Petite précision pour éviter tout malentendu: quand je dis "qu' on est toujours le con de quelqu' un" je parlais de moi-même --bien évidemment

alea-jacta-est 18/05/2014 12:29


à Nina.


  Gardons le sens de la mesure,,,là je discute aimablement avec Rosemar.Elle est très pugnace et moi aussi , parfois...pas toujours.


Par ailleurs,aimer un artiste ne veut pas dire qu¡ on connait tout de lui..j' adore Bach et je ne connais pas le centième de ce qu' il a produit et je pourrai multiplier les exemples...Il me
faudrait 3 ou 4 vies pour bien connaître tous ceux que j' aime.


Alors voici les vers fameux incriminés des " 2 oncles":


"De vos épurations, vos collaborations
Vos abominations et vos désolations
De vos plats de choucroute et vos tasses de thé
Tout le monde s´en fiche à l´unanimité"


Bin là, désolé tonton George mais tout le monde ne s' en fiche pas....


pour le reste NINA vous n' êtes pas obligée de me lire, et prétendre que c' est par ma faute que vous n' allez plus lire les billets de Rosemar c' est peut-être éxagérer un peu les choses, non ??
Vous pouvez sauter mes commms si vous trouvez qu' ils polluent les pages de Rosemar.


Par ailleurs c' est toujours un plaisir de vous lire, et ça m' ennuie que je sois la cause apparente de votre départ...vous me faites sentir responsable...ça c' est pas juste NINA.


A bientôt et au plaisir...


PS: vous savez on est toujours le con de quelqu' un...et c' est un point que je partage avec Brassens...ça me rassure finalement...

rosemar 18/05/2014 12:52



Nina est un "boutefeu", elle s'emporte  mais elle est sympa aussi ! Tu cites un extrait de la chanson mais on pourrait évoquer ce passage : "Maintenant que vos fils et vos filles
vont la main dans la main Faire l'amour ensemble et l'Europe de demain ". Le temps a passé et il faut avancer vers un avenir meilleur : c'est surtout le sens de cette chanson, c'est d'ailleurs le
but de la construction européenne : hélas on nous a vendu la paix pour nous proposer le récession, mais c'est un autre sujet... Et en ce sens, on est tous des cons...


Bon dimanche AJE






NINA 18/05/2014 12:00


Rosemar, je vois que VRAIMENT, vraiment, y'a rien à en tirer...Du coup, oui, je confirme.. Je me retire. Je vous laisse entre vous. AJE prétend admirer Brassens, mais ne connait pas "les 2
oncles". En fait, comme beaucoup de gens qui prétendent aimer Brel-Brassens-Ferré, sans les connaitre, parce-que "çà fait bien" dans les conversations. Voilà qu'en plus du reste, Brassens, si je
comprends bien est non seulement un sans-couilles, mais un con. (puisqu'il se fourvoie complètement) dit-il. C'est intolérable. J'en resterai donc là.. Je n'ai, pour ma part, que
Brassens-Brel-Ferré, pour m'aider à survivre au QUOTIDIEN. Tant de critiques infondées, injustes, me blessent. Bye-bye.

alea-jacta-est 18/05/2014 11:39


Bonjour Rosemar


Je vais t' avouer que je ne connaissais pas la chanson" les 2 oncles".Je viens de l' écouter et je suis sidéré...C' est encore pire que ce que je pensais.Brassens renvoie tout le monde dos à
dos...les tommies et les teutons !!!...comme si Aushwitz n' avait pas existé...comme si l' humanité n' avait pas connu cette année zéro de son histoire et de sa civilisation où pour la
première fois en Europe un pays met à execution un génocide et met en application l' élimination physique de ses ennemis...Ecrire "les 2 oncles" en 1964 c' est hallucinant Rosemar, tout
simplement hallucinant...Tu as involontairement apporté de l' eau à mon moulin...Cette chanson aurait été parfaite en 1920 mais plus du tout en 1964.


Je suis surpris que Goldman ait parlé de mourir pour des idées sans avoir cité préalablement les 2 oncles...


Enfin l' intérêt montré par les français durant les années 80 pour les procès Barbie, Papon etc..montrent que Brassens se fourvoie complètement...les gens ne s' en contrefichent pas comme il l'
affirme dans les 2 oncles..les jeunes essaient de comprendre...nuance !


Bon Dimanche

rosemar 18/05/2014 12:09



La chanson a fait scandale et Brassens pacifiste se défend : ce que dénonce Brassens, ce sont les idéologies extrêmes et dangereuses, il défend l'idée de réconciliation qui permet la
construction de l'Europe : d'ailleurs Brassens renvoie bien tout le monde dos à dos, comme tu le dis : on le voit, de nos jours encore : les idéologies s'opposent toujours et risquent de nous
conduire à la guerre. C'est là l'idée de Brassens ! 


Belle journée AJE






NINA 18/05/2014 11:31


Encore une fois, MERCI à vous, Rosemar...Votre TEMPERANCE -(intelligence) me fait chaud au coeur...Il s'agissait de "commémorer la Grande Guerre" avec une chanson de Brassens... Et on en arrive à
une polémique bien inutile. Dommage... Si tous ceux qui sont partis au STO sont des sans-couilles, (y compris Brassens), il faut espérer que celles de AJE ne l'empêchent pas de marcher !! Encore
MERCI, Rosemar, et bonne journée.


 

rosemar 18/05/2014 12:16



On peut regretter les polémiques mais en même temps, elles permettent de clarifier les idées : je pense aussi que ceux qui ont été vitimes du STO ne méritent pas qu'on leur jette la
pierre, ils ont vécu une période difficile : il faut souhaiter que de tels épisodes ne se reproduisent pas : il faut donc dénoncer la guerre et les idélogies, comme le fait Brassens.


Belle journée, NINA



NINA 18/05/2014 09:52


à AJE.
O.K. Je vous laisse AVOIR raison... Entretenir la polémique.
BRAVO! C'est si important pour vous d'avoir le dernier mot. "Aprrendre des choses" à Rosemar et aux autres.. vous qui savez tout...


 

alea-jacta-est 18/05/2014 07:30


@Nina


Avant de vous répondre je précise que Rosemar et moi sommes les rescapés d' un site où on n' avait pas peur de débattre avec une suite de questions et réponses sans qu' il y ait de part et
d' autre la moindre animosité...simple débat d' idées.


Quant à Georges Marchais j' en parle pour 2 motifs: d'  abord il a fait le STO tout comme Brassens( c' est un point commun entre les 2 hommes rien de plus.Ça veut dire qu' ils ont été
réquisitionnés et qu' ils ont donc bien involontairement aidé l' agresseur dans son effort de guerre, ce qui doit être, reconnaissez-le une grande humiliation).Par ailleurs Marchais a été victime
d' une campagne de presse du magazine l' Express dans les années80 pour avoir tenté de cacher ce passé qui n' est ni infâme , ni honteux.Enfin, et même si vous êtes extraordinairement agacée
par mes propos je vous rappelle que la polémique n' est pas partie de moi et qu' elle avait été lancée en son temps par JJ Goldman.Mes propos sont d' autant plus mesurés que je suis un grand
admirateur de Brel, de Brassens et de Ferré qui étaient tous trois des géants de la chanson française mais pas forcément des saints intouchables.J' ai d' autres choses à faire que de chercher des
poux dans la tête de qui que ce soit: simplement le billet de Rosemar me donnait l' occasion de revenir sur ce sujet polémique...Peut-être même que Rosemar qui est plus jeune que
moi ignorait ce qu' avait dit Goldman( maintenant elle le sait) 


@Rosemar


Pour en terminer avec ce thème Rosemar.Imagine deux secondes que tout comme Brassens tu aies vécu cet épisode humiliant qu' est le STO et que tu aies participé à l' effort de guerre de l'
agresseur en fabricant des moteurs BMW et bien, Rosemar, après ça tu peux encore monter sur scène mais tu n' oseras pas chanter que toutes les idées se valent et que certaines idées ne
méritent pas de mourir pour elles parce que tu vas insulter ceux( et j' en connais personnellement au moins un) qui ont fait un autre choix: ceux qui ont eu les c..... de ne pas répondre à
la réquisition des allemands et qui ont pris le maquis...


Et là, je reviens à ce que je disais au début: si cette chanson avait été écrite après la 1 ère guerre mondiale, tout le monde applaudit sans réserves...la même chanson écrite après la 2 ème par
quelqu' un qui a fait le STO ( et même si ce n' est pas de sa faute...) et là, d' un seul coup tu penses que le mec, il manque pas d' air ...Non seulement il n' est pas allé libérer son pays mais
en plus il se fiche de certains de ceux qui sont morts pour leurs idées( même si on a tous compris que le sens général de la chanson est ailleurs....là c' était vraiment terrain
glissant...très très glissant pour Brassens...).


Bon dimanche à toutes et à tous

rosemar 18/05/2014 10:21



Bonjour AJE


débattre est toujours intéressant... un rappel : cette chanson est une réponse à ceux qui avaient critiqué sa chanson de 1964, Les deux oncles... On l'avait alors accablé de critiques :
je pense que dans Mourir pour des idées, Brassens montre bien le danger des gourous, ceux qui poussent à la guerre et Hitler en était un, forcément, un des plus dangereux. Brassens lui-même a
défendu des idées de générosité, de tolérance, d'amitié : la chanson, dans sa plus grande partie, dénonce les gourous qui poussent à la guerre : certains en sont encore victimes de nos jours.
 


http://youtu.be/ql38v9AjjlM


 


Bonne journée AJE






NINA 18/05/2014 00:35


J'ajouterai une chose, qui sera la DERNIERE. Hors sujet de ce soir.. Mais au point où j'en suis... Au sujet de votre plus ancien article concernant les hommes politiques qui ne respectent pas les
femmes...Vous présentiez 3 personnes. Celle dont je garde un affreux souvenir : Balkany. Voilà, c'est dit. Hors sujet je vous l'accorde. Mais à mon âge, avec peu de perspectives d'avenir, je ne
me contente plus de l'écrire dans mon pauvre journal personnel. Bises


 

rosemar 18/05/2014 11:07



J'avais bien compris, NINA, qu'il s'agissait de lui : le château et le reste... Parfois, dire et exprimer les choses fait du bien !


Tout ma sympathie et bises du sud, NINA



NINA 18/05/2014 00:26


Là, c'est l'pompon.. Vla-t-y pas que AJE compare, et met dans le même panier Marchais et Brassens ! Y'a des limites au n'importe quoi, à l'entêtement et à la mauvaise foi. Je ne guette pas
votre blog, Rosemar, pour m'énerver. Je vais me coucher contrariée à un point !!! alors que je suis très gravement malade, bourrée de somnifères, la douleur faisant de moi une insomniaque. Je
crois que je ne lirai plus du tout votre blog. L'énervement à domicile, non. Vos articles sont brillants. Des commentaires comme ce soir en dont indignes. Bises à vous. 

rosemar 18/05/2014 10:59



Un vrai "boutefeu", NINA ! je vois que, vous aussi, vous le prenez à coeur, il faut se ménager, comme vous me l'avez dit, j'espère que la nuit n'a pas été trop agitée et j'espère que vous
continuerez à lire nos blogs. AJE est quelqu'un qui aime débattre et partager : il envoie des liens, des vidéos...


Bonne journée NINA



alea-jacta-est 18/05/2014 00:09


Voyons Rosemar: là tu soulignes les vers sur lesquels on est tous d' accord.


Mais il dit aussi...que certaines idées n' ont plus cours le lendemain ( oui mais pas toutes car il est des principes auxquels on reste fidèle...)..on a l' impression que les idées sont comme les
modes qui vont et qui viennent de manière très superficielle.


Il parle qu' on s' est trompé d' idées...Ceux qui ont pris le maquis ne se sont pas trompés...car aujourd' hui ça me permet de t' écrire en toute liberté.Goldman a raison: personne ne l'
obligeait à être un héros...mais il aurait dû adopter un profil plus bas car d' autres que lui ont mené le combat que lui n' a pas fait...pareil que George Marchais d' ailleurs( j' étais au PC
quand on avait accusé l' ancien secrétaire du parti d' avoir caché son passé...il n' y avait aucun déshonneur en fait )...T' imagines si Marchais s' était mis à chanter : " mourons pour des
idées mais de mort lente...le scandale !!!! "..la différence c' est que Jojo était resté discret sur le STO...pas de honte mais il ne s' en vantait pas non plus...


Par ailleurs c' est peut-être la seule chanson de Brassens où on peut dire: là il est gonflé quand même...!!!


Personne n' est parfait


Bonne fin de soirée

rosemar 18/05/2014 00:31



On ne peut tout de même isoler une phrase du contexte de la chanson : toutes les idées se ressemblent dit la chanson, d'autant que ces idées sont énoncées par des va-t-en guerre...
 C'est ainsi que je comprends  le texte de Brassens.


Bonne nuit AJE 



NINA 17/05/2014 23:44


Que cherchez-vous à démontrer à tout prix AJE ? A part que vous avez raison ? démysthifier ? à couper les cheveux en quatre vous rejoignez la cohorte des spécialistes de la logorrhée.  Je
veux bien "défendre mes idées", Rosemar, mais pas m'agacer avec les chercheurs de poux. J'ai passé l'âge des vaines discussions à tenir le crachoir avec des faiseurs de phrases persuadés de
détenir LA vérité. Bonne soirée.


 

alea-jacta-est 17/05/2014 23:07


Rebonsoir Rosemar


Pas tout à fait d' accord avec ta réponse...T' es trop sympa avec l' ami George sur ce coup-là...sa chanson ne se limite pas à dénoncer ceux qui envoient les autres se faire trouer la peau à leur
place.Relis bien les paroles et tu verras que Brassens indique clairement qu' aucune idée ne vaut la peine de mourir pour elle et qu' elles se ressemblent toutes ,etc...etc...


Or ce qui se ressemble ce sont les drapeaux qui effectivement se valent...mais pas les idées Rosemar...Goldman n' est pas un poète...il n' a pas le talent de Brassens...mais il n' a pas tout
à fait tort...On ne peut pas revenir de la STO et chanter mourons pour des idées mais de mort lente quand dans ton public il y a des gens qui ont risqué de se faire tuer pour que tu puisses avoir
le droit de chanter en toute liberté...Sur ce coup-là Goldman marque un point...Pour moi ça n' enlève rien au génie de Brassens, et ça le rend humain lui aussi...il a eu ses faiblesses: personne
ne l' obligeait à être un héros mais il faut respecter certains de ceux qui ont combattu et qui ont su donner un sens à leur mort.Toutes les idées ne se valent pas...et toutes les morts non
plus !


Je te laisse avec les paroles géniales mais parfois ambigües et tu jugeras par toi-même des vers qui " coincent"....Bonne fin de soirée



Mourir pour des idées, l'idée est excellente
Moi j'ai failli mourir de ne l'avoir pas eu
Car tous ceux qui l'avaient, multitude accablante
En hurlant à la mort me sont tombés dessus
Ils ont su me convaincre et ma muse insolente
Abjurant ses erreurs, se rallie à leur foi
Avec un soupçon de réserve toutefois
Mourrons pour des idées, d'accord, mais de mort lente,
D'accord, mais de mort lente

Jugeant qu'il n'y a pas péril en la demeure
Allons vers l'autre monde en flânant en chemin
Car, à forcer l'allure, il arrive qu'on meure
Pour des idées n'ayant plus cours le lendemain
Or, s'il est une chose amère, désolante
En rendant l'âme à Dieu c'est bien de constater
Qu'on a fait fausse route, qu'on s'est trompé d'idée
Mourrons pour des idées, d'accord, mais de mort lente
D'accord, mais de mort lente

Les saint jean bouche d'or qui prêchent le martyre
Le plus souvent, d'ailleurs, s'attardent ici-bas
Mourir pour des idées, c'est le cas de le dire
C'est leur raison de vivre, ils ne s'en privent pas
Dans presque tous les camps on en voit qui supplantent
Bientôt Mathusalem dans la longévité
J'en conclus qu'ils doivent se dire, en aparté
"Mourrons pour des idées, d'accord, mais de mort lente
D'accord, mais de mort lente"

Des idées réclamant le fameux sacrifice
Les sectes de tout poil en offrent des séquelles
Et la question se pose aux victimes novices
Mourir pour des idées, c'est bien beau mais lesquelles ?
Et comme toutes sont entre elles ressemblantes
Quand il les voit venir, avec leur gros drapeau
Le sage, en hésitant, tourne autour du tombeau
Mourrons pour des idées, d'accord, mais de mort lente
D'accord, mais de mort lente

Encor s'il suffisait de quelques hécatombes
Pour qu'enfin tout changeât, qu'enfin tout s'arrangeât
Depuis tant de "grands soirs" que tant de têtes tombent
Au paradis sur terre on y serait déjà
Mais l'âge d'or sans cesse est remis aux calendes
Les dieux ont toujours soif, n'en ont jamais assez
Et c'est la mort, la mort toujours recommencée
Mourrons pour des idées, d'accord, mais de mort lente
D'accord, mais de mort lente

O vous, les boutefeux, ô vous les bons apôtres
Mourez donc les premiers, nous vous cédons le pas
Mais de grâce, morbleu! laissez vivre les autres!
La vie est à peu près leur seul luxe ici bas
Car, enfin, la Camarde est assez vigilante
Elle n'a pas besoin qu'on lui tienne la faux
Plus de danse macabre autour des échafauds!
Mourrons pour des idées, d'accord, mais de mort lente
D'accord, mais de mort lente

rosemar 17/05/2014 23:28



En même temps, Brassens énonce tant de vérités dans cette chanson : il faut relire la deuxième strophe : combien de gens se sont trompés sur le communisme et n'ont pas vu toutes les
horreurs de ce régime, à une certaine époque, ce passage, aussi, est bien révélateur : "Les Saint Jean Bouche d'or qui prêchent le martyre" et envoient les autres à la boucherie, la dernière
strophe renvoie à la même idée... Brassens, comme de nombreux français a subi le STO : pouvait-il faire autrement ? On ne peut le lui reprocher... Dans ce texte, il dénonce surtout les boutefeux,
les va-t-en guerre et il a raison.


Bonne fin de soirée AJE


 



NINA 17/05/2014 20:38


Blabla-bla...
Mais c'est une question de CONTEXTE !!! Rien à foutre... L'important, c'est le fond. Nous voilà repartis !... "Comme en 14 ". Voilà aussi pourquoi, la plupart du temps, je ne laisse pas de
commentaire. Je préfère fermer ma gueule. (et je crois que je vais continuer).


 


 

rosemar 17/05/2014 21:28



Ce serait dommage NINA : il est bon d'exposer ses idées : Brassens avait aussi des idées à défendre et c'est pourquoi, il a écrit tant de textes riches de messages ! Défendons nos
idées.


Belle soirée



alea-jacta-est 17/05/2014 20:09


Bonjour Rosemar


C' est effectivement un chef d' oeuvre d' ironie qui, par association de pensées , me rappelle aussi le héros de Céline dans le voyage au bout de la nuit complètement effaré par l' inconscience
de tous ceux qui partirent la fleur au fusil en 14...Son héros est atterré car il sent qu' avec de tels crétins il n'  a aucune chance d' en réchapper et que ça va être une énorme boucherie
des plus absurdes qui soient.Dans les plaines de mon Nord natal il y a ausi les cimetières militaires avec ces milliers croix blanches alignées qui donnent le vertige...un témoignage
silencieux sur la folie des hommes qui donne le vertige.


Au début des années 2000 Goldmann avait osé toucher le mythe de " Saint Georges" en déclarant que sa chanson " mourir pour des idées"  était quelque part obscène.Voici l'
extrait de l' interview


N. O. – Récemment, lors d’une émission de télévision vous avez choqué beaucoup de monde en déclarant que «Mourir pour des idées», la chanson de Brassens, était
«obscène»…
J.-J. Goldman. - En plein milieu de cet hommage à l’anarchiste Brassens, j’apprends qu’il a fait le STO, le Service du Travail obligatoire, où il a fabriqué des moteurs d’avions.
Là, je ne lui reproche rien, personne n’est tenu d’être un héros! Mais quand après la guerre, alors que des résistants se sont battus, se sont fait torturer ou fusiller, pour que monsieur
Brassens puisse reprendre sa guitare, chanter que toutes les idées se valent, alors oui, je trouve ça obscène.


 http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/20011218.OBS1608/jean-jacques-goldman-repond-a-tout.html


Et bien, pour une fois, Goldman soulève un vrai point...La 2 ème guerre mondiale posait un vrai dillemme que ne posaient pas les antérieures: Il y a avait une idéologie liberticide qui mettait en
péril notre propre civilisation, et le choix antimilitariste, pacifiste ou non-violent aurait amené luers promoteurs à la pure et simple extinction sans autre forme de procès tout
comme des millions de juifs.


Ceci dit je ne vais pas relancer la bagarre: " Mourir pour des idées" est un chef d' oeuvre mais qu' il faut savoir écouter et comprendre.On ne peut appliquer son message à la fois ironique
et humaniste à tout et à n' importe quoi.Cette chanson s' applique parfaitement à la première guerre mondiale...mais pas à la deuxième.


Bon WE l' amie

rosemar 17/05/2014 21:22



Oui, le héros de Céline est emporté dans la violence et le déchaînement de la guerre, et se retrouve dans un univers de folie : celui de n'importe quelle guerre,
d'ailleurs. 


Dans la chanson Mourir pour des idées, Brassens dénonce surtout ceux qui, bien à l'abri, envoient à la mort des jeunes gens, souvent ce sont les plus humbles, les plus fragiles qui
souffrent et meurent à la guerre... Il est vrai qu'il fallait combattre l'idélogie nazie, lors de la seconde guerre mondiale, mais comme toujours, ce sont des gens modestes qui ont le plus
souffert et qui sont morts.


Bon WE, AJE



NINA 17/05/2014 00:20


..Et puis, dans le même ordre d'idée (Brassens anti-guerre), cette merveilleuse chanson "Les deux oncles".. Celle-là aussi a fait polémique, au point que ce grand artiste fut agressé verbalement
surtout pour la phrase "des idées comme çà qui viennent et qui font, trois petits tours et puis s'en vont" /.../"qu'i est fou de perdre la vie pour des idées" Un grand pacifiste. De génie. Encore
merci, Rosemar.


 

rosemar 17/05/2014 12:33



Merci pour ce rappel : Les deux oncles, en video, c'est encore mieux :


http://youtu.be/0LqZUl8Cqdk


Je rajoute cette autre chanson :  


http://youtu.be/mMh4Wi4VziI


 


Bonne journée



Fatizo2 16/05/2014 21:58


Brassens fait parti de ces artistes comme il en existe plus. 


Provocateur, mais avec un message fort. Aujourd'hui ceux qui font de la provoc ne le font que pour se faire de la pub. Ils sont avant tout vulgaires, et n'ont aucun message fort à faire paser,
pire, ils n'ont aucune conviction.


Bises et bon week-end Rosemar

rosemar 17/05/2014 12:25



Brassens a souvent provoqué mais avec tellement d'inventivités, d'humour ! Cette dénonciation de la guerre est particulièrement originale car elle remet en cause les fondements mêmes de
la guerre : l'héroïsme, la gloire, les massacres.


Bises du sud






NINA 16/05/2014 21:30


Un grand MERCI, Rosemar... Pour cet éloge de Brassens, au passage. De mon côté, dans ma grande solitude, Brassens m'accompagne, littéralement. Pas un jour, (ou presque) sans lui. Oui, bien des
controverses... Mais je pense qu'il se foutait pas mal de ne pas être compris des crétins. Ce n'est pas pour eux qu'il écrivait. Par ailleurs, si je partageais souvent les "découvertes" de mes
enfants dans les chansons ou groupes modernes, j'en profitais toujours pour leur dire "et toi.. t'as vraiment écouté, et compris celle-ci, ou celle-là de Brassens.?". Un vrai régal de constater
cette continuité. Oui, bravo pour cette façon de "commémorer" comme vous dites. Encore merci.. Cà rassure.. Bises.

rosemar 17/05/2014 12:13



Merci pour ce message, NINA : Brassens devrait mettre tout le monde d'accord, ses chansons reflètent tant d'humanité, de tendresse, de révoltes !


Bises du sud



Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/