Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 octobre 2019 1 14 /10 /octobre /2019 12:26
Non, Xavier Dupont de Ligonnès n'est pas mort...

 

 

Non, Xavier Dupont de Ligonnès n'est pas mort : depuis 2011, il fait encore parler de lui, il hante les esprits, on le voit partout, il fascine, terrifie, intrigue... sans cesse, il ressuscite...

Soupçonné d'avoir tué sa femme, ses quatre enfants, ses deux chiens, le personnage s'est évanoui dans la nature.

 

 Des signalements, il y en a eu des centaines. Plus de huit cents en 2013, encore douze en 2015. On croit le voir au milieu d'un groupe de touristes en Cappadoce, dans un hôtel normand, dans un train en Gironde, dans un casino de l'Allier, en Italie, en Tanzanie… Xavier Dupont de Ligonnès a "un physique banal", explique la PJ. Résultat, on croit le voir partout.

Et aussitôt, c'est l'emballement médiatique : du grain à moudre pour les médias, d'autant que les faits divers passionnent les foules.

 

Il est vrai que les crimes commis sont hors normes.

Comment peut-on assassiner ses enfants, sa femme, des êtres chers ? Comment peut-on préméditer et planifier ces assassinats ?

 

Non, l'homme arrêté à Glasgow n'est pas Xavier Dupont de Ligonnès, peut-on lire dans la presse...

Mais comment a-t-on pu y croire ? L'homme aurait voyagé depuis la France vers l'Ecosse, il aurait séjourné en France, pays où il est recherché depuis des années ?

Tout cela n'est pas crédible...

 

En fait, si l'homme est vivant, il doit bien se marrer de voir tout cet emballement médiatique autour de sa personne...

Et même s'il est mort, les médias le font sans cesse ressurgir, renaître...

Des romans, des livres ont été publiés sur cette affaire : Xavier Dupont de Ligonnès devient un personnage de roman, une énigme dont on essaie de percer les mystères.

Qui est Xavier Dupont de Ligonnès ? Et comment a-t-il pu basculer dans le mal absolu ?

 

N'était-il pas rongé par la culpabilité, par l'horreur de ses actes ?

Bien sûr, il s'est peut-être suicidé... mais il a planifié sa fuite et sa disparition avec tant de sang-froid et de méthode !

 

Saura-t-on, un jour, la vérité sur cette affaire ? Plus le temps passe, plus le mystère s'épaissit...

Plus le temps passe, plus il sera difficile de découvrir la vérité...

 

 

 

 

 

 

Non, Xavier Dupont de Ligonnès n'est pas mort...

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2019 5 26 /07 /juillet /2019 07:46
Alerte rouge à la canicule dans le Nord de la France...

 

"La canicule, ce n'est pas fini" tel était le titre d'un article que j'ai publié il y a quelques jours et les faits le confirment : la canicule revient en force dans le Nord de la France.

Vingt départements allant du Nord de l’Hexagone à l’Ile-de-France ont été placés en vigilance rouge canicule, a annoncé Météo France ce mercredi 24 juillet. Parmi ceux concernés : le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie, l’Ile-de-France, la Haute-Normandie, ainsi que la Marne et l’Aube (Champagne-Ardennes), l’Eure-et-Loir et le Loiret (Centre) et l’Yonne (Bourgogne). 

" C’est la première fois que ce phénomène touche des départements du Nord de notre pays avec un habitat, un urbanisme, des populations qui ne sont pas habituées à des chaleurs de ce niveau-là", a déclaré la ministre, Agnès Buzyn.

 

C'est du jamais vu !

Dans le sud aussi, il fait encore une chaleur accablante et lourde.

Ainsi, les vagues de chaleur ont tendance à se succéder et multiplier.

 

Face à la canicule, comment les gens réagissent-ils ? Ils se précipitent pour acheter des ventilateurs, des climatiseurs, au risque d'aggraver la situation.

Chacun cherche son confort, au mépris de l'écologie et des économies d'énergie.

 

Et pourtant, la climatisation comporte de nombreux inconvénients : on passe du chaud au froid, ce qui peut causer des problèmes de santé, notamment des chocs thermiques...

D'autre part, les filtres retiennent de nombreux éléments pathogènes. Il faut donc les nettoyer régulièrement sous peine de voir se développer des agents infectieux. Encrassés, ils favorisent également la concentration des allergènes dans l’air de la pièce. 

De plus, ces équipements consomment beaucoup d'énergie : ainsi,  le record estival de consommation d'électricité a été battu mercredi 24 juillet.

En se protégeant de la chaleur, on aggrave le phénomène : les climatiseurs rejettent de l'air chaud dans l'atmosphère.

 

Les climatosceptiques ne sont toujours pas convaincus?

Pourtant, des études récentes pointent le caractère très particulier de la situation. Jamais les températures n'avaient augmenté aussi vite en presque 2 000 ans. 

 

Chacun doit prendre la mesure de la situation : réduire sa consommation d'énergie, ne pas installer de climatisation, par exemple.

Mais l'égoïsme de chacun l'emporte souvent sur toute autre  considération...

 

 

 

Source :

 

https://www.lepoint.fr/environnement/en-2-000-ans-le-rechauffement-climatique-actuel-est-inedit-25-07-2019-2326679_1927.php

 

 

Alerte rouge à la canicule dans le Nord de la France...

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2018 5 14 /12 /décembre /2018 12:58
Gilets jaunes : la tentation totalitaire...

 

 

Les gilets jaunes portent de justes revendications, ils dénoncent des injustices flagrantes et intolérables dans une société qui se prétend égalitaire....

L'exploitation de la misère humaine, dans notre pays, en France, est inacceptable...

 

Pour autant, le recours à la violence est aussi condamnable : casser, piller, bloquer les routes, empêcher les gens de travailler et de vivre, non, ce n'est pas admissible.

Tous les citoyens vont devoir payer les dégâts, des artisans, des commerçants se retrouvent au chômage.

 

Le temps est venu de dialoguer, de porter des revendications : revalorisation des petits salaires, baisse des taxes, révision du système d'imposition...

Le recours à la violence conduit au pire : déjà 6 victimes et de nombreux blessés.

Le recours à la violence, c'est inéluctablement la porte ouverte à un régime totalitaire.

 

Nous avons la chance de vivre dans un pays démocratique : nous avons le droit de nous exprimer, de revendiquer, de manifester.

Rien ne justifie de tout casser, de brûler des voitures, de piller des magasins, de caillasser des vitrines, de s'attaquer aux bien d'autrui.

Rien ne justifie le recours à la violence : c'est la pire des solutions.

On ne peut trouver des excuses à cette violence gratuite qui s'attaque à n'importe qui.

Les exactions, les violences nuisent au mouvement des gilets jaunes, c'est une certitude.

 

Certains réclament la démission du premier ministre ou du président de la République, ils veulent tout renverser, oubliant les institutions démocratiques de notre pays.

Certains imaginent de remplacer le premier ministre par un général !

 

Le temps est venu de la négociation, car le risque est grand de voir s'imposer le règne de la violence et de la tyrannie.

Des casseurs, des anarchistes, des fascistes, des voyous se mêlent aux manifestations, et c'est le désordre assuré.

Les gilets jaunes doivent condamner sans ambiguïté ces fauteurs de troubles.

 

Ils doivent aussi se montrer réalistes : on ne peut gouverner par le biais d'internet, on ne peut pas passer son temps à organiser des référendums.

Il convient, maintenant, de dialoguer avec le pouvoir en place, de porter des exigences, de négocier, puisque la porte est ouverte...

 

 

 

 

 

Gilets jaunes : la tentation totalitaire...

Partager cet article

Repost0
12 décembre 2018 3 12 /12 /décembre /2018 11:39
Le retour des heures supplémentaires défiscalisées : une très mauvaise idée...

 

 

 Emmanuel Macron a annoncé ce lundi le retour de la défiscalisation des heures supplémentaires dès 2019... une mesure déjà mise en oeuvre sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy mais très coûteuse pour les finances publiques.


Cette mesure essentielle du gouvernement de N. Sarkozy avait été abrogée sous le quinquennat de François Hollande, en 2012 : je l’ai, pour ma part, toujours combattue et trouvée injuste... qui peut accomplir des heures supplémentaires ? D’abord des gens aptes à le faire, des salariés, des fonctionnaires qui jouissent d’une bonne santé et les autres ? ceux dont la santé est fragile ?

On perçoit déjà une première injustice…

 

Par ailleurs, il semble pertinent que des travailleurs modestes aient pu bénéficier de cette mesure : ils pouvaient gagner un peu de pouvoir d’achat en plus, grâce à ce dispositif mais que dire, par exemple, de certains employés qui gagnent un salaire confortable, qui ont cumulé un grand nombre d’heures supplémentaires parfois 6, 7 ou 8 heures en plus ? Certains fonctionnaires aussi ont bénéficié de cette mesure... et ce surplus d’heures a dû coûter très cher à l’état, à la collectivité, d’autant que nombre d'entre eux ne sont pas à ranger dans la catégorie des travailleurs pauvres ou très modestes…

 

Après tout, n’est-il pas normal de payer des impôts sur l’ensemble de son salaire ? Tout le monde, en période de crise doit participer à l’effort collectif... Si certains sont autorisés à ne pas payer d’impôts sur une partie de leurs revenus, est-ce équitable ?

Par ailleurs, force est de constater que ce dispositif a été notoirement inefficace… Il a été, incontestablement, générateur de chômage, les salariés accomplissant plus d’heures de travail, les entreprises ont recruté moins de personnels .

 

Ces mesures ont été un fiasco, un gouffre financier... ces heures sup défiscalisées devaient permettre de générer des emplois et bien évidemment, selon toute logique, l’inverse s’est produit…

Pourquoi ne pas avoir tiré les leçons de cet échec ? Pourquoi revenir à d'anciennes recettes qui n'ont pas fonctionné ?

Le pouvoir en place semble vraiment à court d'idées...

 

Il paraît normal de payer des impôts en fonction du salaire que l’on perçoit : admettre des exceptions à cette règle, c’est introduire des inégalités, des incohérences, des injustices. C’est là, en fait, un des principes du libéralisme : travailler plus pour gagner plus, alors qu’il faudrait appliquer un autre adage : travailler mieux, dans de bonnes conditions, pour pouvoir gagner un salaire correct et décent …

 

 

 

 

 

 

 

Le retour des heures supplémentaires défiscalisées : une très mauvaise idée...

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2018 6 28 /07 /juillet /2018 07:54
Après le foot, le feuilleton Benalla...

 

 

Après nous avoir abreuvés de la coupe du monde de football, voilà que les médias s'emparent de "l'affaire Benalla".

Un sujet en chasse un autre, tout aussi envahissant... c'est la loi des infos.

 

Il est vrai que tous les ingrédients sont réunis pour en faire un véritable feuilleton à rebondissements : un homme proche du pouvoir qui outrepasse ses droits, un homme issu du peuple qui côtoie les puissants de ce monde... violences, passions qui s'exacerbent... versions qui se contredisent, vérités, mensonges, jalousies, enquête, témoignages... un jeune ambitieux qui réussit, un homme promis à un avenir brillant...

 

Le feuilleton n'est pas près de connaître un épilogue... de quoi alimenter les médias avides de sensations en période estivale, au moment des vacances.

 

Sur certaines chaînes, les infos tournent en boucle, inlassablement.

Les médias ont trouvé de quoi remplir le vide de l'été : un "scandale à l'Elysée, un scandale d'état".

 

Et comme pour le football, les commentaires s'enflent, l'exagération est à son comble...

Les hyperboles fusent :  "l'épopée de monsieur Benalla, un scandale, une affaire d'état, embrasement de l'affaire Benalla, révélations en cascade..."

 

Marine Le Pen se déchaîne, elle se démultiplie dans les médias, elle en fait trop encore une fois, pour essayer d'exister.

Elle accuse Emmanuel Macron de se comporter "comme un chef de clan". Elle se livre à un véritable show à l’Assemblée nationale, en allant provoquer devant les caméras le secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement, Christophe Castaner....

Elle ne loupe aucune occasion pour dénoncer le gouvernement.

 

Hier soir, Alexandre Benalla s'est exprimé sur TF1, des vidéos sont publiées tous les jours.

Les médias trouvent encore et toujours du grain à moudre pour alimenter le feuilleton. La politique devient ainsi un spectacle permanent.

On arrive à saturation devant ce déballage médiatique...

Au coeur de l'été, ce feuilleton va alimenter encore l'actualité, à moins que les vacances ne viennent interrompre ce flot de révélations quotidiennes.

Cette affaire va-t-elle faire pschitt avant que l'été ne s'achève ?

 

 

 

 

 

 

 

Après le foot, le feuilleton Benalla...

Partager cet article

Repost0
21 juillet 2018 6 21 /07 /juillet /2018 07:53
Le temps des barbouzes est-il revenu ?

 

 

Un homme de main proche du pouvoir, un sbire qui fréquente "les huiles" et le gratin de la République, un garde du corps qui outrepasse ses droits, emprunte un brassard de police, une brute qui tabasse un homme à terre, lors d'une manifestation, comment nommer un tel personnage ?

 

Le temps des barbouzes est-il revenu ?

Alexandre Benalla, ce proche collaborateur d'Emmanuel Macron, semble avoir un passé bien trouble : déjà licencié par Arnaud Montebourg pour faute grave, il n'aurait pas dû être recruté par le Président de la République.

 

Non, cet individu n'avait pas sa place à l'Elysée.

Ce qui est choquant, c'est que le chef de l'Etat et son directeur de cabinet ont couvert et protégé ce personnage douteux et sulfureux.

 

La sanction qui a été prise contre lui (une mise à pieds de 15 jours) était bien trop légère, insignifiante.

Quand le pouvoir protège des individus douteux, leur accorde des privilèges (Benalla disposait d'un appartement de luxe), on peut parler de dérives inquiétantes...

 

Mais, au fond, ces pratiques ont toujours existé, et elles perdurent même dans un état de droit.

 

Elles n'en sont pas moins scandaleuses et ignobles : la justice doit être la même pour tous, selon la devise "inaltérable" de la République... Liberté, égalité, fraternité...

Et quand cette devise n'est même pas respectée au plus haut niveau de l'Etat, c'est inadmissible et intolérable.

 

Ce qui est inquiétant aussi, c'est le silence obstiné du Président de la République... un silence pesant, accablant, comme s'il se sentait lui-même pris au piège de ce scandale, comme s'il se reconnaissait coupable d'avoir couvert un délinquant et un personnage peu recommandable.

Un Président n'a-t-il pas le devoir de s'entourer de gens respectables et honnêtes ?

 

Mais où est passée la République irréprochable ? Jupiter a failli et on aimerait que le chef de l'Etat s'exprime à ce sujet.

 

 

 

 

 

 

 

Le temps des barbouzes est-il revenu ?

Partager cet article

Repost0
6 juillet 2018 5 06 /07 /juillet /2018 07:51
Les pauvres peuvent attendre...

 

 

 

Un plan anti-pauvreté devait être annoncé ce mardi 10 juillet : il sera finalement sans doute reporté au mois de septembre, pour cause de coupe du Monde de football, l'équipe de France étant susceptible de participer à une demi-finale qui aurait lieu le 10 juillet.

 

Les pauvres peuvent attendre ! Le football devient une priorité, alors que des millions de gens vivent dans la précarité et la misère.

 

Ainsi va le monde des puissants : le divertissement passe avant tout, la politique se subordonne à des événements sportifs où triomphe le fric. Nos sociétés ne sont-elles pas dominés par l'argent ?

 

Le président des riches ne perçoit même pas l'indécence de ce report : la politique du gouvernement n'a-t-elle pas été jusqu'à présent favorable aux plus riches ?

Les pauvres peuvent attendre ! Ils ont l'habitude... Le sport avant tout ! Le sport ou plutôt la grande fête du fric, des médias, le grand défouloir des passions humaines...

 

La coupe du Monde de foot devient le centre de toutes les préoccupations.

On en oublierait volontiers les souffrances humaines, celles des pauvres, mais aussi celles qui sont infligées aux opposants politiques de Poutine, comme ce cinéaste Ukrainien emprisonné pour avoir critiqué le régime...

Opposé à l’annexion de la Crimée par la Russie, Oleg Sentsov a été arrêté en 2014 et condamné à 20 ans de camp pour "terrorisme" et "trafic d’armes", à l’issue d’un procès qualifié de "stalinien" par Amnesty International et dénoncé par l’Ukraine, l’Union européenne et les Etats-Unis.

 

On met volontiers sous le tapis tout ce qui dérange et inquiète pour ne penser qu'à la coupe du Monde de foot.

Emmanuel Macron voulait, il y a peu de temps, "responsabiliser" les pauvres, mais qui est irresponsable, qui refuse de voir les problèmes et les difficultés auxquels sont confrontés les gens les plus humbles ?

Qui est aveugle devant le désarroi de ceux qui souffrent ?

Le football avant les pauvres ?

Voilà de quoi bondir et s'indigner devant tant d'inconscience !

En fait, Emmanuel Macron, disent certains, préfère aussi reporter l'annonce du plan anti-pauvreté pour des raisons de stratégie politique et de communication : l'opinion sera plus réceptive en septembre, pour la rentrée...

Dans ce cas, c'est la communication qui passe avant l'action politique et l'efficacité...

C'est également très inquiétant...

 

 

 

 

https://www.franceculture.fr/droit-justice/oleg-sentsov-en-prison-la-fete-du-football-devient-obscene-par-christiane-taubira

 

 

 

 

Les pauvres peuvent attendre...

Partager cet article

Repost0
15 juin 2018 5 15 /06 /juin /2018 08:21
Et si on responsabilisait plutôt les riches ?

 

 

Devant les représentants des mutuelles, ce mercredi 13 juin, Emmanuel Macron a invité à transformer les dispositifs d’aides sociales en "responsabilisant les plus pauvres."

"Responsabiliser les pauvres !"

 

Et pourquoi ne pas responsabiliser plutôt les riches et les plus riches ? Pourquoi ne pas leur demander plus de solidarité envers les pauvres ? 

Pourquoi ne pas exiger d'eux de renoncer à des licenciements abusifs, pourquoi ne pas leur demander de lutter efficacement contre l'exil fiscal ?

Ces riches qui délocalisent, qui suppriment des emplois, eux qui refusent de créer du travail, eux qui dépensent sans compter pour des futilités...

 

Après avoir fait de nombreux cadeaux aux riches, voilà que le président semble vouloir culpabiliser les pauvres. C'est un comble !

Suspectés d’abuser de la solidarité nationale, les bénéficiaires de minima sociaux doivent, eux, être responsabilisés ?

 

Mais pas les riches ?

Il est vrai qu'il est plus facile de stigmatiser et de culpabiliser les plus fragiles et les plus faibles. C'est bien connu : "Haro sur le baudet !'"

On se souvient de la célèbre fable de La Fontaine, Les animaux malades de la peste...

C'est l'âne qui est finalement désigné comme le bouc émissaire idéal, c'est lui qui est sacrifié comme victime expiatoire.... Lui, le plus faible, le plus modeste devient le coupable idéal...

Et depuis toujours, c'est ainsi : les pauvres sont souvent méprisés, exploités, mais ils sont dans tous les cas coupables.

 

Le président des riches ne prête qu'aux riches et refuse de pratiquer une politique sociale pour préserver les plus démunis.

L'expression utilisée par Emmanuel Macron "responsabiliser les pauvres", alors même que les riches obtiennent de plus en plus de privilèges et de cadeaux, est particulièrement choquante.

On connaît aussi la morale de la fable :

"Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir."

Le temps a passé, mais on constate que la conclusion de cette fable reste encore, hélas, d'actualité...

 

Les déclarations du président de la République ont fait réagir de nombreuses personnalités, notamment Jean- Luc Mélenchon à qui l'on doit cette cinglante réplique sur Twitter :“Monsieur Macron, ce qui coûte un “pognon de dingue”, c’est vous et vos cadeaux aux ultrariches. Il y a une solution simple pour en finir avec la pauvreté. Elle s’appelle le partage des richesses. Vous faites exactement l’inverse”, a-t-il écrit.

 

 

 

 

 

 

 

Et si on responsabilisait plutôt les riches ?

Partager cet article

Repost0
26 mars 2018 1 26 /03 /mars /2018 12:49
Les boucs émissaires...

 

 

Sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, on se souvient que les principaux boucs émissaires étaient les enseignants : suppression de postes, suppression de l'année de stages pour les nouveaux profs, mépris de la culture et de ses représentants...

Il faut bien trouver des victimes expiatoires, pour contenter une certaine opinion publique...

Il faut bien réformer au détriment de certaines catégories de la population que l'on montre du doigt, que l'on stigmatise...

Il faut bien créer des divisions, soulever des indignations, créer des polémiques contre telle ou telle catégorie de travailleurs...

 

Avec l'avènement d'Emmanuel Macron, qui sont donc les nouveaux boucs émissaires ?

En premier lieu, les retraités, bien sûr... ces nantis, ces gavés... ces retraités aisés qui gagnent 1200 euros !

Il faut les taxer, leur faire payer le prix fort.

 

Et puis, bien sûr, d'autres nantis, les fonctionnaires, ceux qui travaillent dans les hôpitaux, qui paressent, qui osent se plaindre d'un surcroît de travail...

 

Sans parler des cheminots, ces privilégiés du rail qui ont droit à des billets gratuits, qui ont l'audace d'évoquer leurs horaires décalés...

Il faut bien trouver des coupables et les désigner à la vindicte populaire !

Haro sur le baudet !

 

Et, souvent, ce sont les petits et les modestes qui trinquent !

Diviser pour mieux régner, c'est là une tactique éprouvée et éculée.

Et elle fonctionne !

 

Il faut voir comme l'opinion publique se met à conspuer les cheminots, leur statut de "privilégiés", comme si ce statut ne comportait pas des contraintes et des difficultés, comme si leur métier était de tout repos.

Comme si le déficit de la SNCF ne provenait pas d'une mauvaise gestion de l'état...

 

Il est facile aussi d'opposer les jeunes actifs aux retraités considérés comme des nantis...

Opposition et manichéisme simplistes !

 

Il est encore plus facile d'opposer public et privé... et de prétendre que les fonctionnaires sont des privilégiés, alors qu'ils travaillent dans des conditions souvent difficiles, que ce soit dans les hôpitaux, dans les établissements scolaires, dans les EHPAD.

Non, tous ces gens, tous ces travailleurs ne sont pas des privilégiés.

Ils ont raison de défendre leurs droits et leur statut, obtenus au terme de longues luttes sociales...

 

 

 

 

 

https://www.marianne.net/economie/reforme-de-la-sncf-les-privileges-du-statut-du-cheminot-sont-surtout-des-fantasmes

 

 

Les boucs émissaires...

Partager cet article

Repost0
19 mars 2018 1 19 /03 /mars /2018 09:43
On ne frappe pas une femme...

 

 

L'affaire Bertrand Cantat affole la toile et fait du bruit dans le Landerneau : on déplore que le chanteur se produise en concert et on le fait savoir.

Concerts annulés, reportés, pétitions en ligne, manifestations devant les salles de concert, pression des élus locaux...

 

Le chanteur a été condamné à huit ans de prison pour avoir donné en 2003 des coups mortels à sa compagne, Marie Trintignant. Il a été libéré en 2007 de la prison de Muret dans le sud-ouest, après avoir purgé plus de la moitié de sa peine.

Certains affirment haut et fort qu'il a bien payé son crime... La justice l'a condamné puis libéré...

 

La ministre de la Culture Françoise Nyssen a ainsi réagi aux différentes manifestations qui accompagnent les concerts de l'ancien chanteur de Noir Désir.  Bertrand Cantat "a le droit de vivre sa vie,  il a payé", a déclaré la ministre...

Philippe Laflaquière, le juge qui a libéré Cantat, dénonce l'impossible droit à l'oubli pour le chanteur, qui serait soumis à une "dictature de l'émotion" amplifiée par la puissance des réseaux sociaux. 

 

Oui mais la discrétion, le respect de la famille de Marie Trintignant, la décence devraient inciter le chanteur à ne plus parader sur scène.

Bertrand Cantat reste comme l'image et le symbole des violences faites aux femmes...

Un symbole de toutes ces femmes qui meurent régulièrement sous les coups de leur conjoint...

 

Comment effacer cette image ?

Comment faire oublier le meurtre qui a été commis quand on se produit sur scène ?

Un homme ne frappe pas une femme, un homme sait et connaît sa force et il ne devrait pas se permettre de lever la main sur une femme...

 

Pour reprendre la phrase célèbre du père de Camus, "un homme, ça s'empêche..."

Et "ça s'empêche" de frapper une femme à mort, en lui portant une multitude de coups.

ça s'empêche de frapper une femme à terre.

C'est une morale qui dit que l'humanité de l'homme est dans les limites qu'il s'impose à lui-même, et ce, quelles que soient les circonstances.

 

Comment ne pas comprendre le désarroi des parents de Marie Trintignant qui voient Bertrand Cantat se produire sur scène ?

D'autant que le personnage semble persister dans un comportement violent à l'égard des femmes...

Ainsi, selon le journal Le Point, au mois de février, une artiste de quarante-cinq ans a déposé une main courante contre Bertrand Cantat pour harcèlement. "Il se fait passer pour un ami, mais en réalité il a un comportement menaçant et violent psychologiquement", aurait déclaré la quadragénaire, qui a voulu laisser une trace écrite des agissements de l'ancien leader de Noir Désir.

Bertrand Cantat soupçonné encore de violences, après avoir été condamné pour meurtre ?

Apparemment, le chanteur n'a pas pris la mesure de ses actes, il est susceptible de recommencer.

"Un homme, ça s'empêche..." Et Bertrand Cantat devrait, de lui-même, prendre conscience de la violence dont il s'est rendu coupable.

Il devrait, de lui-même, ne plus se produire sur scène, afin d'éviter toutes polémiques...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On ne frappe pas une femme...

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/