Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 16:28

 

route.jpg

"A travers le sous-bois râpeux et desséché, il pouvait voir à chaque détour que les traces de son passage ne s'effaçaient pas dans les méandres de la route en dessous." Dans cet extrait de son roman, Le hussard sur le toit, Giono nous décrit le périple de son héros, Angelo Pardi, jeune colonel de hussards exilé en France.

 

Angelo, à cheval, suit un chemin poussiéreux de Provence, dans une chaleur étouffante...

 

Le sentier est sinueux, rude, fait de méandres... Ce terme "méandre" vient curieusement du nom grec d'un fleuve : Μαίανδρος, reputé pour ses détours et sa sinuosité.

 

Ce fleuve Maiandros était situé au Sud de l'Asie Mineure, dans l'ancienne Phrygie : particulièrement tortueux, ce fleuve a donné naissance à un nom commun, le méandre.

 

D'ailleurs, le mot lui-même semble dessiner des arabesques, des contours avec sa voyelle nasalisée "an", ses consonnes diverses, labiale, dentale, gutturale.

 

Le méandre nous fait voir des sinuosités, mot à l'étymologie plus douteuse...

Les méandres du chemin rendent le voyage d'Angelo incertain et périlleux : il chemine, lentement, dans une campagne provençale aride, inondée de lumières.

 

Ces méandres peuvent, déjà, symboliser toutes les difficultés que va rencontrer le jeune Angelo : une épidémie de choléra qui ravage la terre de Provence, des accusations qui vont mener le héros à se réfugier sur les toits de la ville de Manosque, des rencontres imprévues, des dangers...

 

Le roman nous entraîne dans les méandres de la vie aventureuse d'Angelo, héros plein de panache et d'humanité : on a envie, dès ces premières pages, de le suivre dans ses prérégrinations, de partager ses aventures.

 

On a envie de le suivre, de l'accompagner sur les chemins sinueux qu'il emprunte : l'univers d'Angelo nous plaît, nous séduit...

 

La campagne, dans laquelle il se hasarde, est la terre de Provence somptueuse, irradiée de soleil, aux sentiers tortueux, poussiéreux et caillouteux !

 

Les méandres de la route peuvent évoquer et suggérer toutes les difficultés de la vie auxquelles sont confrontés les êtres humains, ces méandres, dont l'origine est si ancienne, font partie de la vie de tout un chacun...

 

Belle métaphore du destin des hommes, le méandre n'est pas de tout repos, mais il représente, aussi, toute la variété de nos vies, faites d'obstacles imprévus, de rencontres inoubliables...

 

route-2-copie-1.jpg 

 

méandres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Repost 0
Published by rosemar
commenter cet article
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 16:10


buisson-3.jpg

 

Le traître, c'est, selon l'étymologie même du mot, celui qui livre, celui qui donne, qui abandonne, celui qui dénonce. C'est bien ce qu'a fait Patrick Buisson, l'éminence grise de Nicolas Sarkozy, son ancien conseiller : il avoue avoir utilisé un dictaphone pour enregistrer des conversations à l'Elysée... Le problème est que ceux qu'il a enregistrés n'étaient, apparemment, même pas informés de ces enregistrements !

 

Patrick Buisson a même laissé traîner, imprudemment, certaines cassettes qui lui ont été dérobés ! Ces enregistrements seraient anodins selon son avocat !

 

Anodins ? Pas vraiment ! On y perçoit la personnalité double et trouble de l'ancien mentor de Nicolas Sarkozy : on peut entendre des commentaires peu amènes sur l'ex-président... Patrick Buisson en vient à douter de sa densité politique et ce, après l'avoir encensé en sa présence. Il critique, aussi, son épouse, Carla Sarkozy.

 

Le Canard enchaîné a publié, ce mercredi 5 mars, ce qu'il présente comme le verbatim d'un après-midi à l'Elysée, capté à l'aide d'un dictaphone. 

 

La méthode Buisson se révèle assez indigne ! Ce personnage apparaît comme un redoutable Tartuffe, encensant son seigneur et maître en sa présence et le dénigrant, dès qu'il a le dos tourné.

 

On reconnaît bien, là, les méthodes de l'extrême droite, le parti dont est issu Patrick Buisson.

 

On peut, désormais, affirmer que la confiance de Nicolas Sarkozy a été trahie, trahie à un double titre, d'abord parce qu'il ignorait l'existence de ces enregistrements, ensuite, parce que Patrick Buisson n'hésitait pas à critiquer sévèrement l'ancien président et son épouse, à leur insu.

 

Dans un premier temps, Patrick Buisson avait nié l'existence de ces cassettes, mais devant l'évidence, le voilà contraint à avouer les faits.

 

Mensonges, trahison, duplicité, voilà le portrait de celui qui fut le conseiller de Nicolas Sarkozy, un personnage trouble et inquiétant.

 

Voilà un homme qui livre,  à son insu, par imprudence, des conversations qui devaient rester privées, voilà un homme qui n'a pas hésité à jouer un double jeu, trompant celui qu'il prétendait servir !

 

Les enregistrements n'ont pas fini de révéler le personnage : lors de certains échanges, Patrick Buisson n'hésite pas à se moquer des anciens ministres Roselyne Bachelot, Michèle Alliot-Marie ou Xavier Darcos, qu'il juge " archinuls. "

 

Nicolas Sarkozy a manifesté sa fureur devant tout ce déballage : il se dit "accablé et consterné" par ces pratiques : nul doute que d'autres révélations suivront et que l'UMP va devoir faire face à une nouvelle crise.

 

Ces enregistrements donnent une image pitoyable et révoltante de la vie politique !

 

Une question se pose aussi : comment Nicolas Sarkozy a-t-il pu se laisser abuser, tromper par un personnage aux contours si troubles, au passé sulfureux ? Dans toute cette histoire, l'ancien président se révèle être une dupe...

 

Cette affaire sordide vient, encore, éclabousser l'ancien président et ternir son image...

 

sarkozy reuters

 

 

sarko.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                   



Repost 0
Published by rosemar
commenter cet article
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 16:17

 

 

- Arbres et maisons cézanne

 

La vie humaine n'est-elle pas ponctuée par les saisons ? Ne nous sommes-nous pas tous soumis à cette alternance bienheureuse associée à des senteurs, des couleurs différentes et variées ?

 

Dans une de ses chansons, Jean Ferrat écrit un véritable hymne aux saisons : le texte s'ouvre sur deux exclamations, deux apostrophes qui personnifient les saisons et en montrent toute l'importance. L'auteur les magnifie et souligne le bonheur qu'il éprouve dans cette variété : il aime à en "rêver les odeurs", en "vivre les couleurs", en imaginer "les raisons" .

 

Le mystère des saisons ! Comment ne pas être sensible à leur diversité, leurs beautés ?

Le poème se transforme, aussi, en chanson d'amour adressée à la femme et Jean Ferrat, par une inversion subtile, devient alors, lui même,"automne aux pieds de la jeune femme."

L'amante est assimilée au goût de l'été pour la bouche du poète, puis à l'hiver" aux doigts bleus." Le printemps les réunit, enfin, dans une étreinte, dans une belle expression où le printemps est personnifié et devient "fou à lier" !

 

Les saisons deviennent les personnages du poème et Jean Ferrat se plaît à les évoquer, sans se lasser, dans une attente faite de bonheurs, auprès de la femme aimée...

 

Le poète nous fait percevoir toute la force, la puissance de ces saisons qui nous emportent et qui sont pleines d'ardeurs différentes.

Il faut savoir guetter ces moments aux "ardeurs" si changeantes,"voler" ces instants fugaces liés aux saisons de la vie...

 

L'hiver est associé à la faim, l'été à l'épanouissement, le printemps à un embrasement de flammes, l'automne au rire de la jeune femme ! A chaque saison, correspondent un univers et des sensations diverses.

 

Et l'auteur exprime son contentement, ses joies dans ce déroulement infini des saisons dont il ne "se lasse pas'" et dont "il distille les fleurs". L'image traduit bien ce bonheur patient et renouvelé des saisons qui recommencent avec, chaque fois, des plaisirs différents.

 

L'auteur affirme son bonheur d'en savourer chaque heure, chaque instant auprès de la femme qui l'accompagne, et il ne regrette pas de voir le temps passer , il ne se lasse pas de mourir un peu, chaque fois qu'une saison en remplace une autre...

 

Ce texte d'une grande poésie nous montre toute l'importance des saisons qui rythment nos vies. Il délivre, aussi, un message plein de sagesse : il faut essayer de profiter des plaisirs offerts par chaque moment de la vie : hiver, automne, printemps nous apportent des bonheurs infinis et si différents.

 

La nature personnifiée devient une entité, un personnage à part entière qui nous accompagne à chaque instant... Les différentes sensations liées aux saisons transparaissent à travers des couleurs, des parfums, des échos divers.

 

 

http://youtu.be/w-mZMI1FFcQ

 

 

Photo1046.jpg

 

 

Photo0911.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

hiver-wikimedia.jpg

 

soleil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

montpezat paysages

 

abeille-2.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Repost 0
Published by rosemar
commenter cet article
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 17:27

copé 3

 

 

Un grand inquisiteur, à l'oeil froid, et vengeur, voilà comment est apparu Jean-François Copé, lors de sa conférence de presse, ce lundi 3 mars : il accuse les journalistes d'être bouffis d'orgueil, les taxe d'hypocrisie, de lâcheté, les traite de tartuffes. Il dénonce des méthodes dignes de l'inquisition... se transformant, lui-même, en accusateur public des médias.

 

Sa stratégie ? Rendre coup pour coup, après les révélations du journal Le Point qui avait mis en évidence des surfacturations, dans les dépenses de l'UMP, lors des élections présidentielles.

 

Une "victime" ! C'est bien ainsi que se présente Jean-François Copé ! Et aussitôt, il attaque, accuse, sans vraiment se justifier lui-même.

Dans ce jeu de dupes et de tartuffes, J. F. Copé n'est-il pas, lui-même, le pire des tartuffes ?

Défavorable, jusqu'à présent, à la transparence des comptes des partis politiques, le voilà qui s'en fait le chantre ! Le voilà qui demande à tous les partis de livrer leurs comptes !

 

Il déclare vouloir proposer un projet de loi allant dans ce sens : il temporise et, ainsi, il n'a pas l'intention de livrer, vraiment, au public les comptes de son parti, l'UMP...

Qui peut se laisser abuser par tant de ruses, de fourberie, de cautèle, d'hypocrisie et de mensonges ?

 

J. F. Copé parle de "cirque médiatique", autour de lui : a t-il donc oublié le cirque qui a entouré les élections du président de son propre parti, a-t-il oublié la guerre qui l'a opposé à François Fillon ?

 

A-t-il oublié la crise qui a secoué l'UMP, lors de cette guerre fratricide ? A-t-il oublié son élection controversée ?

 

Jean-François Copé se dit victime d'une "véritable chasse à l'homme", il déclare "avoir toujours exercé ses fonctions avec droiture et avec honnêteté" : la déclaration semble bien éculée mais qui peut, désormais, être sensible à de tels propos, qui peut y croire ?

 

"Les ficelles sont grosses, à quelques semaines des élections..." ajoute-t-il...

Il déclare "ne pas avoir de droit de réponse" mais n'avait-il pas, justement, l'occasion de fournir les preuves de sa bonne foi, lors de cette conférence ? 

 

J.F. Copé parle même de "lynchage public, de climat nauséabond", des termes très forts... et il ajoute :"nous devons restaurer la confiance perdue".


A quelle triste comédie se livre, donc, cet homme politique ? Quelle est cette nouvelle tartufferie ? Comment peut-on se moquer, ainsi, des français ?

 

J. F. Copé parle d'une totale transparence, pour tous : mais est-il capable, lui-même, d'une quelconque transparence ? Comment a-t-il été élu à la tête de l'UMP ? Comment s'est-il retrouvé à la tête de ce parti ? 

 

Les informations se succédent, mais on ne peut oublier toutes les tricheries qui ont fait de cette élection un fiasco monumental !

 

J. F. Copé s'est bien révélé, lui-même, comme un grand inquisiteur, faisant preuve de ruses, de fausseté, revêtant le masque de la probité, une apparence de vertu dont personne ne peut être dupe, désormais.

 

 

copé 4

 

 

 



Repost 0
Published by rosemar
commenter cet article
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 18:50

J-O-4.jpg

 

Le xénon, le plus rare et le plus cher des gaz aurait été utilisé par les athlètes russes à Sotchi, lors des derniers jeux olympiques : un dopage indétectable, qui stimule la production par le corps d'EPO naturelle. C'est cette hormone qui contribue, elle-même, au développement des globules rouges.

 

 C'est la chaîne allemande WRD qui a révélé cette information : les russes ont inhalé ce gaz pour se doper.

 

Le mot xénon vient du grec ξένος "xénos", étranger, étrange : le xénon a été découvert sous forme de « gaz inconnu, étranger » dans le krypton, lors des identifications successives des gaz rares...

 

Etrange gaz indétectable, lors des contrôles anti-dopage, si bien que son utilisation serait, malgré tout, autorisée !
La stimulation de la production naturelle de l'hormone n'est pas interdite par les autorités antidopage. 
 
Alors, dopage ou non ? Il semble bien que ce produit augmente la production d'EPO de 160 % en l'espace de 24 heures.
 
Dès lors, il est inadmissible que des sportifs aient utilisé ce gaz pour battre des records et gagner des épreuves olympiques !
 
"Le xénon n'est pas un gaz illégal", affirme le président de l'Agence fédérale russe de biomédecine. 
 
Ce gaz a, pourtant, des effets non négligeables sur l'organisme : désormais, tout sportif peut se doper, dans la légalité la plus totale : où est passé l'esprit sportif ? Il s'agit d'accumuler le plus de médailles pour briller, pour s'imposer...
 
Qui se dope au xénon ? Les russes, apparemment, ont utilisé ce gaz mais d'autres athlètes ont pu le faire également !
 
Dorénavant, toutes sortes de produits sont susceptibles de fausser les résultats de compétitions sportives : les athlètes ne risquent-ils pas de devenir des êtres inhumains, voués au dépassement, à la performance ?
 
Nos sociétés ont tendance à développer ces produits miracles qui ont pour but de donner de l'énergie : c'est le cas des boissons énergisantes, comme le Red bull mais aussi de toutes les vitamines, les compléments alimentaires qu'on trouve en pharmacie et même dans les rayons des supermarchés....
 
Ne sommes nous pas, tous, dopés ? Ne sommes-nous pas, tous, tentés de consommer des vitamines A, B, C, D, des additifs en tous genres  pour faire face à des coups de fatigue, au stress du travail ?
 
Le dopage est bien une caractéristique du monde moderne : toutes sortes de produits nous sont proposés et la tentation est grande de les utiliser, en maintes circonstances.
 
Nous vivons dans un monde de performances : toujours plus vite ! Toujours plus fort !
 
Compétitions, performances sont les maîtres mots de nos sociétés, et la tendance ne fait que s'amplifier au fil du temps...
 
 
 J-O-6.jpg
 
 J-O-2-copie-1.jpg
 



Repost 0
Published by rosemar
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 16:35

Photo1114.jpg

 

Fusion de teintes de bleu, de vert, d'argent, de roses... L'eau peint un tableau de couleurs qui se mêlent et se confondent... Un arbre semble surgir du fond des eaux, fantôme évanescent, morcelé, d'un vert diffus.

 

L'arbre se décompose, se recompose, forme des ramilles floues, légères, aériennes, des ombres de verts qui se diluent dans l'eau.

 

L'arbre devient algues vertes, serties de couleurs de rose argenté, l'eau s'illumine des couleurs du couchant.

 

Des tons feutrés très doux se mêlent, palette brumeuse d'un peintre impressionniste : brumes de verts sur l'eau, miroir d'argent, tourbillons de roses.

 

Des nuées de lumières s'épanouissent, surgissent du fond de l'eau, nuages du ciel qui se reflètent sur l'onde ridée et frissonnante.

 

Tableau irréel, aux teintes entrelacées, aux formes incertaines, floutées, ondoyantes et subtiles.

Tableau de rêve où se mêlent le ciel, la terre, les arbres et l'eau : confusion des éléments dans une harmonie nouvelle.

 

Des ombres mystérieuses apparaissent, comme venues d'un autre monde, des silhouettes à peine esquissées, des branches fragmentées, des vrilles, des tourbillons, des nébuleuses, des brindilles souples et légères.

 

Des figures étranges naissent du fond des ondes, des enroulements, des encorbellements, des éclats de vert et de bleu.

 

L'eau mime le ciel, les arbres, les reflets du soleil, l'eau devient le monde, dans une vision de moires fugitives entremêlées.

 

Un  lac de lumières se forme dans le lointain, encadrant le tableau de ses bords somptueux...

 

http://youtu.be/PuyYc0gINbU

 

 

http://youtu.be/83OGRujR5Ps

 

 

 

 

Photo1113.jpg

 

Photo1115.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo1095.jpg

 

 



Repost 0
Published by rosemar
commenter cet article
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 16:45

amour-libre

 

 

Nombre de romanciers ont abordé ce thème, celui de la rencontre amoureuse ou du coup de foudre : ce motif est un lieu commun de la littérature sentimentale, il permet d'ouvrir des perspectives, de lancer un personnage dans une aventure amoureuse, d'orienter son destin.

 

Le coup de foudre ! Voilà une métaphore pleine de force, qui implique une idée de violence et de soudaineté ! 

 

Ce sont bien, là, les caractéristiques du coup de foudre : il intervient brutalement sans crier gare : lié au regard, il est associé à la perception visuelle, à des verbes qui évoquent cette sensation : "apercevoir, voir, regarder, observer".

 

D'une simple vision, on passe, souvent, à une observation attentive.

 

L'idée de soudaineté peut être exprimée par des adverbes de temps : "aussitôt, tout à coup, soudain". Le passé simple, avec sa valeur ponctuelle, traduit, aussi, cette instantanéité de la rencontre.

 

Le regard s'attarde sur la beauté de l'être qui est l'objet du coup de foudre : le portrait qui suit est élogieux, il fait intervenir des hyperboles, des superlatifs.

Ainsi, la jeune fille est souvent divinisée : auréolée de lumière, elle irradie, elle devient une icône religieuse, un objet d'adoration.

 

Elle est, même, parfois, associée à une oeuvre d'art, un tableau, une sculpture, une statue.

Le portrait détaillé met en évidence des couleurs, des formes, des dimensions, du vocabulaire pictural...

 

Le coup de foudre suscite, aussi, des émotions intenses marquées par un vocabulaire hyperbolique : le coeur qui bat, le corps pétrifié, le trouble, la confusion, l'égarement...

 

Souvent, ce thème est traité au début du roman, car il permet d'orienter les personnages vers de nouvelles voies : on se souvient de la rencontre de Manon et du chevalier Des Grieux dans le célèbre roman de l'abbé Prévost...

 

On songe, aussi, au coup de foudre de Félix de Vandenesse pour Madame de Mortsauf, dans le roman de Balzac Le lys dans la vallée.

 

On a tous des souvenirs de la rencontre de Mme de Rênal et de Julien Sorel, dans le Rouge et le noir de Stendhal.

 

Dans L'éducation sentimentale, c'est Frédéric Moreau qui tombe sous le charme de Mme Arnoux.

 

Les exemples sont multiples et bien que le thème soit repris, maintes fois, on constate une grande originalité dans la manière de le traiter.

 

En poésie, Ronsard fait intervenir, aussi, ce thème : un sonnet célèbre est consacré à la rencontre amoureuse, L'an se rajeunissait en sa verte jouvence...

 

Toutes ces pages sont empreintes de beauté, d'émotions, de sensibilité : on y perçoit l'intensité du sentiment amoureux, les perturbations qu'il provoque, les métamorphoses qu'il génère.

 

La perception tient une grande place dans ces extraits, la perception visuelle mais aussi parfois la sensation olfactive, un parfum, ou le sens auditif, une voix qui charme et séduit.

 

Ce thème littéraire nous offre des pages pleines de poésie, de sensualité, de sensibilité.

 

Voici l'extrait de L'éducation sentimentale :

"Ce fut comme une apparition :
 
Elle était assise, au milieu du banc, toute seule ; ou du moins il ne distingua personne, dans l'éblouissement que lui envoyèrent ses yeux. En même temps qu'il passait, elle leva la tête ; il fléchit involontairement les épaules ; et, quand il se fut mis plus loin, du même côté, il la regarda.
 
Elle avait un large chapeau de paille, avec des rubans roses qui palpitaient au vent derrière elle. Ses bandeaux noirs, contournant la pointe de ses grands sourcils, descendaient très bas et semblaient presser amoureusement l'ovale de sa figure. Sa robe de mousseline claire, tachetée de petits pois, se répandait à plis nombreux. Elle était en train de broder quelque chose ; et son nez droit, son menton, toute sa personne se découpait sur le fond de l'air bleu.
 
Comme elle gardait la même attitude, il fit plusieurs tours de droite et de gauche pour dissimuler sa manoeuvre ; puis il se planta tout près de son ombrelle, posée contre le banc, et il affectait d'observer une chaloupe sur la rivière.
 
Jamais il n'avait vu cette splendeur de sa peau brune, la séduction de sa taille, ni cette finesse des doigts que la lumière traversait. Il considérait son panier à ouvrage avec ébahissement, comme une chose extraordinaire. Quels étaient son nom, sa demeure, sa vie, son passé ? Il souhaitait connaître les meubles de sa chambre, toutes les robes qu'elle avait portées, les gens qu'elle fréquentait ; et le désir de la possession physique même disparaissait sous une envie plus profonde, dans une curiosité douloureuse qui n'avait pas de limites."
 
 
Le poéme de Ronsard :

http://poesie.webnet.fr/lesgrandscl...

 

 

 amour libre 2

 

 amour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 ecllair-reuters.jpg

 

 

 



Repost 0
Published by rosemar
commenter cet article
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 18:52

 

cope-4.jpg

 

La classe politique, les dirigeants de l'UMP n 'ont pas fini de figurer dans la rubrique : malversations ! Le dernier en date, Jean François Copé aurait sponsorisé, avec l'argent de son parti, la société de communication fondée par deux de ses proches.

 

L'agence de communication, appartenant à deux de ses anciens collaborateurs, a empoché de l'UMP huit millions d'euros, pour avoir organisé les meetings de la campagne 2012.

 

D'après des révélations du journal Le Point, qui n'est pas un journal de gauche, Events et compagnie, la filiale événementielle de Bygmalion, aurait profité des élections présidentielles pour alourdir les factures sur certaines prestations. Lors des meetings, les frais de traiteur, de retransmission vidéo et d'éclairage atteignaient parfois le double des tarifs habituels !

 

Certains parlent d'un véritable hold up qui a mis, d'ailleurs, l'UMP sur la paille, ce parti ayant dû recourir à des donateurs pour renflouer ses caisses !

 

De l'argent détourné, des fonds avec lesquels certains se sont rempli les poches : on est bien dans une escroquerie d'envergure !

 

Les proches de Jean François Copé pouvaient-ils ignorer ces malversations ? Nicolas Sarkozy en était-il le complice ou bien a t-il été grugé par plus malhonnête que lui ?

Voilà encore l'UMP dans de beaux draps ! Voilà encore des hommes politiques compromis dans de scandaleuses affaires d'argent !

 

Alors que les militants ont été mis à contribution pour aider financièrement ce parti, on apprend que de l'argent a peut être été détourné, et qu'il a servi à quelques profiteurs de bas étage : les militants ont de quoi se révolter contre l'incurie, la malhonnêteté, l'indignité des dirigeants et responsables politiques du parti.

 

On peut comprendre leur désarroi, leur révolte : ils ont participé au renflouement d'un parti en pleine déroute morale, où règnent l'appât du gain, la cupidité, la ruse, l'imposture...

 

Ainsi, les affaires entourant les hommes politiques de l'UMP n'en finissent plus....

Le sénateur UMP, Serge Dassault est, lui, soupçonné d'avoir acheté les voix de ses électeurs, lors d'élections municipales à Corbeil Essonnes.

 

On connaît aussi toutes les affaires douteuses qui encombrent le passé politique de Nicolas Sarkozy : affaires Karachi, Tapie, Kadhafi.

 

La ligne de défense de ces hommes politiques est toujours la même : ils nient toute implication, c'est ce qu' a fait JF Copé. Les proches du président de l'UMP annoncent son intention de porter plainte pour diffamation et dénoncent "un mensonge complet, un mensonge éhonté".

 

On sait combien les politiques savent faire oublier, rapidement, les affaires et comment ils se sortent des situations les plus inextricables ! D'ailleurs, de nombreux élus condamnés par la justice ont été réelus : bénéficiant de privilèges exorbitants, de protections en tous genres, les hommes politiques ne sont-ils pas désormais, pratiquement, tous assurés de l'impunité ?

 

 

copé 3

dassault.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

sarkozy reuters

 

 

 



Repost 0
Published by rosemar
commenter cet article
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 17:56

 

enseignante.jpg

 

Les conseils de classe du deuxième trimestre approchent : les professeurs viennent de recevoir le tableau de convocation pour ces conseils qui auront lieu après les vacances d'hiver : les horaires, les salles sont affichés...

 

On peut voir que certaines de ces réunions sont prévues dans la salle des cons...

Bien sûr, le mot utilisé n'est qu'une abréviation du nom "conseil"... Nous avons tous souri de cette abréviation, mais n'est ce pas, là, aussi, une réalité que vivent les professeurs ? 

 

Les enseignants ne sont-ils pas, depuis longtemps, les "dindons de la farce" ? Ne sont-ils pas jugés responsables de tous les maux de la société, alors que nombre de parents démissionnent ?

Les enseignants ne sont-ils pas les cons de service, taillables et corvéables à merci ? 

Les enseignants sont-ils même soutenus par leur hiérarchie, quand un problème se pose ?

 

Le harcèlement moral peut s'installer au sein de l’Éducation nationale : il n’est pas rare qu’un chef se comporte mal, qu'il remette en cause le travail d'un enseignant. Cela a pu m'arriver en début d'année : certains élèves voulaient renoncer à l'option "grec " ou "latin" et le proviseur adjoint m'en rendait responsable alors que les horaires de ces enseignements placés en fin de journée peuvent décourager certains adolescents.

 

On peut rappeler que les profs sont moralement et psychologiquement très exposés aux fragilités de la vie. Se retrouver devant des adolescents ou des enfants, dans des classes de plus en plus chargées, ce n’est pas un métier de tout repos.
 
Souvent, le professeur est confronté aux problèmes du monde : chômage, familles désunies, misères, précarité, drogue. L’enseignant est, pourtant, tout seul, devant toutes ces difficultés : à lui de surmonter tous les obstacles qu'il rencontre...
 
Les charges de travail ne cessent d'augmenter, alors que les salaires ont baissé depuis plusieurs années. 
 
Les professeurs, de plus en plus, deviennent les cibles des élèves, des parents, de l'administration qui ne les soutient pas.
 
Le mépris, le manque de considération, les insultes montrent que les enseignants sont jugés responsables de toutes sortes de difficultés : les parents, les élèves, eux, sont souvent dédouanés de toute responsabilité.
 
Les enseignants sont-ils des cons ? Ils sont souvent traités comme tels, en tout cas !
 
Triste constatation mais bien réelle !
 
Le professeur est trop souvent méprisé par l'ensemble de la société : n'est-il pas le bouc-émissaire idéal, dans une situation de crise ?
 
Il serait temps de redonner à ce métier tout le respect qu'il mérite, il serait temps de remettre le professorat au centre de nos sociétés : assez de démagogie et de laxisme ! Assez de mépris pour une profession si utile dans un monde destructuré !
Assez de dédain de la part de la hiérarchie, des parents, de la société en général !
 
 enseignant-libre-auteur-Tungsten.JPG



Repost 0
Published by rosemar
commenter cet article
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 18:56


Photo1034


"Ecris quelque chose de joli..." 

 

Dans ce texte superbe de simplicité, intitulé L'embellie, Jean Ferrat évoque tous les charmes de la poésie et de l'écriture, les bonheurs simples de l'amour... la poésie qui vient interrompre et adoucir "le tumulte de la vie ", devient une embellie teintée de "bleu et de rose".

 

L'embellie n'est-elle pas le symbole même de la beauté, du renouveau, de l'espoir ?

La poésie liée à la beauté, à l'harmonie, au beau temps est bien une façon de nous libérer du monde ordinaire, d'en oublier les laideurs et les horreurs... elle permet de métamorphoser les réalités banales. Il suffit de peu, de" l'odeur des lilas et des roses" pour oublier les tracas de la vie... Il suffit de "chanter la beauté des choses", de la nature, des fleurs, car la poésie est avant tout chanson, elle est associée à la musique des mots et des sons... liée aussi aux sensations, aux couleurs somptueuses des fleurs, à leurs parfums.

 

La poésie peint souvent des sentiments, un certain lyrisme la caractérise.

 

Elle fait appel à la beauté des images qui suggèrent l'amour : "L'aube entre nos bras qui repose". Ainsi, l'aurore personnifiée devient compagne des amants, leur complice, leur plaisir.

 

Les mots deviennent "murmures", le temps est aboli dans cette évocation benheureuse de l'amour, le temps est oublié..."Le temps sur nous s'est refermé" écrit le poète... Le temps n'existe plus...

 

Le refrain, avec la répétition insistante du nom "l'embellie", vient ponctuer la chanson de ce mot rempli de douceur, de splendeur.

 

L'emploi du conditionnel dans la dernière strophe semble suggérer les difficultés du poète à restituer toute la beauté de l'instant magique qui réunit les deux amants : "je l'aurais voulu si joli, ce poème en bleu et en rose "...et le poème s'achève par une affirmation pleine de tendresse : la femme aimée est, pour le poète, une véritable "embellie", même si les mots semblent encore trop faibles pour exprimer les sentiments ressentis...

 

La mélodie pleine de douceur, les sonorités de sifflantes, en fin de vers viennent encore souligner cette harmonie "choses, roses, lèvres mi closes, la métamorphose, instant de rêve et de pause."

 

En quelques mots simples, Jean Ferrat retranscrit, là, l'essentiel de la vie : la beauté du monde, de la nature, l'amour, sa tendresse, le bonheur des choses simples... l'embellie d'un instant fragile...
 
 
 
 
 
 
 Photo0772
soleil.jpg
Photo0853.jpg



Repost 0
Published by rosemar
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/