Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mai 2015 5 08 /05 /mai /2015 15:50
Le jusqu'au-boutisme de Najat Vallaud-Belkacem...

 

 

 

Face à la fronde qui se lève contre la réforme des collèges, François Hollande soutient sa ministre de l'éducation, Najat Vallaud-Belkacem, contre vents et marées.

La ministre, elle-même,  affirme qu'elle défendra sa réforme jusqu'au bout et le président de la République prétend fustiger l'immobilisme qui caractérise le monde de l'enseignement...


"Je soutiendrai cette réforme du collège jusqu'au bout (...) et de toutes mes forces, sans jamais faillir face à ceux qui ne proposent rien, et qui voudraient qu'on reste sur le statu quo actuel", a déclaré jeudi Najat Vallaud-Belkacem, sur Radio Classique et LCI.


Défendre une réforme dont personne ne veut ? La tâche risque d'être difficile : comment peut-on penser que les enseignements interdisciplinaires vont résoudre les difficultés des élèves ?

Ce qu'il faut renforcer à tout prix, c'est l'enseignement de l'orthographe, de la grammaire qui ont été sacrifiées, ces dernières années..

Il faut rétablir la valeur du savoir, transmettre des connaissances, sans supposer que les élèves sont aptes à tout découvrir par eux-mêmes.

La pédagogie de la découverte a fait trop de dégâts, ces dernières années. Les élèves ne peuvent inventer le savoir, il faut leur donner des clefs pour qu'ils puissent progresser, des cadres pour qu'ils puissent avancer.

Bien sûr, le principe de l'accompagnement personnalisé, préconisé par la réforme, ne peut être que loué et approuvé, à condition que cet accompagnement s'effectue réellement, en petit groupe.

Or, la tendance actuelle consiste à appeler "accompagnements personnalisés", des cours en classe complète : c'est ce qui se passe, le plus souvent, dans les lycées : 36 élèves pour ces accompagnements dits "personnalisés"!

On voit bien, là, qu'il s'agit d'un leurre et d'un faux-semblant.

Cette réforme ne fera qu'aggraver les difficultés des élèves qui ne maîtrisent pas les bases élémentaires de la grammaire et de la langue, car certaines heures vont disparaître au profit des EPI, présentés comme un remède miracle.

Les EPI, ou enseignements pratiques interdisciplinaires, pour ludiques qu'ils soient, ne peuvent nourrir les élèves de connaissances sûres, d'acquis solides...


Combien d'élèves arrivent au lycée et ne maîtrisent pas la langue française, combien d'élèves ont des difficultés à trouver le mot juste, à rédiger correctement une phrase !

Combien d'élèves méconnaissent les conjugaisons, notamment le passé simple ou le conditionnel !

Combien d'entre eux font des fautes grossières dans les accords élémentaires !

Les lacunes sont énormes, parfois : ce sont ces lacunes qu'il faut combler... On ne peut en faire l'impasse.

Il faut, absolument donner aux jeunes la maîtrise de leur propre langue : la langue n'est-elle pas le support même de la pensée ? Elle permet de construire, d'émettre des idées, de raisonner, de comprendre le monde !

C'est cette ambition  qu'il faut avoir pour les élèves !

Il faut leur donner la possibilité de s'exprimer aussi bien à l'écrit qu'à l'oral : si les bases grammaticales sont déficientes, le retard ne sera jamais rattrapé en lycée.


C'est au collège que ces bases doivent être consolidées, de manière efficace, par un véritable soutien aux élèves en difficulté et non par de vagues travaux pratiques où ils risquent de perdre leur temps.

Dans un monde où domine l'argent, où les apparences triomphent, il est temps de restaurer le savoir, de lui redonner toute sa valeur,  le savoir  offre à chacun un épanouissement, la possibilité d'être, d'exister réellement, d'avoir une consistance...

Le savoir nourrit et développe la pensée, il est essentiel... Le savoir fait de nous des êtres humains, il nous permet de réfléchir, de progresser, de comprendre le monde, d'en refuser les excès et les dérives...

 

 

 

http://www.lepoint.fr/politique/najat-vallaud-belkacem-soutiendra-la-reforme-du-college-jusqu-au-bout-07-05-2015-1926986_20.php

 

 

 

 

 

Repost 0
7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 16:16
Dans la famille Le Pen, rien ne va plus...

 


Dans la famille Le Pen, rien ne va plus : le père, devenu incontrôlable, malgré la désapprobation de son entourage, se livre, encore et toujours, à des déclarations intempestives et tonitruantes, il est, même, intervenu, le premier mai, sur l'estrade, au cours d'un meeting de sa propre fille. Vêtu d'un pardessus rouge, pour être vu de tous, le voilà qui fait le fier à bras et se fait acclamer par la foule...

Le voilà qui devant la statue de Jeanne d'Arc, lance des appels désespérés : "Au secours, Jeanne ! ", s'écrie le père indigne...

Cette dramaturgie prête à sourire, tellement elle apparaît puérile !

Suspendu lundi par le bureau exécutif du Front national, Jean Marie Le Pen n’est, pourtant, pas décidé à se taire. Après avoir dénoncé une véritable "félonie", de la part de sa fille, il évoque un "complot" contre lui.


"Je ne souhaite pas que la présidente du front national s'appelle Le Pen, je ne reconnais pas de lien avec quelqu'un qui me trahit, d'une manière aussi scandaleuse... Je considère que c'est une félonie, une honte qu'elle porte le même nom que moi... Oui, je suis dur, encore plus dur que ça, cela ne fait que commencer. Le bureau exécutif, c'est un peloton d'exécution", a déclaré, encore, Jean Marie Le Pen.


 Il ne souhaite pas, non plus, que sa fille remporte les élections de 2017, car "ce serait scandaleux, parce que si de tels principes moraux devaient présider à l’Etat français, ce serait scandaleux."

Il va plus loin, encore : il conseille à sa fille de se marier le plus rapidement possible, et il en vient à répudier sa progéniture. Le torchon brûle, les propos sont féroces de part et d'autre : "complot, félonie, répudiation, mensonge, trahison, malveillance". 

La guerre est déclarée : les haines s'affichent, irréconciliables, une famille se déchire, par le biais de la politique.

Ce sont bien des ambitions qui s'opposent : Jean Marie Le Pen, le patriarche de 86 ans ne veut pas céder un pouce de terrain et refuse, au fond, de quitter la place, il tient à jouer, encore, un rôle dans son parti, à ne pas être évincé et privé de parole.

Ce parti familial, fondé sur l'héritage, pouvait-il finir autrement que dans les divisions et la discorde ?

Marine Le Pen doit beaucoup à son père : une carrière politique, des soutiens, une "notoriété", devenue, certes, dorénavant encombrante...
Ce parti, où la filiation joue un rôle si important, avec des héritages successifs, (le père, la fille, la petite-fille), apparaît bien factice et il est en train d'imploser sous nos yeux.

 

De toute façon, le père et la fille s'opposent-ils, vraiment, sur le fond et sur les idées ? Ce qui les divise, c'est essentiellement la stratégie à adopter, pour remporter le pouvoir...

Immigration, insécurité, peur, tels sont les thèmes de prédilection de Jean Marie Le Pen et de sa fille.

Le Père et la fille développent, depuis longtemps, les mêmes thèses, ce qui les sépare, ce sont des "points de détails", si on peut dire !

Jean Marie Le Pen jure, donc, d'employer tous les moyens, pour conserver la présidence d'honneur, un titre dont sa fille veut le priver, en convoquant une assemblée générale extraordinaire d'ici les trois prochains mois. Il est même prêt à porter l'affaire devant les tribunaux.

Le front national est-il encore un véritable parti politique ? C'est devenu une affaire de famille où s'affrontent des ego exacerbés.

Il suffit de regarder la photo qui illustre l'article et l'on perçoit toute la hargne d'un père qui refuse de céder du terrain, bras levés, triomphant, il réclame, encore, reconnaissance...

 

La guerre est déclarée dans la famille Le Pen, une guerre sans merci et sans pitié qui déchire inéluctablement un parti dont le fonctionnement est vicié, dès les origines...

 


 


http://dai.ly/x2p3clq


 


 

Dans la famille Le Pen, rien ne va plus...
Repost 0
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 15:04
Au rythme de la flûte...

 

 

"Mais il arriva, du fond de la salle, un bourdonnement de surprise et d'admiration. Une jeune fille venait d'entrer. 


  Sous un voile bleuâtre, lui cachant la poitrine et la tête, on distinguait les arcs de ses yeux, les calcédoines de ses oreilles, la blancheur de sa peau. Un carré de soie gorge-de-pigeon, en couvrant les épaules tenait aux reins, par une ceinture d'orfèvrerie. Ses caleçons noirs étaient semés de mandragores - et d'une manière indolente, elle faisait claquer de petites pantoufles en duvet de colibri. 

 Sur le haut de l'estrade, elle retira son voile - c'était Hérodias, comme autrefois dans sa jeunesse - puis elle se mit à danser. 

Ses pieds passaient l'un devant l'autre, au rythme de la flûte et d'une paire de crotales. Ses bras arrondis appelaient quelqu'un qui s'enfuyait toujours. Elle le poursuivait, plus légère qu'un papillon, comme une Psyché curieuse, comme une âme vagabonde et semblait prête à s'envoler. "


C'est ainsi que Flaubert dépeint la danse de Salomé, dans un de ses Contes, intitulé Hérodias... La description montre toute la puissance d'évocation de Flaubert : la jeune fille danse, au son de la flûte, et envoûte les spectateurs de ses gestes ondoyants. La flûte accompagne et souligne ses arabesques.


Le mot "flûte", si familier, donne une impression de légèreté, d'élégance, grâce à sa fricative initiale "f", pleine de douceur, ses éclats de voyelles feutrées "u" et "e".

La fricative peut suggérer le souffle du flûtiste dans l'instrument... Cette consonne élancée nous montre, aussi, la forme de l'objet, plein de finesse.

On entend des airs champêtres d'autrefois : le son de la flûte, simple roseau utilisé par des bergers et des pâtres, nous émeut et nous séduit, par sa rusticité et sa simplicité.

On songe à d'autres instruments proches, la clarinette, le piccolo, des mots pleins de résonances et de lumières...

La flûte plus simple, encore, nous emporte vers des temps anciens, mythiques, à l'époque d'Homère ou de Virgile, vers des paysages apaisés et sereins... des bords de rivières, des arbres aux ombrages bienveillants, des pins aux rondeurs anisées, des cyprès élégants et fuselés...

Tityre, Mélibée, Corydon, des bergers d'autrefois, dans un décor champêtre, s'expriment comme des poètes, composent des chants harmonieux, jouent, sur leur "calame", des airs envoûtants.

Le musicien nous transmet, par son souffle, tant d'émotions, de vertiges de sensations, de pureté, d'harmonie !


On perçoit, aussi, des airs célèbres : la flûte enchantée de Mozart, féérie musicale, empreinte de fantaisie... Tamino, Papageno, la reine de la nuit, Pamina ! Des noms mystérieux, aux sonorités lointaines et exotiques, pleines de poésie !
Une flûte qui envoûte des bêtes sauvages... Des personnages aux pouvoirs merveilleux...
Force, beauté, sagesse viennent triompher de toutes les épreuves que traversent les personnages !

 

On est  ébloui par le concerto pour flûte traversière de Vivaldi, on est subjugué par les concertos de Quantz pour flûte et orchestre, on est séduit par la musique somptueuse de Mozart.

 

On se laisse emporter par les sons étranges de la flûte de Pan...

La flûte, souvent associée à des pouvoirs magiques et étranges, met, ainsi,  en évidence tous les charmes de la musique, capable de bercer les coeurs, de les transformer, de métamorphoser la vie...

On songe à une autre légende plus tragique : celle du joueur de flûte de Hamelin.... racontée, notamment, par les frères Grimm. Elle évoque un désastre survenu en 1284 en Allemagne. Le maire de la ville promit au joueur de flûte une somme de mille écus s'il parvenait à débarrasser la ville des rats qui l'infestaient. L'homme, grâce à sa flûte, attira les rats qui le suivirent jusqu'à la Weser, la rivière qui arrose la ville, où ils se noyèrent. Les habitants  refusèrent, alors, de payer le joueur de flûte en le chassant, même, à coup de pierres. On sait comment se vengea le musicien... Il entraîna, de son instrument, tous les enfants de la ville qui se noyèrent dans le fleuve.

Cette légende montre bien tous les pouvoirs ensorceleurs que recèle la musique : elle enchante les esprits, les envoûte...

La flûte signe, ainsi,  une forme d'élégance et de mystères...

 

Ce mot venu, peut-être, du verbe latin, "flare", "souffler" semble évoquer une sorte de souffle spirituel et magique...


 

Pour compléter, un article sur la musique des chalumeaux :

 

http://rosemar.over-blog.com/article-la-musique-des-chalumeaux-123265229.html
 

 

 

 

 

Flûtes   photo de Christel42   creative commons

Flûtes photo de Christel42 creative commons

Au rythme de la flûte...
Repost 0
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 15:39
Emmanuel Todd persiste et signe...

 

 

 

Emmanuel Todd persiste et signe, dans ses déclarations concernant les attentats qui ont visé Charlie Hebdo, et les manifestations qui ont suivi : il publie, même, un essai intitulé "Qui est Charlie ?", où il dénonce ce qu'il appelle "le laïcisme radical". J'avais écrit, il ya quelque temps, un article à ce sujet, et je m'étonnais des prises de position de cet essayiste...

Voici ce qu'il affirme encore :


« Lorsqu’on se réunit à 4 millions pour dire que caricaturer la religion des autres est un droit absolu - et même un devoir ! -, et lorsque ces autres sont les gens les plus faibles de la société, on est parfaitement libre de penser qu’on est dans le bien, dans le droit, qu’on est un grand pays formidable. Mais ce n’est pas le cas. (…) Un simple coup d’œil à de tels niveaux de mobilisation évoque une pure et simple imposture. »




Comment souscrire à des propos si outranciers ? Les gens qui se sont mobilisés contre les attentats meurtriers du 7 janvier ont voulu manifester, d'abord, une solidarité, un soutien aux familles de toutes les victimes qui n'étaient pas seulement des journalistes et des caricaturistes, mais aussi des policiers, un agent de maintenance, des gens ordinaires comme vous et moi.

Le slogan "je suis Charlie" a pu choquer certains... Pour ma part, il ne me choque pas : la France est, depuis longtemps, le pays de la libre-pensée, de la contestation et de la révolte.

L'esprit de Charlie-Hebdo, quoi qu'on en pense, c'est, aussi, cette volonté de préserver ce droit à s'exprimer, à dénoncer des religions, des idées.


En conscience, je pense que la plupart des français sont attachés à cet esprit : on peut ne pas apprécier certaines caricatures de Charlie-Hebdo, les trouver grossières, excessives, mais c'est, souvent, le propre de toutes les caricatures.

L'esprit rabelaisien, le grossissement, l'excès font partie de la satire : peut-on renier la valeur de ces critiques, y renoncer ?

L'esprit de Charlie Hebdo s'attaquait au fanatisme religieux, d'où qu'il vienne, et il ne s'agissait pas de piétiner une religion plutôt qu'une autre.

Les attaques contre la religion catholique ont été nombreuses dans ce journal...

Vive la dénonciation du fanatisme et de ses excès condamnables ! Vive la dénonciation de l'intolérance religieuse !

Ce serait un recul considérable que d'y renoncer... Ce serait un recul inconcevable que de ne pas s'indigner de la mort de victimes innocentes assassinées lâchement, dans des attentats indignes !


Défendre nos valeurs, un esprit de liberté, et de contestation, c'était aussi la volonté des gens qui sont descendus dans la rue, dans un élan de soutien et de solidarité...


Il nous a fallu des siècles, pour acquérir cette liberté d'expression qui nous est si chère, il faut continuer à la défendre, envers et contre tout.

Condamner le fanatisme religieux, ce n'est pas piétiner les croyants ou les mépriser, c'est souligner les excès de la religion, c'est en montrer toutes les horreurs...

Molière, Voltaire, en leur temps, ont dénoncé ces outrances et s'ils n'ont ni été condamnés à mort ni exécutés, ils ont dû affronter la censure...

Evoquer le sujet religieux était "tabou" au 17ème et au 18ème siècles : faut-il revenir en arrière, régresser, pour satisfaire Emmanuel Todd ?

Faudrait-il passer sous silence les excès de la religion, exactions, violences, terreurs, meurtres, assassinats ?


Les déclarations d'Emmanuel Todd vont à l'encontre de l'esprit de liberté qui est le nôtre... C'est dommage car on apprécie d'autres prises de position de ce sociologue qui, en l'occurrence, se trompe de cible en condamnant une volonté de s'associer à un esprit de liberté.

Je pense que l'émotion des gens était réelle, après les attentats contre Charlie-Hebdo, l'indignation également. Des gens ont été assassinés, et en conscience, personne ne pouvait rester indifférent face à ces horreurs... non, personne...

 

La France doit rester le pays de la liberté d'expression : tant de pays vivent sous d'autres lois, tant de pays connaissent l'horreur de la censure et de la répression...

Emmanuel Todd, lui-même, a le droit d'exprimer ses idées sur les manifestations du 11 janvier qui ont rassemblé les français.

Il a le droit de parler, de dire, de critiquer, et il faut continuer à défendre ce droit précieux qui est le nôtre.


 Article du 2 mars 2015 sur les déclarations d'Emmanuel Todd :


 http://rosemar.over-blog.com/2015/03/une-etonnante-declaration-d-emmanuel-todd.html

Lien du nouvel obs :
 
http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20150428.OBS8114/emmanuel-todd-le-11-janvier-a-ete-une-imposture.html

 

 

 

 

Repost 0
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 16:48
Pour sauver le latin et le grec...

 

 

C'est bien d'un sauvetage dont il est question, ici : les humanités, le latin et le grec, ont été, depuis des années, sacrifiées, au nom de la rentabilité...



Les professeurs de lettres classiques ont dû se battre, pour défendre leurs droits à enseigner ces disciplines : sans cesse concurrencées par de nouvelles options, les humanités ont été reléguées, mises au rebut, placées, dans les emplois du temps des élèves, en fin de journée....
 

De plus en plus, dans les établissements scolaires, les enseignements optionnels sont mis en concurrence : portugais, occitan, théâtre, arts plastiques, cinéma, danse,  latin, grec...

Les enseignants usent de tous les subterfuges, pour attirer les élèves  : des réunions sont même organisées, des "shows médiatiques", au cours desquels, les professeurs se livrent, devant les parents d'élèves, à une promotion de leur propre discipline...


La démagogie est à l'oeuvre : il faut "capturer" le plus grand nombre d'adeptes :  pour atteindre le public le plus large possible, il convient de faire preuve de la plus grande indulgence, séduire les élèves par un enseignement attractif, facile, par des bonnes notes...


Les lycées se transforment, ainsi, en entreprises commerciales où il s'agit de vendre les produits les plus attractifs...

Pour ma part, je me refuse à entrer dans ce jeu qui transforme le métier d'enseignant en une activité commerciale.

Il devrait être évident, pour tous, que le grec et le latin sont le substrat de notre culture, nos sources premières, que ces disciplines sont le fondement de notre langue : d'une certaine façon, nous parlons, tous, grec et latin, en utilisant notre propre langue, le français...

Vocabulaire familier ou scientifique, la plupart des mots que nous employons nous viennent du latin et du grec.
La plupart des termes de la stylistique, de la grammaire sont issus de ces langues.

Notre littérature, dans son ensemble, s'inspire des auteurs de l'antiquité : les grands genres littéraires ne sont-ils pas nés en Grèce ? Théâtre, comédie, tragédie, poésie, fable, discours, éloges.....

Dès lors, peut-on passer sous silence et occulter ces enseignements ?

Il est vrai que la culture n'est plus valorisée dans nos sociétés, elle devient, même, parfois suspecte, alors qu'elle permet à chacun un épanouissement et une ouverture.

La culture littéraire est essentielle pour comprendre le monde qui nous entoure, elle suscite critique, réflexion, rigueur, esprit d'analyse...

La culture classique constitue un apport capital, dans un monde de technicité grandissante, où les mathématiques sont triomphantes.


Il faut, sans doute, rétablir des équilibres perdus : la filière littéraire a été, depuis des années, laissée à l'abandon, mise au rebut, il faut lui redonner toute sa valeur, en offrant des perpectives à ceux qui choisissent cette voie...


Il paraît, aussi,  normal d'offrir à chacun la possibilité d'apprendre conjointement le latin et le grec dans tous les établissements... or, cette possibilité n'existe pas dans nombre de lycées et de collèges.

Pour sauver le latin et le grec, il convient de revaloriser ces enseignements, d'en montrer toutes les richesses, tous les apports.

Oui, ces disciplines sont exigeantes, elles demandent des efforts, de la persévérance, de l'ambition, une volonté d'apprendre, et c'est pourquoi elles doivent être préservées, une façon, sans doute, de combattre une certaine facilité, un laisser-aller qui envahissent nos sociétés.


Dans ce but, voici un appel de l'Association des Professeurs de Lettres au président de la République pour l'avenir des langues anciennes et de l'école...

 

 

 

 

http://www.lepoint.fr/editos-du-point/sophie-coignard/coignard-latin-la-lettre-a-hollande-04-05-2015-1925962_2134.php

 

 

Pour sauver le latin et le grec...
Pour sauver le latin et le grec...
Pour sauver le latin et le grec...
Repost 0
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 16:24
Najat Vallaud-Belkacem : de l'art d'inverser les rôles...

 

 



La nouvelle réforme des collèges, prévue pour la rentrée 2016, a suscité de nombreuses critiques, de la part d'un grand nombre de pédagogues et d'éditorialistes...


La ministre de l'éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a affirmé à ce sujet, sur RTL : " Beaucoup de commentaires circulent, des éditorialistes, des polémistes, des pseudo-"z"intellectuels s'expriment sur la réforme du collège, sans avoir lu le contenu de cette réforme, ce qui les fait commenter des contre-vérités, des mensonges."

Voilà que les détracteurs de la réforme des collèges deviennent des pseudo-"z"intellectuels !


On est, pour le moins, sidéré par cette déclaration : quand on voit les termes utilisés dans cette réforme, des formules alambiquées, amphigouriques, des périphrases obscures, ténébreuses, prétentieuses, incompréhensibles, employées par les rédacteurs de ce projet, qui, donc, peut être qualifié, à juste titre, de pseudo-intellectuel ?

Les textes mêmes de la réforme montrent, de la part des fonctionnaires qui les ont rédigés, une volonté de faire appel à des termes compliqués, pour énoncer des réalités tout à fait ordinaires...

Ce sont ces gens-là qui sont des pseudo-inellectuels, qui se gargarisent de mots pompeux et pleins de vanité.

Non, les détracteurs de la réforme ne disent pas de mensonges, ils ont lu les textes, les ont analysés.

Pour le démontrer, il suffit de citer un exemple : celui de l'enseignement du latin et du grec.

Ces disciplines, si elles ne disparaissent pas complètement, risquent d'être, bel et bien, sacrifiées dans nombre d'établissements scolaires.


Elles figureront, désormais, dans des EPI, ou enseignements pratiques interdisciplinaires sous forme de travaux pratiques, en concurrence avec d'autres EPI...

 

Dès lors, insérés dans des travaux pratiques, le latin et le grec seront enseignés conjointement à une autre discipline... Un peu d'étymologie, quelques mythes, voilà à quoi cet EPI risque de se limiter, s'il est mis en place.

On voit bien, ainsi, se profiler la disparition de l'étude des langues anciennes...

De la même façon, le programme d'histoire rend bien obligatoire l'étude de l'Islam, et fait du christianisme médiéval un enseignement facultatif en classe de cinquième...

Cette réforme ne satisfait aucun pédagogue sérieux, soucieux de l'avenir de jeunes élèves, à qui on ne doit pas proposer un enseignement au rabais.

Elle vise, probablement, à réaliser encore des économies, puisque les EPI font disparaître d'autres heures d'enseignement, mais elle ne permettra pas de donner des bases solides aux élèves.

Il faut, pour ce faire, renforcer l'enseignement du français, de la grammaire, de l'orthographe, accorder aux enseignants et aux élèves encore plus d'heures réelles d'accompagnement personnalisé, en petits groupes...

Je le rappelle : l'accompagnement personnalisé ne peut être réalisé en classe entière... or, c'est ce qui se passe actuellement dans de nombreux lycées, en classe de seconde : 36 élèves, dans un accompagnement dit "personnalisé" !!

Les mots utilisés et les réalités sur le terrain sont parfois très éloignés.

La plupart des enseignants qui sont, eux, sur le terrain, rejettent et dénoncent cette nouvelle réforme : il serait souhaitable qu'ils soient entendus !

 

L'éducation doit redevenir une priorité, et ce n'est pas, avec une telle réforme que les enfants en réelle difficulté pourront progresser : les EPI, même s'ils sont récréatifs, ne permettront, en aucun cas de résoudre les problèmes de lecture, de compréhension rencontrés par certains élèves...

 

Les EPI qui sont présentés comme une recette miracle ne sont que de la poudre aux yeux, pour masquer les insuffisances d'une réforme qui ne comblera pas les lacunes et les difficultés des élèves dans la maîtrise de la langue.

Les réformes successives, qui ont été initiées, ces dernières années, dans le domaine de l'éducation, n'ont été, le plus souvent, que des régressions, à quoi servent-elles si ce n'est à conforter un modèle libéral et à réaliser des économies ?


 


http://www.rtl.fr/actu/politique/reforme-du-college-les-pseudo-intellectuels-en-parlent-sans-avoir-regarde-son-contenu-accuse-najat-vallaud-belkacem-7777517203




http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-paul-brighelli/brighelli-madame-la-ministre-les-pseudo-z-intellectuels-vous-saluent-bien-30-04-2015-1925469_1886.php


 

 

Repost 0
2 mai 2015 6 02 /05 /mai /2015 15:43
Seul sur la colline...

 

La différence isole, souvent, les êtres humains : on se souvient de ce célèbre poème de Baudelaire, L'albatros, où l'oiseau, capturé par des marins, devient l'image même du poète, incompris, méprisé par le commun des mortels...

 

On retrouve ce thème dans une célèbre chanson des Beatles, intitulée "The foll on the hill"...  le thème de la solitude d'un être différent, considéré comme fou, est traité, dans ce texte, avec poésie et tendresse.


Le personnage, placé en hauteur, sur une colline, semble, par sa position, dominer et poser un regard détaché sur le monde... Il s'inscrit, aussi, dans une continuité, comme le montre l'expression "day after day", "jour après jour", au début du texte. La colline, sur laquelle il se trouve, apparaît comme un beau symbole de liberté et d'indépendance.

On perçoit une sérénité absolue de ce personnage, réduit, pourtant, à la solitude et l'isolement, puisque le dialogue avec les autres semble impossible...

Ce fou sur sa colline n'est-il pas le symbole de tout homme différent, mis au ban de la société, rejeté par tous, montré du doigt ?

 

La foule représentée par le pronom "ils" au pluriel, le met à l'écart, le rejette à cause de ses différences.
On perçoit, ainsi, une foule conformiste, anonyme qui refuse de reconnaître des êtres différents et les rejette.

L'existence de cet homme à part est niée, comme le prouve la négation répétée "nobody"... "But nobody wants to know him, Nobody ever hears him, Nobody seams to like him."

Pourtant, le refrain montre que ce personnage est à l'écoute du monde et de la nature : il admire des couchers de soleil, et semble observer toutes les saisons... Le verbe "voir" répété est, ici, essentiel et souligne l'importance du regard porté sur le monde qui l'entoure.

Sensible à la beauté du monde, ce "fou" fait songer à un poète incompris, mis à l'écart, vilipendé par la foule.


Le couplet suivant nous fait voir le personnage "la tête dans les nuages".
Ce rêveur sympathique, rejeté de tous, se signale par une voix forte, alors que personne ne veut entendre ses messages... Beau contraste qui souligne encore l'isolement de cet être.

L'expression, "l'homme aux mille voix" suggère la valeur et le nombre de messages que le personnage pourrait délivrer aux hommes. Mais, il se heurte, inéluctablement, à un désamour, une forme de haine.


Belle chanson qui évoque le thème de l'exclusion par des images pleines de poésie, ce texte nous émeut, tout en délivrant une leçon de tolérance : les hommes oublient trop souvent de respecter les différences, ils les condamnent, les stigmatisent, les taxent même de folie... 

La mélodie très douce souligne la profonde tendresse qui se dégage de cet être humain, mis au ban de la société....Elle se fait même un peu sauvage pour montrer l'esprit de liberté qui anime ce personnage et l' emmène hors des sentiers battus.

Cette chanson des Beatles écrite par Paul McCartney est parue en 1967, sur l'album Magical Mystery Tour...


 

 

Le poème de Baudelaire :
 
http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/charles_baudelaire/l_albatros.html

 La chanson des Beatles, texte et traduction :


http://www.lacoccinelle.net/244763.html


 

 

Photo : Fr Latreille   Creative commons


 

Repost 0
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 12:56
Fleur de Maïa...

 

 

Fleur de Maïa, la majestueuse, magnifique fleur de Mai, aux embruns de blancs, le muguet rayonne, s'embrase de lumières et d'éclats...


Fleur légère, subtile, elle exhale des parfums prégnants...

Maïa, déesse de la terre, fait resplendir les fleurs, les enveloppe de senteurs, les sertit de feuilles épanouies...

Maïa, déesse du printemps, auréole les fleurs de lumières,  les habille de couleurs et d'harmonie !


Le blanc pour la fleur de Mai, la candeur, le lys !


Le blanc, l'aube naissante pour ces fleurs légères !


Les feuilles longues, épanouies entourent les corolles, font resplendir les éclats de blancs...

Albes fleurs, modestes et fragiles, le muguet éblouit tous les regards, il s'éparpille dans les sous-bois... myriades de flocons, sous le vert des feuilles...

Maïa, la grande déesse, étage les fleurs, les superpose avec harmonie, Maia découpe des festons légers sur les fleurs.

Maïa brode des embruns, elle enlace les bouquets de senteurs enivrantes, inoubliables.

La déesse enrobe les fleurs de brouées de lumières !







 

Fleur de Maïa...
Fleur de Maïa...
Repost 0
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 17:03
Une Angleterre à deux vitesses : l'image même de ce que devient l'Europe...

 

 

L'Angleterre affiche une bonne santé économique : le taux de chômage est passé de plus de 8% en 2010, à 5,6% en mars 2015 ; le nombre de personnes ayant un travail n'a jamais été aussi élevé, et l'inflation est tombée à zéro !

La croissance est au rendez-vous, les riches prospèrent de plus en plus...

Vive la croissance ! Elle est d'ailleurs l'objectif premier de la plupart des pays européens.

Mais, face à ce bilan économique florissant, de nombreux britanniques souffrent, vivent, même, dans un état de précarité indécent.


Ainsi, deux millions de britanniques sont mal nourris.  Dans ce pays, de plus en plus de gens fréquentent les banques alimentaires ou des associations caritatives, pour se nourrir... "Le nombre de personnes s'étant tournées vers un réseau pour obtenir de la nourriture d'urgence est passé de 61 648 entre 2010 et 2011 à 913 138 entre 2013 et 2014, soit un nombre multiplié par 15 en trois ans", selon les chiffres révélés dans un article paru sur le journal Le Monde.

 On voit se dessiner l'image d'une Angleterre à deux vitesses : celle des britanniques huppés qui fréquentent les hippodromes, vivent dans des quartiers chics, ont une espérance de vie qui ne cesse de croître, et celle des miséreux qui habitent des quartiers pauvres, déshérités, où les gens sont acculés à la désespérance...

Des réformes menées par le gouvernement conservateur de David Cameron ont aggravé la situation des plus pauvres : diminution des allocations, sanctions contre les chômeurs...

Oui, l'économie anglaise se porte bien, mais au mépris des gens les plus pauvres dont les salaires sont dérisoires....

Dans ce pays, le système de santé est défaillant, les inégalités ne cessent de croître, la flexibilité est triomphante...

L'Angleterre n'est-elle pas l'image même de l'Europe soumise aux diktats de la croissance, qui en vient à mépriser le bien-être, la santé, la vie des salariés qui travaillent ?

De nombreux pays voient, ainsi, grandir les inégalités... la flexibilité dans le monde du travail a tendance à s'imposer là où le chômage progresse...

L'Allemagne elle-même, à l'économie pleine de superbe, connaît ces difficultés : les écarts s'accroissent entre les nantis et les petits salariés...

Où va donc l'Europe ? Vers un monde inégalitaire, où règnent des injustices flagrantes, éhontées, vers une forme de désespérance pour les plus démunis.

L'Europe, conçue sur des principes économiques, nous conduit vers des précipices, des abîmes de souffrances.

L'Europe  a-t-elle pour objectif d' accentuer la précarité, le désarroi, la misère des plus humbles, alors que les plus nantis ne cessent de s'enrichir ? Où est l'erreur ?

Cette Europe ne sert que les banquiers, un petit nombre, une oligarchie de gens puissants, dépourvus de toute morale...

Cette Europe n'est pas celle qui correspond aux aspirations des peuples : il faut la reconstruire sur des bases humanistes.

Les technocrates européens ne voient plus l'intérêt des peuples, ils ne pensent qu'à satisfaire les marchés, le monde des banques.

 

Quand la pauvreté ét la précarité s'installent dans de nombreux pays européens, les peuples ne peuvent souscrire béatement à de telles politiques, qui ne leur offrent aucune perspective...

 

 

 

 

 

Une Angleterre à deux vitesses : l'image même de ce que devient l'Europe...
Repost 0
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 16:26
Andouilles, saucisses et boudins...

 

 

 

L'andouille ! Encore un mot familier, de la langue courante, issu du latin : ce mot vient d'un verbe latin, "inducere", "introduire, conduire vers", car l'andouille, comme chacun le sait, est un boyau de porc dans lequel on a introduit de la chair hachée de ce même animal...


Quelle expressivité dans ce nom commun ! Une voyelle nasalisée "an", le son "ou" prolongé par une palatale, une dentale "d", toutes ces sonorités donnent à ce mot un air familier et sympathique...


La voyelle nasalisée suggère une apparente légèreté, la dentale donne envie de dévorer, le son "ou" semble prolonger le plaisir de la dégustation...


Je dois l'avouer : je ne suis pas une adepte des "andouilles", ce n'est pas du tout, pour moi, un mets de prédilection, mais le mot revêt des allures aimables et sympathiques...

Les andouilles sont cousines des saucisses, dont le nom nous vient, aussi, du latin, "salsicius" et "salsus", "salé"...

Le saucisson en est une variante, avec un suffixe "on", à valeur de diminutif...

 

Quant au mot "boudin", son étymologie est incertaine, peut-être est-ce une onomatopée exprimant une enflure, à rapprocher des termes "bedon, bedaine, bide."


On le voit : le latin a donné naissance à de nombreux termes culinaires et gastronomiques ! Il faut dire que les romains s'adonnaient, au cours de banquets, à des agapes savoureuses... On connaît les fameuses recettes d'Apicius, où se côtoyaient, souvent, le sucré, et le salé...


L'andouille a donc des origines lointaines... elle se rattache à toute une famille de mots : "conducteur, déduction, introduction, irréductible, producteur, réduction, reproducteur, séduction, traduction..."


 D’autres descendants de la famille du même verbe ducere et du nom dux, ducis, "le chef", se reconnaissent par le radical -duc- ou -duqu-, parmi lesquels, on trouve les mots : "duc, duchesse, ducat, duché, aqueduc, gazoduc, oléoduc, viaduc, éducation, éducateur, éducatif, éduquer..."


Curieux rapprochement entre "l'andouille et l'éducateur" ! Mais les éducateurs ne se transforment-ils pas en "andouilles" du système, souvent contraints d'appliquer des réformes ridicules ?


Enfin, au fil des siècles, le verbe latin "ducere" est devenu le verbe français -duire, qui n’est plus utilisé qu’avec un préfixe : "conduire, déduire, enduire, introduire, produire, réduire, séduire, traduire."


Que de mots divers ! Et "l'andouille" qui semble éloignée, par ses sonorités, de tous ces termes, vient, également, du même radical ancien du verbe "ducere", "conduire".


On connaît bien le sens péjoratif de ce mot : "imbécile, idiot", mais cette insulte reste plutôt familière et sympathique...

Ce terme revêt, même, parfois, un sens affectif, et on aime bien ce genre d'andouille, aux allures débonnaires...


Ce mot nous fait remonter aux origines souvent peu connues de notre langue, le latin, si productif, dont on parle souvent comme une langue morte, alors que cette langue ancienne est bien présente dans de nombreux mots de vocabulaire, même si on ne le soupçonne pas toujours.

Des mots familiers, du langage courant, aux sonorités évocatrices montrent toute la richesse de notre langue et de son ancêtre : le latin.

Des termes qui font partie de notre patrimoine et de notre culture...

Des mots pleins de saveurs, qui mettent en appétit tous ceux qui sont friands de saucisses, de saucissons et d'andouilles !



 

 

 

 

 

Andouilles, saucisses et boudins...

t

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/