Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 16:41
La France unie contre la terreur...

 

 

Devant le nombre de victimes des attentats qui ont frappé la France, devant la terreur de ces attaques, devant l'horreur des blessures, l'union nationale s'impose...


Ces djihadistes qui côtoient la mort, qui s'en font une bannière, méprisent la vie et toutes les valeurs de la vie.

La haine, l'envie de mort, la radicalisation emportent ces terroristes vers la destruction.

Insensibles à la mort, ils se transforment en kamikazes pour répandre la peur, ils combattent nos valeurs : la culture, la fête, le bonheur, l'amour de la vie même...

Ils ont assassiné des jeunes qui se réunissaient, un vendredi soir, dans la joie, l'insouciance.

Ils les ont surpris dans leur vie quotidienne, leurs loisirs, leur désir d'aimer, d'apprécier la musique, la vie... 

La France est unie contre ceux qui s'attaquent à ses valeurs : la culture, la liberté, la fraternité... La France est unie contre la terreur.

Les victimes de cette terreur sont nombreuses, et on assiste à une recrudescence dans l'horreur et  la haine.

Face à cette recrudescence, les Français doivent s'unir contre cette abjection, et cette union qui s'est manifestée ces dernières heures ne doit pas faillir.

Il faut, aussi, que le pouvoir se montre impitoyable contre les réseaux de djihadistes qui sévissent en France, en Belgique.

Ces réseaux sont connus, ils ont été repérés : il faut les éradiquer, c'est une évidence, et ne pas laisser le radicalisme s'implanter dans notre pays.

Contre ceux qui aiment la mort, ceux qui méprisent la vie, qui n'ont qu'un but, l'annihiler, nous devons nous unir et lutter...

La barbarie, l'horreur ne font pas partie de nos valeurs.

Nous pouvons avoir peur, car nous sommes des êtres humains, nous pouvons redouter l'horreur du terrorisme car nous aimons la vie.

Les terroristes, eux, ignorent la peur, ils viennent commettre des actes abominables, avec des armes meurtrières  et des ceintures d'explosifs, ils viennent semer la mort... Mais ils ignorent toutes les valeurs et le sens de la vie : en tuant des innocents, ils ne connaissent même pas le prix de la vie...

Leur seul horizon est la haine, la violence et la mort.

Ils ont, d'avance, perdu leur combat, car leur haine, leur désir de mort sont, déjà, une défaite.


 



 

La France unie contre la terreur...
Repost 0
14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 11:31
Au nom de la terreur...

 


L'horreur du terrorisme a encore frappé, à Paris, hier soir : des assaillants ont attaqué plusieurs lieux, de manière coordonnée.

Le jour et l'heure n'ont pas été choisis par hasard, bien sûr : un vendredi soir, où les gens, après une semaine de travail, se réunissent pour fêter le week-end.

Le stade de France, des terrasses de bars, de restaurants, une salle de spectacle Le Bataclan ont été la cible d'actes de guerre... 

Le terrorisme se focalise, encore et toujours, sur des victimes innocentes, sans défense.
Le terrorisme ne fait-il pas fi de toute humanité, de toute vie humaine, ne frappe-t-il pas de manière aveugle et lâche ?


L'état d'urgence décrété par le président de la République, le deuil national instauré pendant 3 jours montrent que la situation est grave, inédite.

Un carnage dans les rues de Paris, 6 ou 7 lieux d'attaques, des tirs à l'arme automatique, une prise d'otages au Bataclan, où des crimes ont été perpétrés, lors d'un concert : on peut parler d'actes de guerre sur le territoire français.

Quand on s'attaque, ainsi, à des gens sans défense, avec des armes lourdes, on ne peut que voir, là, des actes de guerre, des massacres particulièrement ignobles. 

Le Bataclan a été le lieu de scènes de guerre : les terroristes se sont livrés à un véritable massacre, la salle était pleine et les terroristes ont tiré à l'aveugle, dans la foule.

Les assaillants se sont attaqués à la vie quotidienne des français, dans des lieux publics et on le voit : notre liberté, elle-même, est menacée...

Au fond, les cibles elles-mêmes n'ont pas été choisies par hasard : des bars, des restaurants, une salle de concert, un stade de foot.

Pour des djihadistes, ce sont, là, des symboles de nos sociétés... l'alcool, la musique, le sport représentent, pour ces terroristes, des signes de décadence.

Ils sont en lutte contre toutes les libertés de notre monde, ils sont en lutte contre nos principes de vie.

Encore une fois, le fanatisme est à l'oeuvre : il est organisé et s'attache à manipuler les esprits, à les façonner en vue d'actes terroristes.

La violence qui en découle est terrifiante : le carnage perpétré au Bataclan est le signe d'une volonté de semer la terreur.

L'organisation concertée de ces attentats montre une volonté de tuer, de massacrer, de détruire les symboles de nos sociétés...

La radicalisation, le fanatisme gangrènent notre monde : sur notre propre territoire, des gens sont formés pour tuer.

Il faut dénoncer et combattre ce fanatisme, partout où il se manifeste, dans tous les pays, quels qu'ils soient.







 

 

Au nom de la terreur...
Repost 0
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 15:27
Dans cette nuit de rêve...

 

 

Une musique associée à un couple d'amoureux, dans la nuit, un violon qui lance sa mélodie pour les accompagner, voilà un thème plein de romantisme qui nous envoûte, dans cette chanson interprétée par Tino Rossi.

Le violon semble jouer tout seul, comme par magie, pour les deux amoureux : le musicien est occulté et n'apparaît pas : "Dans la nuit un violon joue presque en sourdine /Pour nous seuls, sa mélodie tendre et câline."


La mélodie, elle-même, véritable exhortation à l'amour, semble s'animer, vivre d'elle même, elle devient une invitation à l'amour : personnifiée, elle est sujet de verbes de mouvement et d'action : "Elle nous dit l'espoir d'aimer, Elle nous prend et nous enivre".

Et le poète, insistant, utilise des impératifs, pour mieux séduire sa belle : "écoutons-la, viens, ce soir, la murmurer entre mes bras".

Le soir, l'obscurité offrent un cadre propice à l'intimité et à l'amour...

Le refrain s'égrène, alors, et le poète invite, de manière insistante, la jeune fille à chanter, grâce à des impératifs : "chante, chante pour moi."

Et la voix de l'amoureuse est, alors, valorisée, avec les termes : "douceur, bercer", d'autant qu'elle rend le monde "plus beau, plus merveilleux"...

Mais le départ inexpliqué de la jeune femmme a brisé le rêve de cette nuit, et l'amoureux évoque sa douleur, en des termes qui marquent un accablement : "le fardeau de mon chagrin et de mes peines".

Le poète, dès lors, n' a de cesse de retrouver ces moments de joie, comme le suggèrent bien ces verbes comportant le même préfixe : "il faut que je revienne, retrouver."

Le violon renouvelle, alors, cet air d'autrefois et ressuscite tant de souvenirs...

Les sensations auditive et olfactive se mêlent pour faire ressurgir le bonheur passé : "cet air qui me poursuit, parfum des joies anciennes."

Et aussitôt, le refrain égrène à nouveau ces impératifs insistants "Chante, chante pour moi".

Cette fois, c'est une voix plus lointaine qui est perçue, comme le montre l'emploi de l'article indéfini "une voix".

Mais ce souvenir permet de restituer le bonheur, qui "refleurit", alors, belle image servant à retranscrire une sorte de renouveau espéré.

La mélodie nous entraîne et nous emporte dans un tango rempli de langueur et de tendresse.

La musique a été composée, en 1935, par Cesare Bixio, les paroles écrites par Henri Varna et Marc Cab.


 

 

 

 

 

Photo : rosemar

Repost 0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 17:01
Un curieux film "pédagogique"...

 

 


La pédagogie emprunte parfois des voies surprenantes, notamment quand elle fait appel à un langage stéréotypé, appauvri, fait de répétitions.

A l'initiative de la Région Midi-Pyrénées, en partenariat avec la Région Languedoc-Roussillon et en collaboration avec le rectorat de l'académie de Toulouse, une vidéo a été tournée à destination du public scolaire, élèves, collégiens, lycéens...

Cette vidéo qui a pour but de promouvoir la réunion de ces deux régions du sud de la France a de quoi surprendre, d'autant qu'elle comporte, nous dit-on, une visée pédagogique...

Le personnage mis en scène, Pierre Paul Riquet, concepteur du canal du midi, ressurgit du passé pour expliquer tout l'intérêt de cette association...

"Mais ça déchire grave, les potos ! Un truc de dingue ! The canal du midi, un truc de fou, notre région va grossir grave... rpz.. on va pouvoir se la raconter grave... ouais... le kif suprême, des sites qui déchirent, ils sont tous au taquet pour la région..."

Voilà un condensé de ce langage qui prétend imiter celui des "djeuns", mais n'est-ce pas, là, une façon de mettre en évidence un appauvrissement de la langue ?

Les mots "truc", "grave" reviennent, comme pour souligner le manque de précision et les carences du langage pour exprimer ce que l'on veut dire...


On perçoit, en plus, une sorte de caricature dans le ton gouailleur, la façon de s'adresser complaisamment à des jeunes, en les mimant de manière grotesque.

La pédagogie doit-elle se mettre à l'unisson de la banalité, de l'indigence, de la médiocrité ?

La pédagogie doit-elle faire appel à des clichés, à un langage stéréotypé ?

N'est-ce pas, aussi, une forme de mépris que de réduire les jeunes à ce langage répétitif, n'est-ce pas les enfermer dans le cercle infernal de l'illettrisme et de la bêtise ?

On aurait aimé une vidéo vraiment pédagogique qui use d'une langue diversifiée et construite, on aurait aimé autre chose que cette caricature qui dessert, aussi, les jeunes et les présente sous un jour négatif...

Une véritable pédagogie doit faire appel à des mots clairs, précis, variés, à une certaine recherche dans la présentation et le langage.

C'est tout le contraire, dans cette vidéo : méfions-nous de cette tendance qui consiste à nier, à anéantir la langue française, pourtant si riche de nuances diverses...

Et le rôle de la pédagogie, c'est aussi de se mettre au service de cette langue, de la promouvoir, en maintes occasions...

Voilà encore une occasion manquée.

Arrêtons de "massacrer" le français, aussi bien à l'oral qu'à l'écrit, essayons de mettre notre belle langue à l'honneur, au lieu de la clouer au pilori !

On peut essayer de promouvoir la réunion de deux régions, mais n'oublions pas, pour autant, de promouvoir la langue française !

 

 

Le site de l'académie de Toulouse où se trouve cette vidéo :
 

http://www.ac-toulouse.fr/cid94876/une-video-pour-decouvrir-notre-future-grande-region.html

 

Repost 0
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 10:39
Pour dénoncer l'ignominie de la guerre...

 

 

 

La guerre : voilà un mot aux sonorités évocatrices de toutes les horreurs qu'elle génère...Des gutturales pleines d'âpretés viennent souligner l'atrocité des conflits qui ont traversé l'histoire, et qui persistent encore, dans nombre de pays...

Gutturale initiale, gutturales "r" redoublée, ce mot décrit la dureté des combats, la cruauté des adversaires qui s'opposent...

Une des plus cruelles fut, sans doute, la guerre de 14, celle qu'on appela "la grande guerre", celle qui vit, pour la première fois, l'apparition d'armes terribles, les gaz de combat qui annihilaient les soldats, infectaient, brûlaient et anéantissaient leurs poumons...

Une guerre qui a fait des millions de morts, des millions de mutilés, des millions de victimes, des jeunes gens, souvent...

Une guerre qu'on ne peut et qu'on ne doit pas oublier : nos grands parents ont connu cette guerre tragique, ils ont combattu dans les tranchées.
Une guerre dévastatrice, une guerre ignoble par toutes les atrocités et les destructions commises.

Une guerre dénoncée par de grands écrivains : on se souvient des pages écrites par Barbusse, Céline, Giono, des pages qui dénoncent un monde inhumain, où l'homme est transformé en girouette, en objet, et devient une marionnette...

Barbusse, dans Le Feu, met en évidence le désarroi des soldats face à des armes destructrices qui semblent s'animer, les objets personnifiés deviennent autonomes, et l'homme se trouve réduit à néant...


"Il y a quatre nuits qu’ils ont été tués ensemble... Nous étions de patrouille... Vers minuit, on est sorti de la tranchée, et on a rampé sur la descente, en ligne, à trois ou quatre pas les uns des autres et on est descendu ainsi très bas dans le ravin, jusqu’à voir, gisant devant nos yeux, le talus international. Des balles sifflaient autour de nous, mais elles nous ignoraient, ne nous cherchaient pas... L’un de nous s’est retourné, en bloc et son fourreau de baïonnette a sonné contre une pierre. Aussitôt une fusée a jailli en rugissant du boyau international. Alors une mitrailleuse placée de l’autre côté du ravin a balayé la zone où nous étions... J’ai vu quatre cadavres... Chacun d’eux contenait plusieurs blessures à côté l’une de l’autre, les trous des balles distants de quelques centimètres... Barque et Biquet sont troués au ventre, Eudoxe à la gorge... Lamuse a eu l’épaule droite hachée par plusieurs balles et le bras ne tient plus que par des lanières d’étoffe de la manche et des ficelles qu’on y a mises... Un nuage de pestilence commence à se balancer sur les restes de ces créatures avec lesquelles on a si étroitement vécu, si longtemps souffert."



Dans un extrait de son oeuvre, Le grand troupeau, Giono oppose, quant à lui, une nature bienveillante aux destructions de la guerre et la nature elle-même subit les affres des tourments de la guerre...


"Le jour est venu tout d'un coup. Le mont Kemmel fume de tous côtés comme une charbonnière. On est le long d'une route de saules : des saules déjà touchés de printemps ; des bourgeons de belle amitié qui s'ouvrent.
Les balles claquent dans les branches ; la peau d'herbe est toute blessée. L'étang doucement s'en va, on le voit s'en aller dans les trous et puis s'enfoncer dans la terre.
Des vols d'obus passent, s'abattent, sautent, arrachent des branches, rugissent sous la terre, se vautrent dans la boue, puis tournent comme des toupies et restent là. On creuse à la pelle de trou à trou. On a tout le temps dans les jambes cet étang qui veut s'en aller, et qui coule tantôt d'ici, tantôt de là, sans savoir. On le repousse, on le frappe, il revient, il geint. On le frappe à coups de pelle. Un obus se plante là tout près. On se couche sur l'étang et, tout de suite, il se met à lécher l'homme tout du long, des genoux à la figure avec sa langue froide.
Là-haut à trois cents mètres, on voit un moulin. Un peu à gauche, un petit tas de pierres. C'était un pigeonnier."



Dans le Voyage au bout de la nuit, Céline stigmatise, aussi, l'inhumanité de la guerre, la rage des hommes, quand ils se livrent des combats sans pitié.


"Le vent s'était levé, brutal, de chaque côté des talus, les peupliers mêlaient leurs rafales de feuilles aux petits bruits secs qui venaient de là-bas sur nous. Ces soldats inconnus nous rataient sans cesse, mais tout en nous entourant de mille morts, on s'en trouvait comme habillés. Je n'osais plus remuer.
Ce colonel c'était donc un monstre ! A présent, j'en étais assuré, pire qu'un chien, il n'imaginait pas son trépas ! Je conçus en même temps qu'il devait y en avoir beaucoup des comme lui dans notre armée, des braves, et puis tout autant sans doute dans l'armée d'en face. Qui savait combien ? Un, deux, plusieurs millions peut-être en tout ? Dés lors ma frousse devint panique. Avec des êtres semblables, cette imbécillité infernale pouvait continuer indéfiniment ...Pourquoi s'arrêteraient-ils ? Jamais, je n'avais senti plus implacable la sentence des hommes et des choses.
Serais-je donc le seul lâche sur la terre ? Pensais-je. Et avec quel effroi !...Perdu parmi deux millions de fous héroïques et déchaînés et armés jusqu'aux cheveux ? Avec casques, sans casques, sans chevaux, sur motos, hurlants, en auto, sifflants, tirailleurs, comploteurs, volants, à genoux, creusant, se défilant, caracolant dans les sentiers, pétaradant, enfermés sur la terre comme dans un cabanon, pour y tout détruire, Allemagne, France et Continents, tout ce qui respire, détruire, plus enragés que les chiens, adorant leur rage ( ce que les chiens ne font pas ), cent, mille fois plus enragés que mille chiens et tellement plus vicieux ! Nous étions jolis ! Décidément, je le concevais, je m'étais embarqué dans une croisade apocalyptique."


Enfin, Giono montre les ravages de la guerre dans l'esprit humain, les séquelles qu'elle laisse, de manière irréversible...

"Je ne peux pas oublier la guerre. Je le voudrais. Je passe des fois deux jours ou trois sans y penser et brusquement, je la revois, je la sens, je l’entends, je la subis encore. Et j’ai peur.... Vingt ans ont passé. Et depuis vingt ans, malgré la vie, les douleurs et les bonheurs, je ne me suis pas lavé de la guerre. L’horreur de ces quatre ans est toujours en moi. Je porte la marque. Tous les survivants portent la marque. J’ai été soldat de deuxième classe dans l’infanterie pendant quatre ans, dans des régiments de montagnards. Avec M. V., qui était mon capitaine, nous sommes à peu prés les seuls survivants de la 6ème compagnie. Nous avons fait les Eparges, Verdun-Vaux, Noyons-Saint-Quentin, le Chemin des Dames, l’attaque de Pinon, Chevrillon, le Kemmel. La 6ème compagnie a été remplie cent fois et cent fois d’hommes. La 6ème compagnie était un petit récipient de la 27ème division comme un boisseau à blé. Quand le boisseau était vide d’hommes, enfin quand il n’en restait plus que quelques-uns au fond, comme des grains collés dans les rainures, on le remplissait de nouveau avec des hommes frais. On ainsi rempli la 6ème compagnie cent fois et cent fois d’hommes. Et cent fois on est allé la vider sous la meule. Nous sommes de tout ça les derniers vivants, V. et moi."


Tous ces témoignages, tous ces récits nous montrent l'ignominie de la guerre : que les hommes prennent conscience de ces abominations, que les nouvelles générations méditent ces messages, afin que ce mot terrible "la guerre" puisse, un jour, disparaître et s'effacer des réalités du monde...

La guerre est la plus grande défaite de l'homme, elle anéantit les corps, les âmes, les esprits, elle détruit l'humanisme, elle s'attaque souvent, aussi, à des victimes civiles innocentes et fragiles, des enfants, des femmes, des vieillards...


 
Autres articles sur ce sujet :


http://rosemar.over-blog.com/article-la-guerre-la-plus-grande-defaite-de-l-homme-124985982.html

http://rosemar.over-blog.com/article-a-l-encontre-du-vieil-homere-123645631.html

 

http://rosemar.over-blog.com/article-quand-des-enfants-meurent-124194067.html

Pour dénoncer l'ignominie de la guerre...
Repost 0
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 18:24
Tapis aux teintes de flammes et de feux !

 


"Nous menons une vie de fainéantise et de rêvasserie ; toute la journée vautrés sur notre tapis, nous fumons des chibouks et des narguilehs, en absorbant de la limonade et en regardant les rives du fleuve."
C'est ainsi que Gustave Flaubert raconte un de ses voyages en Egypte, sur le Nil, dans une lettre adressée à sa mère.
Et il nous fait percevoir toute l'oisiveté et les splendeurs de la vie orientale, notamment en évoquant un tapis sur lequel il se "vautre"...


Le "tapis" évoque un confort, un bien-être, il est, aussi, objet de décoration qui orne les sols des salons, des chambres...

Le tapis, c'est, comme on l'entrevoit dans la correspondance de Flaubert, le monde oriental, un certain luxe, une richesse dans les motifs, des arabesques...

Le mot lui-même nous invite au repos, avec ses consonnes dentale et labiale, la labiale, surtout, pleine de volupté et de douceur...

Les voyelles "a" et "i" assez contrastées, l'une ouverte, l'autre plus aiguë, nous intriguent, suscitent notre curiosité.

Ce mot, venu du grec, "tapès" a des origines très anciennes : Homère l'utilise dans l'Odyssée, au chant IV de l'épopée : dans la demeure de Ménélas, on voit un serviteur apporter "un tapis de laine moelleuse." (vers 124)

Tapis en laine, en coton, en soie, tapis moelleux... on aime les textures de ces tissus somptueux...
Tapis persans, d'Inde, de Chine, du Pakistan, ces revêtements nous font voyager vers des rives lointaines.

Des teintes de bleus, des couleurs de pourpre nous éblouissent, des dessins géométriques s'enroulent, des franges ornent les bords.
Les motifs s'entremêlent, s'enlacent, formant des paysages harmonieux de feuillages, des arborescences d'une richesse inouie...

Des pampres, des fleurs, des branches envahissent les fils de cotons, la soie brillante.

Certaines miniatures persanes représentent des personnages, coiffés de turbans, assis sur de somptueux tapis.

Tapis aux teintes de flammes et de feux, couleurs éclatantes, brouillards de lumières, rosaces, fleurs, enroulements....

Des serviteurs, portant des vases richement ornés s'avancent humblement vers ces tapis de lumières, tout à côté, des musiciens jouent un air de musique, avec une harpe et des cymbales.

L'atmosphère  festive traduit une sorte de bonheur et de langueur orientale.

Tapis volant des Mille et une nuits, tapis flottant miraculeusement dans les airs, emportant des héros vers des aventures étranges, remplies de mystères et de magie !

Tapis enchanteurs de notre enfance ! Qui n'a pas rêvé de se laisser emporter par ces tapis d'orient vers des rives nouvelles ?

Shéhérazade, Aladin, Sindbad le marin, Ali Baba, tous ces noms évoquent la magie de l'orient, des récits mythiques qui ont bercé notre enfance et qui ont inspiré tant de créateurs !

Tapis rouge que l'on déroule, en de grandes occasions, tapis de fêtes et de prestige !



Le tapis nous fait voir tant d'images radieuses !


 

 

 

 

 

Tapis aux teintes de flammes et de feux !
Tapis aux teintes de flammes et de feux !
Repost 0
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 14:01
La voix de son maître...

 

 

 

Un professeur travaille beaucoup avec sa voix : c’est, là, un outil essentiel, puisque la voix doit porter haut et fort pour l’ensemble des élèves : on a du mal à l’imaginer mais parler pendant 6 ou 7 heures à voix haute demande des efforts et une énergie incroyables… surtout pour une femme dont la voix est souvent plus ténue que celle d’un homme.

Devant une classe de 36 élèves, il faut se faire entendre et la voix ne doit pas faiblir ou dérailler, un seul instant.

L’enseignante ou l’enseignant sont amenés à forcer sur leur voix, à la malmener, parfois.

Combien de fois ai-je eu, pour ma part, une extinction de voix… après une journée de travail !


Sans sa voix, un professeur ne peut assurer un cours normal : il a la possibilité d’écrire quelques consignes au tableau, mais il a des difficultés à gérer une classe…
 
Parler à haute et distincte voix représente une fatigue physique indéniable : le degré d’intensité de la voix qui est appuyée entraîne une usure : les cordes vocales sont soumises à rude épreuve et il n’est pas facile de tenir un niveau de voix intense, en fin de journée.
 
De plus, l’enseignant est sans cesse amené à interroger et faire parler les élèves plus fort, car eux-mêmes ne se rendent pas compte qu’ils ne sont pas audibles.
 
L’enseignement est fait aussi de répétitions, de reprises : certains élèves en retard, en difficulté posent des questions : l’enseignant est contraint de redire certaines consignes, de solliciter encore plus sa voix.
 
La voix ne doit pas faillir, doit rester ferme et solide : elle est essentielle…
Au moindre rhume, au moindre mal de gorge, la voix est mise à mal et peut disparaître sous l’effet de la fatigue.
 
L’enseignement est, sans doute, le métier où la voix est sans cesse mise à l’épreuve dans la continuité et dans l’intensité. Impossible de ménager sa voix…


Ainsi, l’intensité et le forçage de la voix peuvent provoquer des troubles divers : maux de tête, fatigue, nodules sur les cordes vocales.
 
On oublie trop souvent que le métier d’enseignant est un métier physique et on ne perçoit que la fatigue intellectuelle. Mais ces aspects se combinent : un professeur dépense beaucoup d’énergie face à ses élèves : énergie intellectuelle, morale, physique.
 
La voix est bien essentielle dans ce métier de transmission et d'échanges...

La voix est un souci permanent pour les enseignants... véritable outil de travail, elle est, sans cesse, sollicitée....
 

 

 

 

 

La voix de son maître...
Repost 0
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 16:49
Un signe des temps : le succès d'Instagram...

 

 

 

Connaissez-vous Instagram ? En ces temps où l'image, les apparences submergent nos sociétés, cette application remporte un succès phénoménal, sur internet...

Instagram, comme son nom l'indique, c'est l'instantanéité dans l'envoi de photos, c'est la multiplication de ces envois...


On savait que le règne de l'image avait commencé, grâce à Facebook, et aux téléphones portables, mais avec Instagram, on atteint des sommets, dans la diffusion des images.

En septembre 2015, Instagram annonçait, sur son blog officiel, 400 millions d'utilisateurs mensuels actifs, dans le monde.

De quoi s'agit -il ? Instagram permet de partager des photographies et des vidéos avec un réseau d'amis, d'aimer ou plutôt de "liker" certains clichés, comme on le dit, dorénavant, de laisser des commentaires sur les clichés déposés par les autres utilisateurs. Cette application offre, aussi, l'occasion de dialoguer avec les membres via l'utilisation de la messagerie interne appelée "Instagram direct".

On est stupéfait par le succès extraordinaire de cette application, mais, au fond, elle correspond à une aspiration profonde de nos contemporains : se montrer, acquérir une petite ou plus grande célébrité, briller par les apparences...

Notre monde se focalise sur l'image qui est de plus en plus présente partout : publicités, internet, télévision...

Et l'image peut être même retouchée... comble du raffinement ! Certains filtres permettent de magnifier les photos...

Les jeunes se passionnent pour les selfies, et ils envoient leurs clichés à des milliers de fans.

Un utilisateur d'instagram connaît plus particulièrement du succès : il met en scène des petits jouets dans différents quartiers de Paris, et les gens attendent avec impatience ces photos : pour montrer leur engouement, ils utilisent des "like"...

Je "like", tu "likes", nous "likons", et on en oublie d'argumenter vraiment, de dire et d'exprimer les raisons de telles appréciations.

L'inventeur de cette application, un américain, Kévin Systrom, peut se frotter les mains, il a réussi à faire fortune, avec cette idée toute simple : des photos à partager...

Des "stars" du foot participent au succès de l'entreprise, en diffusant des photos, des vidéos.

Les marques publicitaires se sont, bien sûr, emparées de cette application pour faire du marketing.

Le monde de l'image s'élargit de plus en plus, avec Instagram, les gens passent de plus en plus de temps à faire des photos, à les regarder, à les commenter, alors qu'elles n'ont pas, le plus souvent, un grand intérêt.


Dès lors, la réflexion se perd, se délite, au profit de simples apparences : le paraître l'emporte sur l'être...

Le monde des images s'élargit à l'infini, et le risque est grand de perdre le contact avec certaines réalités...

 

 

Un reportage sur cette application : 


 

http://www.francetvinfo.fr/societe/instagram-un-succes-fulgurant_1112887.html

 

 

Repost 0
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 15:34
Des éclairs de lumières traversent la rondeur du bois...

 

 

 


Formes oblongues, couleurs de bois veinés, les châtaignes se marbrent de teintes nuancées de bruns.

La surface lisse, brillante, fait miroiter la lumière, des filaments la cernent, l'encerclent de nuées plus sombres ou plus claires.

Des camaïeux apparaissent, tableaux étincelants, des éclairs de lumières traversent la rondeur du bois....

Douce au toucher, la châtaigne se fait plus rugueuse aux extrémités : une pique brumeuse la termine sur un côté, tout autour, des embruns légers se dispersent, formant des éclats irréguliers....

A l'autre extrémité, le bois nous fait découvrir des îlots, sur une surface d'un ovale imparfait, sans éclats, comme une terre brûlée.

La châtaigne bien opaque renferme une chair onctueuse, couleurs de nuages, pleine de saveurs et de douceurs.

La chair d'un blanc de lys, dense, compacte nous fait découvrir, encore, d'autres paysages : des ciels laiteux, des embruns de neige, des lumières brumeuses...

Des nuées d'automne, des écumes marines...

Le fruit répand de douces senteurs automnales, des brouées de parfums aux teintes brûlées, des envolées de sucs chaleureux.

Le fruit nous offre des teintes nuancées de l'automne, rouille, brun, à l'extérieur, ciels brumeux, quand on l'ouvre...


 

 

Photos : rosemar

Des éclairs de lumières traversent la rondeur du bois...
Repost 0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 13:39
Elle sent venir une larme de son coeur...

 

 


La solitude du monde moderne n'est-elle pas effrayante ? Alors que les moyens de communication se multiplient et se développent à l'extrême, alors que des gens sont connectés sur leur ordinateur, leur portable en permanence, la modernité conduit à la plus grande solitude, ce qu'Alain Souchon nomme l'Ultra-Moderne Solitude...

L'auteur nous fait, d'abord, percevoir un décor urbain : "Ça s'passe boul'vard Haussman à cinq heures".

Le regard se porte, alors, sur un personnage isolé et anonyme, comme le montre l'emploi du pronom de la troisième personne, au singulier "elle"...

Le thème de la tristesse transparaît, à travers une larme irrépressible, une larme aussitôt effacée, pour affronter le quotidien, une larme qui semble inexplicable et qui survient brutalement, du fond du coeur...

"Elle sent venir une larme de son cœur 
D'un revers de la main elle efface 
Des fois on sait pas bien c'qui s'passe."

L'auteur s'interroge sur ces "rivières... qui coulent", belle image hyperbolique traduisant un désarroi profond, souligné par l'emploi du pluriel.

Le terme "fourmilière"  restitue bien l'agitation incessante de l'univers dans lequel nous vivons, un monde de fourmis, en perpétuels mouvements, qui ne se rencontrent pas et ne se voient même pas...

Et l'explication de ces larmes est, soudain, donnée dans cette phrase : "C'est l'Ultra Moderne Solitude..."

Les majuscules semblent magnifier cette modernité, alors qu'elle conduit au pire : c'est, là, tout le danger et tout le piège de nos sociétés plongées dans l'excès et la demesure, sans cesse valorisés...

Le couplet suivant nous conduit vers un autre quartier, une autre ville, un autre continent : "Ça s'passe à Manhattan dans un cœur". 

Et l'on retrouve cette même solitude, avec à nouveau l'emploi du singulier "il", un personnage masculin, cette fois, qui éprouve un vague à l'âme et pourtant, il affirme "avoir" tout ce qu'il faut pour être heureux, "amis, soleil, amour, travail..."
"Il sent monter une vague des profondeurs 
Pourtant j'ai des amis sans bye-bye 
Du soleil un amour du travail..." 

L'auteur met ainsi en évidence l'universalité de ce phénomène :"Ça s'passe partout dans l'monde chaque seconde..."

Le pluriel vient, alors, se substituer au singulier, pour montrer que la solitude envahit de plus en plus nos sociétés : "Des visages tout d'un coup s'inondent 
Un revers de la main efface 
Des fois on sait pas bien c'qui s'passe." 

Le verbe "avoir" répété suggère bien l'importance grandissante de l'argent, des possessions dans cet univers : "On a les panoplies, les hangars /Les tempos, les harmonies, les guitares..."

Et l'image qui suit nous fait percevoir un manque de bonheur, un désespoir dans un monde qui a perdu du sens, où la solitude l'emporte, malgré tout : " la musique est, ainsi, mouillée", mouillée de larmes et de tristesse...

Et l'auteur s'interroge, à nouveau, sur ce mystère,

"Pourquoi ce mystère 

Malgré la chaleur des foules 
Dans les yeux divers..."

C'est Laurent Voulzy qui a signé la musique de cette chanson, une mélodie tendre, douce et triste qui restitue un univers lisse et désespéré, à la fois...

Le texte met bien en évidence tout le paradoxe de nos sociétés, à travers les questions qui sont posées : une immense solitude, dans la foule, un immense désarroi, au milieu de tant de richesses....



 

 

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/