Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 16:58

 

Photo1716.jpg

 

L'époque est à la morosité... on insiste, sans arrêt, sur les échecs de la France : le chômage, la crise, la croissance qui est faible...

 

Et pourtant, la France possède d'innombrables atouts... en 2013, la France a été le pays le plus visité, au monde : elle a attiré de nombreux touristes, venus des autres pays européens, de la Chine, des USA.

 

Nos voisins allemands ont été 13 millions à visiter le pays, suivis des Britanniques, environ 12,6 millions...

 

Les premiers clients extra-européens de la France se trouvent en Amérique du Nord, avec une hausse de 5,8% des arrivées de touristes.

 

Les Chinois sont, aussi, attirés par la France : 1,7 million de Chinois sont venus en France, soit une hausse de 23,4%. 

 

La France se distingue par une très grande diversité : diversité des paysages, garrigues provençales, calanques méditerranéennes, montagnes du sud, beau Lubéron aux falaises abruptes, le mont Ventoux et ses sommets enneigés, les immenses plages de sable de la côte Atlantique, de la Bretagne, de la Normandie.

 

La France se caractérise par la variété de ses reliefs, des paysages volcaniques aux formes adoucies du Massif Central, aux pics acrobatiques des Alpes et des Pyrénées.

La France, c'est, aussi, un passé riche d'histoire qui a laissé des traces innombrables : monuments romains, amphithéâtres, arcs, ponts, temples romains, villages du Moyen-Age, châteaux de la Loire, Versailles et sa magnificence...

 

La France nous fait admirer des côtes variées, des milliers de kilomètres de côtes aux escarpements pittoresques, elle nous permet d'apprécier son terroir, ses traditions locales, culinaires si variées !

 

La France, c'est une langue pleine de ressources et de richesses, une littérature d'une inventivité inouie : la verve de Rabelais, les réflexions de Montaigne, Montesquieu, la poésie de Musset, Lamartine, de Rimbaud, Verlaine, Racine, l'universalité de Molière, ce sont des écrivains que le monde entier nous envie...

 

La France, c'est une culture, un art de cultiver et de tailler la vigne, c'est encore une diversité agricole qui s'oriente, de plus en plus, vers une agriculture biologique, saine.

 

La France, c'est une envie de s'ouvrir au monde, d'apprendre, de se cultiver... c'est le plaisir et le bonheur d'une langue savoureuse, riche d'apports culturels multiples, c'est la magie du verbe...

 

La France, c'est Rabelais, sa soif de connaissances, c'est Montaigne, son goût des paradoxes, c'est la langue poétique d'un Racine, d'un Corneille, c'est la poésie vénéneuse et somptueuse d'un Baudelaire, c'est Hugo, auteur d'une oeuvre colossale, c'est, aussi, la prose poétique d'un Chateaubriand.

 

C'est une langue riche d'histoire, de dérivations, d'inventions, riche de mots à l'étymologie lointaine et mystérieuse.

 

La France est belle, diverse : on n'a jamais fini d'en découvrir toutes les ressources...

Comment ne pas être sensible à ce pays de vents, d'océans, de monts, de mers, et de lumières ? Comment ne pas aimer cette terre de France ?

 

Ce n'est pas un hasard si la France attire tant d'étrangers, venus visiter tant de régions qui ont su garder leurs caractères, leurs spécificités. 

 

La France, mon pays, reste une terre aux multiples attraits, c'est le plus beau pays du monde !

 

http://youtu.be/XknXllpuXCY

 

Photos : rosemar

 

 

 

 Photo1758.jpg

 

plage-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pins-d.jpg

 

Photo1483.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Repost 0
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 17:26

 

mariage-3.jpg

 

Une photo de mariage d'une cousine de mon père...

Mon frère, ma soeur et moi, nous sommes réunis, pour poser en habits somptueux de fête, devant le photographe...

 

Des tenues princières ont été cousues et conçues par la mariée elle-même : peut-on rêver de plus beaux habits de cérémonie ? 

 

Ma soeur, au centre de la photo, doit avoir une quinzaine d'années : vêtue d'une robe longue en satin blanc, dont le bas est recouvert d'un tulle évanescent et transparent, elle tient en mains un petit bouquet de fleurs.... avec ses gants blancs, une capeline légère, ma soeur rayonne de la fraîcheur de ses 15 ans... Les cheveux, savamment bouclés, encadrent son visage juvénile, son sourire est radieux.

 

A ses côtés, à sa droite, mon frère âgé de 7 ans, arbore, lui, aussi, une tenue digne d'un prince : pantalon sombre, chemise en soierie blanche, ceinturée par une étole qui retombe en un pli sur le côté... A la main, il tient un bouquet de fleurs, entouré de tulle.

 

De l'autre côté, je montre ma frimousse de 5 ans : le visage arrondi de l'enfance, les cheveux bruns bouclés... un diadème de roses enserre le sommet de ma tête... Je porte la même robe que ma soeur, avec ce tulle évanescent, sur le bas : la main gauche posée sur la poitrine, je tiens de la main droite le même bouquet de fleurs.

 

Des arceaux de roses et de lys blancs forment le décor et le cadre de la photo.

 

Le tissu des robes est moiré, ainsi que la chemise de mon frère : on entrevoit des éclats sur ces tenues de fête... Les petites manches courtes des robes sont, légèrement, bouffantes.

 

On est étonné par le savoir-faire de la couturière qui a fabriqué ces robes et ces vêtements avec un goût assez rare : les tenues sont pleines de charme, d'élégance et de distinction...

 

On perçoit une harmonie et, surtout, l'habileté de celle qui est à l'origine de ces habits de fête.

 

Autrefois, beaucoup de vêtements étaient, ainsi, faits à la maison : un savoir-faire qui a tendance à se perdre.

 

Dorénavant, on achète tous les vêtements en magasin et la qualité n'est pas toujours de mise.

 

Quel raffinement dans ces tenues ! Quelle légèreté !

Parfois, les tenues de mariage sont empesées, lourdes, clinquantes... on sent, là, un goût du travail bien fait, une forme de délicatesse.

 

Quelle somme de labeur ont dû représenter ces robes ! Quel coeur à l'ouvrage ! Quel bonheur, dans ces créations bien préparées et bien réalisées !

 

On peut parler de véritables créations, depuis la conception jusqu'à la mise en oeuvre : ces couturières d'autrefois méritent respect, honneur et hommage.

 

Cette photo témoigne d'une époque où l'on maîtrisait les techniques de couture, d'une époque où les femmes ne travaillaient pas à l'extérieur, et avaient le temps de réaliser de vraies oeuvres d'art...

 

couturiere-velasquez.jpg

 

couture-KoS.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Repost 0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 17:22

pins-bleus.jpg

 

L'été s'installe, les pins bruissent de bonheur et de quiétude... inondés de soleil, ils s'embrasent de toutes leurs teintes de verts.

 

Les branches hautes dansent, sous la brise légère, les branches ondoyantes forment des houles subtiles... mouvements aériens, vagues vertes aux éclats brillants d'écumes.

 

Des panaches de verts se meuvent, avec élégance, sur le ciel blanc-bleu de l'été...

Des mouvements imperceptibles agitent les branches souples, volatiles... des balancements de palmes forment des ballets lumineux.

 

Les branches ondoient, semblent s'enrouler sur elles-mêmes, deviennent des éventails vernissés.

 

Les couleurs de verts dessinent des ombres, des éclats, des brillances...

Des encorbellements de branches grises s'entourent de doux frémissements. Les aiguilles frissonnent, frisèlent, sous le vent du midi...

 

Leurs couleurs nuancées d'ombres, de clartés, d'écumes forment des aquarelles : noirs, vert amande, vert d'opaline, vert foncé se côtoient dans une harmonie de teintes.

 

Les pignes laissent voir leurs éclats sombres, sur les cimes des arbres, bouquets hérissés sur les houles vertes...

 

Les pins s'irisent de lumières, deviennent flamboyants, sous les soleils redoublés, ils se parent de verts éclatants.

 

Ils éblouissent le ciel, les paysages, de leur glacis verdoyant et lumineux.

 

Ils parfument la terre de leurs odeurs prégnantes, de leurs embruns dorés et veloutés...

 

http://youtu.be/0KQW2YnCUrE

 

http://youtu.be/S-VE-ys8n_c

 

http://youtu.be/Fo0K_n3VLG4

 

 

 

 

 

pins-et-ciel.jpg

 

 

 

Photo1152.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo1168.jpg

 

Photo1717.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar



Repost 0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 17:27

vague-Georges_Ricard-Cordingley_Vague_bondissante.jpg

La plateforme overblog se transforme : la publicité s'invite, désormais, sur tous les blogs, avec des espaces qui clignotent en haut, sur les cotés, et en bas des articles, partout...

 

Nous voilà bombardés de spots publicitaires clinquants... publicités pour des banques, des voitures, tirage de tarot, formations d'aide soignante, j'en passe et des meilleures.

 

Les spots s'animent, clignotent, sont faits pour attirer le regard et solliciter l'attention... couleurs flashies, publicités évolutives, en mouvements.

 

Jusqu'alors, les blogueurs pouvaient, de leur propre initiative, accepter d'accueillir des espaces publicitaires, en étant rémunérés.

Dorénavant, ils devront payer, pour refuser tout accès à la publicité : ainsi, la gratuité d'overblog est remise en cause...

 

Cherchez l'erreur ! Bien sûr, le blogueur pourra toujours être rémunéré, s'il accepte des espaces publicitaires...

 

Mais qui a réellement envie d'accueillir des espaces publicitaires si envahissants ?

Les publicités perturbent l'attention, sont invasives, voire intrusives, car on les voit dans plusieurs espaces du blog.

Les publicités sont variées, changeantes, se multiplient, prolifèrent.

Les publicités crèvent l'écran, le dévorent, l'engloutissent.... elles créent un désordre dans la présentation de la page. Elles viennent rompre l'harmonie des illustrations choisies pour illustrer l'article. On est pris dans un vertige d'images, d'autant qu'elles sont dupliquées et qu'on en voit plusieurs exemplaires sur une seule colonne.

Alors que notre monde de consommation s'emballe, on nous impose des espaces publicitaires partout...

 

Dans les rues, dans nos boîtes aux lettres, sur nos écrans, nous sommes submergés de publicités criardes, de mauvais goût.

 

Assez ! Ne sommes nous donc plus que des êtres capables de consommer ?

Sommes-nous des machines, vouées à l'achat compulsif et impulsif ?

Nous est-il possible de respirer, de réfléchir, sans être constamment pollués et cernés par la publicité ?

Nous est -il possible de ne plus être des consommateurs, avant tout ?

Nous est-il possible de lire un article, sans être agressés par la publicité ?

 

Faudra-t-il, un jour, payer pour ne plus recevoir de pub dans sa boîte aux lettres, payer pour ne pas voir de pubs sur les écrans de télévision ?

 

Que dire de toutes ces publicités ? Souvent mal ficelées, clinquantes, elles ne brillent guère par leur finesse.

 

La plateforme overblog qui pouvait, être, jusqu'alors, exempte de publicités, n'est plus, désormais, un espace préservé.

 

A ceux qui souhaitent ne pas être plongés dans un univers de marchandisation, on peut conseiller de télécharger l'application gratuite ADBLOCK qui permet, encore, de bloquer les publicités... Il faut espérer que cette possibilité nous reste accessible à l'avenir...

 

 

vague-Renoir-copie-1.jpg

 

vague monet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Repost 0
Published by rosemar - dans publicité internet
commenter cet article
7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 18:07

 

machine à laver 

 L'amour qui s'enfuit, l'amour qui s'altère, la difficulté d'aimer, tels sont les thèmes de cette chanson d'Alain Souchon, L'amour à la machine... thèmes, maintes fois, traités, mais le poète a su renouveler ces lieux communs et créer un texte original et plein de modernité.

 

L'auteur imagine de passer un amour ancien à la machine, pour restaurer le bonheur d'antan, symbolisé par des "couleurs d'origine"... Voilà une idée étonnante qui surprend et amuse à la fois !

 

Il imagine, aussi, d'utiliser de l'eau de javel pour retrouver une "pureté originelle" !

L'idée de "blancheur éternelle " renvoie à des sentiments d'autrefois qui se sont étiolés et qu'il faudrait renouveler.

 

Des couleurs se sont perdues : "le rose d'une joue a pâli, le bleu des baisers" a disparu, belles images de teintes associées traditionnellement à l'amour...

 

La couleur bleue évoque, immanquablement, Matisse et ses tableaux, mais aussi la difficulté de la vie, des bleus à l'âme, les caresses font naître des images d'ardeur et de rouge mais le soleil les anéantit, les "tabasse", terme très fort.

 

L'auteur semble vouloir inventer des recettes pour résoudre d'autres problèmes : le désarroi des gens âgés, le racisme, l'intolérance.

 

On peut imaginer, aussi, que du "rouge" puisse faire disparaître la misère des gens âgés, que des "mains noires" soient associées à des "boucles blondes", pour réunir des gens venus d'horizons différents...

 

Le texte se présente comme une recette, une expérience à tenter pour faire ressurgir un amour disparu : l'auteur emploie des impératifs :" passez, faites le bouillir, allez."

 

On retrouve, dans ce texte, un thème éternel : celui du temps qui passe, qui affaiblit les sentiments et les ternit : mais quelle modernité et quelle originalité dans la façon d'évoquer ces couleurs disparues et qui pourraient être ravivées par un simple lavage !

 

Vaine illusion, vaine recette ! La machine à laver évoque et suggère, aussi, immanquablement la vie quotidienne qui use et érode les sentiments...

 

L'alternance de vers longs et de vers très courts crée des effets de surprise, des décalages entre le présent et le passé : l'averbe de temps "avant" est ainsi rejeté dans un autre vers, en fin de phrase.

 

Le rythme de la mélodie très vif semble restituer la rapidité du temps qui passe, une accélération de la vie, à laquelle personne n'échappe.

 

A travers cette chanson, Alain Souchon renouvelle complètement un thème éternel : la fuite du temps qui nous emporte dans ses tourbillons et qui altère les sentiments, les affadit.

 

 

http://youtu.be/r_zTEHa0Ikw

 

 

 

camélia libre

 

 

Camelia Gisse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo1501

 

 



Repost 0
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 17:36

lingerie.jpg

 

Notre société de consommation perd tous ses repères : la dernière nouveauté annoncée paraît incroyable... On pourra bientôt lire, sur des étiquettes de lingerie, grâce à un portable ou une tablette, de courtes nouvelles écrites par des écrivains en vogue.

 

Mélanger littérature et nuisettes, voilà qui a de quoi surprendre... On cherche, de plus en plus, à nous vendre des nouveautés à tout prix, il s'agit de lancer, sans cesse, de nouveaux produits, pour inciter à l'achat.

 

On voit bien toutes les dérives vers lesquelles nous entraînent nos sociétés...

 

Après les jeans taille basse qui laissent entrevoir la naissance des fesses, et qui incitent les jeunes à acheter des slips toujours plus colorés et plus chamarrés, destinés à être visibles de tous, après les jeans troués, après les i-pods qui polluent les oreilles des adolescents, après les slips "qui sentent bon, cent pour cent made in France", comme l'affirme la publicité, voilà que débarque la lingerie dite "intelligente."

 

On perçoit, là, comme une fuite en avant, dans le domaine de l'innovation...

 

Les publicitaires n'ont pas froid aux yeux, quand ils affirment à propos des slips parfumés : "Vous voulez changer le monde, vous voulez changer les choses, commencez par changer de slip !"

 

La marque française de lingerie Etam veut, quant à elle, lancer des chemises de nuit et nuisettes, avec étiquettes équipées de "codes QR". Ces petits codes barres à flasher permettront de lire des auteurs comme Pierre Lemaitre, prix Goncourt 2013, Laurent Seksik, prix du meilleur roman français du Parisien en 2013, ou encore Marie Desplechin, prix Medicis 2005, autant de romanciers qui ont accepté de se prêter au jeu. 

 

De tels produits sont-ils voués à remporter du succès ? Tout est possible : on a bien vu l'engouement des jeunes pour les boissons énergisantes, comme le Red Bull, lancé à grand renfort de publicités.

 

On a bien vu le succès de toutes les innovations dans le domaine des i-phones, un modèle toujours plus performant en remplaçant un autre.

 

Les dérives de nos sociétés de consommation sont nombreuses, et il semble qu'on atteigne, désormais, des sommets...

 

Il paraîtrait que la lingerie "intelligente" pourrait inciter les jeunes à la lecture, mais on perçoit, là, un artifice de vente.


Nos sociétés de croissance tentent, sans arrêt, de mettre sur le marché de nouveaux produits sans réelle utilité.

Vers quels délires nous conduisent-elles , vers quels sommets de futilité veut-on nous emmener ?

 

Ne faut-il pas s'inquiéter de ces dérives, ne faut-il pas redouter cette course effrénée vers des nouveautés toujours plus extravagantes les unes que les autres ?

 

Comment doit-on réagir face à cette tendance ? Les publicitaires font en sorte de créer des frustrations et des insatisfactions, notamment chez les jeunes, mais cette fuite perpétuelle en avant nous conduit vers des excès néfastes....

 

Ne faudrait-il pas introduire une certaine mesure dans nos sociétés de croissance ? La croissance à l'infini est-elle encore souhaitable et même envisageable ?

 

Source : Le Monde 

http://www.lemonde.fr/style/article...

 

 

 sagging.jpg

 

 

sagging-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Repost 0
Published by rosemar
commenter cet article
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 18:05

 

torrent-Pere-Igor-creative.JPG

 

"Le Drac, avait dit l’abbé, est un des plus redoutables torrents qui soient en France ; actuellement, il se montre placide, presque tari, mais vienne la saison des ouragans et des neiges, il se réveille, pétille ainsi qu’une coulée d’argent, siffle et s’agite, écume et bondit, engloutit d’un coup les hameaux et les digues", a écrit Joris-Karl Huysmans, dans son roman, La Cathédrale.

 
Curieusement, le mot "torrent" est issu d'un verbe latin "torreo" qui signifie "brûler" : étrange étymologie qui peut s'expliquer par un sens voisin du verbe "torreo : être bouillonnant", et on perçoit bien, alors,  une eau vive, turbulente qui est celle des torrents.
 
Le torrent nous fait voir des paysages de montagnes abrupts, tourmentés, il nous fait entendre sa voix puissante d'eau emportée et tumultueuse, il nous montre des remous, des éclaboussements d'eau pure, des ruissellements pleins de force et de vivacité.
 
Ce mot aux sonorités de dentale, de gutturale répétée traduit une certaine violence : le torrent nous emporte dans un courant irrésistible, dans des flux tempétueux...
 
La voyelle nasalisée "an" fait virevolter ce mot et nous emmène dans un enroulement de vagues et de rebonds.
 
Le torrent, c'est la fougue, la vivacité, le débordement !
 
Le torrent, c'est la vie, la passion ! C'est le risque, l'aventure !
 
Ce mot est souvent utilisé de manière imagée : un torrent de larmes suggère une peine infinie, un chagrin inconsolable... le torrent des passions est irrésistible... un torrent d'injures peut être associé à la colère, on peut voir ondoyer aussi le torrent d'une chevelure, couleur d'or...
 
Le désir humain peut devenir un torrent... l'ambition peut être comparée à un torrent.
 
Ce mot implique une idée de violence : Homère, dans l'Iliade et l'Odyssée compare souvent les guerriers à des torrents impétueux qui emportent tout sur leur passage, comparaisons amplement développées qui donnent lieu à de véritables tableaux, ayant trait à la nature.
 
Le torrent nous ramène vers des lieux champêtres, sauvages, des paysages de montagne, vers une nature désirée, alors que nous vivons, souvent, dans des villes...
 
La montagne, son air pur, ses sommets aériens qui permettent d'oublier le monde moderne... La montagne, ses paysages vallonnés, boisés et ses senteurs d' épicéas, de sapins, de résineux....
 
Le torrent nous fait retrouver ces impressions d'une nature intacte, sauvage...
 
La fraîcheur de l'eau, sa pureté, sa transparence !
 
Cette eau limpide, vivifiante nous fait voyager vers une harmonie retrouvée : pureté des sons, de la lumière, des ondes, pureté des paysages, limpidité des couleurs....
 
Entendez-vous le torrent qui s'emporte et roule dans les montagnes ? Voyez-vous l'eau caracoler dans des tourbillons d'écumes ?
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mont_Viso-wikimedia-commons.jpg
mont-viso-Aleks.jpg
Montagnes-du-jura Alaux auteur



Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 10:04

soleil libre

 

Une photo d'autrefois...

 

Ma mère, grande, brune, ma mère à 30 ans : élégante et fine, sourire radieux dans les rues de Marseille, ma mère auprès de mon grand-père, éclatante de bonheur : un instantané de vie rayonnante, un bonheur tranquille et serein.

 

Cheveux au vent, insouciance, visage épanoui et confiant, grand manteau, robe à carreaux que dévoile un pan du vêtement, les yeux rieurs, jambes allurées, démarche légère, aérienne...

 

A ses côtés, mon grand-père massif, un gros caban de couleur beige, une casquette claire, les mains dans les poches, et tout près, la silhouette frêle de ma mère...

 

C'est l'hiver, dans les rues de Marseille : on perçoit le froid un peu vif de l'air, un mistral qui souffle, peut-être... les tenues sont chaudes, ma mère porte des gants sombres et tient, à la main, un petit paquet de couleur blanche.

 

Cheveux épars bruns, bouclés, on sent un air de liberté, un épanouissement suprême sur le visage de ma mère, un bonheur rayonnant...

 

Elle rayonne de jeunesse, de distinction, elle goûte l'air du midi et s'en délecte...

Elle sait capter l'instant fragile et fugace, elle sait, sans doute, la rudesse du monde mais elle est pleine de légèreté.

 

Pleine d'harmonie dans la démarche et le visage encore un peu rond de l'enfance, pleine de certitude, ouverte sur le monde, épanouie...

 

Telle est ma mère, telle, elle a toujours été, aimant le monde, son harmonie, les senteurs du monde, ses parfums, ses couleurs et ses formes.

 

Le soleil est là, on voit les ombres qui se profilent, sur le trottoir, mais le soleil est surtout sur le visage et dans les yeux de ma mère.

 

Le soleil est dans sa démarche, dans ses gestes, dans la rondeur du visage...

Le soleil rayonne, il est là, dans le sourire, dans le regard lointain, posé sur l'avenue, sur le monde, le regard est conquérant, assuré...

 

Le paquet blanc, près du manteau sombre de l'hiver, est tenu précieusement, comme un objet à préserver, à protéger.... comme un trésor...

 

Sur un mur, on lit l'inscription tronquée : défense d'afficher, le décor urbain fait voir dans le fond, des immeubles, des balcons, la foule dans les rues.

 

C'est l'hiver, mais le soleil resplendit dans les yeux de ma mère...

 

 

http://youtu.be/ZpA0l2WB86E

 

 

 

soleil.jpg

 

 

Photo1569

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by rosemar - dans souvenirs
commenter cet article
2 août 2014 6 02 /08 /août /2014 16:48

 

lucioles-Quit007-creative.jpg

 

Les lucioles sont des insectes vraiment étonnants : invisibles le jour, elles émettent de vives lueurs, dans l'obscurité de la nuit... elles parent, alors, les jardins de guirlandes lumineuses éblouissantes.

 

Les lucioles, associées au nom latin "lux", qui désigne la lumière, possédent de merveilleux pouvoirs de brillance, dans les ténèbres de la nuit.

 

En plein été, c'est une aubaine que de les percevoir, sous un ciel étoilé, comme des réverbérations d'étoiles, sur le sol...

 

C'est comme si le ciel et la terre se rejoignaient dans une harmonie d'éclats !

 

C'est comme si les lucioles imitaient les étoiles, les reflétaient à dessein...

 

Miroirs du ciel, les lucioles sont capables de reproduire un ciel illuminé d'étoiles.

 

On en voyait, autrefois, dans le jardin de la maison de l'Estaque : il suffisait de se poster sur le balcon qui surplombe les plates-bandes, pour en apercevoir plusieurs, entre les branchages des rosiers...

 

Belles lueurs nocturnes !

Il suffisait de lever les yeux vers le ciel, pour voir s'éclairer la Grande Ourse, le Grand Charriot et son scintillement.

 

Eclats du ciel et de la terre se rejoignaient et étaient, alors, accessibles à nos regards ébahis : ma petite nièce raffolait de ce spectacle divin et c'était, comme un jeu, d'aller observer ces étoiles du ciel et de la terre.           

 

Tous les soirs, on allait contempler les lucioles et tous les soirs, elles nous offraient le spectacle de leurs chapelets lumineux...

 

Elles ne manquaient jamais à l'appel et on les retrouvait, tous les soirs, à la même place, fidèles au rendez-vous.

 

On regardait, ensuite, attentivement le ciel, pour repérer l'étoile polaire, une des plus brillantes dans le ciel...

 

Ce jeu d'observation se prolongeait, un moment, dans la douceur des nuits d'été : on commentait la clarté du ciel, l'éclat particulièrement intense des lucioles, leur taille, leur nombre.

Ce jeu de lumières nous fascinait, et emplissait nos yeux de rêves lumineux.

 

On admirait, comme un spectacle, ce jeu de reflets, ces images brillantes de la nuit, venues du fond du jardin et des espaces célestes.

 

On se délectait des splendeurs de la nuit, de l'odeur des cyprès qui encadraient le jardin, du parfum des roses qui traînait dans l'air...

 

 

Pour la nuit des étoiles : pour repérer le grand charriot, et l'étoile polaire :

            http://video.lefigaro.fr/figaro/vid...

 

 

http://youtu.be/ZHIwnAk2gGA

 

http://youtu.be/dqwSde_eEv4

 

http://youtu.be/vG16V1OAwMI

 

 

 

 

etoile-supernova.jpg

 

 

 

etoile.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

etoile-5.jpg

 

etoiles-----2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Repost 0
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 14:18

 

ARLES-4.jpg

 

 

Au sommet des colonnes, des forêts somptueuses de feuilles d'acanthe se hérissent, se dressent, et retombent en corolles.

 

Issu du grec ancien, "ανθός, anthos", la "fleur", le mot "acanthe" désigne une plante, aux feuilles épineuses et acérées...


Les feuilles d'acanthe composent de véritables motifs, en volutes, sur les chapiteaux corinthiens : des retombées de feuilles, pleines d'élégance, s'épanouissent, en haut des colonnes.

Le mot résonne de sa voyelle "a" reprise sous une forme nasalisée, "an", comme un écho sonore, il retentit de ses consonnes, gutturale et dentale.

 

Ce mot rappelle d'autres noms de fleurs : anthémis, chrysanthe, chrysanthéme, amaranthe, aux sonorités éblouissantes.

Les feuilles d'acanthe nous font voir des formes voluptueuses, des enroulements, des vagues, des motifs délicats.

 

Sur les hautes colonnes élancées, on admire des encorbellements, des subtilités de feuilles, celles-ci débordent sur la colonne, elles s'épanchent, formant des embruns, des dentelles finement ouvragées.

 

L'acanthe orne les colonnes, les sublime, en fait des oeuvres d'art lumineuses, l'acanthe dessine des fleurs d'élégance, des corolles épanouies, des basquines légères.

 

Les colonnes se parent de ces souplesses de feuilles, de ces friselis, de ces frémissements subtils.

 

Les feuilles découpées forment des réseaux et les colonnes se drapent de tissus, de mailles, d'étoffes dentelées d'une blancheur étonnante...

 

Les éclats de feuilles se multiplient en haut des colonnes, ils composent des motifs en relief, des arabesques, des épis de lumières.

 

Belle harmonie de formes pour ces oeuvres sculptées par des artistes d'autrefois, grecs ou romains...

Belle pureté dans les lignes qui se croisent et s'entrecroisent !

 

Des forêts de motifs, de nervures se dessinent...

 

Certaines feuilles semblent se mouvoir, chavirer, s'enrouler sur elles mêmes, comme agitées par des souffles d'air.

 

http://youtu.be/X-77I_VFNm8

 

http://youtu.be/PuyYc0gINbU

 

 

 

 

 

ARLES 3

 

 

ARLES-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

acanthe-meneerke-bloem.jpg

 

 

Acanthe-Sony-Mavica-creative.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : 1-2-3 : rosemar / 4 : Meneerke Bloem / 5 : Sony Mavica   créative commons

 



Repost 0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/