Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 23:58

 

biffins 3

 

La pauvreté s'intensifie en France. C'est une des conclusions de l'étude annuelle du Secours catholique sur la pauvreté...

 

"Depuis dix ans, la précarité s'est installée parmi les bénéficiaires du Secours catholique, les pauvres sont plus nombreux et dans une situation plus difficile qu'en 2001", souligne l'ONG dans son rapport annuel rendu public jeudi 8 novembre.Les femmes notamment sont de plus en plus touchées par la pauvreté.

 

 Ainsi, à Paris et dans quelques grandes villes de Province, fleurissent des marchés sauvages : des pauvres essaient de vendre de menus objets glanés dans des poubelles, des vêtements, parfois même de la nourriture périmée, récupérée dans les supermarchés.... Les prix pratiqués étant dérisoires, ces marchands à la sauvette essaient de survivre, en vendant ces produits à des clients tout aussi pauvres qu'eux.

Ces marchés sauvages se sont multipliés à Paris : on en compte désormais 5 dans la capitale et ils se tiennent 4 jours par semaine.... Une économie parallèle est en train de se mettre en place dans cette période de crise où beaucoup de gens ont des difficultés à trouver du travail, à vivre décemment. Près des puces de Saint-Ouen, la mairie de Paris a ainsi légalisé 270 emplacements réservés aux plus démunis, qui viennent y vendre des objets de récupération.

 

On appelle ces vendeurs des biffins. Ce surnom vient d'un mot de vieux français désignant une étoffe et par la suite, des chiffonniers. Ces dernières années le phénomène a pris une ampleur inédite. Jusqu’à mille vendeurs à la sauvette arpentent chaque jour les abords de la porte Montmartre, à Paris.

 

Ces marchés parallèles sont vus d'un mauvais oeil par les habitants des quartiers où ils s'installent car ils génèrent souvent saleté, troubles, disputes entre les vendeurs à la sauvette, bagarres... Certains se plaignent d'une atteinte à la tranquillité des habitants.

 

On le voit, la crise a aggravé ce phénomène et la misère, dans ces marchés sauvages côtoie la misère : des pauvres viennent acheter à bas prix ce qui peut leur faire défaut, des objets de récupération, de la nourriture avariée ou tout au moins périmée : les vendeuses l'affirment elles mêmes : "Nous mangeons cette nourriture et nous sommes toujours vivantes !"

 

C'est le règne de la débrouille qui s'organise quand les gens ont des difficultés à boucler les fins de mois, c'est le retour de la misère noire qui pousse les uns à vendre, les autres à acheter sur ces marchés de la pauvreté et de l'exclusion.

 

Bien sûr, on ne peut interdire, en temps de crise, de telles pratiques qui permettent à certains de survivre mais on voit que la misère devient habituelle et ordinaire. On voit que les pauvres se multiplient, que la crise s'aggrave et qu'elle risque d'engendrer des révoltes légitimes quand certains sont exclus du circuit de consommation normal, qu'on les réduit à une économie de pauvreté, de misère.

 

Le chômage étant en train de prospérer, il est à craindre que les biffins se multiplient et que les tensions soient exacerbées entre les vendeurs et les habitants de ces quartiers.

 

Source : France 2, Journal de 20 h.

 


biffins 2 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

biff-copie-1 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

geka 13/11/2012 10:41


Ces pratiques exisetent hélas depuis longtemps... on en parlait peu ou pas à l'époque.. on les appelait chiffonniers, comme tu dis... comme le "papa" de Kirk Douglas ( son livre "le fils
du chiffonnier"). Notre monde cupide a developpé le phénomène et on le verra grandir encore au fil du temps.. à moins qu'une "révolte mondiale" s'effectue ! bisesss

rosemar 16/11/2012 22:59



Oui ces pratiques se développent , on voit de plus en plus de SDF et la misère s'accroît...A Marseille ça existe depuis longtemps...mais maintenant il y a de plus en plus de clients..


 


Bon WE


 



Fatizo 11/11/2012 12:49


On voit également de nombreuses personnes attendre la fin des marchés pour venir faire les poubelles . On trouve parmi ces gens de nombreux petits retraités qui ont tout juste de quoi survivre .


La France n'est malheureuseent pas la seule à subir ce phénomène grandissant de pauvreté .


Plus de 8 millions de pauvres en France, 12 millions en Allemagne, et 46 millions aux USA .


Voilà quelques chiffres qui devraient inciter les politiques à revoir le lodèle économique actuelle, et les injustices liées au monde de l'argent .


Bon dimanche Rosemar

rosemar 16/11/2012 22:36



Bonsoir Fatizo 


c'est une pratique qui se répand de plus en plus en effet....Il est important de rappeler tous ces chiffres....



L. HATEM 10/11/2012 10:24


Bonjour Rosemar,


Je croise souvent ces marchés lors de mes trajets à vélo dans Paris, surtout lorsque je vais du côté de Barbés-LaChapele...


Triste !


Bon WE

rosemar 10/11/2012 22:04



Bonsoir LH


ces marchés se sont multipliés à Paris, notamment ...et ils risquent de s'accroître encore avec la crise et ses conséquences:tous les jours, on apprend que des emplois sont supprimés!



ASTOR 10/11/2012 06:52


Bonjour Rosemar


Je ne connaissais pas cette pratique. Ce genre de constat me fait toujours penser aux oeuvres d'anticipation noires qui nous montrent une humanité qui a régressé (RanXerox, Madmax, Bilal, ...).
On y va ...!


Bonne journée !

rosemar 10/11/2012 22:01



Cela fait songer aux "puces" que l'on voit dans les grandes villes mais ces pratiques se multiplient en même temps que la pauvreté...


Bonne soirée ASTOR