Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 19:02


Photo1030

Tout le monde connaît cette chanson intitulée :"Elle est d'ailleurs", un poème d'amour d'une grande limpidité, tout en douceur et simplicité : Jean Pierre Lang et Pierre Bachelet ont écrit et composé, là, un chef d'oeuvre de poésie.

 

Le regard de la jeune femme, reflet de l'âme et de l'être est d'abord souligné : des "lumières" au fond des yeux, qui rendent "aveugles ou amoureux" : c'est bien l'éblouissement de l'amour qui est ici évoqué... puis ses "gestes de parfum" sont mis en valeur, belle expression qui associe la perception visuelle et la sensation olfactive : on perçoit un sillage qui suit la bien-aimée, femme de mystère, lointaine, inaccessible.

 

On voit des gestes si émouvants que le poète est comme étourdi, ebloui : il se transforme lui-même et devient "bête" stupéfiée, face à tant d'harmonie.

 

La femme silencieuse et lointaine est d'autant plus éblouissante : " elle a de ces manières de ne rien dire qui parlent au bout des souvenirs", l'oxymore "ne rien dire/ parler" accroît l'impression de mystère qui entoure la jeune femme.

Les gestes, les mouvements les plus simples sont magnifiés : une manière de traverser une rue au quotidien, une façon de se pencher à une fenêtre.

 

L'évocation se précise avec la description des mains, celles d'une "dentellière" : la référence au célèbre peintre Vermeer transforme la femme aimée en une oeuvre d'art, un tableau plein de lumières et d'éclats.

 

Enfin, la silhouette apparaît : une silhouette vénitienne, digne d'une peinture de Véronèse. Venise, ville de splendeurs, des arts les plus divers est ainsi associée à la bien-aimée.

 

Le refrain insiste sur la force de cet amour, qui mène à une forme d'esclavage devant "un sourire et un visage"... Le poète est prêt à suivre cette mystérieuse inconnue partout... l'amour conduit inévitablement à une sorte de douce aliénation. 

 

Le refrain insiste sur l'idée de distance, d'éloignement : "Elle est d'ailleurs".

La jeune femme semble appartenir à un autre monde : les mots, et l'amour, pour elle, sont "sans valeur" et elle laisse le poète sans réponse, dans l'incertitude.

 

Ainsi, le poète retranscrit tous les mystères de l'amour, souvent inexplicable : un regard, des gestes, une silhouette suffisent à émouvoir.

 

La sifflante "s" est utilisée de manière récurrente, donnant une impression de douceur infinie : " ces lumières, c'est sûr, souvenirs, traverser, csourire, ce visage, sillages, elle passe, sans valeur, cette silhouette, ses persiennes, ce geste, esclavage".

 

Le thème de l'étrangeté de l'amour est bien illustré dans tout le texte : incompréhensible, il est auréolé de mystères, de brumes, d'incertitudes.

 

La femme devient un être difficile à cerner, alors que ressortent sa grâce et sa beauté. Les mots sont pleins de force et d'émotions : le poète tombe "en esclavage", il devient "chien", les mains de la jeune femme pourraient "damner l'âme d'un Vermeer."

 

La séduction est, ainsi, présentée comme un pouvoir irrésistible, auquel l'amoureux ne peut échapper.

La mélodie douce, mélancolique s'égrène lancinante et traduit bien l'admiration, le bonheur, l'émotion de croiser la femme aimée et rêvée.

 

http://youtu.be/ZL7-3c-YKVs

 

 

jeune fille perle

 

dentellière

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Partager cet article
Repost0

commentaires

Janice 07/02/2014 20:19


Merci Rosemar pour ce moment de pure poèsie....


Bachelet me rappelle Brel non seulement  par ces textes, sa poèsie, sa sensibilité, mais même physiquement il avait qq chose du Grand Jacques...


Et Pierre Bachelet était un Grand lui aussi...


Comme LHatem, je l'aime bcp... Et cette chanson particulièrement 


Bises et bon week-end à toi et à tous ! 

rosemar 07/02/2014 22:00



Bachelet, Brel, Ferrat : des auteurs pleins d'humanité, de tendresse, ils ne peuvent que nous émouvoir, et frapper la corde sensible : des grands, en effet, et dans tous les sens du terme
!


Bises et belle soirée janice !



NINA 04/02/2014 22:15


Oui, la poésie de Bachelet est incontestable. J'ignore si tout le monde a perçu, aussi bien que vous chaque nuance, -vous, spécialiste du décorticage- (en cela je vous ressemble) On me reproche
toujours "tu prends tout au pied de la lettre" Ce à quoi je réponds : "l'éventail infini des richesses en nuances de notre langue est fait pour çà". Oui, oh ! oui, l'amour est une aliénation..
Parfois payée très douloureusement. Mais je plains ceux qui passent toute une vie sans la connaître et sans en souffrir. Et il est certain que Bachelet décrit là ce "charme indéfinissable" fait
de gestes, de silences. "Je sais pas... elle a un truc, une "façon d'être" dit-on parfois de certaines personnes. Le mystère, là encore. Et puis, de Bachelet, j'ai été remuée par "les corons", en
ayant moi-même connu les vestiges dans mon adolescence. La terre, c'était le charbon, oui. Nous salissions nos soquettes blanches rien qu'à marcher sur les chemins, et nos fonds de culottes à
descendre des terrils comme de tobogans improvisés.Pourtant, moi aussi, je "viens du Sud". Bonne soirée, Rosemar.Je souhaiterais répondre à certaines de vos questions. j'ai tenté de le faire
précédemment, mais overblog me dit : lescture de votre message non garantie.


 


 


 

rosemar 05/02/2014 10:52



Oui, j'ai bien reçu un message qui expliquait comment vous avez découvert le blog. Merci pour ces souvenirs émouvants du Nord, pour ce bonheur des mots. La musique est aussi tellement
porteuse d'émotions : la musique des mots mais aussi celles des notes.


Belle journée NINA



L. HATEM 04/02/2014 22:12


Ah, si Janice pouvait passer par ici, elle serait aussi contente que moi... 


Bachelet es mon idole bis !


Cette chanson décrit la même chose que dans "je l'aime à mourir"...


Bises Rosemar et merci.

rosemar 05/02/2014 10:46



Plus de nouvelles de Janice, depuis un moment... j'espère qu'elle verra l'article. Je crois que Pierre Bachelet a composé la musique mais n'est pas l'auteur des paroles ? L'ensemble est,
de toute façon,  magique !


Bises du sud LH






fatizo 04/02/2014 21:10


Tu vas faire plaisir à L hatem, le grand fan de Pierre Bachelet .


Je l'ai vu une fois, il était vraiment très grand, et très sympa parait-il .


Bises et belle soirée Rosemar

rosemar 04/02/2014 21:36



Oui, je sais que LH est un fan... La voix de Pierre Bachelet me plaît, elle me fait penser aussi à celle de Jean Ferrat : je trouve qu'elle est pleine d'émotions, de vérité... la chanson
est superbe, dans sa simplicité. 


Bises du sud



Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/