Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 16:28
La Vallée des Merveilles : un monde intact et mystérieux...

 

 


La Vallée des Merveilles, dans l'arrière pays niçois, révèle des paysages chaotiques de montagne entrecoupée de lacs... des gravures rupestres de l'âge du Bronze aux motifs variés contribuent au mystère et à l'étrangeté du lieu : on entre dans un domaine proche du divin, dans un temps où la magie imprégnait les hommes.

 

Des dessins d'animaux, de poignards, de corniformes, des figures géométriques, des portraits humains, d'un sorcier... tout un monde à déchiffrer, à découvrir...

 

Les paysages de blocs de pierres nous entraînent sur des sentiers pentus, des lacs en contrebas nous font voir leurs moires bleutées, au détour des chemins abrupts, on découvre des bouquetins sur l'horizon, des marmottes que l'on côtoie familièrement...

 

Une nature intacte et lumineuse s'offre aux regards : les marmottes ne fuient même pas à notre approche, elles se font admirer, elles affichent leur pelage chatoyant et semblent même s'amuser de nos étonnements.

 

L'air vivifiant et pur de ces montagnes loin du monde habité donne une énergie nouvelle pour franchir les obstacles des chemins, les ravines, les à pics...

 

La transparence de l'air apporte un renouveau, une renaissance : on entre dans un univers différent, un monde où la nature triomphe, où l'azur est d'une pureté originelle...

 

On entre dans le domaine du mystère, de l'étrange : les paysages révèlent des roches claires aux formes variées qui contrastent avec quelques plages de verdures...

 

Le mont Bégo domine la Vallée des Merveilles : modelée par des glaciers disparus qui ont laissé des dalles rocheuses finement polies, la vallée déroule des espaces remplis d'une faune et d'une flore sauvages étonnantes : des mélèzes, des genévriers, des orchidées, des rhododendrons, des saxifrages, des myrtilles... le chardon bleu, l'ancolie. Le mélèze, arbre de lumières laisse pénétrer le soleil dans la forêt.

 

Les dalles rocheuses révèlent des gravures rupestres pleines de mystères : 32000 gravures préhistoriques, témoignages émouvants de 5000 ans d’histoire humaine dans ces contrées alpines : hommes de l'âge du Bronze, romains, pèlerins et bergers y ont, chacun à leur époque, laissé l'empreinte de leur passage.

 

Le visage du sorcier, notamment avec ses mains portées en hauteur, ses pointes de couteaux suscite la curiosité du visiteur... C'est là une des gravures les plus célèbres du site...

 

 Le nom du mont Bégo provient d'une racine indo-européenne Beg, qui signifie seigneur divin. Les bergers d'autrefois vénéraient ce sommet, comme une divinité, c'était un lieu d'une intense activité orageuse en raison de son altitude et de la proximité de la Méditerranée.

 

Ce site unique par sa situation, ses gravures d'un autre temps, sa nature intacte ne peut que susciter émotion, éblouissement...

 

 

Des images de la Vallée des Merveilles :

https://www.google.com/search?hl=fr&site=imghp&tbm=isch&source=hp&biw=1600&bih=794&q=vall%C3%A9e+des+merveilles&oq=vall%C3%A9e+des+&gs_l=img.1.1.0l10.1623.4983.0.7858.12.12.0.0.0.0.103.1007.9j2.11.0....0...1.1.64.img..1.11.993.0..35i39k1.YKDXOi8tC3Y

 

 

Photos : Pixabay

La Vallée des Merveilles : un monde intact et mystérieux...
La Vallée des Merveilles : un monde intact et mystérieux...
Repost 0
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 13:40
Quand le cours devient un combat...

 

 

 


Certains cours se transforment en un combat contre les élèves : il faut canaliser une attention défaillante, il faut contrôler les bavardages, s'imposer par la voix, avoir un sens immédiat de la répartie, il faut réprimander, parfois punir...

 

Face à certaines classes de 36 élèves, le combat est rude et on en sort parfois épuisé : rires, bavardages, ricanements fusent !

 

Les punitions sont un moyen de calmer le jeu mais il est difficile de les multiplier : les parents, on s'en rend compte, ne jouent plus leur rôle : ils contestent les punitions, admettent les mensonges de leurs enfants, les justifient même.

 

Incroyable ! J'ai reçu récemment une parente d'élève en présence de sa fille : celle-ci n'a pas hésité à mentir sur ses résultats scolaires : elle prétendait avoir de bonnes notes dans des disciplines fondamentales, après vérification, l'élève avait menti sur toute la ligne !

 

La réaction de la mère a été, alors, étonnante : elle a couvert, justifié les mensonges de sa fille par une forme d'inquiétude mais elle ne les condamnés à aucun moment...

 

L'élève en question a "séché" plusieurs cours de latin mais la mère n'a pas réagi face à ces absences injustifiées : la jeune fille semble être excusée de toutes ses fautes par sa propre mère...

 

Comment peut-on gérer en tant que professeur de tels adolescents à qui on donne toutes les excuses, qui peuvent faire preuve de paresse, mentir de manière éhontée et effrontée ?

 

Quand les parents ne jouent plus leur rôle, dédouanent leurs enfants de tout devoir, acceptent sans sourciller leurs mensonges, leur passivité, que devient la fonction d'un professeur ?

 

Certains de ces adolescents ne semblent avoir aucun sens moral : ils peuvent mentir, bavarder, répondre à un professeur, manquer les cours et ils n'en éprouvent aucun remords, d"autant que leurs parents leur accordent toutes les excuses.

 

L'enfant-roi peut-il vraiment être heureux, lui à qui on offre tout, on pardonne tout, lui à qui on ne donne pas de règles de conduite, lui qui a tous les droits ?

 

Dans le combat qui oppose les enseignants aux élèves, bien sûr, l'autorité revient aux enseignants, mais quand les parents battent en brèche cette autorité, le combat des enseignants se révèle être un dur labeur, une fatigue intense..

 

Un cours qui devient un combat, on peine à le croire, mais c'est le quotidien que vivent de plus en plus d'enseignants, dans une société de laxisme, de permissivité, de laisser-aller.

 

Si les parents ne jouent plus leur rôle éducatif, les professeurs ne peuvent assumer cette éducation face à des classes surchargées...

 

La fonction d'un enseignant est de transmettre des connaissances, de susciter une réflexion, mais il n'est pas possible d'assurer une formation morale sans le soutien des parents.

 
 

 

 

 

 

 

Quand le cours devient un combat...
Repost 0
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 12:18
Brigitte Macron : une première dame impliquée dans le domaine de l'éducation ?

 

 

Celle qui est devenue, hier, la première Dame, Brigitte Macron, a été enseignante, professeur de lettres, de latin, de théâtre... Elle s'impliquera, sans doute, pour faire en sorte que le quinquennat d'Emmanuel Macron soit un encouragement à la culture, à la littérature, la lecture.

Brigitte Macron aime citer de grands auteurs, comme Montaigne, Beaumarchais.

 

Nul doute qu'elle pourra avoir une influence sur ce ministère de l'Education qui la concerne plus particulièrement.

Il faut espérer qu'elle oeuvrera pour la défense de notre langue, de notre culture et de notre littérature.

 

La France n'est-elle pas le pays de la littérature ?

Nos auteurs ont acquis une universalité : on songe à Molière, bien sûr, qui symbolise plus qu'un autre écrivain cette universalité.

Mais les noms se pressent, nombreux, qui viennent illustrer cette universalité : La Bruyère, Ronsard, La Fontaine, Racine, Voltaire, Hugo, Proust.

 

Que la littérature soit enfin remise à l'honneur, enfin célébrée comme elle le mérite !

Que les lettres retrouvent leur lustre !

 

Dans un monde voué à la modernité, n'est-il pas essentiel de s'ancrer aussi solidement dans la culture, l'histoire et le passé ?

La France, connue partout dans le monde pour sa littérature, sa langue, rayonne grâce à ses lettres, ses humanités.

 

Alors que les jeunes générations s'adonnent de moins en moins à la lecture, alors que l'orthographe n'est plus maîtrisée par nombre d'adolescents, il faut redonner à l'enseignement des lettres toute sa place.

 

La littérature n'est-elle pas une ouverture sur le monde ? N'offre-t-elle pas une vision élargie sur tous les milieux, sur le passé, le présent et l'avenir ?

Elle est un champ de réflexion et de découvertes infini.

 

Qu'on relise Rabelais, qu'on relise Montaigne, qu'on s'imprègne des humanistes du 16ème siècle !

Qu'on ait en mémoire leurs textes, qu'on n'oublie pas ce message essentiel : la culture est libératrice...

 

La culture offre un épanouissement à chacun, elle permet de progresser, d'avancer sur le chemin de la sagesse.

La culture est indissociable du bonheur qu'elle procure : une découverte perpétuelle, une soif de connaissances qui ouvre sans cesse de nouvelles perspectives.

Notre monde en perpétuelle mutation a besoin de cet ancrage dans notre passé culturel.

Notre monde en perte de repères a besoin de retrouver ce goût des connaissances, de la littérature, du beau langage.

 

 

 

 

 

 

 

Brigitte Macron : une première dame impliquée dans le domaine de l'éducation ?
Repost 0
14 mai 2017 7 14 /05 /mai /2017 12:59
Papillon au vent...

 

 

 

 

Fragile, palpitant, un papillon posé sur une feuille au brillant vernissé... 

 

Ses ailes s'ouvrent peu à peu pour laisser voir leurs parures brunes aux teintes de chrysanline, des motifs arrondis, des dessins géométriques aux contours hésitants...

 

Des ocelles dorés, des fleurs lumineuses sur ses ailes dentelées...

 

Des festons ornent ses ailes et soulignent d'un liseré blanc les couleurs brunes de sa robe...

 

Le vent fait frissonner la feuille et le papillon...

Le vent tourbillonne...

 

Fragilité, élégance... le papillon replie ses ailes face au vent qui l'emporte, puis les déploie lentement pour goûter le soleil et la lumière du printemps...

Tircis rayonnant, modeste Tircis !

 

Papillon au vent, aux ailes arrondies...

Papillon au vent, léger, fragile...

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéo : rosemar

Repost 0
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 13:09
Macron, le banquier romanesque et l'école...

 

 

 

Sa vie ressemble à un roman : une carrière fulgurante qui le conduit au plus haut rang de l'état, une vie amoureuse qui l'unit à son professeur de théâtre, une femme qui le prend sous son aile, le forge et le forme à la littérature, des origines plutôt modestes, une ambition et une énergie remarquables...

 

Et, pourtant, qui se cache derrière cette image romanesque ? Qui est vraiment Emmanuel Macron ?

Il aime le théâtre, il aime jouer des rôles, revêtir des masques... Mais qui est-il ?

 

Etrangement, il m'apparaît de plus en plus comme un personnage factice, brillant, certes, mais quelque peu vain.

 

En examinant plus attentivement son projet pour l'école, on voit qu'il se propose de bouleverser notre système éducatif : les directeurs, les chefs d'établissements seraient aptes à choisir et nommer des professeurs, une libéralisation de l'enseignement qui ne correspond pas à notre tradition française.

 

M. Macron veut redonner de l'autonomie aux établissements, les directeurs pourraient recruter librement des enseignants, ce qui est, actuellement, impossible en France, sauf dans les établissements privés hors contrat.

 

Les différents établissements se retrouveraient, ainsi, mis en concurrence, avec une école explosée et libéralisée.

Les établissements auraient donc plus d'autonomie, plus de liberté dans les contenus, ce qui entraînerait des disparités dans les apprentissages...

Mettre en concurrence les collèges, les lycées ? Transformer les écoles en entreprises ?

N'est-ce pas là le vrai sens de la réforme de M Macron ?

Si c'est le cas, quelle tristesse !

 

Sous le masque de quelques mesures intéressantes ( rétablissement du latin et du grec, réduction des effectifs de classe en REP ), le programme éducation du nouveau chef de l'état pourrait aboutir à une "école-entreprise", une école où "l'employabilité" viendrait remplacer l'idéal d'émancipation de notre école.

 

Ce pourrait être aussi une école du "copinage" où un directeur pourrait recruter des enseignants de son entourage...

 

Je suis allée voir sur le site d'Emmanuel Macron le programme éducation : il est bien question "d'encourager l'autonomie" des établissements, mais l'ensemble reste très vague sur le sujet...

Il serait temps pour M. Macron de clarifier son projet éducatif.

 

Les écoles n'ont pas vocation à devenir des entreprises : elles doivent rester des lieux de culture, d'épanouissement.

Cette tendance qui consiste à transformer les écoles en entreprises est néfaste et illusoire : est-ce la fin de notre école publique ?

 

 

 

 

 

 

Macron, le banquier romanesque et l'école...
Repost 0
12 mai 2017 5 12 /05 /mai /2017 10:41
Brigitte Macron : la cible d'un sexisme exacerbé...

 

 

 

L'épouse du président de la République subit des lazzi et des plaisanteries de toutes sortes sur les réseaux sociaux et dans les médias : ses vêtements, son style, son âge sont scrutés et moqués régulièrement, avec un acharnement qui confine à l'indécence.

 

Traitée de "cagole" par le Financial Times, en raison de ses tenues "provocantes", Brigitte Macron devient une cible privilégiée dans un monde où le sexisme triomphe dans bien des domaines...

Le président d'honneur du Front National Jean Marie Le Pen s'est aussi distingué en qualifiant l'adversaire de sa fille de "mari de Madame cougar".

 

Evidemment, elle est plus âgée que son époux : mais cette différence d'âge serait-elle autant commentée et raillée, si elle était beaucoup plus jeune que son conjoint ?

 

Evidemment, elle est sous le feu des caméras, et on scrute ses moindres gestes, ses vêtements, son comportement.

Notre époque s'attache beaucoup aux apparences, au "look", plutôt que de chercher à percevoir la profondeur des personnalités.

 

Et le look d'une femme d'un certain âge est plus particulièrement commenté.

Brigitte Macron semble jouer la carte du naturel, ce qui est une qualité.

Mais, la misogynie ordinaire est exacerbée sur les réseaux sociaux, où les messages de haine se multiplient.

Les hommes sont particulièrement féroces et l'épouse du Président n'est pas épargnée.

 

Ce qui est curieux, c'est que, parfois, les femmes sont encore plus misogynes que les hommes...

Anne Sinclair n'avait pas mâché ses mots à propos de la tenue "trop habillée" de Brigitte Macron et de ses stilet­tos, aux obsèques de Michel Rocard aux Inva­lides.

Est-il utile de s'attarder, ainsi, sur de tels détails vestimentaires ?

 

Dans tous les cas, il est probable que Brigitte Macron, devenue la première dame va devoir affronter les affres d'un sexisme outrancier.

Sans cesse, sous la lumière des caméras, elle n'a pas fini de subir les assauts d'une misogynie affligeante.

 

Il faut s'attendre à des relents exacerbés de sexisme... d'ailleurs, point n'est besoin d'être première dame pour constater ce sexisme envahissant : sur internet, sur les réseaux sociaux, beaucoup se lâchent volontiers dans des diatribes vengeresses à l'égard des femmes.

 

Un sexisme vieux comme le monde, une misogynie qui remonte aux temps les plus anciens, un atavisme dont certains ont vraiment du mal à se débarrasser.... comme de vieux réflexes qui ressurgissent...
 

Les femmes reléguées au rang d'objet, jugées essentiellement sur leur apparence : c'est, là, une réaction primaire et primitive dont beaucoup ont du mal à s'abstraire...
 

 

Ce qui peut choquer, c'est la relation de professeur à élève qui s'est transformée en une idylle amoureuse : un détournement de mineur, n'hésitent pas à affirmer certains...
 

 

 

 

Brigitte Macron : la cible d'un sexisme exacerbé...
Repost 0
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 12:08
Le programme éducatif d'Emmanuel Macron : quelques mesures intéressantes...

 

 

 

L'éducation est un secteur essentiel qui est trop souvent négligé, alors qu'elle est une ouverture sur l'avenir : tournée vers le passé, elle nous fait avancer vers le futur...

 

Durant le quinquennat de François Hollande, trois ministres de l'Education se sont succédé, et ils ont déçu les attentes des enseignants : réforme désastreuse des rythmes scolaires engagée par Vincent Peillon,  passage éclair de Benoît Hamon, réforme catastrophique du collège, initiée par Najat Vallaud-Belkacem.

 

Dans son programme, Emmanuel Macron semble vouloir retrouver des équilibres perdus : il veut donner une priorité au primaire et revenir sur la réforme du collège...

 

Un accompagnement renforcé et une individualisation des apprentissages, dès la maternelle”, devraient “donner à chacun la possibilité de réussir", a précisé le nouveau président de la République, dans son programme.

 

Emmanuel Macron propose ainsi de “diviser par deux” les effectifs des classes de CP et de CE1 en REP ou réseaux d'éducation prioritaire. 

Emmanuel Macron prévoit de proposer aux élèves, entre le CP et le CM2, des “stages de remise à niveau” en fin d’été. 

 

Il veut mettre en place un “accompagnement” après la classe. Au collège, seront rétablies les “études dirigées” , grâce à des “bénévoles” – retraités et étudiants, qui auraient “un trimestre dédié” à cette activité dans leurs parcours.

Toutes ces mesures vont dans le bon sens, et devraient permettre aux élèves en difficulté d'améliorer leur niveau : soutiens aux élèves, effectifs réduits...

 

Les collèges pourront rétablir les classes bilangues en 6e, ainsi que les sections européennes, et instituer un “véritable enseignement du grec et du latin”.

Ainsi, ces disciplines, sacrifiées par la réforme des collèges, seront rétablies et permettront aux élèves qui le souhaitent de se former aux humanités.

C'est là un retour aux sources mêmes de notre langue, de notre culture, de notre histoire et de notre littérature.

La culture classique remise à l'honneur, voilà qui est essentiel pour la formation des élèves.

Dans un monde en constante évolution, il est important pour chacun de s'ancrer dans le passé.

 

De plus, le baccalauréat sera simplifié :  le Bac comporterait 4 matières obligatoires à l’examen final. Les autres disciplines seraient validées par un contrôle continu...

Une façon d'alléger cet examen devenu difficile à organiser dans sa conception actuelle, une machine de plus en plus lourde, ingérable pour les enseignants...

 

 Emmanuel Macron prévoit, aussi, de développer l’alternance et l’apprentissage, en faisant un “effort massif”, qui passera par le développement des “périodes de pré-apprentissage” et par les “filières en alternance dans tous les lycées professionnels”.

Il envisage de créer entre 4000 et 5000 postes d'enseignants.

On le voit : ce programme offre certaines perspectives intéressantes...

 

Bien sûr, il faudra surveiller la réforme des retraites que propose Emmanuel Macron : sera-t-elle un progrès pour les enseignants ? On peut en douter... Il faudra réclamer une véritable revalorisation de ce métier par une augmentation des salaires...

L'éducation malmenée au cours des deux précédents quinquennats doit redevenir une vraie priorité : les enseignants méritent d'être soutenus dans leur fonction car ils jouent un rôle essentiel.

 

 

 

 

 

Le programme éducatif d'Emmanuel Macron : quelques mesures intéressantes...
Repost 0
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 10:35
La "désertion" de Marion Maréchal Le Pen...

 

 

 

Marion Maréchal Le Pen annonce qu'elle quitte la politique... Elle renonce à ses mandats et à toutes ses fonctions.

Une décision qui n'étonnera personne... depuis des semaines, on savait que la famille Le Pen était divisée, fracturée.

 

A plusieurs reprises, Marine Le Pen avait recadré sa nièce, la remettant à sa place, de manière assez vive.

Elle avait notamment déclaré qu'elle ne ferait pas partie de son gouvernement en cas de victoire aux élections présidentielles : "Elle est jeune, elle est assez raide, c’est vrai, un peu comme la jeunesse française qui se raidit." Elle lui apparaissait trop inexpérimentée pour entrer au gouvernement.

"Raideur, inexpérience", les mots employés par Marine Le Pen étaient particulièrement critiques à l'égard de la jeune femme.

 

Faire de la politique en famille, ce n'est sûrement pas chose facile, surtout quand on porte le nom de Le Pen.

Les brouilles familiales font partie de la saga de ce clan, où les ambitions sont exacerbées.


En 2015, suspendu par le bureau exécutif du Front national, Jean Marie Le Pen avait dénoncé une véritable "félonie", de la part de sa fille, et évoqué un "complot" ourdi contre lui.

 L’ancien leader du parti avait même comparé son exclusion du FN à la décapitation de Louis XVI. Il avait prédit la défaite de sa fille en 2017 si "le FN ne parlait pas d'une seule voix."

 

Hier, Jean Marie Le Pen a parlé d'une "désertion". Il juge que la décision de Marion Maréchal-Le Pen de renoncer à ses mandats peut avoir des "conséquences terribles sur les prochaines législatives."

Ainsi, Jean Marie Le Pen perçoit cette décision comme une véritable trahison.

 

Marion Maréchal Le Pen a, certes, invoqué des motifs personnels qui l'incitent à quitter momentanément la vie politique : elle veut se consacrer à l'éducation de sa fille et mener un parcours professionnel.

 

Mais, juste après la défaite de Marine Le Pen aux élections présidentielles, ce retrait ne peut que fragiliser un peu plus le Front national.

 

On peut remarquer, aussi, que tous les partis politiques sont plus que jamais divisés au lendemain de ces élections, le parti socialiste est en train d'exploser, Les Républicains se déchirent également.

 

On se demande comment ces différentes familles politiques vont pouvoir se recomposer après ces élections.

 

 

 

 

 

 

 

La "désertion" de Marion Maréchal Le Pen...
Repost 0
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 12:21
La malédiction et les difficultés du pouvoir...

 

 

Emmanuel Macron a été élu président de la République, ce Dimanche 7 mai : au soir de son élection, la cérémonie organisée au Louvre a permis de mettre en scène la solitude de l'homme de pouvoir...

On voyait le président de la République, fraîchement élu, traverser longuement la cour du Louvre, seul...

 

Une mise en scène bien sûr... mais les tâches qui incombent au nouveau président sont immenses.

Quand on y songe... la responsabilité est écrasante, surtout dans la situation que connaît actuellement la France : incertitudes économiques, chômage de masse, menaces du terrorisme...

 

Emmanuel Macron est jeune, très jeune pour exercer cette fonction et son expérience de la vie politique est limitée.

En même temps, sa jeunesse lui donne un élan, une énergie, une volonté...

 

Mais, quand on voit tous les devoirs qui incombent à un président de la République, pouvoirs de décisions, devoirs de représentation incessante, déplacements à l'étranger, on se dit que la tâche doit être rude et harassante.

 

On se dit qu'il faut beaucoup de dynamisme, de détermination, de fermeté, d'endurance pour exercer une telle fonction...

La vie politique est rude : les coups ne sont pas rares, les affrontements se révèlent violents, les rumeurs s'installent, les moqueries fusent.

 

Constamment sous les feux de l'actualité, constamment épié, écouté, un président de la République doit faire face à toutes les contraintes du pouvoir.

La vie privée est scrutée, les moindres gestes, les moindres propos sont commentés...

 

Le couple Macron a déjà dû affronter les lazzi des journalistes, les humoristes se sont moqués de leur différence d'âge.

L'Elysée, c'est tout de même une épreuve : il faut affronter les frondes, les trahisons, débusquer les faux amis.

Il faut faire face aux rumeurs, aux bruits de palais, il faut aussi prendre des décisions qui engagent l'avenir de la France et des Français, dans un contexte difficile.

On se dit que la fonction est écrasante : tant de tâches à accomplir, tant de combats à mener...

 

La politique peut être épuisante :  Corinne Erhel, âgée de 50 ans, députée socialiste des Côtes-d’Armor, est morte dans la soirée du vendredi 5 mai, après un malaise lors d’une réunion publique dans son département.

Mme Erhel, dernière intervenante d’un meeting de soutien à la campagne du candidat d’En marche, Emmanuel Macron – dont elle avait rejoint le mouvement –, s’est effondrée sur scène en plein discours.

Bien sûr, de tels drames peuvent se produire dans de nombreux métiers et dans de nombreuses circonstances.

Mais la politique, faite de combats, de luttes incessantes, use aussi les hommes et les femmes qui s'engagent dans cette vie âpre et rude. 

"Vous êtes jeune et beau... pourquoi vouloir tout gâcher en voulant devenir président de la République... vous avez vu dans quel état sont Sarkozy et Hollande... vous ne voulez pas finir comme eux, quand même ?" disait de manière amusante Charline Vanhoenacker , lors de l'Emission politique, en s'adressant à Emmanuel Macron.

Pour Emmanuel Macron, c'est certain, le plus dur reste à faire...

 

 

 

 

 

La malédiction et les difficultés du pouvoir...
Repost 0
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 10:34
L'échec de Marine Le Pen...

 

 

Marine Le Pen obtient 33, 9 % des suffrages au lieu des 40 %  espérés : un échec patent, un échec dû à une campagne du second tour, menée tambour battant, outrancière, ratée.

 

Les reculades sur la retraite à 60 ans, sur la sortie de l'euro ont déstabilisé de nombreux électeurs.

 

Le débat qui a opposé Marine Le Pen à Emmanuel Macron a démontré aussi les faiblesses de la candidate incapable d'expliquer clairement son programme, tout juste apte à critiquer son adversaire.

 

Marine Le Pen n'a pas su "lisser" son image, elle n'a pas su délivrer une image apaisée et sereine.

 

Sa nièce, Marion Maréchal-Le Pen a exprimé sa déception, elle a notamment déclaré : "Il y a forcément une part de déception, ce serait malhonnête de dire le contraire". Selon la députée FN du Vaucluse, il sera nécessaire de "réfléchir à ce qu’il y a eu de positif et de négatif dans cette élection".

 

Malgré le soutien de Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen n'a pas rassemblé un nombre conséquent d'électeurs autour de son projet.

 

 "Le Front national, qui s’est engagé dans une stratégie d’alliances, doit profondément se renouveler, afin d’être à la hauteur de cette opportunité historique et des attentes des Français. Je proposerai donc d’engager une transformation profonde de notre mouvement afin de constituer une nouvelle force politique que de nombreux Français appellent de leurs vœux..." , tels sont les mots de Marine Le Pen, après l'annonce des résultats.

 

Il faut donc s'attendre à ce que le Front national soit rebaptisé, afin d'effacer les stigmates d'un passé gênant.

C'est ainsi, on s'en souvient, que l'UMP était devenue le parti des Républicains...

 

"Les patriotes, les démocrates, les souverainistes ?", peu importe le nom, il s'agit pour le FN de se refaire une virginité, de repeindre la façade.

 

Mais, pourrait-on oublier que ce parti est lié à une famille, à une dynastie ? Jean Marie, Marine, Marion Maréchal Le Pen, un clan familial...

Pourrait-on oublier le fonds de commerce du Front national ? L'intolérance, le repli sur soi, la haine...

La personnalité même de Marine Le Pen, ses idées extrémistes ne peuvent convaincre les Français.

 

Marine Le Pen a échoué : le Front national va disparaître pour renaître sous un autre nom, mais est-ce vraiment ce qui importe ?

Ce parti ne reste-t-il pas irrémédiablement lié à une famille, à un nom ?
 

 

 

 

 

L'échec de Marine Le Pen...
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/