Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 17:25

ecole-copie-1.jpg

 

Les punitions n'ont plus la cote : les parents d'élèves se mettent à les contester, à ne plus en voir l'utilité. Pourtant, les punitions sont indispensables : elles offrent à l'élève l'opportunité de comprendre que certains comportements ne sont pas admissibles.

 

Sans punition, tout est permis : un élève qui bavarde, un élève qui arrive en classe sans ses affaires, sans son travail méritent remontrances et punitions.

 

On a voulu, dans nos sociétés, préserver à tout prix l'enfant, le protéger, considérant, parfois, la punition comme une humiliation mais enfin, l'enfant se doit, comme l'adulte, de respecter des règles de vie, il se doit d'écouter en classe, d'apporter ses livres, de suivre les cours.

 

La punition a une vertu pédagogique. Or, les élèves ressentent de plus en plus, l'impression d'avoir tous les droits : c'est le règne de l'enfant-roi surprotégé, à qui on donne toujours des excuses. 

 

La punition corporelle a été, aussi, ces derniers temps fortement remise en cause : la fessée est interdite, la gifle n'est pas bien perçue.

 

Peu à peu, l'enfant vit dans une impunité totale : la peur de la sanction se généralise dans nos sociétés, il ne faut surtout pas traumatiser l'élève !

 

A vouloir trop protéger les enfants de toute atteinte, leur apprend-on à vivre ?

 

Dans leur vie d'adultes, il leur faudra respecter des règles : cet apprentissage ne doit-il pas commencer dès l'école ?

 

Quel avenir prépare-t-on à ces enfants si on les laisse dans cette atmosphère de permissivité totale ? Où va-t-on ? Dans quel monde de passivité, de refus des règles de vie, d'inconscience ?

 

On assiste, de plus à plus, à une sorte de généralisation de la permissivité : ainsi, les redoublements sont en passe d'être supprimés : un élève qui n'a pas travaillé pourra donc passer dans la classe supérieure.

 

Autant dire aux élèves : ce n'est pas la peine de se fatiguer, le passage est acquis.

En tant que pédagogue, je m'inquiète de toutes ces dérives : elles sont favorisées, sans doute, aussi par tous les médias qui nous entourent : sur internet, la permissivité et la transgression sont omniprésentes : insultes, grossiéretés, que dis-je, vulgarités envahissent la toile.

 

L'anonymat favorise ces débordements : internet, outil prodigieux, peut être le pire des progrès, si ce média est mal utilisé.


Il faut revenir à ce qui fonde une civilisation, retrouver les vertus du savoir-vivre et les inculquer aux enfants : sinon, nos sociétés courent vers des impasses dangereuses.

Toute société est régie par des règles : chacun se doit de les respecter.

 

La punition, si elle est justifiée et adaptée, doit ête remise à l'honneur : sans elle, nos sociétés ne survivront pas.

 

 

eleves.jpg

 



Partager cet article
Repost0

commentaires

A

Bonsoir Rosemar


En ce moment j' ai un de mes élèves qui me donne du fil à retordre.Je sens bien qu' il n' a pas peur des éventuelles représailles que je brandis, à savoir avertissement et possible expulsion
temporaire du collège-lycée ...Quand je lui dis que je vais appeller sa mère par téléphone je sens que ça ne le perturbe pas plus que ça et ça, c' est vraiment un mauvais signe.


Quand les enfants ne craignent absolument plus les parents ce sont des symptômes vraiment inquiétants qui laissent augurer le pire...Le spectre de l' enfant-despote apparaît: l' enfant pour qui
le monde tourne autour de lui, de lui et encore lui..l' enfant qui sent que rien ne peut lui arriver et qui n' a aucune empathie pour les autres et qui ne peut rien partager avec
eux...le spectre de l' enfant -dictateur qui se tranformera bientôt en enfant qui maltraite ses propres parents, qui insulte sa mère et qui ose lever la main dessus une fois arrivé à l' âge de l'
adolescence...


Certains pensent peut-être que j' en rajoute et que je noircis le tableau...erreur, mon capitaine, j' ai déjà eu quelques cas comme ça et j' ai appris à les reconnaître ( c' est pas très
difficile...).


Enfin, j' aimerais juste ajouter un détail intéressant par rapport à l' Espagne: le portrait de l' enfant-dictateur pur fruit de la crise sociale et économique, et de la crise de la
famille n' apparaît absolument pas dans la communauté gitane.C' est d' autant plus étonnant que les enfants issus de cette communauté peuvent parfois donner des sérieux problèmes à leurs
enseignants mais jamais, au grand jamais dans la famille .


Pourquoi me direz-vous ??? C' est très simple: dans cette communauté la vie sociale est tellement omniprésente qu' un individu ne peut vivre une vie normale sans le respect de ses parents et de
ses très très nombreux oncles, tantes, frères, soeurs et cousins...La "tribu" c' est la vie et il n' y a point de salut, j' allais dire point d' existence en dehors d' elle...On partage tout avec
la tribu...impossible d'y avoir un comportement hyperégoïste...Chez eux le mot respect a encore un sens très fort alors que dans les familles occidentales en crise, ça n' en a plus
beaucoup.


Bonne fin de soirée Rosemar
Répondre
R


Le rôle des parents est déterminant : certains sont eux-mêmes dépassés et n'arrivent pas à contrôler leurs propres enfants. Cette année, pour la première fois, je suis confrontée au
problème de la drogue dans une de mes classes... C'est terrifiant ! J'en parlerai dans un prochain article mais il est difficile de se retrouver face à ce problème.


Belle soirée AJE



F

Nous sommes nombreux à se dire que les enfants sont trop soutenus par leurs parents, que tout est fait pour que l'on passe tous leurs caprices, mais une certaine élite trouve ça bien . Et puis
les parents qui ne supportent pas que l'on punisse leurs chers têtes blondes, ca me met en rage .


Bises et belle semaine Rosemar
Répondre
R


Les parents ne voient souvent que l'injustice de la punition et non son utilité : un adolescent qui est puni a tendance, forcément, à minimiser ce qu'il a fait : les parents devraient le
comprendre. 


Belle semaine et bises du sud



N

Etant d'une autre génération, j'ai souvent été punie à tort. et accusée à tort. cà a fait de moi une contestaire. Je suis anarchiste... C'est pour çà que je traverse dans les passages piétons,
que je m'arrête au stop, ne brûle aucun feu rouge, pas d'excès de vitesse... Je n'ai pas "éduqué" mes enfants au sens où on l'entend. Pas de leçons de morales, et chose curieuse, il m'est arrivée
d'être convoquée au collège... pour être félécitée au sujet de la politesse de mon fils. J'ai dit "je n'y suis pour rien"... On ne m'a pas crue.. Bien d'autres choses du même ordre. Parait-il que
sans doute, mes enfants avaint suivi mon exemple. (je les ai élevés seule)... Ma foi... Pour autant, aujourd'hui, le laxisme est général.. Mais que voulez-vous, Rosemar, les parents eux-mêmes
insultent tout le monde. L'exemple, alors, ??? Non, aujourd'hui le petit, il "chie" sur la table. Et on s'exclame : "oh ! mon Dieu ! comme c'est joli... recommence, mon petit.." Non, vraiment, je
n'envie pas le rôle des enseignants d'aujourd'hui. Non seulement la fessée ne traumatisait pas les enfants autrefois, mais j'avais constaté, chez certains camarades, qu'au contraire, ils en
ressentaient comme la preuve d'un intérêt quelconque. Cela leur donnait l'impression d'exister. On s'était intéressé à eux.. Bonne soirée, Rosemar.


 


 
Répondre
R


Merci pour ce témoignage : indéniablement, les punitions ont une utilité. Le métier d"enseignant devient de plus en plus compliqué : on est confronté à tous les problèmes de la société :
chômage, divorces, drogue, parfois : c'est terrible ! Comment affronter tous ces problèmes ? Je pense qu'il faut rétablir plus de discipline dans les établissements scolaires... sans discipline,
l'enseignement n'est plus possible.


Belle soiréé NINA



L

salut rosemar , les enfants qui ne respectent rien sont souvent les memes qui ne respectent pas leur parents , ce manque d autorité a la maison se reproduit a l ecole


  ces parents là ne rendent pas service a leurs enfants bien au contraire , je serai tenté de leur consei ller de garder leur momes a la maison .....


bon dimanche a toi ..bisous
Répondre
R


Je pense aussi que les parents ont un rôle à jouer et que beaucoup ont démissionné : comment les profs peuvent-ils exercer correctement leur fonction s'ils ne sont pas soutenus par les
parents ? La société est trop permissive.


Bises du sud, lino



Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/