Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 décembre 2014 6 13 /12 /décembre /2014 17:01

 

Photo2056.jpg

 

 

Arbre déchiqueté, brûlé, courbé, silhouette noire et somptueuse, branches qui s'enroulent, et s'embrument des ciels de l'hiver...

 

Arbres aux ombres de brumes, aux éclats obscurs, aux formes tortueuses...

 

Formes étranges, squelettiques et fantomatiques, les arbres dénudés montrent leurs fourreaux sombres, ténébreux.

Des écheveaux de branches se dispersent sur l'horizon, des résilles entrelacées, des éclats de bruns, des envolées de fumerolles.

 

Des arantelles se dessinent, finement tressées, magnifiquement ouvragées.

 

Des dentelles apparaissent, si souples, si légères, elles envahissent le ciel de leurs entrelacs subtils...

Les branches se tordent, se replient, se courbent, se croisent et s'entrecroisent.

 

Des filets souples relient les rameaux, formant des myriades de motifs, d'une inextricable texture...

Noirs fuseaux de l'hiver, arbres calcinés, aux réseaux lumineux de dentelles !

 

L'arbre dépouillé révèle de nouvelles splendeurs, des teintes sombres et aériennes, des envols de brindilles.

 

L'arbre se découpe sur le ciel gris de l'hiver, sculpture étrange, fascinante.

 

L'arbre répand des fibrilles, il enlumine le ciel de ses arabesques somptueuses...

 

http://youtu.be/hOA-2hl1Vbc

 

 

 

http://youtu.be/0MYzkBiJn5Y

 

 

 

 

 

 

Photo2053.jpg

 

 

Photo2052.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

arbre-d-hiver.jpg

 

 

Photo2057.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar



Repost 0
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 16:04

 

ecole

 

 

C'est la période des conseils de classe, période très chargée pour les enseignants, car il faut remplir les bulletins de fin de trimestre, assister aux conseils, rencontrer des parents d'élèves...

 

Un des derniers conseils auquel j'ai participé a été l'occasion de voir les réactions de certains délégués de parents : la classe de seconde concernée se montre bavarde, dissipée, indisciplinée... tous les professeurs se plaignent de l'attitude des élèves de cette classe.

Le mécontentement est général et unanime : la classe n'a pas un comportement digne d'élèves de seconde...

 

Un des parents présent nous donne, alors, des conseils : "Il faut les punir sévèrement, ne pas hésiter à le faire ! " Je lui rétorque que j'ai déjà sanctionné plusieurs élèves, d'abord, par un avertissement sur le carnet, puis par des heures de colle...

 

Comme nous redoutons des difficultés pour faire progresser ces élèves dissipés, le même parent d'élève nous conseille de les faire travailller en équipe pour favoriser la progression !

 

Pour des élèves bavards et peu enclins à travailler, cette idée ne me paraît pas des plus judicieuses. J'ai, d'ailleurs, expérimenté le procédé, en demi-groupe, en début d'année : le brouhaha était assourdissant et peu propice au travail !

 

Si ce parent d'élève recommande des sanctions sévères, il va donc falloir exclure certains élèves du cours ! Est-ce la meilleure solution ?

 

Dans cette classe chargée qui comporte 36 élèves, l'un d'entre eux est dyslexique, un autre souffre de troubles obsessionnels compulsifs, un autre fait une crise d'adolescence et s'oppose, sans cesse, à ses parents, un autre est en rupture avec sa famille et a intégré l'internat du lycée, un autre est hyperactif !

 

Comment gérer tous ces problèmes ? Faut-il sanctionner lourdement, ou faut-il supporter les bavardages d'un élève qui souffre de troubles obsessionnels ou d'un autre atteint de dyslexie ?

Le parent d'élève qui nous donne tant de conseils ne s'est jamais retrouvé, manifestement, devant une classe de 36 adolescents avec toutes sortes de difficultés.

Et, pourtant, il se permet de nous conseiller sur l'attitude à adopter devant la classe !

 

C'est assez incroyable ! Je lui réponds point par point, en lui disant que nous avons déjà épuisé tout un éventail de sanctions, que certains élèves sont atteints de troubles graves, que le travail de groupe donne l'occasion à ces élèves d'une dissipation encore plus grande...

 

Mais les parents n'ont pas du tout conscience des difficultés que rencontrent les enseignants : si on exclut un adolescent qui souffre de problèmes de santé, ce même parent d'élève risque de nous le reprocher.

 

L'administration est intervenue dans cette classe, pour faire cesser la dissipation, les élèves ont été, d'abord, très impressionnés mais certains d'entre eux ont repris rapidement leurs habitudes de bavardages...

Il va falloir gérer tous ces problèmes, tout au long de l'année, et affronter le manque de motivation de ces adolescents et leur dispersion.

 

La fatigue que génère ce type de classe pèse lourdement sur les enseignants, et les parents sont à mille lieues de le comprendre !

 

Non vraiment, les parents qui n'ont jamais enseigné ne sont pas à même de réaliser toutes les contraintes du métier d'enseignant !

 

Si on en vient à exclure des élèves d'un cours, les parents se récrient, s'indignent, ils contestent ces punitions, et si les professeurs se plaignent du manque de discipline des élèves, c'est encore la faute des enseignants qui ne donnent pas de punitions suffisamment lourdes... 

 

A ces parents qui nous prodiguent des conseils, nous avons envie de dire : "Faites donc votre métier d'éducateur... car un certain nombre de ces élèves ne souffrent pas de pathologie particulière, mais font preuve d'un manque évident de savoir-vivre... Cette indiscipline qui les caractérise ne provient-elle pas d'une défaillance dans leur éducation ?"

 

 

 

 écoles reut

 

 

 ecole-copie-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Repost 0
Published by rosemar - dans éducation
commenter cet article
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 16:06

confiture Quadell creative

 

 

"Jeanne était au pain sec dans le cabinet noir,

 Pour un crime quelconque, et, manquant au devoir,

J'allais voir la proscrite en pleine forfaiture,
Et lui glissai dans l'ombre un pot de confiture."

 

C'est ainsi que Victor Hugo évoque sa petite fille, Jeanne, dans un poème extrait du recueil L'art d'être grand-père. Il lui apporte, subrepticement, de la confiture, pour la consoler d'une punition.

La confiture ! Voilà un mot familier dont l'étymologie et l'origine apparaissent lointaines et obscures ! 

 

Les sonorités, la gutturale initiale "c", la voyelle nasalisée "on", la fricative "f", la dentale "t", la gutturale "r", à la fin, font, de ce mot, un ensemble composite, avec une certaine variété d'ingrédients....

De fait, la confiture exige un certain temps de préparation, avec différents éléments : sucre, fruits divers, vanille parfois.

 

Quels délices de couleurs, de goûts, de parfums nous offrent les confitures !

Quelles textures variées, en fonction des fruits utilisés ! Confitures de fraises, d'abricots, de melons, de pastèques, de myrtilles !

Que de couleurs apparaissent, à la simple évocation de ces mots !

On sent, aussitôt, différents parfums qui s'évaporent de la marmite ! On goûte aux saveurs de l'été !

Doré de miel, pourpre, orangé, noir, paille, des teintes variées et chaleureuses surgissent.

 

La confiture évoque, aussi, le monde de l'enfance, les tartines de beurre et de confiture, délices des goûters d'autrefois...

Je me souviens de ce pain garni de confiture d'abricots, aux couleurs éclatantes que l'on dévorait dans l'après midi.

Délices du goûter, des saveurs de sucre et de beurre mêlés ! 

 

Ce mot si familier "confiture" nous fait voir des images de bonheurs simples : la lente préparation des confitures, la mise en pot, la dégustation, le plaisir d'offrir des confitures, faites à la maison.

 

Mes grands-tantes avaient l'art de confectionner des confitures : je me souviens de ces confitures de pastèques qu'elles préparaient, avec amour, et dont elles nous faisaient l'offrande, chaque année.

 

La confiture, c'est tout un art de la confection ! Le mot vient d'un verbe latin "confingere", façonner : il est composé du préfixe, "cum", "avec, ensemble" et du verbe "fingere", "faire".                                  

Confiseries, compotes sont formées avec le même préfixe.

 

La confiture, c'est tout un art de l'assemblage, tout un savoir-faire qui a tendance à se perdre, car, désormais, on achète des confitures dans les magasins !

 

Retrouvons le plaisir de préparer des confitures, d'en savourer les odeurs qui montent, qui s'éparpillent, retrouvons le bonheur d'en goûter les différents fruits !

Avec un simple morceau de pain, la confiture et ses différentes variétés nous offrent des délices et nous permettent de retrouver un goût d'enfance...

 

Le poème de Hugo :

 

http://poesie.webnet.fr/lesgrandscl...

 

 

http://youtu.be/Im0PsrsZJXQ

 

 

http://youtu.be/jkoHfa0WPeU

 

http://youtu.be/inQWb2sgiPc

 

http://youtu.be/7LZ1WdOx-n0

 

 

 

 

 

confiture-2.jpg

 

 

confiture-Arnaud25.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

confiture-3.jpg

 

Chanson pour Anna : une de mes grands tantes se prénommait Anna :

 

 

 

 



Repost 0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 17:05

tirole 2

Il a été nommé prix Nobel d'économie 2014, c'est un français et il ose faire cette déclaration : "Nous devons suivre l'exemple de pays comme l'Allemagne et la Suède, qui ont connu des moments difficiles et ont fait beaucoup de réformes." Jean Tirole, s'est exprimé lors d'une conférence de presse à Stockholm, soulignant le fait que la France avait de nombreux "atouts". 

 "Nous devons faire des réformes pour que les gens retournent au travail [...], et aussi réformer l'État, ce que beaucoup de pays ont fait", a-t-il ajouté.

 

Je ne suis pas spécialiste de l'économie, mais je sais quelle a été la politique menée par l'Allemagne, ces dernières années : exploitation à outrance des travailleurs pauvres, appel à une main d'oeuvre étrangère venue des pays de l'est, sous payée... des salaires de misères.

 

C'est, donc, ce modèle ultra-libéral que Jean Tirole appelle de ses voeux, soutenant, ainsi, les dernères affirmations d'Angela Merkel, demandant instamment à la France de faire des réformes ?

 

La solution serait  de gagner en compétitivité, en institutionnalisant la misère en France ?

Quelle honte ! Depuis des années, on fait payer aux européens une crise dont ils ne sont pas responsables...

 

Et c'est encore le modèle allemand que cet économiste de pacotille nous invite à suivre !?

On entend ce discours, depuis des années : l'ancien président Nicolas Sarkozy n'a cessé de vanter notre voisin allemand...

Les seules solutions qui seraient viables consisteraient à sacrifier les travailleurs sur l'autel de la compétitivité.

 

Des régressions, encore et toujours, ce sont les seuls moyens envisagés en Europe, pour résoudre la crise ! Appauvrir les plus pauvres et enrichir les banquiers qui spéculent sur la dette !

 

Jean Tirole semble méconnaître des différences fondamentales entre la France et son voisin : une faible natalité en Allemagne, qui dénote une forme de désespérance face à l'avenir, des infrastructures en perdition, des difficultés pour les pauvres, une misère grandissante...

 

En plus, les propos de Jean Tirole semblent arriver à point nommé pour étayer les déclarations récentes d'Angela Merkel qui somme la France d'accomplir des réformes !

Mais lesquelles ? La France n'est pas l'Allemagne : doit-elle se plier aux diktats de son voisin ??

Doit-elle accepter d'être gouvernée par la chancelière allemande ? 

 

L'Allemagne est une société vieillissante qui ne sera pas à même d'assurer la retraite de ses travailleurs, et elle se permet encore de donner des leçons à la France...

 

Jean Tirole, économiste couronné par le prix Nobel semble se mettre au service d'une Allemagne qui se prétend toute puissante et qui pratique un libéralisme effréné, Jean Tirole, chantre de l'économie libérale et de la spéculation vante un système qui anéantit les peuples : c'est terrifiant !

 

Source :

 

http://www.latribune.fr/actualites/...

 

 

 

tirole

 

 

merkel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Repost 0
Published by rosemar - dans politique Europe
commenter cet article
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 17:49

Nabilla.jpg

 

 

On connaît le succès des émissions de télé-réalité auprès des adolescents : dans ces émissions, souvent, tout est permis : mensonges, trahisons, langage vulgaire, insultes...

Dès lors, comment s'étonner de l'attitude de certains jeunes, avec l'exemple qui leur est donné ?

 

Si les politiques mentent, si les jeux de la télé-réalité prônent le mensonge, la tromperie, la ruse, il ne faut pas être surpris de voir le comportement de certains élèves en classe...

 

Tout est possible : paresse, mensonge, langage grossier sont valorisés, il faut privilégier le jeu, l'amusement, en passant par un certain mépris de la morale.

On voit bien l'influence que peuvent avoir de telles émissions sur les jeunes : ce sont, pour eux, des exemples, des modèles à suivre.

 

Ainsi, les adolescents n'hésitent plus à tricher, à rendre de faux devoirs, une simple prise de notes, au lieu du travail exigé, ils s'amusent de leurs propres ruses, s'en vantent...

Ils n'hésitent pas à mentir à leurs parents sur leurs notes : certains s'absentent des cours sans justification.

 

Certains simulent un mal de tête, un mal au bras pour échapper à un cours...

Quand l'exemple vient des médias, il est difficile d'inverser la tendance, de revenir aux vertus de l'honnêteté, de la droiture, du sérieux.

 

Ces émissions ont plus de valeur pour les jeunes qu'une émission culturelle : c'est amusant, ludique, facile et dénué de réflexion.

L'essentiel est de passer du bon temps, de se détendre à bon compte, dans une ambiance de rires, de facilité.

 

L'argent est, aussi, l'enjeu de certains de ces programmes : le gagnant ou la gagnante peut acquérir un certain confort matériel par sa force, sa ruse, ou ses tromperies...

 

Valoriser ainsi la frivolité, les mensonges, le goût du leurre ne peut que produire des effets désastreux : quels repères sont, ainsi, donnés aux jeunes ?

 

Quels exemples ont-ils sous les yeux ? Celui des hommes politiques dont les discours sont fluctuants, trompeurs et incertains, celui de ces participants à des émissions de télé-réalité ?

Face à ces images pleines de séduction présentées par ces programmes, les adolescents se laissent facilement abuser, certains sont fascinés par des personnages qui deviennent des héros du mensonge, de la tromperie.

 

Et certains adultes ne sont pas en reste : il faut voir la mauvaise foi de certains intervenants sur internet : ils n'hésitent pas à se contredire, à adapter leurs discours en fonction des interlocuteurs, à reprocher aux autres des défauts dont ils font eux-mêmes étalage !

 

 

 

loana.jpg

 

 

loana-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Repost 0
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 17:20

Photo2028.jpg

 

Des grappes de térébinthe semblent naître sur les rameaux du pin...

 

Des embruns de roses éclaboussent quelques branches, comme des éclats glacés : le pin s'embrase de roses dorées, devant les pâles lueurs de l'aube...

 

Des fleurs spumeuses parcourent les branches, les font étinceler de teintes nouvelles et irréelles.

 

Le pin se pare des couleurs subtiles de l'aurore naissante, le pin s'empare du jour, fait rayonner le soleil sur ses branches, reflète les premières lueurs naissantes.

Les teintes de gris, de mordoré, de verts se superposent, des guirlandes de teintes de roses apparaissent.

 

Paysage de l'aurore, somptueux tableau... le pin dessine des enluminures nouvelles, des éclats de rose et de rouille.

Le pin s'illumine des premiers éclats du jour... l'aurore aux doigts de roses, des nuées surgissent pleines de délicatesse, dans des tons très doux...

 

Une partie, seulement, du pin est iradié de lumières, comme incendiée par les éclats du soleil.

 

L'autre partie étale ses teintes mornes de gris et de verts, de noirs... contrastes de couleurs étonnants, l'arbre cuivré et rosé, d'un côté, semble se dorer de nuées éclairées par le soleil.

 

L'arbre devient mystère, comme habité de nymphes aux teintes de roses : il semble se vêtir de soies légères, fines...

 

Il se nimbe de voiles subtils, ondoyants, aux teintes atténuées.

 

Il semble revivre et renaître à la vie sous les éclats du soleil, il s'anime de teintes chaudes et lumineuses, il s'enivre de lumières.

 

Sublimé par le jour qui commence, il se peuple de vie, il rayonne....

 

http://youtu.be/eQZoLUhdkvE

 

http://youtu.be/BuIo8dtYyDM

 

 

 

Photo2027.jpg

 

 

 

Photo2029.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo2025

 

Photo1921

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar



Repost 0
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 16:05

Snackbar-auteur-lijjccoo-wikipedia-creative-commons.jpg

 

 

Cette chanson, écrite pour les paroles par Julien Clerc, intitulée Lili voulait aller danser, se présente comme un véritable scénario de polar : dès le début, on voit un personnage qui paraît familier, puisqu'il est désigné par son prénom "Tony", on le découvre alors qu'il "entre dans un snack bar"...

 

L'heure est glauque : "minuit moins l' quart"... Un autre personnage, la serveuse du snack, dont le surnom, sous la forme d'un diminutif affectueux, "Lili", est tout aussi familier, apparaît "nerveuse", impatiente de voir partir un dernier client, qui "sucre son café", et qui semble, ainsi, s'attarder...

 

Le décor est planté, comme dans un film noir, on voit tout le mobilier habituel d'un snack : "la télé, le juke box qui hurle un air de Fats Domino", un chanteur américain de rythm and blues, l'un des pionniers du rock 'n' roll. 

 

"De quoi vous mettre des fourmis dans les pieds !" semble dire une voix off... Cette expression populaire est le point de départ du thème essentiel de la chanson : "Lili voulait aller danser le rock'n roll."

 

La phrase est répétée 6 fois dans le refrain, marquant une envie irrépressible et irrésistible de la jeune femme : et, de fait, devant le rythme effréné de la chanson, on a envie de danser avec elle !

 

Survient alors un dialogue, un discours direct des deux héros de l'histoire : on entend leur voix, comme dans un film, "Lili, fais moi un hot dog", s'exclame Tony...

 

On voit "Lili fermer son numéro de vogue" et adresser des reproches à Tony : le retard du jeune homme l'empêche d'assouvir sa passion pour la danse.

 

Les gestes des personnages sont bien observés et évoqués, comme dans un scénario de film : la jeune fille "remet du make up", le jeune homme "garnit de ketch up son hot dog" : ces mots d'origine anglo-américaine renvoient bien à l'univers du rock...

On voit, alors, une scène de dépit amoureux : la jeune fille furieuse menace son amoureux : "tu ne m'reverras plus", dit-elle. Le futur semble irrémédiable... Mais une expression imagée intervient, pour évoquer un geste de Tony : "il lui a mis son couteau sur le coeur". 

 

La scène semble tourner à la tragédie : la dramatisation est à son comble !

Mais il s'agit, en fait, d'une déclaration d'amour et d'une demande en mariage : on assiste à un coup de théâtre !!

 

Cependant, Tony se livre à un véritable chantage : Lili devra renoncer à sa passion pour la danse...

Le scénario s'achève, avec les larmes de bonheur de Lili qui accepte, émue, d'épouser son Tony et de ne plus aller danser.

 

Cette chanson au rythme effréné fait penser à une véritable parodie d'un polar américain : tout y est, les personnages stéréotypés, le décor, les dialogues familiers...

 

On est sensible à l'humour de cette parodie, l'ensemble est rempli de gaieté, de bonheur...

 

C'est aussi un bel hymne au rock'n roll, et à la joie de vivre !

 

http://youtu.be/gLtySdXjKJA

 

 

 

http://youtu.be/Yxd_g77aM5A

 

 

 

 

 

 

rock-BillHaley.JPG

 

 

 

rock--Tommy_Steel.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Repost 0
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 16:27

 

mélenchon 2

 

 

En politique, on aura tout vu : corruption, argent détourné, passe-droits, et voilà que Jean Luc Mélenchon fait l'éloge de son adversaire, Nicolas Sarkozy, sans doute, pour mieux pourfendre François Hollande !

 

"Un homme fort", ose-t-il affirmer ! "Il a gouverné cinq ans, il était détesté de tout le monde, il a perdu la présidentielle, ses propres amis lui ont tiré dessus et c'est, quand même, lui qui a gagné, avec 65% l'élection à la présidence de l'UMP. Donc, il faut ,quand même, qu'il soit fort !"

Et il rajoute : "Nicolas Sarkozy est un homme qui assumait une ligne de droite, qui maintenant paraît, en matière sociale, plus modéré que François Hollande."

 

On croit rêver, en entendant ces propos d'un responsable de gauche !

Encore une déclaration à l'emporte-pièce de Jean Luc Mélenchon : son intention est, bien sûr, de tirer à boulets rouges sur François Hollande, qu'il traite de "mollasson et d'ectoplasme" !

Son intention est, aussi, d'attirer l'attention sur lui, avec des déclarations fracassantes.

"Protagoniste de haut niveau", tels sont les termes utilisés par Jean Luc Mélenchon pour évoquer Nicolas Sarkozy !

Quelle honte ! Quand on pense aux nombreuses affaires dans lesquelles se trouve impliqué Nicolas Sarkozy, quand on pense à son bilan catastrophique à la tête de l'état, on se dit que les hommes politiques ont vraiment la mémoire courte !

 

François Hollande, lui, n'a pas terminé son mandat, il est vrai que le chômage s'est aggravé lourdement, en raison de la crise qui frappe la plupart des pays européens.

Le chômage, c'est l'échec du gouvernement de François Hollande.

 

Pour autant, certaines mesures vont dans le sens d'une certaine justice : les gens qui ont mené une carrière longue ont pu accéder, plus rapidement, à la retraite, les allocations familiales ont été modulées en fonction des revenus. On peut citer, aussi, la revalorisation de l'allocation de rentrée scolaire...

 

Que se serait-il produit, si Nicolas Sarkozy avait été réélu à la présidence de l'état ? Sans doute, une aggravation de la réforme des retraites, avec un allongement de la durée de cotisations et un report de l'âge de la retraite...

 

Comment peut-on faire l'éloge de Nicolas Sarkozy, quand on se dit responsable de gauche ?

 

Si Nicolas Sarkozy a gagné la présidence de l'UMP, on peut s'en étonner, en effet : les militants ont-ils oublié que l'ancien chef de l'état a ruiné son propre parti par des dépenses inconsidérées lors de la dernière campagne présidentielle ?

Par ailleurs, Nicolas Sarkozy a été élu par des militants UMP, des gens qui le soutiennent aveuglément, mais les militants de l'UMP ne sont nullement représentatifs de l'opinion des français !

 

Mettre ainsi sur le devant de la scène l'ancien président, le mettre sur un piédestal, en le présentant comme un homme fort, relève de l'inconscience pure et simple !

 

Oui, vraiment, il semble que Jean Luc Mélenchon ait, non seulement la mémoire courte, mais aussi qu'il fasse preuve d'une forme d'irresponsabilité, dans nombre de ses déclarations !

 

Source : un article du nouvel obs :

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/bata...

 

 

 

 sarkozy 4

 

 

mélenchon 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Repost 0
Published by rosemar - dans politique
commenter cet article
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 16:54

 

fossile libre

 

"Dans les galeries du Muséum, ils passèrent avec ébahissement, devant les quadrupèdes empaillés, avec plaisir devant les papillons, avec indifférence devant les métaux ; les fossiles les firent rêver, la conchyliologie les ennuya. Ils examinèrent les serres chaudes par les vitres, et frémirent en songeant que tous ces feuillages distillaient des poisons."


Dans cet extrait du roman de Flaubert, Bouvard et Pécuchet, les fossiles suscitent, plus particulièrement, l'intérêt des deux héros de l'histoire.

 

Comment ne pas être fasciné par ces restes très anciens d’organismes pétrifiés dans une roche sédimentaire ? Poissons, coquillages gravés dans la pierre, comme sculptés par la nature, les fossiles sont des merveilles qui attirent tous les regards.

 

Les couleurs rosées, pastels de ces pierres venues du fond des âges, les formes parfois incomplètes, incertaines, les brisures les transforment en objets précieux, rares.

Venu d'un verbe latin, "fodio", "creuser, fouir", le fossile est souvent enfoui dans la terre : il demande une recherche attentive et minutieuse...


Et chaque découverte est comme un émerveillement : on admire, alors, les formes, les enroulements, les stries, les volutes de ces galets qui ont porté la vie.

 

On devine des coquilles, des incrustations de plantes et d'herbes, des insectes, des poissons, des ammonites, des étoiles de mer, des oursins... toute une peinture de la vie d'autrefois...

Gravées dans la pierre, ces formes diverses fascinent : on y voyait autrefois des talismans, des objets magiques et mystérieux.


Les mondes minéral, animal et végétal se côtoient dans ces pierres incrustées.

On peut, aussi, y percevoir de lointains vestiges du passé : traces de pas, morceaux de bois, galeries, dents, graines...

Tirés des entrailles de la terre, les fossiles révèlent la vie d'autrefois : on est ému, devant ces objets dont les formes paraissent familières et dont les origines sont si anciennes.

 

Découvrir un fossile est un véritable éblouissement : chacun est unique dans ses formes, ses reliefs, ses teintes nuancées.

Troncs fossilisés, feuilles de fougères, enroulements de coquilles : quelle diversité et quelle beauté dans les motifs !

 

Certaines formes intriguent, sont à peine reconnaissables, et laissent libre cours à notre imagination...

 

Le mot lui-même est plein de poésie : fricative initiale, double sifflante confèrent à ce terme une extrême douceur, comme une atténuation et une marque d'un lointain passé.

 

Ce nom peut être utilisé, aussi, de manière ironique, pour désigner une personne qui vit dans le passé, quelqu'un d'arriéré.

 

Le fossile tiré de la terre est un vrai retour aux sources : c'est comme si on touchait du doigt un passé révolu, mais si proche de nous, par la familiarité et la beauté des formes...

 

 

http://youtu.be/36X8mr5Jt_o

 

http://youtu.be/vGI-hYVslPU

 

http://youtu.be/0TSkIG9lFvY

http://youtu.be/fT7MQ1nvLUU

 

http://youtu.be/9XfdlmdhMoQ

 

 

 

 

 

Photo2067.jpg

 

 

Photo2061.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo2064.jpg

 

 

Photo2065.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo : en haut de l'article : wikipédia  / creative commons

Autres : rosemar



Repost 0
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 17:04

 grace-kelly-5.jpg

 

 

Une émission intitulée Monaco, le rocher était presque parfait, diffusée sur France 3, a été l'occasion, pour Gérard Miller, d'évoquer la vie et le destin de Grace Kelly... Son image d'icône du cinéma fait encore rêver et pourtant, sa vie a été marquée par une volonté farouche d'échapper à toutes sortes de carcans...

 

D'abord, le carcan familial, car le père de Grace Kelly imposait une discipline de fer à toute sa famille, à ses enfants : il voulait que ses enfants réussissent dans un domaine où il avait lui-même connu quelques échecs, le sport...

 

Pour échapper à ce carcan, Grace devint actrice et réussit une brillante carrière, sous la direction de réalisateurs illustres, comme Alfred Hitchcock.

 

Mais la belle expérience cinématographique se révéla être, à nouveau, un carcan : Grace Kelly en fut, bientôt, réduite à jouer des rôles insignifiants, sans consistance.

 

La jeune actrice put, alors, trouver une nouvelle échappatoire, puisqu'elle  rencontra Rainier de Monaco, acquit le statut de princesse, et, comme dans les contes de fée, connut une nouvelle gloire...

Une vie faite de bonheurs, de plaisirs renouvelés, pourrait-on croire...

 

Mais, en fait, le rêve devint vite un nouveau cauchemar : sous le feu permanent des caméras, des photographes, la famille princière était en constante représentation.

Difficile de préserver une intimité, quand on a été une star de cinéma, qu'on a épousé un prince, difficile d'échapper à des obligations lourdes et pesantes au quotidien.

 

Et la dernière tentative de Grace Kelly, pour échapper à ce carcan fut un échec : son réalisateur préféré lui proposait un nouveau rôle au cinéma, mais son élan fut rapidement brisé, et le prince, son époux lui interdit cet ultime espoir de renouveau et de délivrance...

 

Ainsi, le destin de Grace Kelly n'est-il pas le révélateur de nos propres vies ? 

Ne sommes-nous pas, tous, soumis à des carcans successifs : celui de l'enfance, parfois, celui du travail, celui du mariage, celui des contraintes domestiques ?

 

Nous tentons tous d'échapper à ces prisons, mais souvent nous retombons dans d'autres entraves tout aussi rudes et difficiles...

 

Bien sûr, on peut, désormais, vaincre certains carcans : le mariage n'est plus une institution indissoluble, les gens peuvent divorcer, se remarier, mais la présence d'enfants dans le couple fait que certains restent dans ces entraves.

 

Le travail est un carcan, pour certains car il impose trop de contraintes, de difficultés.

Le chômage peut, aussi, être une prison, car il exclut l'individu, le met à la marge de la société.

La vieillesse peut apparaître comme un carcan, quand une personne est affaiblie, diminuée par la maladie.

 

La souffrance est bien une des composantes de nos vies humaines : nous sommes souvent muselés, emprisonnés...

Parfois, nous nous emprisonnons nous-mêmes dans des habitudes, une façon de vivre.

Les carcans de la vie sont multiples, divers, et nous empêchent de nous épanouir pleinement : ils font partie de toutes les épreuves que nous devons traverser, tout au long de nos vies.

 

Et qui peut vraiment échapper à ces carcans ?

 

http://youtu.be/E-a93zp2WY0

 

 

 

 

 

 

 

 grace kelly libre

 

 

 Grace Kelly 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 grace kelly 4

 

 



Repost 0
Published by rosemar - dans cinéma liberté
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/