Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 09:44
Une nuit d'été à l'Estaque...

 



Une photo d'autrefois...


C'est la nuit, sur les quais de l'Estaque : on aperçoit, dans le lointain, un fanal, lumière vive qui transperce l'obscurité de la nuit...

Nous marchons sur le quai : ma soeur doit avoir une douzaine d'années, mon frère, quatre ans et moi, deux.

Ma soeur, revêtue d'une robe claire, maintient fermement le bras de mon frère, la mine rebelle, les cheveux blonds et bouclés...

L'air mutin, mon frère a manifestement envie de s'échapper... Un pas devant, je suis là, je montre ma frimousse ronde et je m'aventure à la découverte des mystères de la nuit.

Les yeux grands ouverts, j'explore les alentours, dans une attitude de grande curiosité.

Tandis que ma soeur et mon frère regardent l'objectif, j'inspecte le monde et je le découvre avec avidité....

Seuls mes frère et soeur posent pour la photo, alors que j'observe le paysage.

Bras en avant, poings fermés, je vais seule et je suis à l'affût du monde... La nuit est profonde : nous avons dû assister à quelque fête nocturne sur les quais du port de l'Estaque, soirée festive, joutes provençales.
Nos tenues sont estivales, et nous goûtons au plaisir d'une balade nocturne.

Mon frère débraillé manifeste des envies de liberté tandis que ma soeur le maintient solidement par le bras.

On sent la mer toute proche, les bateaux, le spectacle du port. On perçoit le bonheur de ce moment de détente : les senteurs de la mer, une obscurité bienveillante, la douceur de l'été...

On sent un air de liberté, un épanouissement, un apaisement, tous les plaisirs de l'été...

Un instantané de bonheur, au bord de la mer...


Nos trois silhouettes revêtues de tenues claires ressortent, sur le fond sombre de la nuit. 

Beau tableau de l'enfance, beau moment de loisir et de détente sur le port de l'Estaque...

Belle envie de liberté de mon frère... beau désir, de ma part, de découvrir le monde.

Et ma soeur essaie de contenir le galopin aux cheveux ébouriffés, aux vêtements en bataille, elle l'agrippe par le bras, le maintient contre vents et marées sous sa surveillance...

Prudente tout de même, je m'avance devant eux, avec de grands yeux étonnés et interrogateurs, comme si le monde me tendait les bras.









Photos : Pixabay et Christelle

Une nuit d'été à l'Estaque...
Repost 0
16 août 2016 2 16 /08 /août /2016 11:51
Un spectacle fascinant : la féerie des eaux à Nîmes...

 

 

L'eau ! Tant de symboles surgissent à ce seul mot ! La vie, la pureté, la fluidité, le renouveau...



L'eau et ses tourbillons exercent une véritable fascination sur chacun d'entre nous, et quand l'eau est mise en valeur dans un spectacle festif, au coeur de l'été, on est encore un peu plus émerveillé...


En ce week-end du 15 août, la féerie des eaux a, comme chaque année, séduit de nombreux visiteurs, aux Jardins de la Fontaine à Nïmes : ce cadre prestigieux s'est trouvé, à nouveau,  magnifié par cette magie de l'eau...


Ce spectacle musical est fait pour ravir tous les sens :  on goûte la fraîcheur de l'eau, on admire sa fluidité, on apprécie ses embruns bondissants, on est envoûté par la musique environnante.


Les arbres, les pins, les cèdres, les chênes sous un feu d'artifice d'eau ! Des embruns de lumières  fusent soudain dans le ciel...
L'architecture du jardin, les balustres sont sublimés par des fusées jaillissantes d'eau qui tourbillonnent.


Il faut imaginer, d'abord, toute la préparation qu'exige ce spectacle : partout, des tuyaux, des buses, des haut-parleurs ont été installés, autour des plans d'eau du jardin : un véritable travail de fourmis...


Et le résultat est surprenant : on est envoûté par la musique, par les jets d'eau qui s'élancent dans le ciel et qui dessinent, sur l'azur, des figures géométriques improbables.
L'eau se disperse en fusées rayonnantes, en tourbillons : des lassos, des filets, des arabesques s'emparent du ciel et l'escaladent : c'est un jaillissement soudain qui explose.
On admire ces envolées majestueuses de l'eau, on est sous le charme de cette eau qui jaillit soudain, qui se disperse en mille éclats de pluie...


En été, on apprécie plus particulièrement le spectacle de l'eau qui apporte sa fraîcheur, qui distille tous ses bienfaits.
Les murs du jardin, les balustres, le nymphée semblent trouver une nouvelle vie sous cette féerie des eaux.


Une musique intense ou plus douce rythme ce ballet de l'eau... l'eau semble accompagner cette musique envoûtante, de ses mouvements ondoyants... C'est l'eau qui prend vie, sous nos yeux, qui s'anime...
C'est l'eau qui danse, c'est l'eau qui libère son énergie, et qui chaloupe avec bonheur et intensité sous le ciel de l'été.
C'est l'eau qui se donne en spectacle, qui fait naître des tableaux lumineux...


Soudain, des flammes rouges et or surgissent et se mêlent à l'élément liquide, créant une fusion improbable de l'eau et du feu !
Soudain, les jets d'eau s'entremêlent, se rejoignent pour créer des figures acrobatiques : la magie de l'eau qui retombe en cascades ou en pluie fine, étincelante sous la lumière du sud !

On est saisi, et captivé par cette grâce de l'eau qui rebondit, qui s'envole et retombe en mille éclats...


Ce spectacle ravit petits et grands : on entend les exclamations de la foule, devant cette danse féerique de jets d'eaux, des applaudissements chaleureux viennent ponctuer et rythmer cette fête de l'été.
Une véritable orchestration qui nous montre tous les pouvoirs, toute la beauté, toute l'harmonie de cet élément naturel qui est à l'origine de la vie...


 


 

A suivre : les féeries nocturnes...




 

 

 

 

Photo et vidéos : rosemar

Des tourbillons d'eau

Le nymphée magnifié par l'eau

Des éclats de feux au milieu des jets d'eau...

Encore des éclats de feux... accompagnés de cris d'admiration...

Des lassos qui tourbillonnent...

Une vue d'ensemble des jardins... prise de vue devant le nymphée

Repost 0
14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 13:44
Pins, cèdres, cyprès...

 

 



Pins, cèdres, cyprès... les formes des arbres s'enchevêtrent dans des fusions de verdures, de teintes sombres, noires, ou d'un vert pastel.

Belle diversité, belle composition de couleurs...


Les cyprès obscurs lancent leurs fuseaux sur l'azur, impérieux, élancés, rectilignes, aux profils de colonnes antiques...


Leurs fûts se hissent sur l'azur et dessinent des pinceaux ténébreux, légers, fuselés...

Les cèdres, eux, vrillent le ciel, en tourbillons de verdure, leurs branches semblent tanguer sur l'horizon...


Tout autour, les pins forment des bouquets arrondis, des panaches moelleux, des embruns de verts clairs.

Tout autour, les pins lancent des envolées, des auréoles de verdures, ils s'emparent du ciel.  

Quelle variété dans les formes, les teintes, les nuances de verts !


Et quelle harmonie dans ce tableau ! Le jardin compose une toile somptueuse de couleurs, des camaïeux de verts si intenses....


 

 


 

 

 

Photo : rosemar

Repost 0
13 août 2016 6 13 /08 /août /2016 13:28
La lecture sur internet...

 

 

 

 

La lecture suppose attention et concentration, elle exige une certaine rigueur... Or, la lecture sur internet est, souvent, perturbée par des publicités, des annonces de toutes sortes.

 

Comment se concentrer face à tous ces écrans qui nous sollicitent de toutes parts ?

Ordinateurs, tablettes, i-phones, tant d'écrans sont mis à notre disposition pour délivrer des informations.

Mais, comment lire attentivement un journal dont la page unique est fondée sur la dispersion et des informations multiples ?

 

Quand on ouvre un article sur internet, on voit s'afficher sur les côtés, de nombreux autres titres.

Et même si on utilise un bloqueur de publicités, l'attention se disperse souvent  sur certains sites qui font leur propre promotion, de manière tapageuse.

On est face à une mosaïque de messages qui attirent l'attention si bien qu'on est tenté de passer d'un site à un autre...

Certains articles sont surchargés de liens qui conduisent le lecteur à une dispersion plus grande, encore...

 

Par ailleurs, l'écran d'un ordinateur, par ses reflets, sa brillance, fatigue, rapidement, les yeux du lecteur.

 

Internet, c'est, aussi, le règne de l'immédiateté et de l'instantanéité : il faut s'informer vite, parcourir les titres, on en vient à grappiller sans vraiment approfondir...

 

La profondeur, c'est ce qui manque dans le monde moderne.

Et internet a tendance à aggraver et encourager une certaine légèreté dans la lecture.

 

Notre monde de sollicitations permanentes, avec des loisirs qui se sont diversifiés, n'aime plus la profondeur et la rigueur de l'analyse : à l'ère de Twitter, les internautes se délectent de propos à l'emporte-pièces, ils apprécient les réactions immédiates, lancées à la volée.

A l'heure d'internet, la tendance est, souvent, à l'émiettement et à la dispersion.

 

Partout, et même sur internet, la propagande va bon train, car cette propagande ne se cantonne pas aux médias traditionnels, comme la télévision ou la radio.

 

La propagande se trouve aussi sur internet, et comme nous sommes abreuvés d'informations, il est difficile de faire le tri.

 

Des erreurs se propagent, car chacun peut diffuser toutes sortes d'articles et de messages. Ces erreurs peuvent être volontaires, ou, parfois, elles sont dues à une forme d'ignorance...

 

Lire sur internet demande un esprit critique : il faut vérifier les sources, s'interroger, et souvent le monde moderne qui nous bouscule, ne nous en laisse pas le temps.

 

En fait, pour lire en toute sérénité, rien ne vaut le livre : on peut facilement souligner des phrases, des extraits, le regard est sollicité par un seul message, et l'attention est bien meilleure.

Le livre doit rester une référence essentielle : il permet de trouver une vraie sérénité et une concentration accrue dans la lecture.

 

 

 

 

 

La lecture sur internet...
Repost 0
12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 10:44
Le sport, au fond, c'est très injuste...

 

 

 

 

Vous connaissez, sans doute, un certain nageur du nom de Michael Phelps, celui qui rafle toutes les médailles, aux JO de Rio ? Ce mercredi 10 août, un reportage lui était consacré, lors du journal de 20 heures sur France 2.

"21 titres olympiques ! Pourquoi Michael Phelps est-il le meilleur ?", telle était la question posée par le journaliste.

 

"En fait, son corps est conçu pour nager, nous dit-on. Deux mètres d'envergure, des pieds immenses, pointure 47", bref, Michael Phelps a un gabarit hors normes : muni de véritables palmes naturelles, il bat tous ses adversaires.

Sa grande taille, sa morphologie lui permettent de surclasser tous ses rivaux dans les compétitions sportives.

 

Comment lutter contre ce géant, aux dimensions impressionnantes ?

Comment lutter contre ce phénomène, contre ce corps taillé sur mesure pour la natation ?

Oui, décidément, le sport, c'est très injuste...

 

Non seulement, certains sportifs sont dotés d'un physique avantageux, mais d'autres, aussi, se dopent pour remporter la victoire.

Une pratique qui tend à se généraliser dans le sport de haut niveau, à tel point que les soupçons de dopage se répandent et que de nombreux sportifs sont éclaboussés par ces affaires.

De quoi ternir tout l'éclat de ces jeux olympiques, conçus à l'origine pour mettre en valeur des exploits sportifs.

Peut-on parler, d'ailleurs, d'exploits, quand les athlètes sont "gonflés" artificiellement ?

Peut-on parler de sport, peut-on parler de "jeux", quand la tricherie et la fraude sont si répandues ?

 

Tout le monde sait que ces pratiques existent et qu'elles sont souvent passées sous silence.

Des pratiques qui mettent en danger la vie des athlètes...

Des pratiques qui vont totalement à l'encontre de l'esprit sportif.

 

Ainsi, les jeux olympiques sont complètement dénaturés : c'est le sport-spectacle qui l'emporte, c'est le règne de l'illusion.

 

Quand le sport devient une foire aux muscles, à la démesure, qui peut y adhérer ?

Bien sûr, certains sportifs ne sont pas concernés par le dopage, mais la suspicion existe et vient assombrir ces compétitions.

Le sport de haut niveau, c'est aussi très injuste pour les athlètes eux-mêmes : soumis à des entraînements intenses, tentés par le dopage, ils en viennent à mettre leur santé en péril.

 

Il semble, aussi, que ces JO attirent de moins en moins de spectateurs : ce n'est pas étonnant, face à tous les scandales qui entourent ces jeux.

De plus, l'organisation de ces compétitions pose problème : coût exorbitant, retombées incertaines sur l'économie, infrastructures abandonnées...

 

 

 

 

Le reportage de France 2 :

 

http://www.francetvinfo.fr/sports/jo-2016-michael-phelps-les-secrets-d-une-legende_1585065.html

 

 

Le sport, au fond, c'est très injuste...
Repost 0
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 13:51
Gondolier, t'en souviens-tu ?

 

 

 

 

Une chanson qui nous transporte à Venise... sur ses canaux, le long de palais aux teintes d'ocre et de lumières... De quoi rêver ! On entend, d'abord, dès l'ouverture de la chanson,  la barcarolle d'un gondolier qui égrène un air langoureux : "la la la la la la la..."

Et, aussitôt, on se laisse bercer par le balancement d'une barque, sur des flots ondoyants...

Ce gondolier est invité à se remémorer une chanson et un souvenir amoureux : il est interpellé familièrement, grâce à l'emploi de la deuxième personne du singulier, on a, ainsi, l'impression de sa présence.

"Gondolier t'en souviens tu
Les pieds nus, sur ta gondole
Tu chantais la barcarolle"

Ce personnage est esquissé rapidement : on le voit debout sur sa gondole, "les pieds nus"... et on visualise aussitôt la scène, sur un canal, à Venise, dans un décor somptueux.

Et bien sûr, il chantait pour deux amoureux : "Tu chantais pour lui et moi..."

L'expression "lui et moi", répétée de manière insistante vient souligner un attachement qui semblait éternel, comme le suggère la phrase "c'était écrit pour la vie"... Le destin semblait même présider à cet amour si fort.

Puis, on entend le chant du gondolier, en italien, une façon de restituer la scène et de lui conférer de l'authenticité... Nous voilà vraiment transportés à Venise...

 

"Io ti amo con tutt il cuor
Solo ate adorero
E sappendo che tu mi ami
Ti amero, mol ti di piu"

 

On est sensible, bien sûr, à ces serments d'amour et aux sonorités envoûtantes de la langue italienne. Le vocabulaire affectif souligne la déclaration... "ti amo... il cuor, adorero, mi ami, ti amero".

Les futurs utilisés ont valeur de promesse et semblent annoncer un avenir rempli de bonheur...

Pourtant, le dernier couplet marque une certaine désillusion, avec l'emploi du passé : "Cet air là était le nôtre."

 

On retrouve une apostrophe au "gondolier", mais les deux amoureux ne sont plus associés dans l'énoncé :

"Gondolier si tu le vois
Dans les bras, les bras d'une autre
Gondolier ne chante pas."

L'être aimé est peut-être dans les bras d'une autre, comme le montre la subordonnée de condition : "si tu le vois..."

Et la chanson s'achève sur une injonction péremptoire "ne chante pas", une façon de mettre en évidence un désarroi et un dépit amoureux. Les serments se sont évanouis, et la chanson d'autrefois n'a plus de valeur.

 

On retrouve, là, un thème éternel : celui d'un amour merveilleux qui s'est achevé dans la déception et une forme de désillusion.

 

La mélodie rayonnante nous fait rêver, elle nous emmène en Italie, vers des paysages mythiques et somptueux...

 

 

Le texte a été écrit par Jean Broussole et Robert Marcuccci et c'est Peter De Angelis qui a composé la musique.
 



 

 

 

Repost 0
10 août 2016 3 10 /08 /août /2016 11:57
Le mélilot mouillé de pluie...

 


Pour la poésie et le plaisir des mots : le mélilot !


"Le vent sentait le sable chaud, l'eau froide, l'asphodèle et le buis. Le mélilot mouillé de pluie, ruisselait d'un parfum simplet, et deux acacias fumaient comme des cassolettes.

Dans un coin lointain du ciel, maintenant pur, l'orage fuyant tordait en silence ses muscles violets. L'aile d'Iris pointait au dessus de la colline.

Il allait, à petits pas, lourd d'une volupté que distillaient l'air, la lumière, les odeurs."

C'est ainsi que Giono décrit un paysage à travers les sensations olfactives et visuelles  de son personnage, Ulysse, dans un de ses romans intitulé Naissance de l'Odyssée...

Giono restitue des parfums qui s'entremêlent harmonieusement, et qui semblent envahir l'espace...
Ulysse est sensible aux senteurs qui l'environnent, notamment à celles du "mélilot".




Ce mot rare "mélilot" nous enivre, nous enveloppe de parfums et d'échos sonores ! Ce mot fascine et intrigue ! On n'en perçoit pas immédiatement la signification et les contours...

Quelle est cette plante au parfum simplet ? Quelle est cette essence mystérieuse du mélilot ?

Mélange de miel et de lotus, cette fleur semble avoir des vertus apaisantes, pleines de douceur.

Le mélilot, couleur de miel, se couvre de grappes dorées, il exhale un parfum subtil et délicat qui séduit les abeilles...

Ce mot aux douces sonorités vient directement de deux termes grecs μέλι, méli, « miel » et λωτός, lôtos, « lotus ».

Le mélilot à fleurs jaunes de la famille des fabacées ressemble au genêt : il produit des grappes de fleurs dorées, au parfum délicat et subtil.

Le mot rayonne de ses sonorités : labiale initiale, consonne redoublée "l", voyelles variées... On perçoit, des échos sonores, des voyelles qui se répondent...

Associé aux noms du miel et du lotus, ce nom de fleur évoque des images lumineuses...

Le miel qui suggère des couleurs dorées et brunes, des visions de ruches tourbillonnantes d'abeilles, un nectar aux teintes ambrées, le miel, symbole solaire qui représente la quintessence végétale de la lumière du jour..

Le lotus, lui, est associé à des légendes antiques, notamment celle des lotophages dans l’Odyssée d'Homère : Ulysse aborde la « terre des Lotophages qui se nourrissent de fleur de lotus ». Le lotus représente l'oubli, une sorte de drogue qui procure l'amnésie à tous ceux qui s'en nourrissent...

Le lotus sacré et mythique, fleur de l'orient est, aussi, une image de sérénité et de beauté...

Le mélilot, terme assez rare, aux sonorités pleines de poésie, nous charme de ses origines lointaines : le mot "mélilotos" remonte à l'antiquité grecque... 

Et ce mot a traversé les siècles, nous est parvenu avec tous ses éclats de sonorités...

Le mélilot nous fait rêver à une nature encore intacte, aux couleurs éclatantes, au genêt, doré de miel, à toutes ces fleurs du sud aux teintes solaires : mimosa, jonquille, forsythia...

Ce mot ancien, peu usité, crée une sorte d'harmonie, dans ses sonorités : il évoque, aussi deux autres mots remplis de symboles et de légendes...

 

 


L'épisode des lotophages dans l'Odyssée :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lotophages
 

Le mélilot mouillé de pluie...
Repost 0
9 août 2016 2 09 /08 /août /2016 12:10
Pokémon go ou l'art de la vacuité...

 

 

 

 

 

Le monde moderne nous bouscule : sollicités par de nombreux loisirs, nous n'avons plus le temps de lire, de profiter des plaisirs simples de la vie.

Et voilà qu'un nouveau jeu Pokémon go nous invite à aller chercher des monstres virtuels, dans l'environnement de nos villes, à l'aide de nos i-phones.

La chasse aux Pokémons est ouverte ! Le phénomène prend même de l'ampleur...

Mais, enfin, qui peut se laisser prendre à ce piège, sinon des adolescents, en manque de repères ?

Quelle est cette folie qui pousse les gens à se lancer, dans les rues, à la poursuite d'êtres virtuels ?

 

Voilà l'activité la plus stérile qui soit, mais comme ce jeu passe par un i-phone, les adolescents accros à cet objet qu'ils ne quittent plus, se laissent facilement séduire.

Au lieu de proposer une incitation à la lecture, au lieu de promouvoir la culture, ce jeu conduit les individus, comme beaucoup d'autres jeux sur internet, à se perdre dans un univers virtuel, coupé de la réalité.

 

Le prétexte invoqué serait, en fait, d'inciter les gens à redécouvrir leur ville.

Mais de qui se moque-t-on ?  Les participants à ce jeu, obnubilés par la recherche de leurs monstres, en arrivent à ne plus voir leur environnement et à être victimes d'accidents...

 

On imagine quelle pourrait être la réaction d'extraterrestres, s'ils débarquaient sur notre planète et s'ils découvraient les humains en train de se livrer à la chasse aux Pokémons !

"Salamèche, Carapuce, Pikachu, Rattata, Pichu, Fouinette" ... j'en passe et des meilleures, des monstres devenus l'objet de toutes nos sollicitations !

A coup sûr, ils nous prendraient pour des attardés mentaux, frappés de folie, des êtres dénués de raison et de réflexion.

A coup sûr, ils n'auraient aucune envie d'entrer en contact avec des êtres qui proposent de tels jeux à des adolescents.

 

En voyant quelques humains, dans les rues, portables à la main, en quête de Pokémons, ils se poseraient bien des questions sur l'avancée de notre civilisation.

Ils émettraient même des doutes sur notre intelligence.

 

Décadence, vide existentiel, ce jeu nous confronte à la réalité de nos sociétés : il nous montre l'inanité de nos vies, une absence, une vacuité, dans un monde où la consommation est souveraine.

 

Il est urgent de redonner du sens à nos vies, en privilégiant la culture, l'observation de la nature, en montrant l'intérêt de la lecture, en mettant en évidence les dangers de tous ces outils connectés qui nous environnent, et qui ont tendance à croître en nombre et en influence.

 

 

 

 

 

Pokémon go ou l'art de la vacuité...
Repost 0
8 août 2016 1 08 /08 /août /2016 08:43
Bikini et burkini...

 

 

Bikini, burkini... Voilà deux mots qui pourraient prêter à confusion, ce que l'on appelle, en terme savant, des paronymes ! Les deux mots se ressemblent, certes, mais est-il possible de les confondre ? Ils évoquent, en fait, des réalités bien différentes : on se souvient de la célèbre chanson de Dalida qui a connu un vif succès dans les années soixante, et, depuis cette époque, le bikini, ce maillot deux pièces pratique et confortable, est devenu une tenue habituelle sur nos plages.

 

Quant au burkini, il désigne, comme chacun sait, un maillot intégral qui recouvre le corps de la femme de confession musulmane, depuis la tête jusqu'aux chevilles.

N'est-ce pas, là, une tenue inhabituelle pour profiter d'un bain de mer ?  Voilà une tenue surprenante pour se baigner !

Une tenue bien encombrante, quand on veut être libre de ses mouvements, nager... un carcan qui emprisonne la femme et qui a pour but de la préserver du regard des hommes.

 

Le vêtement devient, alors, une sorte de bouclier qui permettrait à la femme d'inspirer le respect.

La mode islamique exige que l'on ne fasse pas étalage de son corps. 

Les hommes ne sont-ils pas des "prédateurs" ? Et la femme aurait, ainsi, le devoir de se protéger, et de faire preuve de pudeur.

 

On voit bien toutes les conséquences de ces règles vestimentaires : une femme vêtue d'un bikini ou d'une jupe courte, est forcément considérée comme impudique par un musulman...

Autrement dit, une femme vêtue, selon la mode occidentale, ne peut que susciter la convoitise et le manque de respect.

 

Comment concilier ces deux façons de se vêtir ? Est-ce même conciliable ?

On voit bien toute la distance qui sépare une femme occidentale et une musulmane qui se plie à ces lois religieuses, un fossé qui semble infranchissable.

 

La femme vêtue d'un burkini est-elle, d'ailleurs, vraiment décente, étant donné que ce vêtement moule le corps, notamment au sortir du bain ? Certains musulmans condamnent, aussi, cette tenue.

La femme devrait donc se baigner avec une armure, pour satisfaire aux diktats de la religion ?

 

L'homme, lui, est-il obligé de porter un burkini ? 

On le voit : ces codes vestimentaires appartiennent à un autre temps, un temps où la femme était asservie et soumise aux hommes.

 

L'homme musulman n'est-il pas capable de réfréner ses désirs et ses ardeurs ?

 

Comment faire cohabiter, sur une même plage, bikini et burkini ?

Comment un musulman peut-il considérer une femme en bikini ?

Qu'est-elle, pour lui, si ce n'est un être impudique, une dévergondée ? Comme si le vêtement permettait de classer, ainsi, les personnes...

 

Avec cet exemple, on prend conscience que le monde musulman doit évoluer, pour une meilleure intégration dans nos sociétés.

Certains diktats religieux sont périmés, appartiennent à un autre temps.

Les femmes ne peuvent être, ainsi, contraintes dans des carcans vestimentaires qui les empêchent de profiter librement d'un simple bain de mer.

Le burkini est indubitablement une entrave à la liberté des femmes.

D'ailleurs, certaines femmes, faisant preuve d'émancipation, se sont libérées de ces contraintes vestimentaires, une façon de ne plus se soumettre à des injonctions religieuses d'un autre temps.

 

 

La chanson de Dalida :

 

https://youtu.be/hVUwra22e-Q

 

 

 

Bikini et burkini...
Repost 0
7 août 2016 7 07 /08 /août /2016 15:32
Pinèdes...

 

 

 

 

Les pinèdes du midi font surgir et miroiter toutes les teintes de verts : anis, verts doux ou profonds, verts pâles, noirs, mordorés, verts évanescents... Les arbres tressent des camaïeux infinis de verts....

 

Les pinèdes nous parlent, nous disent toutes les merveilles de l'été : éclats de cigales, chants harmonieux qui s'élèvent vers le ciel, envahissent l'espace, dans un bruissement incessant.

Douceur apaisante de ces voix lumineuses et secrètes !

On devine, sous les branches, ces nymphes de l'été, mystérieuses, aux embruns dorés.

 

Tous les arbres, le ciel, la terre vibrent de ces paroles douces comme le miel, les pins se répondent dans un concert ininterrompu qui rythme les journées et s'attarde parfois jusqu'à la nuit...

 

Des senteurs anisés se répandent dans l'air, des parfums exaltants s'épanchent...

 

Les arbres en corolles font bruisser insensiblement leurs branches...

 

Des vagues légères, des roulis s'en emparent : les arbres respirent doucement de ces ondulations sereines et apaisées.

 

Les aiguilles, comme vernissées, se parent d'éclats lumineux, sur le ciel blanc-bleu de Provence...

Les pinèdes offrent, aussi, leur ombre bienveillante... les cigales, heureuses, lancent leurs chants renouvelés, aux échos sonores si apaisants.

 

Couleurs, éclats de voix, senteurs... les pinèdes du midi nous offrent une plénitude de sensations.

 

Quelle harmonie sous les pins ! Quels éblouissements !

 

 

 

 

 

 

Photo : rosemar

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/