Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 19:44

argent 2

 

Signe des temps : un fait divers révélateur dans les Yvelines, en gare de Viroflay, un cadre d'orange a insulté violemment une employée de la SNCF : « Je gagne 70 000 euros, et vous vous êtes au SMIC, alors fermez votre gueule ! » lui a-t-il dit. La vidéo postée sur You Tube a fait grand bruit et circule sur le net. Les faits ont été confirmés par la SNCF. L'altercation dont on ignore les causes exactes a été virulente ....

 

 Ainsi, l'argent devient bien dans nos sociétés un argument de considération : celui qui a de l'argent peut tout se permettre : insulter, mépriser, contester, il a tous les droits : c'est le règne de l'argent roi qui ouvre toutes les portes, donne tous les audaces, qui permet d'annihiler les autres, de les réduire à néant.

 

L'argent, c'est le moteur de nos sociétés, c'est ce qui motive les gens, les impressionne, les fait rêver : pourquoi les jeux de hasard ont-ils tant de succès dans nos sociétés ? Pourquoi ?

 

 « Si vous n'aviez pas des gens comme moi à payer 10 000 euros d'impôts, vous n'auriez pas votre salaire, (...) vous seriez à la rue. » lance encore l'usager de la SNCF à l'employée. « C'est ridicule » répond l'employée en essayant de le calmer...

 

 Les propos insultants se poursuivent "moi je suis supérieur à vous et vous allez crever ". Le cadre explique ensuite qu'il se rend régulièrement à Saint-Domingue dans le cadre de son travail pour Orange, qu'il passe tous ses week-ends à La Baule, et il termine par une insulte : « Bon allez pauvre connasse ! »

 

On le voit, c'est bien là toute la morgue du riche qui s'exprime : il en met plein la vue, avec" La Baule, Saint Domingue ", on perçoit tout le mépris et l'arrogance du bourgeois nanti et suffisant qui dédaigne le pauvre petit fonctionnaire, le gagne-petit, le besogneux.

 

L'anecdote est bien significative : regardons autour de nous : qui est considéré dans nos sociétés ? Qui est respecté ? Qui est admiré ? L'homme honnête ou l'homme riche ? L'homme qui travaille dans le respect des lois ou le voyou qui vit de trafic ?

La probité, le travail, le sérieux semblent être des valeurs en perte de vitesse !

Vive l'argent et le bonheur qui en découle, il est bien le roi dans une société de consommation triomphante ! Il est bien l'essentiel, lui qui permet d'acheter tout ! lui qui ouvre la voie à tous les succès.

 

On aimerait revenir aux valeurs essentielles mais qui en donne l'exemple à part les gens simples, les travailleurs qui besognent, les pauvres ?

 

 http://www.leparisien.fr/yvelines-78/video-il-insulte-une-agent-scnf-je-gagne-70-000-euros-alors-fermez-votre-gueule-18-10-2012-2244431.php

 

 

 argent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 argent 6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

argent 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 argent 5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

Repost 0
Published by rosemar
commenter cet article
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 12:21

 

aurore 10

 

L'Odyssée, épopée extraordinaire est bien le récit originel par excellence, source de notre littérature, de notre culture, l'Odyssée contient l'essentiel...

 

Le texte écrit en vers nous dévoile toute la richesse d'écriture de cette épopée, récit à vocation orale qui n'a été fixé par écrit que plus tard .

 

L'Odyssée, c'est tout d'abord un fabuleuse histoire de voyage initiatique : Ulysse parti pour la guerre de Troie voit son retour à Ithaque, sa patrie, retardé et entravé par de nombreuses péripéties. Il connaît de multiples épreuves qu'il doit affronter avec courage, avant de pouvoir retrouver sa terre natale tant désirée.

 

L'attachement à la patrie, au pays d'origine, voilà un thème essentiel de cette épopée, une des premières de l'humanité. Ulysse est dévoré par la nostalgie, au sens étymologique du terme, c'est à dire la souffrance, le mal du pays, le mal associé à l'idée de retour. Ulysse ne trouve le bonheur ,la sérénité qu'auprès des siens, à Ithaque : c'est, là, le but de sa quête, et tout le monde peut être sensible à cette recherche des origines, à ce besoin de la terre natale.

 

Le voyage auquel est confronté Ulysse est semé d'embûches : que d'épreuves ! Et ces difficultés me semblent être aussi communes à l'humanité toute entière : bien sûr, l'être humain ordinaire ne doit pas affronter des tempêtes, des monstres comme le Cyclope, Charybde ou Scylla, le charme de la magicienne Circé ou les Sirènes... mais, au fond tous ces monstres, toutes ces embûches ne sont-ils pas les symboles même des obstacles que doivent franchir tous les hommes au cours de leur existence ?

 

Ces difficultés sont inhérentes à la vie humaine : il faut ,sans arrêt ,pour progresser, franchir des épreuves et sans doute, le récit des aventures d'Ulysse, Odusseus, en Grec, est aussi l'histoire de toute vie humaine : le bonheur réside dans le fait d'avoir surpassé tous ces obstacles. Ulysse doit, ainsi affronter la mort de ses compagnons, de ses proches. Il doit subir des épreuves variées et souvent inattendues. L'Odyssée, c'est une leçon de vie !

 

Bien sûr, cette épopée originelle fait aussi intervenir le merveilleux épique : les dieux sont constamment associés aux actions humaines : ils jouent un rôle dans le destin des hommes, Poseidon poursuit de sa haine vengeresse Ulysse parce qu'il a aveuglé son fils Polyphème, Athéna, en revanche protège le héros et l'aide en maintes occasions Polyphème, le Cyclope est un être gigantesque et fait penser à un ogre quand il dévore les compagnonds d'Ulysse, Circé la magicienne envoûte Ulysse de ses charmes. L'univers de l'Odyssée est bien associé à la magie, au divin, au surnaturel, et fait penser à un conte... Et c'est aussi tout l'attrait de ce récit...

 

Pour autant, la réalité n'est pas oubliée : Homère, l'auteur supposé nous fait voir la vie quotidienne de cette époque lointaine : par exemple, dans le chant 6, on peut assister à une scène de la vie de tous les jours : Nausicaa et ses compagnes lavent du linge au bord d'une rivière selon une technique ancestrale : elles foulent le linge des pieds puis étendent les étoffes sur les rives. Une scène familière et banale qui nous fait percevoir le quotidien des jeunes filles au temps d'Homère...

 

Une des leçons essentielles de ce récit concerne aussi les lois de l'hospitalité, fondamentales pour la civilisation grecque de l'époque. L'hospitalité est sacrée : il faut bien accueillir l'étranger et même lui réserver un accueil somptueux,c'est le sens de l'épisode des Phéaciens : Ulysse après avoir essuyé une tempête effroyable provoquée par Poseidon, se retrouve jeté sur la côte des Phéaciens. Il est découvert sur le rivage par la jeune Nausikaa aux bras blancs. Il est ensuite reçu comme un hôte d'exception par le roi Alkinoos.

 

La terre de Phéaciens est accueillante pour Ulysse : c'est l'image d'un idéal à atteindre : l'étranger, en grec le xénos, doit être traité comme un égal et doit absolument être respecté. Le roi Alkinoos est ainsi l'image inversée du Cyclope, monstre grossier et inhumain qui ,lui, méprise le xénos et ne respecte pas les lois de l'hospitalité.

L'épopée d'Ulysse est bien riche d'enseignements : refus de la xénophobie, leçon de vie et de sagesse, acceptation de la destinée humaine...

 

Ce texte à l'origine même de notre littérature est, de plus, un long poème qui nous entraîne dans un univers d'harmonie, de beauté. On est sensible aux rythmes, aux sonorités plus particulièrement quand on lit le texte grec mais il existe aussi de magnifiques traductions...

 

 aurore 9

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 aurore 7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 à grec 6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 aurore 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

aurore 5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                 aurore 8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

Repost 0
Published by rosemar
commenter cet article
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 12:12

 

Photo0218

 

Elégance, pureté, équilibre, harmonie : c'est ainsi qu'on peut décrire un des plus beaux monuments romains de France : la maison carrée de Nimes.

 

Ce temple est admirablement conservé : les colonnades sont intactes. Le monument vient aussi d'étre entièrement rénové et nous dévoile une splendeur nouvelle : la pureté des colonnes d'une blancheur étonnante, l'escalier élevé qui permet d'accéder à l'édifice, les chapiteaux corinthiens aux délicates feuilles d'acanthe, tous ces détails éblouissent le regard.

 

Situé en plein coeur de la ville de Nîmes, ce temple est au centre de toutes les admirations : il rappelle les plus grands monuments et sanctuaires de l'antiquité grecque par ses formes pures, ses colonnades élancées, fuselées et cannelées.

 

Ce bâtiment construit il ya plus de 2000 ans au début du premier siècle après J. C.nous est parvenu dans un état de conservation remarquable : colonnades et murs sont intacts, la toiture a été entièrement rénovée.... Dédié aux petits fils d'Auguste, le premier empereur romain, Caius et Lucius César, princes de la jeunesse, ce temple était destiné à rendre des honneurs aux deux jeunes gens.

 

Quelle pureté dans les lignes, quel raffinement dans les décors ! Les feuilles d'acanthe au sommet des chapiteaux dans le plus pur style corinthien font songer à de la dentelle par leur finesse, leur délicatesse. Sous le toit des volutes subtiles parcourent le monument de leur frise ininterrompue....

 

Le monument surélevé sur un socle ou podium impose son architecture élégante et stylé : sur le devant de l'édifice, les colonnes au nombre de 6 créent un équilibre, une harmonie au sommet des escaliers qui permetttent d'accéder au sanctuaire...

Le bâtiment procure une impression de paix, de sérénité : il invite à la contemplation et la méditation.

 

À l'époque romaine, la Maison Carrée située au cœur du forum était un temple dédié au culte impérial. Les Nîmois y organisaient des cérémonies en l'honneur de l’empereur Auguste qui, rappelons-le a régné de 27 avant J-C à 14 après J-C. La maison Carrée mesure 25 mètres de long et 12 mètres de large, elle est entourée de 30 colonnes. Elle est donc de forme rectangulaire... L' appellation "Maison Carrée" date du 16ème siècle, époque à laquelle un rectangle est désigné comme un « carré long » !

 

L'édifice comporte deux parties : une partie ouverte : le pronaos, une partie fermée : la cella.

La Maison Carrée doit sa bonne conservation à son utilisation continue. Après avoir été un temple, elle est devenue maison consulaire (sorte de mairie), écurie, église, préfecture et musée.

 

Comment décrire la splendeur de ce monument aux proportions harmonieuses, aux colonnades antiques, aux frises délicates ? Comment montrer la délicatesse de ses décors ? Comment restituer l'impression de raffinement qui ressort de cette architecture empreinte de l'art hellénique ancien ? Qu'on s'imagine tout ce qui peut symboliser la finesse, l'élégance, la limpidité et l'harmonie !

http://www.nimes.fr/index.php?id=1535

 

 

 carrée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 carrée 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

carrée 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

carrée 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo0219

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

Repost 0
Published by rosemar
commenter cet article
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 08:27

lamblin 4

 

Après les policiers de la BAC de Marseille impliqués dans des malversations liées au trafic de drogue ,on apprend ce samedi 13 octobre qu'une élue de la République se trouve peut -être impliquée dans une sombre affaire de blanchiment d'argent sale.

Florence Lamblin, maire-adjointe Europe Ecologie-Les Verts (EELV) du 13ème arrondissement de Paris se retrouve mise en examen pour blanchiment de fonds liés au trafic de drogue .Des sommes d'argent importantes ont été retrouvées à son domicile dans des coffres :400 000 euros, dont une bonne partie en espèces.Elle a pris la décision de quitter – au moins provisoirement – ses fonctions d'élue. 

 

Florence Lamblin nie cependant les faits et affirme que cet argent provient d'un héritage :dans ce cas là ,on peut à juste titre se poser la question suivante:pourquoi cacher et conserver ces sommes d'argent liquide dans des coffres ?Il pourrait alors s'agir d'une "simple fraude fiscale" ?

 

Si les faits sont avérés,l'affaire est grave et lourde de conséquences :le trafic de stupéfiants devient une délinquance qui touche tous les milieux et qui ,en plus ,structure la société,des petis voyous qui vivent de cette économie parallèle aux hautes sphères de la société ,ceux et celles qui ont pour fonction de nous gouverner en passant par les forces de l'ordre qui détiennent ,elles aussi ,un pouvoir...

Toute la société apparaît ainsi gangrenée par un trafic qui vise à rançonner des gens qui sont malades ,sous la dépendance de la drogue...un trafic indigne puisqu'il prend sa source dans la misère et le désarroi...

 

Si l'argent devient le moteur essentiel d'une société ,si les trafics sont cautionnés par les autorités politiques et que celles ci en tirent profit ,le monde dans lequel nous vivons apparaît bien sombre:quand le pouvoir donne l'exemple de la corruption ,dès lors tous les repères sont perdus :quels exemples sont données aux jeunes générations ?Qui doit donner l'exemple sinon celui qui détient l'autorité ?

Cette affaire éclate au grand jour mais qui peut savoir si d'autre élus ,d'autres policiers ne sont pas aussi partie prenante de différents trafics ?quand la suspicion s'immisce et touche ceux qui sont en charge de l'état ,les citoyens honnêtes qui vivent parfois dans des conditions difficiles en période de crise sont en droit de se révolter !

 

Comment peut-on en tant qu'élue responsable ,en tant que représentant du pouvoir policier se livrer à des trafics ?L'argent est -il donc devenu le seul but de cette société,même l'argent mal acquis ?Ainsi ,celui qui est respecté n'est plus celui qui a une vie honnête .

 

Et même s'il ne s'agit que "dune fraude fiscale",les faits sont aussi scandaleux....

Où est la morale ? Et l'on voudrait réintroduire des cours de morale à l'école ?Il faut d'abord que l'exemple vienne d'en haut ,sinon toute leçon de morale ne servira à rien...

 

lamblin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

lamblin 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

lamblin 2



Repost 0
Published by rosemar
commenter cet article
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 20:17

 

feuilles3

 

Voilà que les feuilles d'automne rousses, marbrées, dentelées, nervurées forment des tableaux infinis de couleurs : orages, éclats de feu et de lumière, tempêtes, brûlures, flammes, étincelles, ouragans, volcans de laves incendiées.

 

Les feuilles ourlées, festonnées aux contours de dentelles, en formes d'étoiles mystérieuses deviennent soies brillantes, brunes ou mordorées, papiers crêpons qui crissent sous nos pas...

 

Les couleurs se nuancent de mille teintes : lie de vin, grenat, somptueux dégradé d'orange brûlé de brun, sang de l'automne, vin de la vigne, blessure du vent, bonheurs de soleils couchants rouges et apaisants...

 

Les feuilles entrelacées dans la lumière automnale aux douces transparences nous offrent une beauté et une splendeur nouvelles.

 

Les arbres flamboient de mille feux, ils explosent de joie et de détresse à la fois. Les arbres se parent d'une harmonie de rouge et de vert. Les feuilles ressemblent à des fleurs aux éclats flamboyants... Elles explosent de couleurs mordorées surprenantes...

Voilà que les feuilles d'automne volent au vent ,tourbillonnent et virevoltent en un ballet étourdissant d'éclairs de couleurs...

 

Bientôt, tombées à terre, elles forment d'épais tapis soyeux qui bruissent sous nos pas.

 

Feuilles meurtries, feuilles d'automne, que de splendeur et de tristesse aussi ! Feuilles cassées, brisées, rompues, aux formes de pliure, feuilles fripées et desséchées, aux teintes triomphantes ! Que de lumière dans ces feuilles, que d'éclats, que de mélancolie aussi !

 

Odeurs des feuilles mélée à celle de la terre, parfums subtils d'humus, de feuilles séchées ! L'automne est là, flamboyant et superbe ! L'automne est là, aux tempêtes de feu, l'automne est là, aux orages de larmes !

 

L'automne s'épanouit sous nos yeux : la Nature s'enflamme, s'embrase pour s'éteindre et renaître à nouveau...

La Nature crie des flammes de détresse, elle hurle ses couleurs, puis vaincue, elle cède, elle s'évanouit...

 

automne 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 feuilles 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 automne 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 automne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 feuilles 5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

feuilles 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

automne 6-copie-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Repost 0
Published by rosemar
commenter cet article
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 09:14

gargantua

 

Rabelais est un des plus grands écrivains humanistes de la Renaissance, mais aujourd’hui, qui lit encore ses œuvres ? Il est vrai que la langue du 16ème siècle n’est pas facile d’accès : le vocabulaire, la syntaxe ont beaucoup évolué et lire Rabelais dans le texte original demande un effort certain.

 

Malgré les difficultés, l’univers rabelaisien n'est-il pas à la fois merveilleux, truculent et riche d’enseignements ? C’est Rabelais lui-même qui nous invite dans la préface du Gargantua à découvrir, sous les apparences bouffonnes de son œuvre, ce qu’il appelle "la substantifique moëlle",  la moelle qui nourrit, c’est-à-dire les messages secrets et mystérieux contenus dans ses romans.

 

Rabelais nous plonge bel et bien dans un monde plein de fantaisie, de bonne humeur puisqu’il met en scène des géants sympathiques à l’appétit démesuré : Gargantua ,fils de Grandgousier et de Gargamelle est un de ces géants dont on suit la naissance, l’éducation, les exploits guerriers . Les noms des personnages renvoient, bien sûr, à leur appétit démesuré, Gargamelle désignant"la gorge " qui engloutit la nourriture, le terme Gargantua évoquant une phrase prononcée par son père à la naissance de l’enfant : "Que grand tu as le gosier…"

 

Ces géants pleins de vitalité, d’énergie aiment la vie, la bonne chère, le vin qui réchauffe les corps et les cœurs. La nourriture devient même chez Rabelais une métaphore de la connaissance : si les géants s’empiffrent, c’est aussi de savoir, de culture, notion fondamentale pour les humanistes… la culture permettant l’épanouissement de l’individu, l’ouverture sur les autres.

 

L’éducation est, ainsi, un thème fondamental dans l’œuvre rabelaisienne, elle occupe une large place dans le Pantagruel, le Gargantua, les deux premiers romans écrits par Rabelais. Il s’agit de former l’élève dans une culture classique, de retrouver les humanités grecques et latines, de donner à l’enfant un esprit critique en lui offrant le maximum de connaissances, aussi bien scientifiques que littéraires… Voilà un programme ambitieux et généreux !

 

L’humaniste qu’est Rabelais se soucie bien du bonheur de l’homme : il fait l’éloge de la culture libératrice mais dénonce aussi les guerres de conquête violentes et inutiles. Le conquérant belliqueux et stupide est, ainsi, représenté par l’épouvantable personnage de Picrochole, au nom révélateur : il est l’image de la « bile amère « ,de la « mauvaise colère ». Il n’hésite pas à envahir le pays voisin de Grandgousier pour agrandir son territoire... Mais il est arrêté par un héros invincible, un moine progressiste au grand cœur, libéral dans ses pratiques religieuses, un batailleur à la force démesurée : Frère Jean des Entommeures. L’homme d’église se transforme alors en homme de guerre, un massacreur à toutes mains, il utilise même le bâton de la croix comme une arme de guerre ! et il parvient ainsi à décimer toute l’armée des ennemis qui attaque son abbaye !

 

Et bien sûr, Frère Jean se bat surtout pour sauver la vigne, la promesse de vin nouveau, symbole de joie, de vie, de bonheur mais aussi et encore de connaissances…

 

Cette page célèbre du Gargantua donne l’occasion à Rabelais de se livrer à une véritable parodie d’épopée, burlesque, incroyable...

En tout cas, la dénonciation de la guerre est bien présente : les actes sont violents ,les personnages impitoyables, Rabelais nous montre que la guerre déshumanise l’homme…

 

Enfin, on ne peut parler de Rabelais sans évoquer son style : quelle verve inimitable ! quel bonheur de lire la prose de cet auteur, si riche de mots expressifs !

Rabelais pratique à merveille l’énumération, l ‘accumulation. La langue du 16ème siècle est pleine de truculence, de saveur, les mots sont crus parfois, ils peuvent surprendre ou choquer le lecteur mais ils sont amusants, pittoresques. Le comique de Rabelais est énorme, comme le sont les géants qu’il évoque dans ses romans, un comique grossier parfois mais aussi plein de subtilité, de finesse et qui révèle la culture de cet auteur humaniste, passionné de savoir.

 

images (1) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

gargantua 6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                   

gargantua 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

gargantua 7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

gargantua 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Repost 0
Published by rosemar
commenter cet article
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 17:13

europe

 

La nouvelle vient de tomber : le prix Nobel de la paix est attribué cette année à l'Union Européenne : il est bien vrai que contrairement aux générations précédentes, nous n'avons pas connu les horreurs de la guerre : nos parents, nos grands parents ont vécu, eux, des épisodes tragiques : le nazisme et ses atrocités, la France occupée, meurtrie, les destructions, les camps de la mort....

 

"L'UE et ses ancêtres contribuent depuis plus de six décennies à promouvoir la paix, la réconciliation, la démocratie et les droits de l'Homme en Europe"a déclaré à Oslo le président du comité Nobel norvégien Thorbjoern Jagland.

 

Oui, heureusement, l'Union Européenne ne connaît pas de graves conflits armés généralisés  depuis la dernière guerre mondiale. Pour autant, certains pays du Sud vivent des situations dramatiques : chômage, précarité, désarroi, avenir incertain, recours aux aides populaires : ces peuples là, s'ils ne vivent pas une situation de guerre, ne sont pas épargnés et subissent une véritable attaque des marchés financiers : les taux d'intérêt de leurs prêts atteignent des niveaux indécents et scandaleux..

 

Récompenser l'union européenne, lui accorder le prix nobel de la paix, est-ce que cela peut avoir un sens ? A quelles personnes réelles ce prix s'adresse-t-il ? A des députés européens qui ne sont même pas élus par le peuple ? A des banquiers véreux qui dirigent l'Europe et qui imposent des mesures d'austérité à des peuples en souffrance ? A des chefs d'état qui subissent eux- mêmes les lois de la finance et qui acceptent de s'y soumettre ?

 

Qu'en pensent les Grecs, les Espagnols, les Portugais ? Comment perçoivent-ils cette annonce de l'attribution du prix Nobel de la paix ? N'ont-ils pas le droit de se sentir une nouvelle fois humiliés, annihilés par cette décision qui encense une union européenne toute puissante pour leur imposer une austérité toujours plus grande ?

 

Qu'en pensent-ils ces peuples meurtris ? Comment ne se sentiraient-ils pas trahis par des décisions qui font de l'Europe un modèle de paix et d'harmonie ? La guerre économique que subissent ces peuples est bien réelle, elle pèse sur les épaules des plus fragiles, de ceux qui ont perdu leur travail, qui n'ont plus aucune perspective d'avenir, qui fuient leur propre pays parfois dans un désespoir total...

 

Comment ne pas être, au fond, effrayé de voir récompensée une union européenne qui reste si divisée dans ses institutions, dans le traitement réservé au paiement de la dette ? Alors que les uns gagnent de l'argent en empruntant, les autres sont étranglés par de taux d'intérêt exorbitants.

 

Que penser d'une Europe du Nord qui traite avec mépris l'Europe du Sud ? et qui impose des règles toujours plus dures aux plus pauvres ? C'est cela, la paix qui est récompensée ? Les droits de l'homme sont-ils respectés quand certains européens n'ont même pas la possibilité de travailler, de vivre décemment ?

 

La démocratie elle -même n'est -elle pas bafouée quand les décisions sont prises dans l'intérêt des plus riches et au détriment des plus démunis ?

 

 a prix 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 a prix 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

à prix

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by rosemar
commenter cet article
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 19:51

a senat 2 

 

Le sénat a ratifié ce jeudi 11 octobre le fameux TSCG ou taité budgétaire européen ...Le PS a voté en majorité en faveur de ce traité :124 voix pour / 3 contre (Jean-Pierre Godefroy, Marie-Noëlle Lienemann et Daniel Percheron)

 

Désormais ,le traité budgétaire européen a été adopté en France par les deux assemblées et beaucoup de français peuvent se sentir trahis dans leurs espoirs et leurs attentes :ce traité permet d'installer en France une politique d'austérité et de rigueur pratiquée dans de nombreux pays européens ...

 

Alors que François Hollande avait promis de renégocier ce traité lors de la dernière campagne électorale ,comment les français pourraient -ils ne pas se sentir floués ,trompés dans leurs attentes ?Comment pourront- ils désormais accorder leur confiance à ce gouvernement qui reprend mot pour mot un traité initié par un gouvernement de droite ?

 

L'austérité sévit un peu partout en Europe :les espagnols ,les grecs ,les portugais subissent de plein fouet la politique dictée et imposée par les marchés européens .Et chaque fois ,ce sont les plus pauvres qui sont pénalisés et mis à contribution.

 

Comment ne pas être inquiet d'un gouvernement de gauche qui reprend à son compte une politique de droite et qui impose aux français des restrictions ,de l'austérité ?

Les français ont rejeté le gouvernement de N. Sarkozy :par leur vote ,ils ont refusé la politique menée par l'UMP et ont sanctionné à deux reprises l'ancien gouvernement ,lors des présidentielles et lors des législatives.

 

Dès lors ,la démocratie apparaît complètement devoyée et bafouée :François Hollande a été élu par les français sur un programme précis :il ne peut se dérober à ses promesses électorales.

 

Mais désormais ,il semble que les hommes politiques ,quels qu'ils soient ,n'aient plus aucun pouvoir réel de décision :ils se soumettent au monde de la finance ,des banques ,des marchés et n'ont pus d'autorité pour imposer leur décision.

 

On a reproché maintes fois à N. Sarkozy de se soumettre aux diktats d' Angela Merkel et voilà que F. Hollande suit le même chemin ?A quoi servent donc les élections ?Un simple jeu ?Une simple pirouette où l'on fait semblant d'avoir des programmes différents ?

 

Oui ,les français sont en train de déchanter face à un gouvernement qui a fait maintes promesses et qui ne les tient pas.Oui ,les français sont désabusés face à une politique qui est toujours la même ,qui fait payer les plus pauvres ,les plus faibles..Oui les français redoutent de voir s'installer en France de nouvelles mesures de rigueur imposées par l'Europe concernant les retraites ,les salaires ,les impôts...

 

Si les promesses concernant le TSCG ne sont pas tenues ,dès lors on peut considérer que la plupart des autres promesses ont été vaines aussi ...

 

a sénat 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

à senat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

a senat 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by rosemar
commenter cet article
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 20:15

à grec 2

La Grèce connaît des heures sombres, accablée par des plans d'austérité qui n'en finissent plus. Le taux de chômage atteint désormais des records. La Grèce s'apprête même à vendre ses îles, ses autoroutes, ses chemins de fer pour survivre. Nous devons, tous, nous sentir concernés par ce qui arrive aux grecs.

 

Oui, nous sommes tous grecs par bien des aspects : notre culture est grecque, c'est là que se trouvent notre berceau, nos racines les plus profondes. C'est là que nous puisons notre pensée, c'est là qu'est née notre civilisation.

 

Notre langue est imprégnée de grec : de nombreux termes médicaux, littéraires, techniques, mais aussi des termes du vocabulaire courant viennent du grec : des mots simples ou plus complexes que nous utilisons tous les jours :"la logique, le dialogue, le prologue, l'archéologie "viennent d'un même radical :"logos"qui désigne en grec ancien la parole, la raison, l'étude.

 

Nous parlons et nous pensons avec des mots grecs : la littérature française s'est inspirée largement de la culture grecque : les exemples sont multiples et variés. Rabelais, Montaigne, au 16ème siècle, Racine, Corneille, au 17ème, Giraudoux au 20ème connaissaient parfaitement leurs modèles grecs. La plupart des grands genres littéraires sont nés en Grèce : l'épopée, la poésie, le théâtre, la tragédie, la comédie, la fable.

 

Dans le domaine politique, ce sont les Grecs qui ont inventé la notion de démocratie ou gouvernement du peuple : c'est à Périclès que l'on doit la définition de la démocratie dans L'histoire de la guerre du Péloponèse de Thucydide..."Du fait que l’État, chez nous, est administré dans l’intérêt de la masse et non d’une minorité, notre régime a pris le nom de démocratie."

 

Cette phrase prononcée par Périclès, il y a 2500 ans, démontre bien l'imposture des technocrates et financiers qui gouvernent l'Europe. Le TSCG qui vient d'être voté à l'assemblée ce mardi 9 octobre fait partie de cette vaste imposture... Le peuple est, désormais, dépossédé de tout pouvoir de décision.

 

C'est en Grèce aussi que sont nées les sciences mathématiques : le mot vient d'ailleurs d'un terme grec "mathéma" : la science par excellence ,ce que l'on apprend. Euclide, Pythagore, Archimède furent de grands mathématiciens...

 

Nous sommes, tous, des héritiers de cette culture, nous sommes tous grecs et nous devons, d'autant plus, nous sentir solidaires de ce peuple qui est à l'origine de notre substance cuturelle : la langue grecque, la littérature, la philosophie nous influencent encore et sont notre essence même : ne l'oublions pas !

 

N'oublions pas non plus le raffinement de la sculpture, des fresques minoennes, des vases grecs. N'oublions pas l'architecture de maints monuments aux proportions et aux formes éblouissantes : le Parthénon, l'Erechtheion à Athènes, le temple d'Apollon à Délphes.

 

N'oublions pas la mythologie grecque et ses mille légendes aux interprétations riches de sens...

 

Oui, soutenons et aidons les Grecs dans leur lutte pour plus de justice : eux qui ont fait naître la démocratie la voient bradée sur l'autel de la finance et des profits scandaleux... eux qui ont ouvert la voie, se retrouvent accusés de bien des maux : en fait, en les écrasant sous des dettes qui deviennent impossibles à rembourser, nous nions tout cet héritage précieux qu'ils nous ont légué... nous renonçons aussi à notre propre liberté, à notre idéal de justice et d'équité...

 

 à grec 6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 à grecs 8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 a grec 5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 à grec

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

à grec 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 à grec 9

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 litt 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 à grecs 7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 litt 5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

Repost 0
Published by rosemar
commenter cet article
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 19:19

gil 3

 

 

Le roman picaresque a connu un grand succès en France et s'est développé surtout au 18ème siècle : ce genre né en Espagne met en scène un héros d'origine modeste, un personnage débrouillard, le picaro, en espagnol, qui parti de rien essaie de sortir de son état et de gravir les échelons de la société : le héros picaresque aime les aventures et côtoie tous les milieux sociaux. On suit ce personnage depuis sa naissance jusqu'à la fin de sa vie .

 

Ce genre romanesque nous permet de découvrir la société de l'époque, il met en scène de nombreux personnages et a une fonction critique. Le premier roman qui inspira tous les autres fut écrit au 16ème siècle, en Espagne, par un auteur inconnu et s'intitule : La vie de Lazarillo de Tormes... Ce roman est rédigé à la première personne et a donc une apparence d'oeuvre autobiographique.

 

En France, René Lesage recueille cet héritage et écrit un des premiers romans picaresques français : Gil Blas de Santillane, un roman fleuve aux multiples péripéties et rebondissements.

 

Gil Blas naît en Espagne d'un père écuyer et d'une mère femme de chambre. On perçoit d'emblée ses origines modestes. Il reçoit quelques rudiments d'éducation auprès de son oncle chanoine, il apprend à lire, écrire et a la chance d'être confié à un autre maître pour l'apprentissage du latin et du grec, disciplines encore fondamentales à l'époque...

 

Gil Blas quitte Oviédo, sa ville d'origine à l’âge de dix-sept ans pour aller étudier à l’Université de Salamanque. Son avenir est rapidement bouleversé, car, en chemin, il devient le complice de voleurs de grand chemin. Pour survivre, il devient un simple valet, et peut ainsi observer toutes les classes de la société. Il rencontre des escrocs de bas étage et suit leur exemple...

 

Ainsi le héros est confronté à toutes sortes de personnages hauts en couleurs issus de milieux très divers : nobles, prélats, voleurs, domestiques, médecins.

C'est l'occasion de faire une satire acerbe et amusante de ces différentes catégories sociales : on perçoit la cupidité des plus riches, l'incompétence des médecins, les ruses des voleurs ....

 

Le héros n'a qu'une envie : échapper à ses origines modestes, pour ce faire, on le voit choisir et marchander chez un fripier des vêtements de noble en velours, brodé d'or : il est ébloui par cet habit qui lui donne l'illusion de sortir de son rang.

 

Le réalisme de cette oeuvre mêlé à un humour constant rend la lecture particulièrement savoureuse.

 

A travers ce personnage, on voit aussi une revendication du petit peuple qui rêve à plus de justice sociale, plus d'égalité ...Le roman picaresque représente bien les aspirations de la bourgeoisie à jouer un rôle plus important dans la société.

On retrouve ces thèmes dans deux grands romans de Marivaux :"La vie de Marianne ", où une jeune orpheline essaie de sortir de la condition la plus humble, et connaît de rudes épreuves avant de parvenir à la considération et à la fortune,et" Le paysan parvenu "qui met en scène un fils de paysan Jacob sans fortune qui fait son chemin dans le monde. 

 

Le roman picaresque, avec sa forme de récit à la première personne, donne une impression de réalisme et permet de passer en revue les différents milieux de la société avec un regard amusé et critique... La lecture en est à la fois riche d'enseignements et pleine de saveurs !

 

gil 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

gil 7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

gil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 gil 5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 gil 6-copie-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

Repost 0
Published by rosemar
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/