Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 12:46
Balade en short...

 

 

 

Dimanche...  un temps estival sur le sud : une occasion de profiter d'un soleil généreux, en ce début du mois de septembre.

Il fait très chaud, je m'habille légèrement pour sortir : un short, un caraco, et me voilà partie pour une balade en liberté dans le parc de la ville.

 

En chemin, je pense à toutes ces femmes corsetées, sous leur voile, carapaçonnées sous des tissus couvrants, habillées de pied en cap : comment supporter la chaleur avec de tels attirails ?

Je prends conscience, plus encore, du carcan que représentent ces vêtements religieux qui emprisonnent la femme, lui interdisent tout simplement de profiter du soleil, en pleine liberté.

Je réalise toute la chance que j'ai de profiter de cette liberté.

Je me dis que j'ai le bonheur de vivre dans un pays libre où la femme n'est pas contrainte de se soumettre à des préceptes religieux.

 

Et je me dis qu'il faut dénoncer toutes ces prisons religieuses dans lesquelles on enferme les femmes, je me dis que de tels diktats sont insupportables. 

Au nom de toutes ces femmes privées du simple bonheur de se promener sans contraintes, je me dis que nous devons les soutenir et les aider dans leur combat pour la liberté.

Je pense à ce témoignage que j'ai reçu sur mon blog, à la suite de l'article "Bikini et burkini" : . Je travaille avec des jeunes filles françaises et musulmanes et elles subissent de leur famille et de leur environnement (voisins, connaissances) des pressions morales et physiques pour rentrer à fond dans la religion pour l'honneur familial et n'être pas considérées comme des putes ou des traitres."

 

Comment, dans ce cas, pourrait-on parler de choix ? 

Face à de telles pressions, les jeunes filles se retrouvent prises au piège d'une religion qui les condamne à la soumission, l'enfermement...

 

Bien évidemment, l'homme, lui, n'est pas soumis à ces contraintes vestimentaires et il impose, pourtant, ce carcan aux femmes.

 

Quand je vois des musulmanes revêtues de ces longs voiles, de ces tenues qui couvrent bras et jambes, en plein été, je me dis qu'elles sont victimes de traditions d'un autre âge, du poids d'une religion qui accorde tous les droits aux hommes et qui leur interdit un épanouissement dans la vie de tous les jours.

 

Dans notre pays, en France, cela me paraît intolérable.

Les femmes ont lutté, pendant des siècles, pour leur liberté et leur émancipation : on ne peut admettre de tels reculs et de telles régressions.

Notre société ne peut pas vivre dans un refus et un déni de cette réalité : certaines musulmanes vivent sous une contrainte religieuse et sociale inadmissible.

Je me dis, aussi, que la religion, la vraie n'a pas besoin de ces signes vestimentaires particulièrement visibles et ostentatoires : la religion se vit comme une conviction intime et personnelle.

La religion doit apporter un bonheur, un épanouissement, elle ne peut être un emprisonnement perpétuel.

Transpirer sous un voile, en plein été, ce doit être un calvaire : impossible d'éprouver le simple plaisir de marcher sous ces vêtements couvrants...

 

 

 

 

Photos : rosemar

 

Balade en short...
Repost 0
5 septembre 2016 1 05 /09 /septembre /2016 12:52
Nicolas Sarkozy en quête d'électeurs : l'application Knockin...

 

 

 

Les grandes manoeuvres électorales ont commencé : les candidats à la présidentielle se multiplient... Et chacun essaie de séduire les électeurs, par divers moyens.

 

Je me souviens de la dernière campagne présidentielle en 2012 : deux "sbires" de l'UMP s'étaient présentés à mon domicile pour faire la promotion du candidat Nicolas Sarkozy : ils avaient sonné à ma porte et voulaient, disaient-ils, m'expliquer la politique de leur candidat et les raisons pour lesquelles il fallait voter pour lui.

J'avais refusé de les recevoir mais ils avaient glissé sous ma porte un tract de propagande politique.

Je trouvais ce démarchage à domicile particulièrement désagréable et importun.

 

En 2016, les méthodes ont changé mais le racolage électoral continue avec, dorénavant, des moyens qui se modernisent et s'adaptent à notre monde voué au bouleversement numérique...

 

En vue de la primaire, l'équipe de campagne de Nicolas Sarkozy a mis à disposition des militants une application où sont localisés sur une carte les internautes qui ont aimé ou consulté des publications liées à Nicolas Sarkozy...

 

Cette application nommée Knockin permet de recenser tous les adeptes potentiels de l'ancien président.

Ainsi, les militants pourront aller faire du porte à porte auprès d'électeurs qui seront, désormais, ciblés.

On perçoit les conséquences d'une telle application : on assiste à un véritable fichage des électeurs, en fonction de leur opinion politique...

 

On le voit aussi : le numérique devient un précieux outil de propagande...

Les candidats utilisent de plus en plus les réseaux sociaux, lancent, sans arrêt des messages à l'intention de leurs électeurs : Facebook, Twitter deviennent des outils de promotion extraordinaires.

 

Mais avec cette nouvelle application "Knockin" une étape supplémentaire est franchie : les électeurs potentiels sont sélectionnés en fonction de leur orientation politique...

 

Après le Pokémon go, voici que surgit un nouveau jeu : Knockin! Après la chasse aux monstres virtuels, Salamèche, Carapuce, Pikachu, Rattata, Pichu, Fouinette, voici que la chasse aux électeurs est ouverte ! Ceux qui "captureront" le plus d'électeurs seront peut-être récompensés !

Avec Nicolas Sarkozy, il ne faut s'étonner de rien... Toutes les méthodes sont bonnes pour faire le plein de voix...

 

Enfin, une chose est sûre : cette fois, je pense que je ne ne recevrai pas la visite de militants du Parti républicain, je ne figure pas sur la liste des sympathisants...

 

 


http://rmc.bfmtv.com/emission/info-rmc-comment-sans-que-vous-ne-le-sachiez-les-sarkozystes-collectent-des-informations-sur-vous-1032587.html
 

 

Nicolas Sarkozy en quête d'électeurs : l'application Knockin...
Repost 0
4 septembre 2016 7 04 /09 /septembre /2016 13:44
Balade au bord de l'eau...

 

 

 

On aime, en été, le calme et la fraîcheur des étangs, on apprécie ces étendues d'eau propices à la rêverie...

Le domaine de la Bastide, au sud de Nîmes, revêt ce charme particulier que procure une nature agrémentée de ces étangs aux moires somptueuses...

Le nom même du lieu évoque le sud, ses collines, des maisons rustiques, des habitations de campagne... Le mot nous fait entendre la langue du midi, celle qui fait résonner les consonnes, celle qui savoure les voyelles...


Le mot me rappelle un lieu-dit de la campagne aixoise : la "Petite Bastide", près de Bouc-bel-air... un lieu de détente et de promenade, qu'affectionnait ma mère... où elle pouvait goûter aux joies de la baignade, dans un grand bassin aménagé...


 

Ce lieu boisé, accueillant, offre, aussi, un cadre champêtre pour une balade au bord de l'eau : les étangs aux teintes de verts forment des camïeux, une belle harmonie avec les arbres environnants.

On est ébloui, en chemin, par la variété des paysages : sous-bois, étendues d'eau, champs, arbres qui se détachent sur la clarté de l'eau...

Les arbres, les pins, les bouleaux, les chênes, les peupliers frissonnent sous le souffle des vents du midi : un léger bruissement se fait entendre, si doux....

Les arbres et l'eau sont agités, parfois, de mouvements légers, subtils, dans un ballet harmonieux de couleurs...

Sur les bords, des roseaux s'épanouissent, hissant sur leur hampe des épis aux teintes de rouge sombre... des épis qui se découpent sur un ciel bleu d'azur...

Les reflets sur l'eau magnifient les paysages : les arbres prennent de nouvelles dimensions...

Les arbres immenses s'étirent sur les ondes, leurs feuillages argentés éclaboussent l'azur...

Des panaches de verts dans l'eau bleue, des fusions de couleurs... Un cygne sur la rive éclaire l'ombre des sous-bois de sa silhouette blanche.

L'eau se marbre de quelque frissons, elle embellit les arbres, le ciel qui se double et se répercute sur les étangs...


Comment dire la transparence, la luminosité de l'eau ? Comment dire les éclats de lumières sur les étangs ?

Comment dire les couleurs qui s'entremêlent ?


Les cèdres se balancent sur l'azur, leurs branches se hérissent et tanguent dans le ciel. Des peupliers se penchent sur l'eau, avec élégance...







 

Balade au bord de l'eau...
Balade au bord de l'eau...
Balade au bord de l'eau...
Balade au bord de l'eau...
Balade au bord de l'eau...
Balade au bord de l'eau...
Balade au bord de l'eau...
Balade au bord de l'eau...
Balade au bord de l'eau...
Balade au bord de l'eau...
Balade au bord de l'eau...
Repost 0
2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 12:47
Fouilles à Nîmes, près du rempart romain...

 

 

 

Cette année, encore, des fouilles se sont poursuivies, au mois d'août, près de l'enceinte de la ville romaine, à Nîmes : deux nouvelles tours viennent d'être dégagées, au milieu et en bas de la muraille, sur la colline Montaury.

Depuis la route, on peut voir, près du rempart, la base de la tour du bas, en arc de cercle qui devait compléter la défense de la ville antique.

Tout autour, on peut découvrir le travail de terrassement des pelleteuses, des éboulis de pierres, la terre remuée.

Cette nouvelle campagne de fouilles permettra, sans doute, de mettre à jour, près de ces vestiges romains, des objets, des vases, grâce auxquels on pourra reconstituer une partie du passé romain de la ville de Nïmes.


J'ai eu, encore, cette année, le bonheur et le privilège de m'aventurer sur ce chantier de fouilles, de prendre quelques photos, de voir l'ampleur des travaux, et même de discuter avec les étudiants qui travaillent sur le site... des étudiants en archéologie venus de diverses régions de France :  Strasbourg,  Montpellier, Nîmes...

Il est éprouvant pour eux de travailler, en plein été, sous un soleil de plomb... il faut remuer des pierres, les déplacer, enlever des souches d'arbre qui entravent la progression des fouilles, faire des relevés précis et détaillés.

Curieusement, en découvrant le chantier de fouilles, on a l'impression d'entrer dans un sanctuaire, un lieu sacré, on a l'impression de franchir le mur du temps, de visiter un autre monde si lointain, si mystérieux...

De ces vieilles pierres se dégage une incroyable poésie... un bond de 2000 ans dans le passé ! On imagine ce que pouvait représenter ce rempart qui mesurait 6 kilomètres, à l'époque d'Auguste.

A proximité des tours, se dresse cet antique rempart romain qui déroule un chaos de pierres, aux teintes et aux formes variées. Des pins avaient envahi la colline Montaury, on les a sacrifiés, pour retrouver les vestiges de ces monuments.

Si, à l'extérieur, on voit des pierres irrégulières, l'intérieur des bâtiments révèle un appareil très régulier et des alignements méticuleux.

Comment ne pas être ému par ces vestiges qui remontent, sans doute, au premier siècle avant J C ? Comment ne pas admirer le talent et la maîtrise technique mise en oeuvre dans cette architecture ?

Les romains étaient passés maîtres dans l'art de la construction de ponts, de murs d'enceinte, de temples.

Ce qui est étonnant, c'est que ces tours sont, désormais, coincées entre des bâtiments récents, d'un côté des immeubles, de l'autre, des maisons individuelles.

Ainsi, se mêlent le passé et le présent, l'antiquité et la modernité.

On connaît, bien sûr, les grands monuments de la ville de Nîmes : la Maison carrée, les Arènes, le temple de Diane intégré dans les Jardins de la Fontaine...

Mais, ces tours de défense ou d'ornement nous étonnent par leur magnificence : c'est, encore, une nouvelle découverte qui permettra d'avancer dans la connaissance de l'antiquité...


On pourra, bientôt, disposer d'un compte-rendu plus détaillé de cette campagne de fouilles...


A suivre...


Un article sur ces fouilles :

http://www.objectifgard.com/2016/08/24/nimes-rempart-augusteen-plus-original-monde-romain/


Un article sur l'enceinte augustéenne de Nîmes :

http://www.nemausensis.com/Nimes/remparts/FouillesRemparts.html


     
Photos et vidéos : rosemar

Une souche près de la tour du bas...

Une souche près de la tour du bas...

Un dallage de pierres près de la tour située en bas des remparts...

Un dallage de pierres près de la tour située en bas des remparts...

La tour dégagée en bas des remparts...

La tour dégagée en bas des remparts...

Le mur intérieur de la tour

Le mur intérieur de la tour

La tour vue de l'extérieur

La tour vue de l'extérieur

Une grosse pierre taillée

Une grosse pierre taillée

La tour du bas vue de l'extérieur...

La tour du bas vue de l'extérieur...

On voit bien, sur cette photo, l'épaisseur du mur de la tour...

On voit bien, sur cette photo, l'épaisseur du mur de la tour...

La tour au centre de la colline et des blocs de pierre...

La tour au centre de la colline et des blocs de pierre...

La tour au centre de la colline...

La tour au centre de la colline...

Le site...

Le site...

Fouilles à Nîmes, près du rempart romain...

Les archéologues s'activent pour fouiller la tour en bas des remparts...

Les fouilles au milieu de la colline : mise à jour de la tour centrale...

Repost 0
1 septembre 2016 4 01 /09 /septembre /2016 09:15
Emmanuel Macron : le narcissisme incarné...

 

 

 

Emmanuel Macron est un personnage, il aime la lumière des projecteurs, il aime la mise en scène...

 

Sa démission du gouvernement était, sans nul doute, préméditée depuis longtemps, depuis qu'il a créé son mouvement "en marche", on sentait chez lui des velléités d'indépendance et une soif de pouvoir.

 

Les opérations de communication se sont succédé...

Main dans la main, le couple Macron, apparaissait au mois d'avril, à la Une du journal Paris-Match. Sur huit pages, s'étalaient des photos personnelles du couple. L'article s'achevait sur une longue interview de Brigitte Macron, un éloge dithyrambique de son époux.

 

Le ministre de l’Economie avait reconnu, alors, avoir commis une "bêtise", après cette publication dans Paris-Match. Il avait même osé déclarer :

"Mon épouse, elle ne connaît pas le système média­tique, elle le regrette d’ailleurs profon­dé­ment (…) C'est une bêtise, une bêtise qu’on a faite ensemble, non pas que je le regrette ou que ça ait beau­coup d'impor­tance mais (…) c'est sans doute une maladresse, je l’as­sume plei­ne­ment et ce ne sera donc pas une stra­té­gie qu’on repro­duira."

 

Au début du mois d'août, le couple s'affichait encore à la Une de Paris Match : cette fois-ci, Emmanuel Macron était photographié avec sa femme Brigitte à la plage..

 

Emmanuel Macron, c'est le narcissisme exacerbé : il se met en scène, il veut occuper le terrain médiatique.

Indubitablement, il aime les projecteurs, et il sait les utiliser.

 

Avec une telle volonté de se montrer, de s'exiber, il perd, en même temps, une certaine crédibilité...

Il est beau gosse et joue à outrance de cette carte de la séduction...

Certaines de ses déclarations ont, toutefois, créé la polémique et ont révélé un mépris des classes populaires.

 

En démissionnant du gouvernement, il se conforme à ce personnage qu'il incarne : il aime les coups de théâtre, les scénarios à rebondissements...

Certes, beaucoup d'hommes politiques sont atteints de narcissisme, mais lui s'en est fait une spécialité...

Pour un esprit brillant, c'est dommage ! Car sa façon de communiquer a été bien souvent maladroite.

Il est apparu souvent comme un être factice, jouant des rôles, un véritable cabotin...

Qui pourrait rivaliser avec lui, dans ce domaine ? On songe à un autre "ténor" de la politique : Arnaud Montebourg, un autre Tartuffe qui se met volontiers en scène...

On songe à Nicolas Sarkozy qui veut revenir sur le devant de la scène, alors qu'il avait annoncé son retrait de la vie politique.

Les Tartuffe se bousculent au portillon et ils sont de plus en plus nombreux.

 

La politique devient un art du spectacle et de la représentation : le "bling-bling" est à l'honneur, on en oublierait presque tous les soucis et les problèmes de la société française.

Emmanuel Macron veut moderniser l'économie de notre pays : comment ? En "assouplissant" les 35 heures, en favorisant les licenciements, en précarisant les travailleurs...

Une politique qui vise encore et toujours à stigmatiser les plus pauvres et à enrichir les plus riches.

 

 

 

 

 

Emmanuel Macron : le narcissisme incarné...
Repost 0
31 août 2016 3 31 /08 /août /2016 07:43
Cette année, la rentrée des enseignants a lieu au mois d'août...

 

 

 

Eh bien, oui, cette année, pour la première fois, le mois d'août s'achève avec la journée de pré-rentrée des enseignants qui a lieu ce mercredi 31 août.

Les élèves, eux, sont accueillis dans les établissements scolaires, dès le 1er septembre...

 

Peu à peu, le ministère grignote les vacances des enseignants : de nombreux professeurs ont corrigé le baccalauréat jusqu'au 10 juillet, et leur temps de congé se réduit, ainsi, comme peau de chagrin.

 

Alors que l'été est encore bien présent, est-il raisonnable d'avancer la rentrée scolaire au tout début du mois de septembre ?

C'est absurde : il y a quelques années, la rentrée avait lieu vers la mi-septembre, ce qui permettait aux élèves un temps de réadaptation, après leurs vacances...

 

Encore une innovation qui ne résout aucun problème : ce n'est pas en gagnant quelques jours de cours que les élèves vont pouvoir mieux travailler.

De plus, les enseignants de collège vont devoir s'adapter à la nouvelle réforme mise en place, dès cette année, et cette prérentrée prématurée ne va pas faciliter leur travail.

 

Les EPI, enseignements pratiques interdisciplinaires, présentés comme une panacée, risquent de désorganiser les cours et de créer de nombreux problèmes...

Encore une réforme que vont devoir expérimenter les professeurs, encore une lubie du ministère qui provoque mécontentements et fureur de la part des acteurs de l'éducation.

Cette rentrée est donc placée sous le signe de la contestation puisqu'une grève est déjà prévue et programmée, dès le 8 septembre.

 

Décidément, en matière d'éducation, le gouvernement "socialiste" a réussi l'exploit de mécontenter à la fois les enseignants et les parents d'élèves.

D'abord, on se souvient de cette réforme catastrophique des rythmes scolaires, sous la houlette de Vincent Peillon qui s'est rapidement éclipsé, après avoir désorganisé les écoles primaires...

Puis, ce fut un passage éclair de Benoit Hamon... qu'on a à peine vu, et on a assisté, enfin,  au "bouquet final" : la réforme des collèges initiée par Najat Vallaud-Belkacem...

 

Une réforme placée sous le signe de la démagogie : le latin et le grec ont été sacrifiés, intégrés dans des EPI... cette réforme tend à supprimer ces enseignements optionnels, pourtant très formateurs, elle supprime aussi les classes bi-langues, et surtout, elle ne restaure pas la place essentielle que doit occuper le savoir, dans une société moderne.

 

En ce qui concerne les EPI, les enseignants vont devoir jongler pour croiser des disciplines aussi diverses que l'EPS et le français par exemple !

Quant à la constitution des emplois du temps, les chefs d'établissements vont se retrouver devant un casse-tête.

 

La "gauche" a, ainsi, déçu dans ce secteur essentiel : l'éducation qui représente l'avenir d'un pays.

Le fiasco est total : encore des réformes mal conçues, faites dans la précipitation, au mépris de l'avis des enseignants.

 

 

Un article sur la réforme des collèges :

 

http://www.lepoint.fr/societe/reforme-du-college-voyage-en-absurdie-30-08-2016-2064609_23.php

 

 

 

 

 

Cette année, la rentrée des enseignants a lieu au mois d'août...
Repost 0
30 août 2016 2 30 /08 /août /2016 08:01
Désormais, même les cartables sont chinois...

 

 

 

La rentrée approche : il est temps pour les parents d'acquérir des fournitures scolaires, cahiers, stylo, classeurs, feuilles... Et bien sûr, le cartable des écoliers est souvent renouvelé, en ce début d'année scolaire...

 

Les enfants, les adolescents disposent d' un large choix de modèles et dans ce domaine, tous les détails comptent : les couleurs, les motifs, les formes, les fermetures...

 

Ce lundi 22 août, un reportage du journal de 20 heures sur France 2 était consacré à ce "produit star de la rentrée"...

 

On apprend que la plupart de ces cartables sont fabriqués en Asie, ces sacs sont conçus en France, mais les matières premières viennent de Chine : en France les tissus sont beaucoup trop chers... et bien sûr tous ces cartables sont fabriqués dans des ateliers chinois.

En Chine, les employés sont payés 400 euros par mois : on comprend pourquoi ces sacs nous viennent de Chine.

 

La qualité de ces cartables est variable en fonction des prix : les moins chers dont les motifs sont peints avec des produits chimiques peuvent comporter des risques pour la santé des enfants, d'autres sont équipés de fermoirs fragiles, d'autres encore, les plus chers, ne sont pas vraiment imperméables.

 

On est tout de même stupéfait de constater cette déferlante de produits chinois : on sait que la Chine nous inonde de produits informatiques : ordinateurs, i-phones, tablettes...

On sait que la plupart des vêtements vendus dans notre pays sont fabriqués en Chine...

Mais quand on découvre que même les cartables des élèves français sont chinois, on prend conscience de l'étendue du problème.

 

Nous sommes submergés par les produits chinois : parfois, nous ne parvenons même pas à déceler l'origine des marchandises, on trouve simplement la mention : "produit importé", notamment dans le domaine alimentaire.

 

Il ne faut plus s'étonner de voir nos entreprises en difficulté, face à la concurrence d'un pays comme la Chine où les salaires sont dérisoires...

Même nos cartables sont chinois !

 

Les meubles, les téléviseurs, les jouets, les anoraks, les bijoux... de nombreux produits chinois envahissent nos magasins..

Or, certains de ces produits sont dangereux, nocifs, car ils ne sont pas suffisamment contrôlés.

Nous sommes littéralement envahis par cette déferlante chinoise.

 

A force de délocalisations, notre économie perd ses forces vives et certaines compétences risquent de disparaître.

Nous subissons une véritable invasion...

Comment y échapper ? Dans tous les domaines, la Chine nous inonde de ses produits : le sport, les jeux, l'informatique, les vêtements...

 

 

 

 

 

https://www.euractiv.fr/section/sante-modes-de-vie/news/les-produits-chinois-dangereux-envahissent-toujours-lue/

 

http://www.lefigaro.fr/conso/2016/04/26/05007-20160426ARTFIG00075-en-europe-deux-produits-dangereux-sur-trois-viennent-de-chine.php

 

 

 

 

 

 

Désormais, même les cartables sont chinois...
Repost 0
29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 15:38
Burkini : pour un débat utile...

 

 

 

 

Il est manifestement impossible d'interdire le burkini : il faudrait, dans ce cas, interdire, aussi, le voile, ce signe religieux dont se couvrent certaines musulmanes.

 

Mais, à travers tous les débats qu'ont soulevés ces tenues vestimentaires, on voit bien que le burkini et le voile sont, pour nous, des symboles d'asservissement de la femme et ces symboles ne correspondent pas du tout aux principes d'égalité qui régissent les rapports hommes, femmes, dans nos sociétés.

 

S'il n'est pas possible d'interdire le voile et le burkini, il est certain que ces signes vestimentaires très voyants heurtent notre sensibilité.

 

Ils ne sont pas conformes à nos idéaux, à l'évolution de notre société.

 

Or, au lieu de diminuer en nombre, les voiles se multiplient dans notre espace public...

Pourquoi, si ce n'est pour manifester une forme de communautarisme ?

Un communautarisme inquiétant, car il divise et fracture notre pays.

 

D'un côté, le bikini, de l'autre, le burkini : des tenues si différentes, qu'elles révèlent des statuts de la femme totalement opposés.

C'est aux musulmans eux-mêmes de donner l'impulsion, c'est aux musulmans de lutter contre tous ces signes d'une religion radicale et intégriste. 

Vivre en France, c'est vivre selon des principes d'égalité, c'est refuser le poids d'une religion contraignante.

Chacun est libre de croire selon son gré, mais pourquoi afficher dans l'espace public sa religion ?

Pourquoi vouloir imposer aux autres une vision rigoriste et terrifiante de la religion ?

La religion devrait ête conçue pour apaiser, apporter un réconfort.

A chacun de vivre sa foi, dans des rites, dans sa conscience intérieure.

De nombreuses musulmanes vivent leur religion, sans porter le voile...

La foi, la vraie n'a pas besoin de tout ce fatras de vêtements, de symboles d'un autre temps.

En tant que femme, je dois avouer que le burkini et le voile me mettent mal à l'aise : je pense à ces millions de femmes musulmanes qui, dans de nombreux pays, sont contraintes de revêtir des signes religieux.

Je songe à leur combat perdu d'avance, car on ne leur donne aucun moyen de s'émanciper... Vivant sous le joug des hommes, elles n'ont même pas la possibilité de s'exprimer.

Au nom de ces femmes opprimées, qui n'ont pas le droit à la parole, au nom de ces femmes meurtries qui vivent dans l'ombre des hommes, j'en appelle aux musulmans et aus musulmanes de France, pour que le burkini et le voile s'effacent de notre espace public...

En conscience, la foi n'est pas, ne peut pas être, ne doit pas être une affaire de signe vestimentaire : la foi est une conviction intime.

Et même la pudeur ne se mesure pas à l'aune du tissu que l'on porte sur soi...

La pudeur ne peut pas non plus être réservée exclusivement aux femmes, et c'est encore, là, un signe discriminant qui ne correspond pas à nos valeurs.

 

 

 

 

 

Burkini : pour un débat utile...
Repost 0
28 août 2016 7 28 /08 /août /2016 12:26
Le pin qui tourbillonne...

 

 


Le pin immense semble tournoyer sur lui-même : les branches s'arrondissent sur l'azur, elles déroulent des lignes sinueuses et tourmentées.

Le pin dessine des cercles sur l'azur, des tourbillons pleins de charmes...

Le temps est serein, en cette après-midi d'été, mais le vent manifeste sa présence dans les branches de l'arbre.

Le mistral est là, imprimé dans les branches tortueuses du pin...

Le mistral a laissé sa marque et son empreinte sur le grand pin du midi...

Le mistral qui virevolte, qui emporte tout sur son passage a façonné l'arbre, l'a dompté, et lui a donné tant de majesté !


L'arbre tourbillonne comme le vent du midi, l'arbre est une bourrasque de vent qui s'emporte, il danse sur lui-même...

Il rayonne de ses branches qui forment des arabesques.

L'arbre connaît le vent, il a apprivoisé le vent, il devient le vent...


Le pin s'enroule sur le ciel du midi, dans la torpeur de l'été...




 

 

 

Photos : rosemar

Le pin qui tourbillonne...
Repost 0
27 août 2016 6 27 /08 /août /2016 15:02
Le portable à la main...

 

 

 

Hier, j'ai pu profiter d' un petit tour dans le parc de la ville, le temps estival permettait de prendre l'air agréablement : un léger mistral tempérait cette journée d'été et de nombreux promeneurs étaient là pour se détendre et s'aérer.

 

Sur les bancs de pierre, de nombreux visiteurs étaient installés et, à ma grande stupéfaction, chacun d'entre eux tenait à la main un portable.

C'était une consultation fiévreuse et silencieuse de cet objet qui fascine le regard.

Aucun d'eux ne s'attardait pour contempler les recoins du jardin, pour admirer la flore, les arbres, les oiseaux.

 

Curieusement, on percevait une sorte de mimétisme dans le comportement : tous penchés sur leur écran, avaient la même attitude.

Pourtant, le jardin offre de belles occasions de découvertes : des promenades, des reflets sur l'eau, les cygnes, le vent dans les arbres, le chant modulé des cigales, la fraîcheur du plan d'eau...

 

Les êtres qui se trouvaient sur ces bancs avaient l'air de misérables pantins, statiques, inertes, comme pétrifiés face à leur portable.

On se serait cru dans un film de science fiction, où les êtres humains, devenus des robots, adoptent tous invariablement la même attitude.

Le silence qui régnait était, lui-même, impressionnant.

Pas un mot ne sortait de la bouche de ces humains, obnubilés par leur machine.

Pas un regard porté sur le paysage environnant : une impression glaçante d'un monde où les objets priment sur tout le reste.

Une impression d'autant plus glaçante que deux rangées complètes de bancs étaient occupées par ces êtres qui semblaient sortis d'un autre monde.

 

Plus loin, sur la pelouse, des jeunes gens écoutaient de la musique, au lieu de profiter de l'environnement sonore du jardin : le murmure des cigales, le bruit du vent dans les pins, une nature vibrante de vie, en cette journée d'été.

 

Tous ces gens éprouvaient un besoin irrépressible d'être connectés et ce, même dans un jardin, en pleine nature, au milieu des arbres.

 

Pourtant, les gens devraient ressentir le besoin de retrouver un contact avec les éléments naturels, surtout lorsqu'ils vivent en ville.

Il n'est pas rare, aussi, de rencontrer dans la rue, des passants, les yeux rivés sur leur portable, en train de lire des messages.

De plus en plus, notre monde devient un monde d'objets connectés : montres, vêtements, chaussures...

Nous devons nous défier de cette invasion d'écrans, de gadgets, car bientôt nous risquons de perdre le contact avec les réalités les plus simples, les bonheurs les plus tangibles et les plus accessibles.

 

Le portable à la main : c'est comme si les humains ne pouvaient se passer, désormais, de ce prolongement technologique envahissant...

 

 

 

 

Le portable à la main...
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/